dimanche 9 mars 2014

Veronica Mars, le film

Veronica Mars ©2014 Warner Bros. Entertainment Inc.

La campagne Kickstarter du film Veronica Mars a été exceptionnelle, en moins de 24h l'objectif était atteint et les chiffres ont continué à grimper par la suite. Le réalisateur, Rob Thomas, et toute l'équipe du film, ne s'attendait pas à une telle réaction de leur fan-base -dont je fais partie- toujours bien présente plus de 6 ans après la fin de la diffusion de la 3e saison de Veronica Mars (diffusée de 2004 à 2007). J'y ai participé à cette campagne et au moment où je vous écris ces mots, je porte, fièrement un tshirt Veronica Mars (avec le même logo que sur la chaise de Kristen). J'avais même été interviewée à ce propos, je disais entre autre que j'attendais du réalisateur, qui avait un budget confortable grâce à ses fans, un vrai film de cinéma et pas juste un long épisode de série.

Warner Bros France m'a invitée à visionner le film en avant-première (en me donnant un code pour le visionner en ligne, avec mon nom en filigrane sur l'écran, impossible à partager en torrent, bien foutu). L'embargo tombe à la minute où je publie ce billet, je ne vais pas vous faire attendre plus longtemps : mon avis est mitigé.

Générique de fin <3

C'est toujours le risque quand on attend longtemps. D'autant plus que, dès la fin de la campagne, le réalisateur a commencé à abreuver ses "backers" (= participants à la campagne de Kickstarter) de contenus divers et variés, de manière très régulière. Des infos sur le casting,  des extraits, des photos, des infos sur le tournage, etc. L'attente m'a été encore plus longue, car on me rappelait plusieurs fois par mois que j'attendais.

Au moment où j'ai appuyé sur play, j'avais déjà vu environ 10 minutes de film, entre extraits, bandes-annonces, images, etc. J'avais surtout vu les deux premières minutes, où sont résumées trois saisons de manière particulièrement abrupte et artificielle. Evidemment que l'exercice est difficile : le réalisateur s'adresse à des fans qui connaissent tout de la série et à des nouveaux spectateurs qui découvrent le personnage et son univers. L'erreur est peut-être ici, le choix de satisfaire chacun finit par laisser tout le monde sur sa faim.

Veronica Mars ©2014 Warner Bros. Entertainment Inc.
Veronica Mars ©2014 Warner Bros. Entertainment Inc.

En tant que fan de la série, j'ai pris beaucoup de plaisir, comme un épisode de noël de Dr Who. L'épisode spécial, qu'on attend pendant des mois, qui est plus long et dont le scénario et les guests stars sont toujours exceptionnelles. Mais ça reste un épisode. Ce film est un long épisode de Veronica Mars. Comme dans tous ses épisodes, il y a une enquête, un proche de Veronica est accusé de quelque chose qu'il n'a pas commis, Veronica court à sa rescousse sans réfléchir, Veronica hésite entre Logan et Piz, Veronica a un père et des ami(e)s formidables et des ennemi(e)s hauts-en-couleur. Si c'est ce que vous attendez vous serez comblés !

D'autant qu'on retrouve avec énormément de plaisir les usual suspects : Piz et Logan, évidemment, mais aussi Mac, Wallace, Weevil, Dick et le toujours charmant Keith Mars. Il y a plein de clins d'oeil que les fan aboutis apprécieront à l'écran, entre la fameuse tenue, son sac qu'elle retrouve, son appareil photo, le générique chanté par un chanteur de rue. C'est presque comme des "private jokes", on se sent complice, on a l'impression d'en savoir plus que n'importe quel spectateur lambda, on fait partie du cercle des intimes, c'est très très bien joué de la part du réalisateur.

Veronica Mars ©2014 Warner Bros. Entertainment Inc.

Mais ça n'a pas suffit à m'emballer. On retrouve tous les personnages 9 ans plus tard, ils se parlent comme s'ils continuaient une conversation qu'ils n'auraient jamais arrêtée, ça ne colle pas. Je comprends l'impératif de ces grosses ficelles, l'impossibilité de raconter 9 ans, mais les quelques phrases censées nous faire saisir le "changement" des personnages sonnent creux. Creux comme un scénario de série pour ado (que  Veronica Mars n'a jamais été pourtant), pas digne du grand écran. De toute manière, en Europe, la Warner n'a aucune intention de sortir le film en salle en France, il ne sera disponible uniquement en VOD, dès le 14 mars (ici) (j'attends les infos pour la Suisse, parce que la Warner France est incapable de me fournir un contact chez la Warner Deutschland, responsables du territoire suisse, malgré plusieurs mails et questions sur twitter aux deux succursales, mais il est logique qu'il ne sorte pas en salles non plus) ou chez les meilleurs pourvoyeurs de torrents.

Donc au final, un long épisode. Point positif, il permet de clore la série proprement, ce qui n'était pas le cas avec une fin bâtarde de la saison 3 pour cause d'annulation prématurée de la série. Point négatif, on a à peine le temps de renouer avec les personnages qu'on se rend compte que c'est la dernière fois qu'on les voit. Ce film m'a juste donné envie qu'ils refassent une nouvelle série autour de cette nouvelle Veronica Mars et de ses choix des dernières minutes du film.

