jeudi 12 juillet 2012

Lars and the Real Girl


Lars and the Real Girl (Craig Gillepsie, usa, 2007)

Lars est un jeune homme solitaire, qui ne supporte pas qu'on le touche. Un être d'habitudes à la limite de l'autisme. Il vit en face de la maison de ses parents, décédés, où vivent son frère et sa belle-soeur. Après avoir posé ses ambiances et ses personnages de manière brillante, le réalisateur nous embarque dans une histoire complètement loufoque mais parfaitement réaliste.

Lars "rencontre" Bianca et la présente à sa famille. Affolés, ils prennent conseil auprès du médecin de la ville, également psychologue, qui leur explique que le mieux qu'ils puissent faire, pour aider Lars, est de jouer le jeu. Toute la petite ville jouera le jeu et Bianca va prendre une place étonnante.


Ryan Gosling joue totalement à contre-emploi de ses rôles de petite frappe dans Drive, de premier de la classe dans Ides of March ou de séducteur dans Crazy, Stupid Love ou Blue Valentine et ça lui va à merveille. C'est LE rôle que tout acteur rêve d'avoir dans sa filmographie, celui qui prouve qu'on est capable de tout et j'ai marché complètement. Mais c'est avant tout grâce à la subtilité du réalisateur, Craig Gillepsie, qui n'a pourtant à son actif qu'un autre film d'horreur et quelques épisodes de séries télé.


Ce n'est pas un grand film, c'est un petit film sans prétention qui atteint son but et reste dans les esprits comme une jolie leçon de tolérance. Un peu bien-pensant, un peu cliché, un peu romantique, un peu triste, mais tout à fait agréable. A regarder un soir de pluie, sous la couette, avec un pot de glace ou des cookies à proximité

1 commentaire:

  1. J'ai adoré ce film ! Comme tu le dis, totalement réaliste et envisageable malgré sa loufoquerie. Et c'était très émouvant je trouve. Les acteurs sont terribles !

    Dans un autre genre j'ai littéralement fondu devant Blue Valentine, surtout pour Michelle Williams, criante de vérité (ne craignons pas les clichés ;-)

    RépondreSupprimer