mardi 29 juin 2010

L'Illusionniste


film
film
film

L’illusionniste (Sylvain Chomet, France, 2010)

Le réalisateur des « Triplettes de Belleville » met en scène un scénario original de Jacques Tati. Alléchant dit comme ça, non ? Et bien c’est exactement ce que j’ai vu… et à part quelques très jolis moments, une esthétique poétique, de sublimes décors (en particulier Edimbourg des années 50, qui me prête sa machine à remonter dans le temps ?), le côté suranné et le rythme qui paraît ne jamais décoller, et au contraire s’enliser, m’ont rendu l’expérience passablement ennuyeuse. Je crois que j’aurais pris plus de plaisir si Chomet ne profitait pas de chaque opportunité pour faire du « joli ». Une scène de neige artificielle crée par des plumes de poulet, un canard qui s’envole dans une gerbe d’eau scintillante, des chaussures rouges illuminées comme par un rayon divin, c’en était trop pour moi. D’autres séquences sont par contre vraiment drôles, le personnage principal est intéressant (malgré son faire-valoir insipide) et le côté dessin animé « déprimé » ou « nostalgique » me séduit définitivement.

Si vous avez adoré « Les Triplettes de Belleville » vous retrouverez la même esthétique, allez-y. Si vous êtes un grand fan de Tati et de son style narratif si particulier : allez-y. Aucun de vous ne sera déçu.

Si vous hésitez encore, allez donc lire un autre avis éclairé ! (bande-annonce iniside).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire