lundi 17 septembre 2012

Holy Cow Newsletter


Je parle si souvent du Holy Cow ici, j'ai presque l'impression d'écrire leur newsletter, alors que pas du tout, que ce soit clair, je ne suis même pas payée en burgers, c'est un scandale. Bref. J'aime Holy Cow depuis leurs débuts, dans ce tout petit local de la rue Marterey où j'avais fondu pour leurs burgers et leur philosophie : de bons produits, locaux, une identification claire des producteurs, des recettes originales, du goût, du fun. C'était il y a un peu moins de 4 ans. Depuis, ils ont ouverts une plus grande échoppe à Bel-Air, avec des frites et des bières produites expressément pour eux. Puis à Plainpalais où les Genevois ont répondu présents, à tel point que quelques mois plus tard ils ouvraient une deuxième adresse à Cornavin. Bientôt, ils vont même ouvrir une franchise en France (à Rouen), et d'autres adresses à Berne et Zürich. Le patron lui-même en est tout étonné (et ravi). Il insiste sur le côté franchise, car les standards de qualité qu'ils tiennent à conserver ici ne peuvent fonctionner que s'il peut, régulièrement, être dans chacune des boutiques et passer derrière les fourneaux.

C'est lors d'une de ces occasions qu'il m'a annoncé l'après-midi dégustation qui a eu lieu hier à l'esplanade de Montbenon, lors du grand pic-nic de la semaine du goût. L'idée de base était de faire déguster 3 nouvelles recettes, l'une à 13h, puis 14h, puis 15h. Nous sommes arrivés à 12h30, et nous avons croisé le patron qui repartait en courant rechercher des provisions. Finalement, les gens avaient faim, alors ils ont commencé à cuisiner à 11h et à 12h30 ils avaient déjà tout cuisiné et distribué. La dégustation gratuite (seule de la manifestation d'ailleurs) a donc duré de 11h à plus de 16h, avec ces fameuses trois nouvelles recettes.


Vous voyez ici les deux fondateurs de Holy Cow (t-shirt blancs) et deux instigateurs des recettes philippines et marocaines, 
qui ont tenu le stand dégustation toute l'après-midi hier.

Une recette marocaine, au boeuf épicé, que je n'ai pas pu goûté mais qui sera à la carte dès octobre, une recette philippine, un burger de boeuf avec un chutney mangue-gingembre et une sauce barbecue épicée, tuerie absolue qui sera peut-être un jour à la carte ou dans les burgers saisonniers et, le must absolu, une recette du Pays de Galle, un burger d'agneau, d'une tendresse et d'une douceur folle, accompagné par une sauce yaourt et menthe pour la fraîcheur et par un crémeux relish de poireaux.


Ce burger d'agneau est celui qui va devenir LE Burger Love. Je vous avais déjà parlé de cette charmante initiative de Holy Cow, mais apparemment la clientèle est frileuse à commander un burger sans savoir ce qu'il va y avoir dedans. Défi relevé par les patrons qui ont donc inventé ce burger d'agneau à tomber par terre, qu'il ne sera possible de goûter qu'en participant à l'opération Burger Love.

Dernière info PRIMORDIALE pour les amateurs de Holy Cow que vous êtes, sachez que si vous préférez votre pain toasté... il suffit de le demander lorsque vous passez commande. C'est une des critiques que j'ai le plus souvent entendu à propos du Holy Cow, que leur pain aurait mérité d'être toasté, vous savez ce qu'il vous reste à faire !

8 commentaires:

  1. A quand un holy cow en Bretagne...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le concept de franchise existe, il suffit de motiver quelqu'un... mais tu avoueras que Rouen c'est déjà plus près que Genève ;-)

      Supprimer
  2. Youhou! Il va enfin se passer quelque chose de sympa chez moi, je suis de Rouen! Mmmm j'ai hâte!

    RépondreSupprimer
  3. Zut j'ai quitté Rouen y a 15 ans !! C'est rigolo que la franchise ait lieu là bas. (c'est fait exprès le lien "mise en abîme" sur Rouen ?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah non, c'était pas exprès, réparé, merci !

      Supprimer