mardi 17 novembre 2015

Croquembouche



Si vous lisez ceci c'est que probablement, comme moi, vous êtes régulièrement en ligne. Vous avez donc, comme moi, comme une bonne partie de l'Europe et de la planète, passé beaucoup trop de temps en ligne depuis vendredi soir, 13 novembre 2015, 22h30. Vous avez lu des centaines de paragraphes, de réactions, vu des images, des vidéos, lu des articles, des tweets, des statuts facebook, des compilations de dessins, des réactions à des réactions. Il est difficile de démêler les informations, les opinons, les émotions, quand elles se percutent aussi violemment et rapidement.

Sonnés, nous le sommes tous. Il s'agit maintenant de continuer à vivre notre mode de vie qui a été attaqué si meurtrièrement. Et de continuer à réfléchir, sans nous laisser terroriser, sans nous laisser aller à la peur de l'autre, à la haine. Et sans donner de l'écho à ceux qui font la promotion de cette haine, quel que soit leur camp.

Parmi tout ce que j'ai lu, vu, entendu, observé, j'ai envie de partager ici quelques liens qui ont été utiles à ma réflexion.


  • Commençons par l'intro de Last Week Tonight by John Oliver diffusée dimanche soir. Je ne rate pas un épisode de cette émission et il est le premier à avoir réussi à me faire rire aux éclats sur le sujet. Il n'est jamais autant bon que quand il est énervé et qu'il parle de politique étrangère, ça fait un bien fou. (Si vous ne parlez pas anglais, la traduction par Slate.)





  • Pourquoi vaut-il mieux utiliser le mot "Daech" plutôt que ISIS, ISIL ou IS ? Plusieurs raisons, déjà éviter les amalgames avec les musulmans à cause du "I" de "Islamic", éviter de valider le côté état à cause du "S" de "State"... et surtout, parce que ça les fait chier. Passionnant papier d'opinion paru dans le Boston Globe (en anglais uniquement). 













  • Quand Hollande prononce le mot "guerre" (et donc, donne une légitimité à "l'état" islamique, on ne fait de guerres qu'entre états), je suis désespérée. Alors je fais appel aux classiques pour me détendre.









    • Aaron Sorkin avait écrit un épisode de The West Wing spécial, juste après les attentats du 11 septembre 2001. Cet épisode, Isaac and Ishmael, est toujours autant pertinent aujourd'hui qu'il avait été mal compris à l'époque, en particulier pour la brillante métaphore de cet extrait.





    • On a beaucoup entendu parler des réseaux sociaux comme outils d'embrigadement pour Daech. Mais ils ne sont que ça, des outils. Ce week-end, ils ont aussi servi à organiser la solidarité, dans un Paris privé de transports où chacun était prié de rentrer se mettre à l'abri.


    • Les réseaux sociaux, encore eux, sont une source d'information, mais aussi une source de hoax et désinformation. Plusieurs médias se sont efforcés de publier très rapidement de démentis face à des rumeurs persistantes. C'est la première fois que j'observais aussi une telle profusion de gens qui rappelaient aux autres sur twitter combien il était important de vérifier ses sources avec des liens vers l'excellent travail des décodeurs (du Monde). Serait-ce une nouvelle tendance de twitter ? Je croise les doigts avec Grégoire Lemarchand qui a écrit cette analyse sur l'excellent blog making of de l'AFP.



    • Il est important, mais extraordinairement difficile, de répondre aux questions des enfants à propos de ce genre d'événements. Mon Quotidien (10-14 ans) et Mon Petit Quotidien (6-10 ans) avait déjà fait un boulot génial lors des attentas de janvier, ils ont à nouveau créé des numéros spéciaux, gratuits, téléchargeables en ligne : Mon Quotidien / Mon Petit Quotidien D'autres initiatives existent, mais ces deux supports m'ont paru les plus convainquants. Une plus longue liste de diverses sources et documents ici.

    • L'image, devenue symbole de paix, en tête de ce billet a été réalisée par Jean Jullien, un designer français basé à Londres, qui l'a libérée de tous droits, elle peut donc être utilisée partout. Il l'a publiée à la base sur facebook, twitter et son compte instagram. Compte instagram qui a été très joliment analysé il y a quelques mois dans cet article.

    • Une autre image que je trouve éclairante sur la situation des réfugiés en ce moment, c'est ce dessin de Petar Pismestrovic, dessinateur autrichien qui travaille entre autre pour le NewYork Times, International Herald Tribune et Courrier International (je ne sais pas où cette image a été publiée).



    Aucun commentaire:

    Enregistrer un commentaire