jeudi 1 mai 2014

Angélique Noire


Je me parfume Guerlain. Depuis des années. Ceux qui se parfument Guerlain comprendront.

J'ai découvert la marque de manière un peu particulière, un homme m'a offert l'Heure Bleue en me disant "c'est ton parfum, celui qui t'ira le mieux." Cet homme c'était Jean-Paul Guerlain, nous étions à Mayotte, je le côtoyais régulièrement, à part ce parfum, il m'a aussi ramené régulièrement du Vacherin Fribourgeois et du Gruyère, il a "empuanti" (sic) tout le compartiment première classe de l'avion entre Paris et Saint-Denis de la Réunion (12h de vol) plusieurs fois pour ma gourmandise. Je me souviens aussi de son jardin magnifique, de sa frustration de n'avoir jamais réussi à trouver une manière d'emprisonner l'odeur sublime mais trop fragile du frangipanier (mon arbre préféré), de son obsession pour sa cuisinière légèrement bancale qui ne permettait pas des oeufs cocotte parfaitement symétriques. Des souvenirs par touches expressionnistes d'un personnage qui m'a marqué.

Et pour l'Heure Bleue, évidemment, il avait raison, c'est mon parfum. Il m'enveloppe, me rassure, me réjouit à chaque fois que je le porte, depuis 15 ans. Quand j'ai découvert le blog du Critique du Parfum (dont je vous ai déjà parlé), j'attendais avec appréhension sa critique de l'Heure Bleue. Et si mon nez n'avait pas repéré un défaut, une faiblesse ? Et si son article allait me la pointer du doigt et m'empêcher de ne plus la sentir ensuite ? Puis est arrivé sa description :
"Qu'est-ce qu'un parfum?

Si le concept devait être expliqué à un néophyte, L'Heure Bleue serait l'exemple parfait. Une senteur qui interpelle, qui captive, qui marque la mémoire d'une empreinte douce-amère. Baume vanillé, poudré, épicé par l'oeillet et nappé d'encaustique, l'abstraction de L'Heure Bleue ne laisse place qu'à l'émotion.

Comme un jour qui finit. Comme un souvenir, désormais précieux."

Cette validation de mes sens par un critique qui me fascine a eu un effet puissant. J'étais rassurée, évidemment, mais surtout je me suis autorisée depuis à faire confiance à mon odorat et à mon palais.



Depuis quelques temps, ma vie est en train de changer. Celle qui portait l'Heure Bleue a besoin de plus d'affirmation. Il y a quelques temps, je suis passée dans la boutique Guerlain (celle du Marais que j'aime beaucoup) pour tester leurs "nouveautés". C'est intéressant d'entrer dans une boutique Guerlain, d'abord parce que j'étais habillée en touriste qui va beaucoup marcher : basket, jean, hoodie, sac en bandoulière, très loin de l'image luxueuse de la cliente type Guerlain. J'y ai été reçue avec un oeil qui frise mais de manière très respectable. Dès que j'ai dit que je portais un parfum de la maison depuis des années, l'ambiance s'est réchauffée. Ce jour-là, on m'a fait tester une dizaine de "nouveautés", j'étais en particulier curieuse de la collection l'Art et la Matière, avec ses noms tels que Tonka Impériale, Cuir Beluga (extraordinaire), Bois d'Arménie, Iris Ganache, Rose Barbare. L'Art et la Matière n'est pas une nouveauté, quoique à l'échelle de l'histoire de Guerlain elle en fait figure, mais c'est une de ces collections qui n'étaient disponibles que dans les boutiques Guerlain Parisiennes (et donc pas les "corner" comme ils les appellent dans les grands magasins ou parfumeries généralistes, aujourd'hui, ces collections exclusives sont aussi vendues en ligne).


Ce jour-là, j'ai senti pour la première fois Angélique Noire. Coup de foudre. Je m'en suis parfumée pour voir comment il évoluait sur ma peau. Et puis j'avais besoin de temps pour me décider, changer de parfum n'est pas une mince affaire. Quand je me suis décidée, le jour du départ, il me restait une heure pour aller m'acheter ce parfum avant de reprendre le TGV de retour vers Lausanne... et la boutique Guerlain était fermée. Désespoir. C'était il y a plus d'un an. Et ce parfum me restait en tête comme une obsession. A ma dernière visite parisienne, j'ai été, enfin, me l'offrir. 

