jeudi 12 juin 2014

Comment cuisiner pour une personne


J'ai longtemps vécu seule, et donc fait des courses et cuisiné pour une personne. Durant ces périodes, j'ai mis en place des méthodes pour rationaliser mon temps passé en cuisine, mon utilisation de la vaisselle et les ingrédients achetés. Des exemples tout simples que je reproduis tous les jours sans même y penser, qui pourraient être utiles à d'autres. D'autant que dans nos vies frénétiques du XXIe siècle, même les foyers plus nombreux -tel que le mien aujourd'hui, il a doublé de volume, non mais tu te rends compte ?- se retrouvent souvent dépeuplés durant plusieurs repas par semaine.

Je vais vous présenter une recette qui permet de cuisiner rapidement deux repas complets pour une personne, en utilisant une seule poêle pour cuisiner de la viande, des légumes et une céréale. En économisant donc du temps, de la vaisselle, de l'énergie de cuisson et en utilisant des ingrédients vendus par paquets sans devoir en jeter une partie. (Ce qui est une gageure en faisant des courses pour une personne, les filets de poulet, entrecôtes ou autres viandes sont vendues au minimum par deux, les fruits et légumes par packs de six, etc.)

Les ingrédients qui suivent serviront donc à deux repas  pour une personne, le deuxième repas pourra être emporté facilement, et mangé chaud ou froid, le lendemain ou le jour suivant :
  • 3 courgettes (que l'on peut mélanger avec des poivrons, des tomates, des oignons, en baissant le nombre de courgettes)
  • 2 filets de poulet
  • 1 verre de semoule de couscous
  • 2 petits verres d'eau
  • épices et condiments (sel, poivre, jus de citron, origan, ail en poudre, curry)
  • 1 cs huile d'olive
Ce qui nous fait une addition de moins de CHF 10.- pour deux repas (CHF 6.- pour deux escalopes de poulet fermier local, CHF 2,5 de courgettes, moins d'un franc pour les épices, l'huile d'olive et la semoule dans vos placards). En plus d'économiser de l'énergie et du temps, c'est économique, et sain.



La recette :
  1. Découper les filets de poulet en émincé, faire mariner avec du jus de citron, du poivre, du curry et de l'ail en poudre (ou autres épices à votre goût). (Vous pouvez aussi garder vos escalopes entières si vous préférez, en les faisant mariner, ça prend juste quelques minutes de plus en cuisson. Les escalopes de poulet sont parfois moins chères que de l'émincés de poulet, va comprendre, Charles.)
  2. Découper les courgettes en tronçons (et/ou autres légumes de votre choix).
  3. Faire chauffer une poêle à feu vif avec un filet d'huile d'olive, y faire revenir les tronçons de courgettes et les assaisonner avec du sel, du poivre, de l'origan et du curry (ou autres épices que vous aimez).
  4. Quand les courgettes commencent à être grillées, mais sont encore croquantes (2-3 minutes), ajouter l'eau et baisser à feu moyen.
  5. Quelques minutes plus tard, quand vos courgettes sont attendries mais pas encore totalement cuites, égoutter le contenu de votre poêle, en gardant l'eau qui aura récupéré les parfums des courgettes épicées dans un bol. Remettre les courgettes à sec dans la poêle à feu moyen pour terminer leur cuisson.
  6. Dans le bol d'eau, vérifier que la quantité est juste (1 verre d'eau = 1 verre de semoule de couscous = 2 portions), ajouter un peu de sel et le couscous à gonfler.
  7. Quand la cuisson des courgettes est à votre goût, réserver dans un tupperware.
  8. Si nécessaire ajouter un nouveau filet d'huile d'olive dans la poêle et faire revenir le poulet émincé à feu moyen.
Quand le poulet est cuit, la semoule aura gonflé et les courgettes seront à température idéale pour être dégustées. Certains aliments développent plus de saveurs lorsqu'ils ne sont pas trop chauds, c'est le cas de la plupart des légumes.

