mercredi 12 août 2015

Restaurant Day et Bugermania


Mes articles sont souvent trop longs, parce que j'attends d'avoir du contenu pertinent et complet, mais du coup je rate souvent l'opportunité d'un "petit article" comme ça en passant, et c'est dommage, changeons. Un article qui va donc parler aux gourmands lausannois.


La carte complète

Restaurant Day


Dimanche 16 août, à Lausanne et partout dans le monde, c'est le Restaurant Day. Le concept a été inventé en Finlande en 2011, l'idée est que 3 jours par année, des gens s'inventent restaurateurs éphémères. Depuis 2011, l'événement a grandi et s'est étendu un peu partout jusqu'à atteindre 43 pays et plusieurs centaines de villes.

A Lausanne, depuis 2013, l'association Lausanne à Table promeut le Restaurant Day d'août et aide les restaurateurs d'un jour à se faire connaître. En 2013, il y avait 16 restaurants inscrits, en 2014 22 restaurants et dimanche il y en aura 26. Certains sont sur réservations, d'autres ouverts à tous, vous les trouvez tous sur la carte et la liste Lausanne à Table. Pour les infos de dernières minutes, notamment en cas de mauvais temps, je vous conseille aussi de vous inscrire à l'événement facebook.

Pour ma part je vais faire partie des bénévoles de Lausanne à Table qui vont faire le tour de tous les restaurants (enfin, on va essayer) afin d'avoir une chouette trace de cette journée. Je devrais donc manger (ou au moins photographier) des jumelles en cuisine, des pancakes dans un jardin, des montagnes de brochettes, un bahn mi, une pizza façon Beyrouth, des gens du paléolithique, des bretelles et des moustaches saison 3, des pâtisseries vertes et une tarte flambée. Même pas peur. A suivre sur le compte instagram de Lausanne à Table.




Le Dzodzet chez Inglewood, mon préféré, pas seulement parce que je suis une Dzodzette, mais parce que quand on écrase un peu le burger pour le manger, le jaune d'oeuf explose et se répand délicieusement sur tous les autres ingrédients, c'est totalement décadent. Et si vous vous posiez la question : la salade et les frites sont très correctes, la bière est délicieuse.

Burgermania


Il y a un an, j'ai arrêté de mettre à jour ma page Burgermania. Depuis, on ne cesse de me demander pourquoi, et bien c'est simple : quand je l'ai commencée, c'était par frustration, il n'y avait que très peu de burgers potables à Lausanne. Depuis, il y a eu la révolution Holy Cow en 2011 qui a réveillé plein de vocations à faire pareil. On ne compte plus les burgers sur les cartes, de la cabane au bord du lac au Palace. Ma frustration burgeresque a donc totalement disparu (et s'est transposée sur le báhn mì et les gyozas) et nombreux sont les blogueurs gourmands de la région qui en parlent aujourd'hui (ce n'était pas le cas en 2011). Mais on continue à me contacter à ce propos... et les choses continuent à bouger à Lausanne. Un petit point s'impose. 

D'abord, le roi Holy Cow est déchu, depuis que les fondateurs historiques ont revendu (pour ouvrir les Blackbird Coffee & Breakfast Club et Blackbird Social Club) la qualité a chuté de manière vertigineuse. Le Zoo Burger était devenu roi incontesté de la savane de Lausanne en faisant le parcours inverse, d'une qualité instable avec de nombreux défauts à son ouverture, c'est devenu une valeur sûre qui maîtrise ses recettes et dont l'accueil est toujours au top aujourd'hui. Mais un prétendant au trône vient de s'installer il y a quelques jours, il s'agit du solide Inglewood que je connaissais à Genève et qui, dès son ouverture, a prouvé qu'ils sont capables de rester au top de la qualité et de l'accueil même en plein rush (attention, en août ils sont fermés dimanche et lundi, et ils ne prennent pas de réservations). Dans la course au burger, je ne parle même pas des nombreux food trucks, de qualité inégale, qui s'amusent sur le thème. (Ma préférence dans le domaine va sans conteste à The Green Van & Co.) Bref, vous l'aurez compris, le burger est bankable dans la région.

(Est-ce pour cette raison qu'il commence à me fatiguer ? Suis-je une sale snob ? Probablement.)

C'est tellement bankable d'ailleurs, que des petits malins se sont dit, viens, on crée un Burger Pass, c'est-à-dire un machin où tu peux avoir une réduction dans un certain nombre de lieux à burgers "de qualité" (sic) à ta première visite. Bon, c'est au stade du crowdfunding et plutôt flou pour l'instant, pas sûre que ça prenne aujourd'hui alors que ça aurait probablement cartonné il y a 2 ans, on verra bien.



Tout ça pour dire que le bon burger... c'est bon, on a tous bien compris, je n'ai plus aucune frustration. Si quelqu'un pouvait se pencher sur la street food à la vietnamienne maintenant pas seulement pendant le Restaurant Day, je serais ravie. En commençant par une bonne baguette vietnamienne pour faire des báhn mì. Je promets articles dytirambiques sur votre auguste personne aux mains d'or. (Bon, tout ça en espérant que les politiciens ne viennent pas foutre le bordel là-dedans, il y a des vélléités de contrer les food trucks qui fusent depuis quelques jours.)

6 commentaires:

  1. Chouette, je serai ravie de faire ta connaissance dimanche en te faisant goûter une part de tarte flambée (et il faut goûter à la salade de pommes de terre aussi, c'est comme ça que mon amoureux m'a draguée ;))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme vous êtes les derniers sur mon parcours, je ne promets rien sur la capacité de mon estomac à tout goûter :-D

      Supprimer
    2. Oui, j'imagine :) c'est ma seule frustration d'ailleurs : de ne pas pouvoir aller goûter les spécialités d'autres restaurants éphémères, il y a plein de choses qui font envie.

      Supprimer
    3. C'est clair que j'ai le meilleur job ce jour-là ;-)

      Supprimer
  2. Pour un bon sandwich vietnamien, teste Asia Kim Dung, l'épicerie vietnamienne de la rue Chaucrau !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je la connais bien, une de mes adresses favorites :-)

      Supprimer