mardi 17 mai 2011

Retour vers le passé avec les séries historiques

Depuis quelques saisons (entendre années dans le monde des séries), les séries historiques sont de plus en plus présentes sur nos écrans (enfin nos écrans, les écrans d'Amérique du Nord et le phénomène arrive doucement de ce côté de l'Atlantique). Il y a eu quelques autres exemple que ceux que je vais développer ci-dessous auparavant, mais aucune d'entre elles n'était produite de manière aussi ambitieuse, tant visuellement que scénaristiquement. Vous souvenez-vous de cet homme qui voyageait d'époque en époque à chaque épisode ? Je ne trouve plus le nom de cette série (EDIT : Code Quantum), mais j'ai souvenir d'une production un peu bâclée au niveau des décors et costumes. Je ne parle pas non plus de Happy Days ou de That's 70 Show qui certes utilisaient une époque particulière, mais juste en tant que décor alibi pour les interactions entre les protagonistes. Les seules que j'aurais pu ajouter c'est Deadwood (qui a lieu au Far West autour de 1800 et où les décors et costumes sont également d'excellente facture) ou The Tudors mais je n'ai jamais accroché.


Ce qui n'est pas du tout le cas de Mad Men. Qui est la plus connue et la plus adulée parmi cette vague de séries historiques, et c'est particulièrement justifié. Les décors, costumes et maquillages sont parfaitement étudiés pour nous replonger dans le début des années 60. Les interactions dans l'entreprise ou entre hommes et femmes sont construits avec autant de finesse et de soucis du détails. Les événements historiques majeurs de cette période (l'assassinat de Martin Luther King, l'élection de John F. Kennedy, la Baie des Cochons, etc.) participent à la toile de fond particulièrement soignée. La série se passant principalement dans le monde de la publicité, les marques présentes permettent également d'ajouter de la véracité à la diégèse. Les intrigues tournent toutefois plus souvent autour des amour(ette)s de Don Draper (Jon Hamm, dont je mangerais volontiers à tous les repas, je me réjouis de m'en repaître au cinéma), quoique les femmes prennent de plus en plus de place et de pouvoir au fur et à mesure des saisons. Les intrigues se mêlent et ne se ressemblent pas, tous les sujets de société y sont abordés et nous permettent de nous replonger moralement et historiquement dans cette période d'ébullition. Je ne sais pas comment les scénaristes vont réussir à se renouveler, mais je ne suis pas prête d'être lassée.




Bordwalk Empire traite d'une autre période importante de l'histoire nord-américaine récente, l'entre-deux-guerre et sa prohibition. Le héros, campé par le sublime Steve Buscemi, gère Atlantic City, sans toutefois en être le maire. Dès le premier épisode, son double jeu d'homme respectable VS mafieux est explorée avec brio, c'est lui qui poussera ses concitoyens à voter en faveur de la prohibition... sachant que la contrebande d'alcool allait devenir sa poule aux œufs d'or, elle va également être un facteur exponentiel du développement de la mafia. Les costumes et décors sont tout autant travaillés et passionnant que dans Mad Men, à la différence que certains décors extérieurs ont dû être construits virtuellement, le boardwalk est particulièrement impressionnant. Je ne peux ne pas citer l'impressionnant Michael Pitt (sinon @Royaume_inverti va m'en vouloir), cerise sur le gâteau, qui incarne un personnage entre deux époques, particulièrement intéressant.
Les cadrages, les lumières et le montage sont particulièrement soignées, le pilote est d'ailleurs signé par Martin Scorsese (rien que ça) et au scénario, nous retrouvons Terence Winter, scénariste et producteur de The Sopranos, voilà qui devrait mettre l'eau à la bouche de certains. Le rythme de narration est lent, comme souvent dans ces séries historiques d'ailleurs. Il permet de s'imprégner de l'ambiance et de plonger dans les réflexions des personnages en comprenant les enjeux selon la mentalité du moment. La première saison de cette série a été flamboyante, j'attends la suite avec impatience.




The Borgias est une épopée se passant dans la Rome papale de la Renaissance et dont les personnages principaux, le Pape Borgia et ses enfants, sont tous plus torturés et vicieux les uns que les autres. Les reconstitutions visuelles sont impressionnantes. Au-delà des décors et costumes, les lumières nous transportent dans des tableaux de l'époque, nombreux sont les cadrages que l'on "reconnait", ce qui apporte une modernité et une proximité tout à fait étonnante à ces "vieilles" histoires. Je ne suis pas sûre que la série mérite de nombreuses saisons et je sais que certains sont particulièrement déçus, mais pour ma part je trouve que cette première saison mérite définitivement d'être vue. En particulier pour les trois acteurs principaux, Jeremy Irons (le pape) et ses deux enfants principaux François Arnaud (nom à retenir) et Holliday Grainger (Lucrezia Borgia). Le créateur de cette série, Neil Jordan, a déjà largement fait ses preuves au cinéma (Breakfast on Pluto, Interview with a vampire, etc.), il vient de gagner ses lauriers sériesques.
Une autre série sur la même thématique est en train d'être produite par Canal +, elle sera intitulée Borgias et devrait être diffusée à partir de l'automne 2011, il sera intéressant de les comparer, d'autant que The Borgias vient de se gagner une deuxième saison de 10 épisodes grâce à son succès d'audience.




The Kennedys n'est quant à elle malheureusement qu'un téléfilm à épisodes (6) dont on peut se passer allégrement, je vous laisse consulter cet article qui ne mérite pas d'ajout particulier. Dommage, je me serais volontiers plongée plus longuement dans l'univers de John, Bob et Jackie, si seulement les scénaristes et les producteurs avaient eu un peu plus d'ambition que la ressemblance à tout prix, le jeu avec les images d'archives aurait pu être passionnant.


Au vu de ces succès récents, je pense que le genre ne va pas s'éteindre de si tôt et je me réjouis de découvrir les prochaines productions sorties de l'imagination des scénaristes hollywoodiens. Il y en a d'autres des séries "historiques" ? Et vous, êtes-vous amateurs ?

EDIT : une brillante analyse à propos des séries "historiques" ici.

18 commentaires:

  1. "Vous souvenez-vous de cet homme qui voyageait d'époque en époque à chaque épisode ?"
    Code Quantum !

    RépondreSupprimer
  2. Merciiiiiiiiii ça fait une semaine que je cherche...

    RépondreSupprimer
  3. Carnival aussi... Ca avait l'air bien...

    Oh MON DIEU ! C'est Katie Holmes ? Mais... C'est la concubine du démon !

    Merci aussi je heu... Wow. Merci quoi.

    @Royaume_Inverti

    RépondreSupprimer
  4. Oui, c'est Katie Holmes, mais elle arrive à se faire oublier par la ressemblance (costumes et maquillage y sont pour beaucoup, mais elle a également étudié la gestuelle, c'est assez troublant). Mais la série est vraiment pas très intéressante de toute manière...

    Carnival ??? ça ne me dit rien et ça ne dit rien à IMDB...

    RépondreSupprimer
  5. Vraiment bien cet article ! J'ai personnellement adoré Boardwalk Empire , vraiment c'est juste une série géniale ! Il faut que je continue mad men aussi car les premiers épisodes m'ont beaucoup plus !
    Quand aux autres je ne les connais pas mais elles ont l'air vraiment bien aussi :)

    A bientôt,

    Sophie - http://mode.fr
    (Site dédié à la mode et aux tendances)

    RépondreSupprimer
  6. "La caravane de l'étrange"

    http://www.imdb.com/title/tt0319969/plotsummary

    RépondreSupprimer
  7. Merci très cher, j'ai lancé le téléchargement de la première saison.

    RépondreSupprimer
  8. Ah, Mad Men... (soupir) Quand je pense qu'il faut attendre janvier 2012 pour la saison 5, ça me donne envie de mourir tiens !

    RépondreSupprimer
  9. J'adorais Code Quantum. Le titre original "Quantum Leap" a nettement plus de sens, par contre.

    RépondreSupprimer
  10. @Paul-Marie : le premier épisode m'a plu, vivement la suite.

    @Alexandra : l'éternel problème des entre-saisons interminables.

    @Mdame Jo : effectivement, d'où notre trou de mémoire d'ailleurs, Quantum Leap on s'en serait probablement rappellées.

    RépondreSupprimer
  11. C'est marrant, je n'arrive pas à adhérer du tout à Mad Men, parce que le machisme et le racisme ambiant de l'époque me débectent et le pire, c'est que lorsqu'une femme essaie de s'émanciper dans la série, elle est aussitôt critiquée par ses consoeurs (merci la solidarité féminine). Alors, oui, je sais qu'il faut regarder la série au 2e degré, mais rien à faire, je n'y arrive pas.

    Sinon, j'attends Borgia avec impatience !

    RépondreSupprimer
  12. Koyangi > ah ben moi aussi, ça m'énerve, mais ça ne m'empêche pas de regarder :)

    RépondreSupprimer
  13. Koyangi je ne suis pas sûre qu'il faille regarder Mad men au second degré, d'après ce que j'ai pu lire c'est très fidèle à la réalité de l'époque en fait. C'est en effet révoltant mais moi je prends ça comme un documentaire. J'aimerais rencontrer ces femmes, j'aurais tellement de choses à leur dire...

    RépondreSupprimer
  14. @ Koyangi : comme alexandra, Mad Men n'est pas à prendre au second degré. C'est une peinture de société, une série qui montre les travers profond d'une époque, tant pour le tabagisme, que l'alcoolisme, que le machisme, que le racisme, etc. C'est passionnant de se dire qu'en si peu d'année le monde et les mentalités (certaines du moins) ont autant changé.
    Et si Mad Men te débecte... ne regarde pas les autres hein... ^^

    RépondreSupprimer
  15. Sortant un peu du sujet, je me permet de te suggérer "How to make it in america", série bien construite, bien filmée avec un vrai caractère! Seul un personnage caricatural et quelques facilités scénaristiques sont à déplorer mais ça reste mon coup de coeur du mois! (bon rien à voir avec le passé...)

    Take care! ;-)

    RépondreSupprimer
  16. Nicolas : merci, j'irai voir ça ! Là je suis hypnotisée par Carnivale. Je referai un billet avec vos idées. (et bienvenu)

    RépondreSupprimer