mardi 3 janvier 2012

Hysteria


Hysteria (Tanya Wexler, 2011, G-B)
(pitoyablement traduit en français par Oh my god!)

A la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, en Angleterre, de très nombreuses femmes étaient diagnostiquées comme "hystériques" (female hysteria), ce qui était considéré comme une maladie mentale directement issue de l'utérus (no comment). De très nombreuses mutilations génitales, hystérectomies, traitements avec des électrochocs, internements forcés en hôpitaux psychiatriques, j'en passe et des meilleures, ont été pratiqués pendant des décennies sur des milliers de femmes. C'est un pan tragique de l'histoire médicale que j'avais appris grâce à une sublime série documentaire sur arte. J'espérais que Hysteria allait en parler, ce film ne fait qu'effleurer le problème, dommage.


Par contre, il m'a fait rire, souvent mais moins fort que les deux dindes que j'aurai bien étranglées assises derrière nous autant grâce à ses gags visuels qu'à certains dialogues très bien écrits et qu'aux acteurs. C'est l'histoire d'une jeune médecin ambitieux, motivé par la médecine moderne et désireux d'accompagner les progrès scientifiques ; il se fait donc logiquement virer de tous les hôpitaux où il travaille sous la coupe de vieux médecins qui ne pratiquent que saignées et sangsues. Il finit par se faire engager par un spécialiste de "la médecine des femmes" qui pratique la "massage des vulves" afin de libérer toutes ces énergies néfastes qui rendent les femmes si "hystériques". Vous avez compris, ils masturbent ces femmes qui viennent donc chercher leur orgasme hebdomadaire et médical. Evidemment ces scènes sont hilarantes. Malheureusement, de patientes en patientes, le pauvre jeune praticien attrape d'atroces tendinites qui finissent par le faire virer de ce cabinet. Son meilleur ami, un riche oisif, passionné par la nouvelle fée électricité, invente un objet vibrant que le jeune médecin détourne très rapidement en vibromasseur, invention qui a le succès qu'on lui connait aujourd'hui et qui fit de lui un homme riche.


Hysteria est une comédie qui se regarde avec plaisir, sans grandes surprises esthétiques, mais sans raté non plus, un divertissement agréable, sans être le film de l'année. Vous l'aurez compris, j'ai passé un bon moment, mais je regrette que cette thématique n'ait pas donné lieu à un film plus féministe, voire simplement plus féminin. Parce qu'étonnement, ce film, parlant d'une thématique féminine ET féministe, avec des rôles féminins importants et réalisé par une femme, ne passe que de justesse le test Bechdel grâce à une scène complètement anodine et inutile où Maggie Gyllenhaal (sublime à part ça) confie des clés à sa collègue. Dommage, Tanya...

5 commentaires:

  1. Si le sujet t'intéresse, je recommande ce livre - si tu ne le connais pas déjà: Rachel P.Maines, Technologies de l’orgasme. Le vibromasseur, l’ «hystérie» et la satisfaction sexuelle des femmes, Payot, 2009 (ici traduit de l'anglais).

    C'est de l'histoire que je qualifierais de fiable et d'agréable à lire ;-) L'auteure fait bien le lien entre une maladie comme l'hystérie, maladie féminine fourre-tout pour le trop plein ou le trop peu de sexualité et bien d'autres maux, et le modèle genré imposé aux femmes. En gros, tout ce qui dépasse du modèle ou y contrevient est une partie malade à soigner. Le tout à une époque, pour le dire vite, où les médecins prennent le relais de l'église pour réglementer ce qu'il se passe dans le lit des gens et par la même occasion, inscrire le genre dans le corps.

    Merci pour cette critique de ce film qui m'intrigue et que je n'ai pas encore eu l'occasion de voir!
    Bises

    RépondreSupprimer
  2. Je n'ai pas entendu parler de ce film avant de voir cet article, il a l'ai bien, je viens de regarder le bande annonce qui m'a mis l'eau à la bouche!

    RépondreSupprimer
  3. A Toulouse il ne passera pas en centre ville, ce film. Je sais, j'ai voulu y aller... groumf.

    RépondreSupprimer
  4. Sans grandes surprises esthétiques? Je ne suis pas d'accord, il y a de très jolies prises de vues, la photographie était superbe!

    Mais pour le reste on est bien d'accord: du bon film féministe comme on l'aime bien et qui démontre aussi que le test Bechdel est très peu concluant ^^

    RépondreSupprimer
  5. @ mooglosaurus : donc on n'est pas DU TOUT d'accord, ce n'est PAS un film féministe, le test Bechdel EST très concluant et même si l'image est jolie, aucune surprise esthétique.

    @ nekko : pas indispensable sur grand écran... #pirate

    @ Dididoumdida : donc mon billet est utile, tant mieux :-)

    @ Ness : merci pour la référence, étant autant informée, j'ai peur que ce film ne t'énerve quelques peu, prends-le comme une comédie légère (ce qu'il est).

    RépondreSupprimer