Veronica Mars ©2014 Warner Bros. Entertainment Inc.

Visuellement, c'est beau, jolies lumières, jolies images, mais c'est beau pour de la télévision, c'est n'est pas wahou comme peut l'être du cinéma. Rythmiquement ça fonctionne, on ne s'ennuie pas, certains dialogues ont le peps attendu. Le scénario est par contre un peu faible. L'enquête ne m'a pas passionnée du tout. Elle ne sert que d'alibi pour que l'on retrouve tous les personnages que l'on aime et que l'on dénoue les fils tissés pour terminer proprement. Mais il y a de jolies trouvailles.

Un soucis toutefois avec le placement de produits. Samsung amène de nombreux gros plans sur des téléphones, des tablettes, des écrans, de nombreux dialogues à ce propos (certains vont jusqu'à détailler les différents types de tablettes...) et l'enquête tourne pratiquement entièrement autour de ça. Alors je comprends bien qu'il fallait que Veronica soit au fait des nouvelles technologies, mais en tant que backeuse ayant mis de l'argent dans ce film, ça m'a dérangée de voir ces placements de produits. Le film était financé, largement, pourquoi insister autant ? Et il n'y a pas que Samsung, il y a Pepsi aussi, la voiture de Logan, etc. J'ai eu du mal à avaler.

Veronica Mars ©2014 Warner Bros. Entertainment Inc.

Je ne sais pas du tout si les non-fans vont s'y retrouver et comprendre les enjeux relationnels et émotionnels. Pour les fans par contre, que Veronica courre à la rescousse de Logan en laissant Piz à New-York est évidemment l'enjeu principal. Est-il suffisamment explicite pour un non-fan ? (Si l'un d'entre vous voit le film et n'avait pas vu la série, votre avis m'intéresse beaucoup !)

Mitigée donc, parce que Veronica Mars c'est mythique et que je ne suis pas ressortie totalement emballée. Mais ravie et satisfaite que cette série ait pu obtenir la fin qu'elle méritait.



!!!! ATTENTION SPOILERS !!!!


Cette toute fin où, évidemment, Veronica craque pour Logan. C'était impossible de faire autrement. C'était le choix évident. Le magnétisme entre les deux est flagrant. Logan. #teamLogan

Veronica Mars ©2014 Warner Bros. Entertainment Inc.
Veronica Mars ©2014 Warner Bros. Entertainment Inc.
Veronica Mars ©2014 Warner Bros. Entertainment Inc.
Veronica Mars ©2014 Warner Bros. Entertainment Inc.
Veronica Mars ©2014 Warner Bros. Entertainment Inc.  

Son choix professionnel final me plaît beaucoup également. Ne pas devenir une avocate d'affaire dans un cabinet réputé mais revenir à Neptune et au métier de P.I. (détective privé) est évidemment tout à fait "Veronica Mars".

On quitte donc ces personnages que l'on aime en étant satisfaits de leurs sorts, sauf peut-être pour Piz, mais il fallait faire un choix. Ce n'est pas un "ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants", mais c'est un genre de happy end pour Veronica Mars. Je suis prête à lui faire mes adieux.

D'un autre côté, la dernière scène serait le début parfait d'une nouvelle saison de cette série. Je vous ai dit que j'étais mitigée ?


*********


PS : Saviez-vous que quand vous utilisez la plateforme blogger, google + repère vos photos qui ont "besoin" d'un effet et l'ajoute automatiquement ? Je ne m'attendais pas à celui-là. Pour les dommages aux cornées, plaignez-vous au google le plus proche de chez vous.


4 commentaires:

  1. Je crois que c'est normal d'être déçu quand on attend autant, on en imagine trop! Et quand bien même, tant pis si c'est "grosses ficelles et fan service" j'attends avec impatience de pouvoir le visionner!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Normal oui.
      Je savais néanmoins que le risque d'un long épisode au lieu d'un film était grand... j'étais déçue d'avoir raison.

      Supprimer
  2. Pour le placement de produit, je t'invite à revoir la série en détail. A cette époque, c'était Apple que l'on voyait principalement, mais bon... le macbook est plus naturellement intégré au décor et considéré comme normal.
    La série la plus drôle pour le placement de produit, c'est Gossip Girl, qui s'acharnait à mettre en évidence les gros losers de l'époque: Microsoft et Blackberry :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un écran de temps en temps ne me dérange pas. Un gros plan sur la marque de manière systématique, en faisant le tour complet de la marque : téléphones, tablettes, ordis, écrans tv, et j'en passe, sans compter plusieurs dialogues qui parlent des mérites de ces produits, là oui, ça me dérange.

      Dans toutes les séries et dans tous les films, il y a du placement de produit. Souvent financé, parfois juste parce que le produit est dans l'environnement.

      Là on est à la limite de la pub de 2h pour Samsung. C'est insupportable.

      Supprimer