jeudi 3 décembre 2009

Mary & Max


Mary & Max (Adam Eliot, Australie, 2009)


Film d’animation en 3D à l’ancienne, c’est-à-dire que les animations sont en pâte à modeler et non entièrement réalisées par ordinateur. Résultat visuel sublime, un noir blanc avec parfois une pointe de rouge. C’est l’histoire d’une relation épistolaire entre une petite fille australienne malheureuse et un homme obèse New-yorkais atteint du syndrome d’Asperberger.

C’est triste, poétique, drôle parfois, émouvant, intriguant. Un peu plombant aussi. Parfait pour les amateurs de mélancolie ("le bonheur d'être triste" selon la définition de Victor Hugo).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire