mercredi 25 juillet 2012

To Rome with Love


To Rome with Love (Woody Allen, usa, 2012)

Pour Midnight in Paris, j'avais expliqué mon concept de "l'échelle du Woody". To Rome with Love est un film utile dans la filmographie de Woody : il ajoute un échellon, vers le bas. Entrelas de plusieurs lignes narratives, dont l'une est pseudo fantastique, Woody nous entraîne dans une Rome aussi caricaturale que l'étaient ses Barcelone et Paris. Sauf que pour Barcelone il avait un scénario, et pour Paris une idée originale. Dans To Rome with Love, même si je suppose qu'il a voulu rendre hommage aux ruelles romaines où l'on se perd, il n'y a pas de scénario, que des bouts de dialogues ou des situations. Comme s'il les avait collés les uns après les autres.

je me mets dans la peau d'un metteur en scène que personne ne comprend
ça fera rire mes vieux fans

C'est facile : je suis Woody Allen, mon film de l'année va de toute manière être produit, pourquoi m'embêter à paufiner le scénario. Je m'ajoute dedans, je fais deux sorties qui vont rappeler à mes vieux fans de bons souvenirs de quand j'étais encore le névrosé new yorkais le plus drôle et hop, emballé, pesé, montez-moi ça avec le cul et passons à la ville suivante. A moins qu'il n'en ait marre de l'Europe et qu'il prenne enfin un peu de temps pour lui afin d'avoir une IDEE pour écrire un SCENARIO qui deviendrait un film intéressant sur l'échelle du Woody.

 Woody Allen ne voudrait-il pas nous présenter la prude Italie coincée à gauche
et l'exhubérance Romaine à droite, oh mon Dieu comme c'est brillant et TELLEMENT SUBTILE

On est en Italie alors on met une histoire d'amour passionnée mais très facile à comprendre avec des Américains avec 
un vieil acteuren plein succès et deux jeunes qui montent, on est sûr d'avoir 3 spectateurs non-européens.

N'y allez pas, à moins d'avoir besoin d'une sieste dans un espace climatisé. Et non, même pour voir votre acteur actrice favori/te ça n'en vaut pas la peine, malgré le casting hallucinant.

Woody, petit message personnel : si tu ne te remets pas très vite à faire des films avec des idées, je vais regretter que tu ne sois pas à la retraite, ou pire. Bouge-toi le cul. Merci. Bisous.

4 commentaires:

  1. Je l'ai vu en entrevue récemment, à la télé suisse ou française (il parle français, donc s'il te lis il va peut-être se sentir interpelé...), me rappelle plus. Il disait qu'il avait plein d'idées, mais n'avait pas encore réalisé son chef-d’œuvre. Je suis plutôt d'accord.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis tellement fan de Zelig et de la Rose Pourpre du Caire que je ne peux pas être d'accord avec lui.

      Supprimer
  2. "Monté avec le cul" muhahahaha
    J'ai pas aimé non plus....

    RépondreSupprimer
  3. Plutôt en accord même s'il y a certains personnages/situations qui m'ont assez plu donc je serai un peu moins dur. Mais au final le film est très inégal et assez paresseux, faut bien le reconnaitre...
    (au passage le documentaire sur lui n'est pas non plus si intéressant que cela)

    RépondreSupprimer