samedi 21 juillet 2012

Festival de la Cité 2012


A Lausanne, début juillet, la ville se travestit le temps d'une semaine et réinvesti son centre historique, la Cité. Cette année, comme souvent, j'y ai passé plus de temps à faire des apéros avec des copains qu'à regarder des spectacles. Shame on me. Mais c'est toujours un grand plaisir de voir ce lieu souvent si tranquille et hors du temps, être le coeur de la ville.


J'aime musarder entre les spectacles, voir combien le public participe joyeusement, découvrir le meilleur lieu et/ou le meilleur parcours pour profiter au mieux de ce festival qui fait si bien les choses. Leur application pour iphone est super pratique (dommage qu'elle ne soit pas développée sur Androïd) et leur compte twitter "hacké" chaque année par un artiste lausannois est toujours aussi intéressant à suivre. Cette année c'est Katia de Zorg qui s'y est collée, elle a fait sa petite comptabilité de bières bues (0), de spectacles vus (pleins), de vieux copains retrouvés, d'heures de sommeil (trop peu), etc. Je me réjouis de voir qui aura l'honneur de tenir ce compte l'année prochaine.


Pour ma comptabilité à moi, c'est moins glorieux, il y a eu plus de bières que de spectacles, mais tout de même quelques coup de coeur. Je préfère toujours les spectacle de cirque, burlesques, humoristiques, de marionnettes ou les happenings sauvages aux traditionnels concerts (et je suis hermétique à la danse). Je cherche donc le spectacle suffisament décallé pour que j'aie à la fois des éclats de rire et les yeux brillants d'émotion. Ceux qui ont le mieux réussi cette année sont un couple de Japonais qui faisaient un genre de mime dansé à hurler de rire. Un geste d'encouragement m'est d'ailleurs resté, joli souvenir.


Mais ce que je préfère souvent, à la Cité, à part les apéros prolongés j'entends, c'est simplement les transformations de cette si jolie partie de la ville. J'ai regretté que le land art de l'année dernière ne soit pas reproduit, je n'ai pas été particulièrement touchée ni par les statues de sables ni par la passerelle pseudo-scientifique, mais j'ai aimé les lumière, en particulier celles qui transformait le château en décor de film fantastique avec lave en fusion.


Et vous, votre Cité c'était comment ?

5 commentaires: