lundi 14 mars 2016

Southland Tales


Southland Tales est une comédie, un film distopique, de science-fiction, d'action. C'est un film créé pour se moquer de la puissance politique des stars hollywoodiennes, un film qui s'inquiète des dérives énergétiques américaines, un film-procès du Patriot Act. Ce film est un navet avec un casting désatreux. Ce film est génialement incompréhensible, indigestement jouissif, complexe mais grotesque. Ce film est aussi pénible à regarder qu'il est fascinant. C'est un film impossible à décrire. Voici les films "similaires" conseillés par IMDB, on est bien dans l'absurde.



Est-ce que j'ai aimé ce film ou est-ce que je l'ai détesté ? 


La première fois, j'étais juste totalement ahurie qu'un tel machin existe. Le casting mêle les habitués de navets d'action tels que The Rock, Christophe Lambert et Bai Ling, à des acteurs intellos comme Zelda Rubinstein, Wallace Shawn, et à des personnages cultes de la popculture comme Sarah Michelle Gellar, Kevin Smith et Justin Timberlake. Ce mélange des genre est presque inconfortable pour le cerveau.

les scientifiques qui ont inventé le Fluid Karma

Ajoutez à ça des dialogues hallucinés du genre "Scientists are saying the future is going to be far more futuristic than they originally predicted" ou "Join us for an in-depth discussion of the penetrating issues facing society today. Issues like abortion, terrorism, crime, poverty, social reform, quantum teleportation, teen horniness and war." ou "Venice Beach was home to the neo marxist underground" prononcés par une ex-star du porno reconvertie en animatrice de talk-show. Tout ça dans un film d'action, futuriste, où la paranoïa des "résistants neo-marxistes" est légitime car le gouvernement les écoute vraiment. Et où le Fluid Karma est en train de rendre tout autre source d'énergie obsolète. Voilà, vous avez un petit aperçu de combien j'étais perdue. J'aurais dû détester. Sauf que c'est tellement fascinant que ce n'est pas si facile.


Je l'ai donc revu, quelques jours plus tard, cerveau reposé. J'ai enfin compris la narration principale menée par la voix off d'un vétéran de la guerre en Irak, qui raconte l'histoire de Boxer Santeros et annonce dès le prologue que c'est l'histoire de la fin du monde. Mais j'étais toujours aussi perdue dans les narrations secondaires, entre la critique anti-NSA, les aberrations physiques soit disant quantiques et le fait que "teen horniness is not a crime", il y a de quoi être paumé. Mais je devais avouer que c'était visuellement plutôt réussi, avec un excellent rythme de montage. Et l'univers du film regorge de détails passionnants soit par leur ridicule, soit par leur richesse référentielle. Mon avis sur le film était définitivement impossible à rédiger, c'était un mélange égal entre une daube monumentale et une comédie grotesque mais érudite.

Oui, ces images sont issues du même film.

Il m'a fallu quelques mois pour oublier... et avoir envie de le revoir, pour fixer définitivement un avis critique sur cet OFNI (objet filmique non identifié). Et là j'ai fouillé un peu, le réalisateur a décrit son film comme une "tapestry of ideas all related to some of the biggest issues that I think we're faceing right now... alternative fuel or the increasing obsession with celebrity" ou encore comme "a strange hybrid of the sensibilities of Andy Warhol and Philip K. Dick". Le ridiculement nommé "Fluid Karma" a été inspiré au réalisateur par certaines théories futuristes de Nikola Tesla. Ce n'est donc pas juste totalement absurde, c'est beaucoup plus réfléchi qu'il n'y paraît. D'autant que le film n'est en fait que le volet final d'une quadrilogie multimédia, précédé par trois "graphic novels", la première partie du film (il y en a trois) et d'ailleurs intitulé "IV: Tempation Waits". Tout ceci était également sensé faire partie d'une expérience globale avec un site web... que je n'ai jamais trouvé. Mais j'ai donc revu le film, guidée par une envie de comprendre ce que le réalisateur avait fait sans juger l'objet comme une comédie-film d'action-de SF, mais comme une entité particulière. Qu'en ai-je pensé ? C'est prétentieux, mais loin d'être crétin, sauf quand ça cherche à être crétin volontairement. Ce n'est pas logique, mais est-il vraiment nécessaire qu'un film le soit ? Les défauts ne sont-ils pas finalement voulus ? Le "jeu" de The Rock par exemple, est un enfer à observer. Mais n'est-ce pas ce qui est recherché, ce manque total, à chaque cadre, à chaque scène, à chaque séquence, d'une éventuelle explication rationnelle, logique ou réaliste ? Et si on s'en fichait et qu'on laissait ce film se faire oublier.

Le karma, le mouvement perpétuel, la bible, l'armée, Justin Timberlake.
Dr Strangelove façon Richard Kelly incarné par Kevin Smith.

Mais je vous écris ceci après mon 4e visionnage. Et je me suis enfin décidée à noter ce film sur imdb. Les critiques sont bi-nanimes, c'est soit 1/10, soit 10/10. Le film ayant une note moyenne de 5,5, il y a légèrement plus de gens qui ont fait le même choix que moi : ce film est génial. Pas en tant que film, en tant qu'essai artistique absurde, jouissif et passionnant utilisant l'outil cinématographique.

Les tags et affiches sauvages de Marx, le camion de glace, Venice.

J'ai perdu les trois quart d'entre vous ? Tant mieux, ce film n'est pas fait pour vous, vous allez détester, ne le voyez pas. La phrase précédente vous a amusée et donné envie de regarder cet OFNI ? Je souhaite beaucoup de courage et de plaisir à votre cerveau, et me réjouis de lire votre avis dans les commentaires. Je pourrais parler de ce film des heures... mais pas avec tout le monde.

6 commentaires:

  1. Ça donne envie. Le film était sur un coin de mon radar depuis que je m'étais demandé ce que Richard Kelly avait fait après Donnie Darko mais tous les commentaires élogieux commençait par un avertissement : lisez d'abord le graphic novel, sinon le film n'a aucun sens. A moins, donc, d'avoir un esprit très ouvert. En ce qui me concerne, je vais continuer à surveiller les comics d'occasion

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le film fait tout à fait sens en tant qu'objet.
      Le sens global de "l'oeuvre" c'est autre chose ;-)

      Supprimer
  2. Ayant quelques OFNI à mon actif, je crois que celui-ci est à inscrire sur ma liste des bidules à voir prochainement.

    RépondreSupprimer
  3. OFNI ajouté à ma liste je ne remercie pas (ou si on verra quand je l'aurai vu)

    RépondreSupprimer
  4. Ce film fait partie depuis longtemps de mon top 10, bien calé entre "je suis un cyborg" et "les fils de l'homme". C'est une oeuvre passionnante, qui me fait jubiler à chaque visionnage! Les acteurs sont formidables, car à contre-emploi et surjouant consciemment (Dwayne "The Rock" Johnson, quel talent! Son jeu est totalement maîtrisé selon les souhaits du réalisateur), et quel bonheur de retrouver Christophe Lambert, disparu des écrans à l'époque, Sean "Stiffler" william Scott, Justin Timberlake et son clip ahurissant où se côtoient l'alcool, le fluide Karma, de fausses Marilyn et un pamphlet anti-guerre! La bande son signée Moby est parfaitement dans le ton, et les morceaux parsemés çà et là (dont je vous conseille les sous-titres au moment où ils passent) parachèvent un objet totalement voulu, et incompris par la plupart.. Sa présentation au festival de cannes 2006 fut un désastre sans précédent, et Kelly dut retourner en salle de montage durant une année pour essayer de rendre la chose acceptable pour le commun des mortels.. Et encore, la légende dit que le premier jet durait bien plus longtemps! Richard Kelly est pour moi un réalisateur visionnaire, qui a une véritable vision du monde et de la façon dont il souhaite le transposer sur pellicule. Ce qui ne plaît pas à tout le monde.. N'est-ce pas David Lynch? Son premier film, Donnie Darko, est une merveille, et son suivant, The Box, bien que plus faible pour ma part, reste dans la même veine, creusant les mêmes thématiques de voyage dans le temps et failles spatio-temporelles... À voir au moins une fois dans sa vie, ça vaut le coup de perdre 2h24... Film massacré par les distributeurs, il aurait pu vite tomber dans l'oubli, mais c'était sans compter les fans assidus, et autres amateurs(trices) d'OFNI! Merci Melle Funambuline!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce commentaire, je vais aller voir The Box :-)

      Supprimer