Le lendemain, il vous reste de la semoule épicée, des courgettes et du poulet, qui sont très agréables à manger froids, ou facilement réchauffables au micro-onde. C'est un repas facile à transporter dans un bento/tupperware/lunchbox. Vous pouvez aussi utiliser les courgettes dans une sauce pour des pâtes, le poulet dans un sandwich ou sur une salade, la semoule en salade façon taboulé, bref, augmenter les portions cuisinées pour mieux les recycler sans devoir rallumer vos plaques et salir une casserole.

Ces deux repas vous auront pris environ 20 à 30 minutes à préparer et vous auront coûté moins de CHF 10.-. Cette manière de cuisiner poulet-courgette peut évidemment être réalisée en version poisson-carotte, boeuf-brocoli, etc etc etc. (Non, je ne mange pas de la viande à tous les repas.) Et les astuces sont déclinables à l'infini !

Parce que le gros enjeu est ici : comment continuer à avoir goût à cuisiner pour une personne ! On se lasse, on finit par acheter et cuisiner toujours la même chose, ou par jeter des aliments car vendus en trop grande quantité (manger la même chose pendant 4 repas d'affilée, bonjour la déprime !), ou par arrêter de cuisiner et réchauffer des plats tout prêts (et donc bourrés de conservateurs, trop salés, trop gras, etc.), ou encore par commander des plats à livrer, ce qui fait rapidement exploser un budget. Donc, non seulement on est seul, mais en plus on est pauvre, gros, en mauvaise santé et déprimé. Sympa non ?



Halte à la déprime ! Petit florilège d'idées pour optimiser votre cuisine solitaire (ça marche aussi si vous êtes pas seuls, le but est (i) de passer le moins de temps possible en cuisine (ii) en mangeant sainement et bon (iii), sans dépenser (iv) des sommes folles) :
  • Cuisiner deux (ou plus) portions de certains ingrédients qui peuvent se recycler facilement pour un autre repas. (Attention, dès qu'une portion est servie, réserver la deuxième dans un contenant à cet effet pour éviter la tentation de vous resservir...)
  • Utiliser la même casserole ou poêle pour cuire les différents composantes du repas (ce qui économise de l'électricité ou du gaz pour chauffer la plaque et de l'eau et du temps pour la vaisselle). C'est une des raisons pour lesquelles je suis devenue la reine du risotto à tout, je cuis même mes pâtes façon risotto, ça marche aussi parfaitement avec plein de recettes asiatisantes cuites au wok !
  • Penser au four, c'est un outil très utile pour mettre pleins de trucs en morceaux dedans et tout cuire en même temps... en ne lavant au final qu'un plat qui peut aussi servir d'assiette ! (On sent ma flemme légendaire dans ma recette de poisson la plus facile du monde et mes pommes de terre et légumes du sud confits au four.) Ce qui fonctionne aussi très bien avec les tartes salées, qui permettent en plus de recycler facilement des ingrédients en petites quantités (exemple avec ma tarte au brunch ou celle à la truite fumée).
  • Penser au blender qui peut vous servir à accélérer les processus de cuisson en cassant les fibres, ce qui marche très bien avec les sauces et les soupes, par exemple (et c'est plus facile à nettoyer qu'un mixer).
  • Utiliser l'eau de cuisson chaude des légumes/des pâtes/des céréales pour autre chose (exemple avec ma recette fétiche de choux de Bruxelles).
  • Dans les paquets multiples, séparer les ingrédients pour différentes recettes. (Du poulet peut être mangé froid ou chaud, en filet ou en émincé, en salade ou en sandwich, de la viande hachée peut servir pour un burger, un hachis parmentier, ou une bolognese, des pomme de terre peuvent être mangées vapeur, froides en salade, recyclées en purée dans le même parmentier, les pois chiches peuvent être mangés chauds, froids en salade, en houmous, etc.)
  • Dans les paquets multiples, il est aussi possible de congeler immédiatement une partie pour l'utiliser plus tard.
  • Pour les plats mijotés, préparer plusieurs portions et les congeler, par portions, pour s'en resservir les jours de flemme cuisinière (c'est ce qui se congèle le mieux car les plats mijotés sont encore meilleurs réchauffés).
  • Avoir des contenants de toutes les tailles pour conserver même un demi-oignon émincé, une portion de sauce, un demi-légume grillé, à réutiliser aux repas suivants.
  • Pour les fruits et légumes, privilégier le marché au supermarché, vous y trouverez des produits à l'unité, sans devoir acheter par packs, qui seront souvent plus goûteux et moins chers (car vous n'achèterez que ce dont vous avez besoin). Idem d'ailleurs pour les viandes, poissons et produits laitiers (qui ne seront pas moins chers, mais de meilleure qualité et portionnables à volonté). Faire le marché est également une très bonne manière de changer de routine, d'avoir envie de nouveaux produits, de suivre les saisons et d'être motivé pour cuisiner, même pour une personne, et ça n'a pas l'aspect déprimant d'un caddie sous néons, rien que pour ça, vous êtes gagnants !

Chacun développe ses propres astuces pour optimiser certains processus, que ce soit pour faire des courses ou cuisiner, je vous ai présenté quelques unes des miennes, j'imagine que vous devez en avoir plein d'autres à partager, je me réjouis de les lire !

Quand on tape "funambuline + courgette" dans google images, on tombe là-dessus.
Au moins ce n'est pas un portrait, c'est toujours ça de gagné.

5 commentaires:

  1. Quand je reçois des amis à dîner je fais toujours une part de plus que je réserve dans un tupperware au frigo ou au congélateur pour un autre jour :)

    RépondreSupprimer
  2. J'ai toujours envie de cuisiner, c'est obsessionnel chez moi. A l'époque où je vivais seul, je partais sur des lapins à la moutarde en rentrant du travail. Fallait couper la tête. Les yeux, les dents, c'était dégueu. En plus quand tu es seul, tu peux mettre la moitié du pot de pâte de curry sans craindre que les dents du reste de la maisonnée ne se déchaussent.


    J'ai mis en place les mêmes stratégies que toi. Je suis notamment un fervent défenseur du plat unique préparé entièrement au wok. Et je suis un grand spécialiste du risotto à ce qu'il y a dans le frigo. Battle quand tu veux.

    Mon autre grand truc, c'est le coulis de tomate à réutiliser à toutes les sauces. En réfléchissant, c'est vrai que maintenant qu'on est deux, je fais moins ce genre de choses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A deux ça change tout... sauf quand on a des horaires de fous qui font qu'on est souvent seul, j'y ai justement repensé quand il était en voyage, j'ai repris des réflexes, je me suis dit que ça valait le coup de partager.

      Supprimer
  3. J'ai vécu 2 ans seule, ma solution était très analogue à ce que dit Sylvie dans le 1er commentaire : j'invitais des amis à manger une à deux fois par semaine, et pour ces repas-là, je prévoyais très large (plusieurs portions de trop), et je congelais les restes. Ca me faisait la plupart de mes repas seule, et le reste du temps, je me faisais une petite salade, des oeufs brouillés, des bricoles.

    RépondreSupprimer
  4. Ce n'est pas forcément facile de se décider à réellement cuisiner pour une personne. Seul, on tombe volontiers dans le facile, voir dans la junkfood, dans les meilleurs cas, on prévoit des réserves à réchauffer.
    Mais quand on se prend au jeu, on ne peut plus s'en passer! Voilà plusieurs années que je me fais à manger seul et j'ai tellement de plaisir à passer du temps en cuisine (pas forcément longtemps, mais suffisamment pour "couper" du reste de la journée et de ses soucis) que je ne peux plus m'en passer!

    RépondreSupprimer