mardi 15 septembre 2015

Séries d'été, séries d'automne



Depuis 2 ans, la traditionnelle "rentrée" des séries, qui se situait entre mi-septembre et mi-octobre (et à nouveau entre mi-mars et mi-avril pour le printemps), perd de sa superbe. Et par la même occasion, et mon plus grand bonheur, l'été n'est plus un désert rempli de bluettes adolescentes parfumées guimauve. Deux raisons à ces changements : 

  • L'arrivée tonitruante de Netflix et de ses diffusions de saisons entières à des dates qui ne correspondent plus aux canons imposés anciennement par les chaînes de tv classiques, méthode suivie par d'autres diffuseurs alternatifs (tel qu'Amazon dont j'ai décrit le système) qui a même fait des émules dans les chaînes classiques qui donnent aujourd'hui parfois à voir plusieurs épisodes d'un coup en ligne pour accrocher les spectateurs à une série (ce qu'a fait la chaîne lifetime cet été avec UnReal).
  • L'autre raison c'est le gros succès de certaines séries "d'été" ces dernières années. Il y avait deux périodes sériesquement (j'invente des mots si je veux) mortes il y a 5 ans : juin-septembre et décembre-février. Personne ne se risquait à des séries courtes (13 épisodes maximum) dans des moments où la majorité des specteurs étaient encore des spectateurs de télé classiques, c'est-à-dire bloqués à la maison au moment de la diffusion de leur épisode s'ils voulaient suivre une série. L'explosion des normes narratives et temporelles des séries et les nouveaux modes de consommation des spectateurs font petit à petit perdre tout sens à un découpage de l'année par "saisons" (quoi que la plupart des chaînes traditionnelles, continuent à s'y plier avec leur oeillères inamovibles, en particulier en Europe).

Bon, maintenant que vous avez dû supporter ma théorie, vous vous demandez, mais pourquoi elle nous raconte ça ? Et bien parce que si je me suis plainte avant l'été de la maigre récolte de séries en 2015, la donne a changé grâce à un été fourni en surprises inattendues. Je ne vais pas perdre de temps à vous parler de celles qui, à mon avis, ne valent pas la peine (comme la saison 2 de True Detective, où je me suis endormie à chaque épisode), pour vous parler uniquement de mes coups de coeur, d'accord ?


Mr Robot



Après un seul épisode, j'étais emballée par Mr Robot qui se profilait comme la série de l'été. A la fin de la saison, je suis toujours aussi enthousiaste. L'histoire de hackers qui veulent changer le monde en faisant tomber une méga-entreprise-méchante-et-maléfique est suffisament séduisante (et lisse) pour plaire à tout le monde (même des capitalistes endurcis qui vont trouver ça amusant), tout à fait dans l'air du temps.

Le brio de cette série est ailleurs. Le personnage principal est porté par un acteur impressionnant qui réussit à nous faire suivre ses états d'âmes à travers son regard, et une voice-over très bien écrite. Le mode d'implication du spectateur dans la psyché du héros est brillant. Le reste du casting fonctionne très bien également, même les petits rôles.

La qualité visuelle et rythmique des épisodes sont impressionnantes, la réalisation et le montage sont magistraux. Ce dernier est d'ailleurs un des points les plus importants au développement du personnage principal, c'est grâce au cadrage, aux hors-champs et à certaines junk cuts que la réalité que l'on apprend à la fin de la saison devient de plus en plus palpable. En particulier dans les moments où nous sommes dans la tête d'Elliot (incarné donc par Rami Malek, souvenez-vous de ce nom). Et les cadres sont juste beaux, vraiment beaux, un travail sur les couleurs (souvent neutres avec une touche de couleur vive, avec une claire dicotomie entre le monde "blanc" de l'entreprise et "noir" du hacking), beaucoup de symétrie, des lumières crues, des visages filmés parfois de très près avec des peaux rugeuses et des yeux fatigués. J'arrête là, je pourrais vous en détailler chaque séquence. A voir absolument si vous êtes cinéphiles.

Ou à revoir en connaissant l'issue de la saison pour en apprécier les détails de réalisation et de construction narrative, comme une gourmandise, je ne m'en suis pas privée.






UnReal



Je vous en ai déjà parlé en juin, quand je n'avais pas encore vu la totalité de la première saison. J'étais très enthousiaste, je le suis encore plus aujourd'hui. Malgré un ou deux épisodes peut-être légèrement plus faibles face à certains qui m'ont laissée sans voix, j'ai adoré cette série.

