mercredi 18 juillet 2012

La Fondation de l'Hermitage


La Fondation de l'Hermitage est une des institutions muséales de Lausanne. Ils ont une réputation qui dépasse largement nos frontières et se permettent des expositions très impressionnantes régulièrement. Mais ce que je préfère à l'Hermitage ce n'est pas ce qu'il y a dedans (même si je vous parle de l'expo actuelle plus bas), c'est l'écrin dans lequel cette maison de maître est située. Un parc magnifique, avec un verger sur le haut (direction Sauvabelin), une pelouse avec des arbres centenaires majestueux autour de la Fondation, une vue sur la vieille ville et sur le lac et la possiblitié de faire une mini promenade dans la forêt pour atterir directement à la Cité. C'est LE truc à montrer aux gens de passage pour leur faire adorer Lausanne, ça marche à tous les coups.


En ce moment, le parc comporte plusieurs plantations de Lausanne Ville du Goût. Elles se trouvent sur l'avant de la Fondation, je me suis amusée à tenter de reconnaître les différentes plantes, je dois avouer qu'il m'a été impossible d'en identifier certaines sans "tricher" avec la liste.

 

Le côté champêtre du lieu, toujours magique, est encore accentué. Mais le plus beau reste le champ de céréales avec coquelicots, sur fond de Cité, Cathédrale et lac Léman, on se croirait dans un tableau de Monet. C'est sublime. Ils vont faucher le 4 août, à l'ancienne, je vais tenter de ne pas rater l'occasion d'aller faire faire des photos.


Mais assez parlé de l'écrin, passons à l'exposition du moment : Jorn Asger, peintre danois dont je ne connaissais rien avant d'y aller. L'exposition, je ne peux que la recommander aux amateurs de travail des couleurs ou d'expressionnisme. Pour ma part j'ai été mitigée. Un détail avant de vous montrer quelques photos volées dans le catalogue de l'expo : l'entrée de la Fondation, sans rabais, coûte CHF 18.-. C'est une somme que je ne suis pas prête à payer pour une exposition décevante, raison pour laquelle je vais rarement à la Fondation de l'Hermitage, malgré la beauté du lieu.

Pour CHF 18.-, on est fliqué à chaque instant par des agents de sécurité très présents qui vous regardent comme si vous étiez un délinquant dès que vous vous approchez d'une oeuvre pour en apprécier les détails... ou simplement pour ne pas subir ces PUTAINS de reflets. Parce que ces CHF 18.- n'incluent PAS une muséographie intéressante. A part les panneaux explicatifs et une séparation des différentes périodes du peintre, c'est vraiment pauvre. Et la lumière est VRAIMENT merdique. Et c'est dommage parce que leur programme est souvent d'une grande richesse. Leurs catalogues sont souvent un meilleur moyen de bien voir certaines oeuvres... c'est un comble.

Les images qui suivent sont photographiées du catalogue, 
je sais, c'est mal, mais la qualité (de mes photos) a un rendu
tellement nul que ça annule le dommage subi, non ?


Mais revenons à Jorn Asger qui aurait mérité mieux. Je ne connaissais pas du tout le peintre avant de pénétrer dans l'expo et, comme je le fais souvent, avant de lire quoi que ce soit, j'ai visité le rez-de-chaussée afin d'apprécier ses oeuvres sans a priori quel qu'il soit. Et je n'ai pas été emballée. La première salle m'a laissée totalement froide. A partir de la deuxième salle, j'ai commencé à être émue par certains mouvements et à comprendre que si ce peintre allait me plaire, ce serait plus par son côté ludique.

Je me suis amusée pendant tout le reste de l'expo à retrouver des images connues dans ses couleurs si vivantes. J'y ai retrouvé Les Nymphéa de Monet, Le Baiser de Klimt, le roi des white walkers de Game of Thrones et Laika rencontrant ses premiers martiens. Comment ça rien à voir ? Mais si, je vous assure, n'est-ce pas là, par exemple, une parfaite interprétation de la jeune fille à la perle de Vermeer ?


A m'amuser ainsi, j'ai mine de rien réussi, enfin, à être émue par ce peintre étonnant. Sa production est très diverse. Jai été très mitigée pour certaines choses, je suis restée totalement hermétique à d'autres, mais j'ai été émue par certaines oeuvres vraiment intéressantes. Un coup de coeur particulier pour sa série de "modifications". Tableaux sans intérêt qu'il a chiné dans des brocantes et qu'il a "customisé". Son discours sur l'art est passionné et donc passionnant.


Je vous laisse vous faire votre propre idée avec ce portrait d'une jeune fille à la moustache où le peintre critique l'avant-garde de l'époque. A mon avis, cette exposition ne plaira qu'aux aficionados de l'artiste ou aux férus d'histoire de l'art et de peinture. Pour découvrir la Fondation de l'Hermitage "en touristes" attendez la prochaine exposition (le prix du billet est trop cher pour faire un tour rapide si l'expo ne vous intéresse pas) et allez donc profiter de la terrasse de l'Esquisse, le restaurant attenant, où, parait-il, on mange très bien.

7 commentaires:

  1. Pour garder ses sous pour aller manger à l'Esquisse, le plan, c'est d'y aller le 1er samedi du mois: tous les musées lausannois sont gratuits.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voui. Ou avec la Clé Lausannoise, une place offerte pour une place achetée. Ou qu'avec des chômeurs ou des étudiants...

      Supprimer
  2. Le bâtiment et les alentours de la Fondation de l'Hermitage sont très beaux, mais contrairement à toi, je n'ai jamais été emballée par la programmation que je trouve souvent "pompier", c'est-à-dire sans aucune prise de risques (Bonnard, etc.), sans oublier le côté "bourge pour mémés à caniches qui ne comprennent rien à l'art mais ça fait bien d'y aller et d'embêter ensuite une ex-étudiante des Beaux-Arts pour lui demander ce qu'elle en pense" (c'est du vécu). Mais bon, ce n'est que mon avis et je peux être impitoyable parfois ;o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord avec toi pour la programmation sans risques, mais ça permet tout de même souvent de voir des oeuvres qu'on n'aurait pas pu voir autrement à moins de voyager... ce qui vaut peut-être mieux pour certaines à cause de la lumière merdique...

      Supprimer
  3. j'aime beaucoup ce musée moi aussi! j'avais adoré l'expo sur Hopper, bon c'est un peintre que j'adore à la base... Je profite d'y aller avec la Clé lausannoise ou le premier samedi du mois! J'aimerai bien tenter d'aller manger à l'Esquisse un de ces jours!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'Esquisse aussi prend la Clé Lausannoise ;-)

      Supprimer
    2. Je confirme, et tous les jours d'ouverture! (on y est même allés la semaine dernière et c'était vraiment, vraiment bon)(j'ai mis en lien l'adresse vers notre, euh, "critique")

      Supprimer