samedi 4 juillet 2009

Films mai-juin 2009

Bonnie and Clyde (Arthur Penn, usa, 1967) *****

Cinéma Paradiso (Giuseppe Tornatore, it-fr, 1988) *****
Sublime classique. Je ne m'en lasse pas.

Inside Man (Spike Lee, usa, 2006) ***
Intrigue passionnante.


Les Morfalous (Henri Verneuil, fr, 1984) **
Bébel dans toute sa splendeur, sublimement servi par les dialogues d'Audiard.
"C'est bien la première fois qu'il fait des étincelles avec sa bite !"

The Constant Garder (Fernando Mereilles, usa, 2005) ****
Depuis quelques années, Hollywood s'interroge sur l'Afrique. Blood Diamond sur le commerce des diamants des pays en conflit (et le terrible "une main pour une pierre"), Lord of war sur les trafiquants d'armes et The Constant Gardner sur les malversations des industries pharmaceutiques. Ces trois films sont réalisés avec maestria ! Ce qui me donne envie d'écrire un article sur cette tendance hollywoodienne dans quelques temps.

Spy Game (Tony Scott, usa, 2001) ***
Réunir Robert Redford et Brad Pitt était une idée fabuleuse. Le film est toutefois très moyen, malgré leurs prestations parfaites.

Man to man (Régis Warnier, fr, 2005) ***
Un scientifique du XIXe siècle capture deux pygmés en pensant avoir trouvé le chaînon manquant entre les grands singes et l'homo sapiens. Puis il découvre leur intelligence et donc leur appartenance à l'espèce humaine. Dire que c'est si récent !

Happy-go-lucky (Mike Leigh, gb, 2008) ****
Délicieux personnage principal. Réalisation tout en finesse. Une véritable confiserie !

Mad dog and Glory (John Macnaughton, usa, 1993) **
De Niro et Uma Thurman sont parfaits, mais le film ne mérite pas beaucoup plus qu'un "bof".



SERIES

Mad Men (saisons 1 et 2) *****
Manhattan, fin des années 50 et début des années 60, une agence de publicité. Voilà pour la base, le reste est magnifiquement réalisé, très cohérent et travaillé visuellement, impeccablement scénarisé, parfaitement interprété. Sous couvert de parler du passé, cette série nous offre une critique de la société américaine actuelle avec beaucoup de subtilité.

Lost (saison 5) ****
Ben euh... vivement la 6 :-)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire