lundi 30 mai 2011

How to make it in America

 

La série How to make it in America n'a pas fait beaucoup de bruit, et c'est dommage, rien que son générique annonce la couleur : on vous parle de New York, d'un New York contemporain où l'American Dream bat le pouls de la ville et où deux amis, Ben et Cam, veulent créer leur marque de vêtements. Leurs rapports d'amitié mélangés à leurs volontés de réussir sont au centre de la narration. Les personnages sont bien construits et l'idée du duo créatif VS sens du buisness (et de la magouille) et bien menée. Les relations sentimentales du héros (plus que charmant, mais bon, il est roux et je suis un peu monomaniaque en ce moment alors...) m'ont semblé particulièrement intéressantes et réalistes, entre rebound, sex with an ex, dating, etc. (je suis toujours étonnée des similarités MAIS différences entre les "stratégies" sentimentales de part et d'autre de l'Atlantique). Mais ce sont des trames secondaires. Cette première saison est visuellement très réussie, en particulier par l'omniprésence de New York (attention cliché :) qui est un personnage à part entière, elle m'a également ravie par sa grande maîtrise du montage qui construit et donne véritablement chair à la vie "hectic" de cette ville.






Merci à Marina de me l'avoir proposée, j'ai pris en grand plaisir à dévorer la première saison et j'attends la deuxième avec impatience (prévue début juillet). Un petit plaisir d'un week-end (8 épisodes de moins de 30 minutes) à savourer avec les yeux grands ouverts. Mais comme je n'ai pas grand chose à ajouter, je vais piquer le job de même pas mal parce que certains rôles secondaires m'ont immédiatement tapé dans l'oeil, nous y retrouvons par exemple :


Eddie Kaye Thomas qui joue le mythique Paul Finch dans American Pie.


Lake Bell (la brune) a des rôles récurrents dans d'autres séries comme Boston Legal et Children's Hospital et Martha Plympthon (la blonde) cumule pleins de rôles, par exemple dans Rising Hope, The Good Wife, Fringe (elle joue un inspecteur rural dans un double épisode où Joshua rencontre Walternate pour la 1e fois), E.R. et... The Goonies (oui, c'est une obligation de citer les Goonies chaque fois que possible, c'est comme ça, il y a des règles sur Internet).


Luis Guzman, plus connu au cinéma, enfin connu pas vraiment, mais c'est le parfait second rôle latino un peu gangster, vous l'avez sûrement vu dans Fast Food Nation, Punch Drunk Love, Traffic, Magnolia, Boogie Nights ou encore dans la série Oz.

Si ce genre d'exercice vous amuse, allez donc faire un tour chez Même pas mal, il y excelle et j'espère qu'il me pardonnera d'avoir piétiné ses plates-bandes d'analyste du recyclage des comédiens de séries.


EDIT : j'adore ce générique !

6 commentaires:

  1. Ah merci merci, tu me donnes envie de tester :-)

    RépondreSupprimer
  2. Héhé, super chronique de cette super série... J'ai presque envie de la rematter d ici Juillet pour me remettre dans le bain!
    Et pour bader sur NY aussi.

    RépondreSupprimer
  3. Ce sera mi-Septembre pour la diffusion de la saison 2 sur HBO et non juillet ;)

    http://how-to-make-it-in-america.hypnoweb.net/

    RépondreSupprimer
  4. @ Nekko et Marina : héhé

    @ Anonyme : merci ! J'ai lu ailleurs juillet, snif.

    RépondreSupprimer
  5. ;-) content que cette série te plaise! ;-)

    RépondreSupprimer
  6. @ Nicolas : han, je me rends compte que je remercie Marina, mais je t'ai oublié, c'est en effet toi qui me l'as suggérée en premier, j'étais scotchée sur Carnivale et j'avais oublié ton com... qui a dû rester gravé et se réactiver quand Marina me l'a proposée ensuite à nouveau. Donc merci à toi également ! Et je suis ravie que tu continues à "me rendre visite" :-)

    RépondreSupprimer