"Le trublion de L'Art et la Matière.



Un parfum tout en contraste: amer et doux, glacé et caniculaire, luminescent et ténébreux, Angélique Noire est un grand Huit olfactif, diablement original et parfaitement maîtrisé.


La construction en 2 temps, commune à Bois d'ArménieIris GanacheRose Barbare et Cuir Beluga atteint ici son paroxysme.

Le départ est très surprenant, une alchimie de bergamote et d'angélique, un accord vert, végétal, acide, subtilement amer [à la manière de Rhubarb de Comme Des Garçons]. Cette création de Danièla Andrier évolue vers une vanille duveteuse, amandée, qui oscille entre une facette boisée et une facette pâtisserie fine.

Angélique Noire résume à elle seule la collection: un souffle nouveau et excitant, en parfaite harmonie avec les bases qui ont fait l'histoire et la légende de Guerlain."


Depuis, celle qui portait l'Heure Bleue porte Angélique Noire. Ce parfum m'enveloppe, me protège, me fascine, il est puissant et sa puissance me donne de l'assurance. Il est presque palpable, comme une présence. Je n'avais pas compris à quel point il accompagnerait parfaitement cette nouvelle période de vie.


*******

PS : Pour une fois, c'est une nez qui a créé ce parfum, Danièla Andrier. Depuis que je porte ce parfum, j'ai un peu fouillé les zinternets pour découvrir qui elle était. J'ai appris, entre autres choses :
"L'Heure Bleue, que j'ai porté le jour de mon mariage, c'est une partie du monde qui n'existait pas. Et ça parle de sa poésie. L'accord était complètement nouveau. C'est tout le contraire de ce qui consiste à dire : j'ai senti une rose et je vais essayer de la copier. Rien ne peut concurrencer la nature."
Et je ne résiste à vous montrer cette courte vidéo où elle explique la naissance de sa fascination pour les parfums.


10 commentaires:

  1. Je suis Guerlain, mais pas les classiques Heure bleue ou Shalimar que portait ma mère. Insolence, les variations de Shalimar (celui d'été, poudré, le parfum initial, particulier) et plus récemment la petite robe noire, plus facile. Celui qui tourne le mieux sur moi et qui manifestement me va le mieux reste Insolence.

    Bref, je te comprends.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Petite Robe Noire est délicieux effectivement. Tu connais Après l'Ondée ? Je suis sûre qu'il te plairait beaucoup !

      Supprimer
  2. NE PAS ME TENTER ! ! !

    (Non, je ne connais pas, mais ça ne saurait durer ^_^)

    RépondreSupprimer
  3. J'ai porté Après l'ondée un été, en eau de toilette, il est d'une subtilité incroyable, c'est vrai que tu devrais l'essayer :-D
    Sinon je crois que je vais chercher l'adresse exacte de la boutique immédiatement...

    RépondreSupprimer
  4. Tu as connu Monsieur Guerlain, quel privilège. Je porte en alternance l'Heure bleue et Arpège fonction de mon humeur du moment. je ne suis pas aussi fidèle que toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et mon livre fétiche celui auquel je reviens toujours c'est A la recherche du temps perdu, finalement je suis assez raccord sur les dates ....

      Supprimer
    2. Je ne porte pas qu'Angélique Noire !
      J'ai toujours plusieurs parfums simultanément dans ma vie. En ce moment, l'Eau d'Orange Verte de Hermès, l'Heure Bleue toujours, Champs-Elysée de Guerlain, un Jardin apès la Mousson (Hermès aussi), ...

      Mais Angélique Noire est devenue la nouvelle star dès son arrivée :-)

      Supprimer
  5. Quel chance d'avoir connu Jean-Paul Guerlain !
    Je suis Guerlain moi aussi... Depuis bien 30 ans je porte Mitsouko tous les hivers, d'octobre à mars. Je ne suis infidèle à Guerlain que l'été :-) Et encore, je porte parfois l'Aqua Allegoria Herba Fresca qui me fait me sentir comme en pleine nature juste après la pluie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, je l'ai porté longtemps aussi l'Herba Fresca, ainsi que Pampelune d'ailleurs ! Ils me manquent tiens !

      Supprimer
  6. Voilà, c'est malin : maintenant j'attends de pouvoir m'offrir L'heure de nuit... vilaine :-D

    RépondreSupprimer