Elle ne plaira pas à tout le monde, c'est du pur cynisme tout en étant très réaliste. Les coulisses de la télé-réalité et de sa manipulation des candidats... et des spectateurs (et de la télé en général...) sont dévoilées cruement par une scénariste qui y travaillait, ça se sent. Le casting est parfait. L'objectif atteint.

Pour tout vous dire, à la fin de la saison, je l'ai revue en entier une deuxième fois avec un énorme plaisir. Les arcs narratifs sont solides et de longueurs très différentes, la saison a une construction équilibrée, le confort dans lequel nous plongent certains épisodes est utile pour mieux nous surprendre. Encore.





Hannibal



La première saison était visuellement très belle, mais manquait d'intérêt à cause de son rythme "un crime par épisode", mais c'était peut-être nécessaire pour nous préparer à la suite et nous faire rencontrer les personnages. La deuxième saison était époustouflante, noire, effrayante, sublime. Hannibal était déjà devenu un classique. Et là, troisième saison à couper le souffle.

Tout est bon dans cette série, tout. Les images sont magnifiques, il m'arrive de mettre pause juste pour observer un cadre, un reflet, une symétrie. Les couleurs, avec une grande dominante du vert, couleur oposée au rouge, qui peut donc faire un retour flamboyant régulièrement, entre sang et ailes de dragon. Le montage qui réussit à mêler des plan-séquence et des moments très sacadés sans heurts pour le spectateurs (à part pour ses pulsations sanguines et sa respiration). La narration, toujours aussi intelligente sur la globalité que par épisodes et même par séquences (certaines séquences étant en fait découpées sur plusieurs épisodes). Le casting où chacun a vu son rôle s'épaissir et où même les seconds rôles, peu nombreux, ont une importance cruciale. Le son et la musique qui nous plongent parfois dans des moments surréalistes.

Cette série, c'est de l'art contemporain. Et oui, une quatrième saison va être produite, elle a été achetée par Amazon, vous pouvez recommencer à respirer.




Dans les très agréables de l'été, on peut également citer :

  • Rectify (saison 3) : Je crois ne jamais vous avoir parlé de cette série que j'ai découvert tardivement ce printemps et dont je suis tombée amoureuse, comme tous les critiques, du rythme envoûtant. Dans cette troisième saison où après des retrouvailles douloureuse, la famille explose, les traits d'humour sont plus marqués et toujours cinglants et Daniel est, enfin, attachant. J'espère que cette série ne se terminera jamais, c'est une des meilleures de ces 10 dernières années. Le mot chef d'oeuvre n'est pas usurpé. (Une excellente critique détaillée sur cette série pour vous donner envie, ou non.)
  • Masters of Sex (saison 3) : Ce bon plusieurs années en avant a donné un peu d'oxygène à cette relation où on commençait à étouffer, et l'émancipation de Virginia n'en est que plus agréable.
  • Halt and Catch Fire (saison 2) : encore plus noire, avec un Lee Pace encore plus désespéré. Le côté obscure des années 80 et son côté envoûtant de possibilités. Encore. (Pour les fans de Lee Pace, si vous n'avez par encore vu Pushing Daisies, qu'attendez-vous, bordel.)



Quant à cette fameuse non-rentrée de septembre (malgré l'impressionnante liste ci-dessous), je n'en attends pas grand chose. Ce que je vais tenter de regarder, en vrac :




Les reprises :




4 commentaires:

  1. J'attends toujours avec impatience tes articles sur les séries, je les trouve passionnants.

    Si je peux me permettre : Kingdom saison 2 commence le 14 octobre. Je le signale car c'est sur ton blog que j'avais découvert cette série l'an dernier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il y a quelques reprises que j'ai passé sous silence, comme Kingdom, mais aussi Scandal, The Good Wife... que j'espère abandonner un jour... mais je finis toujours par les regarder quand même :-D

      Merci pour le compliments sur mes articles séries, ça me fait très plaisir !

      Supprimer
  2. Ah comme je comprends ! Je lutte depuis au moins 3 ans pour arrêter GOT, mais pour l'instant je n'y suis pas arrivée ;-(

    PS : ton capcha est dément.

    RépondreSupprimer
  3. Sérieusement, faut que tu arrêtes de rallonger ma watchlist...C'est terrible, je vais devoir choisir entre avoir une vie et regarder ce qui me fait envie...
    Ps: Merci pour tes articles séries toujours concis et pertinents! C'est une référence quand je cherche des nouveautés intéressantes!

    RépondreSupprimer