jeudi 19 août 2010

El secreto de sus ojos


film
film
film
film


El secreto de sus ojos (Juan-José Campanella, Argentine, 2010)
Il ne faut rien raconter de l'histoire de ce film pour laisser à ceux qui ne l'ont pas vu l'énorme plaisir de se laisser emporter dans ce scénario tellement abouti. Les amateurs de polars, de films politiques ou d'histoires d'amour y trouveront chacun leurs plaisirs. TOUT dans ce film est excellent, des acteurs -mais étant amoureuse de Ricardo Darìn depuis tellement longtemps que je crains d'être peu objective, par contre, Soledad Villamil est MERVEILLEUSE et là, je vous le garantis !- aux décors -vraiment impressionnants de justesse-, des lumières aux cadrages, etc... Le montage est particulièrement excellent, là où la navigation entre deux périodes distantes d'une trentaine d'années aurait pu justifier quelques facilités artificielles, ici, rien, un montage sobre et d'une grande intelligence. On passe de plans séquences très mobiles à des gros plans fixes sans heurts aucun. Le rythme est maîtrisé à chaque instant. En tant que spectateur on est emmené exactement là où le réalisateur a décidé d'aller.

Je suis retournée voir ce film une deuxième fois et, n'étant plus autant accaparée par l'histoire que la première, mon impression de chef d'oeuvre s'est renforcée. C'est le plus beau film que j'ai vu cette année. Quel bonheur, le cinéma argentin a décidément de beaux jours devant lui ! 

Et ce film est TRES argentin, amours contrariées (la thématique principale du tango), dictature, football, passion, ... tous les ingrédients y sont, pour mon plus grand plaisir, sans oublier cet accent qui me fait toujours autant frémir (surtout quand il sort des lèvres de Darìn, mais bon, peut-être aviez-vous déjà compris qu'il ne me laisse pas indifférente ?) et cette manière de jurer à tout bout de temps.
On rit, on pleure, on aime, on en sort bouleversés de multiples manières, mais surtout, surtout, on se prend une leçon de cinéma en pleine gueule, et ça fait du bien.

EDIT : Mon ex, réalisateur argentin de son état, que je soupçonne de jalousie envers Campanella, me dit que NON, ce film n'est pas argentin, parce que le réal travaille depuis trop longtemps à Hollywood pour être sincère, parce que le financement est entièrement US et qu'il a été "calibré" pour un public "étranger". Donc, à part la thématique, les décors, l'histoire, les acteurs... ce film n'est pas argentin.
PS : Je vous ai déjà dit qu'on appelait les Argentins les "Français d'Amérique Latine" ? Entre autres raisons pour leur énorme capacité à la mauvaise foi ;-) 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire