mardi 28 juin 2016

Agriculture urbaine en Suisse


L'agriculture urbaine, qu'est-ce que c'est ?



Des fermes en ville ? Des jardins potagers pour les citadins ? Des toits végétalisés et producteurs d'aliments ? Les balcons qui ont moins de géraniums mais plus de tomates ? Des ruches urbaines ? Des élevages de poissons ou autres animaux en ville ? De la production agricole gérée par des communes ? Des ronds-points ou contours d'arbres avec des choux au lieu de fleurs ? Des modes de productions extrêmement techniques pour nourrir les mégalopoles de la planète ? Des fermes verticales ? Des fermes dans des containers ? Des moutons qui tondent les pelouses ?

La High Line est un parc installé à New York le long d'une ancienne voie de train suspendue désaffectée.

Oui, sous l'appellation "agriculture urbaine" on retrouve tous ces concepts, et bien d'autres. Il y a des exemples d'une grande diversité sur toute la planète et ces "mouvements" (quoique ce soit souvent des initiatives individuelles qui se fédèrent ensuite en se rendant compte qu'elles peuvent apprendre les unes des autres plus que des mouvements organisés et fédérés a priori) partent d'idées et/ou de besoin très différents.

Singapour, une ville qui prend presque toute la place sur sur son île, des fermes verticales qui utilisent le moins de mètres carrés au sol pour le plus de production possible ont été créées.
En 2002, 90% des fruits et légumes frais de la Havane venaient de micro sites de production à l'intérieur même de la ville, et tout cela en bio, évidemment.
Les hipster ont envahi Brooklyn, des toits ont été transformés en champs où les hipsters se marient pieds nus sur la terre et où les tomates ont la vue sur la skyline de Manhattan (c'est la première photo de cet article), leur production est vendue aux chefs locaux et dans les "marchés fermiers" qui se multiplient à New York avec la volonté de la ville.
Une entreprise de Tokyo a décidé d'améliorer son image, le niveau de stress de ses employés et leur approvisionnement en produits frais en se transformant en un écosystème où chacun peut cueillir sa salade pour le lunch.
La ville de Detroit est économiquement sinistrée avec de très grands espaces vides partout dans la ville et une population de plus en plus pauvre dont l'accès à la nourriture saine est de plus en plus complexe et chère. Qu'à cela ne tienne, ils ont transformé anciens garages, usines, parkings, etc. en champs pour nourrir la population hyper locale et leur offrir de nouveaux postes de travail, il y a plus de 1400 initiatives différentes recensées et gérées par des habitants, des bénévoles, de nouvelles petites entreprises, des associations, etc., Il y en a tellement qu'en 2013 la ville a créé un règlement de l'agriculture urbaine.
Depuis le milieu des années 90, des éco-quartiers essaiment partout en Europe, puis dans la monde et la présence de jardins potagers et de production de nourriture est inscrite au sein même du concept-mère, dont l'emblématique Eva Lanxmeer aux Pays-Bas.
Dans la surpeuplée Bande de Gaza dont les habitants sont massivement sous-employés et n'ont pas accès à du terrain cultivable, des initiatives d'aquaponie se mettent en place sur les toits pour nourrir les habitants de poissons et légumes frais.
Au Royaume-Uni est né le mouvement de Guerrilla Gardening dont l'idée est de s'approprier des espaces verts urbains non utilisés (mini coin d'herbe, contours d'arbres, talus, etc.) pour y faire des plantations de plantes ornementales ou consommables.

Je m'arrête là, mais je pourrais citer des centaines, des milliers d'autre exemples, partout sur la planète, de concepts minuscules ou à la taille d'un pays, gérés par des bénévoles, des gouvernements locaux, des entreprises, des associations, des ministères, des ONG's, etc. Tous ces projets viennent parfois d'envies très différentes et répondent à des besoins d'une grande diversité :

  • baisser l'empreinte écologique du déplacement des aliments, 
  • un retour à une alimentation locale et de saison, 
  • la volonté de faire pousser des aliments soi-même pour des questions de plaisir ou de coûts, 
  • enseigner aux enfants qui grandissent en ville les cycles de vie des aliments, 
  • améliorer la mixité sociale dans des quartiers ou des villes, 
  • accroitre la disponibilité de produits frais dans des zones économiquement sinistrées, 
  • améliorer l'utilisation de l'espace urbain, 
  • améliorer les qualités de l'air et de l'eau de mégalopoles polluées, 
  • rendre des régions auto-suffisantes au niveau alimentaire,
  • etc.






L'agriculture urbaine, ça vient de sortir ? 


Les égyptologues pensent que les déchets alimentaires des centres urbains étaient utilisés pour fertiliser des champs à l'intérieur des villes en Egypte Ancienne. L'architecture de la fameuse ville de Machu Picchu au Pérou a apparemment aussi été conçue pour pouvoir faire couler l'eau, rare et précieuse dans ce climat montagneux et aride, en cascades dans l'architecture tout en escaliers, des mini terrasses de production et des gardes mangers orientées vers le soleil permettaient de conserver des légumes toute l'année. Plus proche de nous historiquement et géographiquement, on a tous entendu parler des champs de patates ou topinambours plantés partout dans les villes pendant les disettes des deux guerres mondiales du XXe siècle, ou plus simplement des jardins ouvriers dont beaucoup existent encore aujourd'hui. Lausanne, aux environs de 1700 ressemblait plus à une collections de champs, vignes et vergers si l'on en croit la gravure ci-dessous.

C'est plutôt le fait qu'il n'y ai pas de production de nourriture en ville qui est nouveau.

Depuis la fin du XIXe siècle et jusqu'à la fin du XXe, l'agriculture s'est éloignée des villes, au profit des transports et de l'industrialisation de la production. Elle revient envahir les villes au profit de la proximité et des micro-productions. Et non, on n'est pas obligés de l'appeler Urban Farming ou Urban Gardening, l'agriculture urbaine n'est pas une invention de hipsters de Brooklyn et Détroit, mais une réalité de plus en plus quotidienne dans nos villes, partout dans le monde.


Pourquoi autant de projets en ce moment ? 


La population mondiale augmente et s'urbanise depuis plusieurs siècles, le poids environnemental de l'impact carbone des transports de nourriture commence enfin à faire son chemin dans les esprits des politiques et des populations partout dans le monde. L'épidémie d'obésité et les nouvelles connaissances en nutrition sur l'importance de la consommation régulière de produits frais en ont fait des priorités à la FAO et à l'OMS. Après une période d'industrialisation extrême, les Etats-Unis (qui entraînent pour le meilleur et pour le pire la planète derrière eux) commencent à se rendre compte de leur erreur et ont une vraie volonté d'entamer un retour en arrière. La paupérisation et les taux de chômage de très nombreuses populations urbaines à travers le monde poussent à des solutions alternatives pour produire des produits frais. Ce ne sont que quelques raisons, parmi de multiples autres, la question est complexe et l'agriculture urbaine est au centre d'un grand nombre de thématiques.

La technologie, les avancées scientifiques et la possibilité de partager directement son expérience sur Internet pour pouvoir inspirer d'autre personnes avec les mêmes envies ou besoins partout sur la planète sont mûres. L'agriculture urbaine ce n'est pas le futur, c'est le présent.



Et en Suisse ?


Des centaines d'initiatives passionnantes existent et se développent, partout dans le pays. Nous sommes un pays où la plupart d'entre nous ont des ancêtres paysans. Où les villes sont petites et jamais très éloignées des agriculteurs de proximité qui continuent à exister. Où les marchés ont toujours été fréquentés et n'ont pas disparus des centre-ville, marchés où les fruits et légumes locaux et de saison continuent à y être moins chers que dans les supermarchés (ce qui est la situation inverse aux Etats-Unis par exemple). De nombreuses villes dans tout le pays ont pour ambition d'améliorer leur bilan selon les normes établies du développement durable, l'agriculture urbaine fait partie des initiatives qui vont dans ce sens et produit des résultats appréciables très rapidement, souvent avec peu de moyens financiers.

L'hyperlocalité redevient un enjeu majeur dans les discours des politiques, si on se fie à la dernière campagne électorale à Lausanne, les partis qui en sont sortis vainqueurs avec une écrasante majorité, ont tous communiqué sur l'appartenance de leurs politiciens à leur quartier, des visites de quartiers ont été organisées, des cartes de la ville avec la localisation précises des politiciens sur les listes électorales ont été publiées, des enjeux de travaux dans des quartiers particuliers ont été débattus. Dans cette hyperlocalité, le bien-être des habitants, quartier par quartier, est analysé. Dans le mien (autour de l'Avenue d'Echallens et du Parc de Valency) j'ai vu pousser en quelques années toutes sortes d'initiatives hyperlocales, des projections gratuites en plein air, une cabane-buvette dans le parc, l'ouverture d'une buvette et de grills en self-service sur un terrain de pétanque, des ruches installées dans le parc, et des plantages. Ces endroits où l'on recommence à croiser et rencontrer nos voisins directs, à s'échanger des services, à se prêter du mobilier ou de l'électroménager, tout ces petits détails améliorent grandement la qualité de vie et la mixité sociale.

Mais ce n'est que le versant le plus visible et quotidien, le changement va s'accélérer dans les prochaines années et ses bienfaits devenir permanents. Vendredi, à Lausanne, Natacha Litzistorf prend ses fonctions en tant que nouvelle Municipale, elle sera à la tête (entre autres) du Service des parcs et domaines, et de l'Unité de développement durable. La place de la nature en ville, des démarches participatives autour de l'agriculture urbaine,  et la qualité de vie des habitants et des espaces publics seront au coeur de son mandat. Elle dit d'ailleurs haut et fort qu'une de ses ambitions est de promouvoir l'agriculture urbaine. Natacha vient du milieu associatif, elle est encore Directrice d'Equiterre et Présidente de la Fédération Romande des Consommateurs, elle travaille dans ces domaines depuis très longtemps, elle en connait les acteurs et les contradicteurs, et elle en maîtrise les enjeux en profondeur.


Rarement ai-je été autant ravie des résultats d'une élection locale, et je me réjouis fortement de faire tout mon possible pour rendre visible ce qui va être mis en place par la municipalité ces prochaines années... ou critiquer ce qui ne me paraîtra pas à la hauteur, vous me connaissez, je ne peux pas m'empêcher. J'espère également pouvoir collaborer à certaines initiatives, surtout celles autour du goût et de la gastronomie, à titre personnel ou dans le sein de la merveilleuse Association Lausanne à Table qu'on ne présente plus. J'en profite pour inviter tous ceux qui ont un lien avec la gastronomie, le goût, l'agriculture, ou simplement ceux qui ont envie de nous aider (on a régulièrement besoin de bénévoles pour nos manifestations) de devenir membres.



Source : Nantes ville comestible



Pour finir cet article, voici une liste non-exhaustive (et qui a pour ambition de grandir grâce à vous), d'initiatives bien installées ou bientôt installées, organisées par des associations, des individus, des entreprises, des collectivités publiques, emblématiques de ce que peut représenter l'agriculture urbaine chez nous, dans notre quotidien.

(Si vous souhaitez que j'ajoute une initiative ou une source intéressante à cette liste, il suffit de me donner un lien dans un commentaire ici ou sur ma page facebook, merci !)




A Lausanne

Exodes Urbains (développe l'aquaponie diy à Lausanne)



En Suisse Romande

En Suisse


Urbanfarmers à Bâle et Zürich
Politique de la ville de Zürich


Pour aller plus loin (sources bibliographiques) : 






4 commentaires:

  1. Hey, mon plantage c'est le plus ancien! <3

    RépondreSupprimer
  2. Hello! Je te suis sur Instagram depuis un moment et je suis venue faire un tour sur ton blog, j'aime beaucoup tes articles que je trouve intéressants et bien écrits. A la base je suis enseignante primaire et j'ai commencé une deuxième formation depuis bientôt un an et demi, je fais le CFC d'agricultrice, là il me reste 8 mois et ce sera terminé (si tout se passe bien!). Ça me fait hyper plaisir de lire des articles où l'on voit une sensibilité à la provenance des aliments et à leur qualité de même qu'une envie, du coup, de soutenir une agriculture de proximité. En parcourant ton article sur l'agriculture urbaine, et sur les initiatives liées à ce sujet dans la région lausannoise, j'ai repensé à une réflexion qui me vient régulièrement en tête depuis que j'ai commencé cette formation. Je trouve dingue, parfois même un peu apeurant, le fossé qu'il existe entre les milieux agricoles et les milieux urbains. Avant j'habitais à Prilly et j'avais une vie un peu bobo, tout comme toi j'allais au marché, j'aimais aller manger chez Amici, boire un café et lire le journal au kiosque St-François, je me déplaçais en vélo... J'étais une "gauchiste" comme le disent mes "camarades de classe" de l'école d'agriculture. Dans le monde agricole, on aime bien rouler des mécaniques et le boulot, c'est la valeur sûre. Si t'as pas bossé de 6 heure du mat à 19heures au minimum, t'es un fainéant ou un gauchiste. C'est dit en rigolant mais pour moi il y a quand même le jugement derrière. Si tu viens de la ville, si tu as un look un peu différent, tu es jugé. Voilà pour le monde agricole. Et de l'autre côté, j'ai le sentiment qu'il y a une catégorie de gens qui aiment les jolis légumes, les arbres haute-tige avec leurs variétés de fruits, les vaches à corne qui pâturent dans les champs, et qui veulent dire aux agriculteurs ce qu'ils doivent faire (y a rien de pire que certaines parutions sur facbebook par rapport à la détention et à l'abattage des animaux pour comprendre que de toute façon, quoi que tu fasses tu feras faux si tu as du bétail) pour qu'ils puissent continuer à profiter d'une campagne qui corresponde à leurs besoins de loisirs, sans forcément aller jusqu'au bout de leur raisonnement (contrairement à ce que tu encourages avec tes articles) puisqu'au final au supermarché c'est le porte-monnaie qui choisit des produits pas toujours produits dans les conditions prônées... Bon, je ne suis pas sûre d'être hyper claire dans mes explications, c'est un sentiment diffus que je peine encore à exprimer, comme l'impression d'être à cheval entre deux mondes qui se regardent sans toujours se comprendre... Mais en tout cas bravo et merci pour tes incitations à consommer local, avec peu d'intermédiaires et de qualité!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Nadia,

      Merci pour ce commentaire passionnant ! Je comprends très bien ce que tu veux dire.

      C'est une question complexe : être informé sur ce qu'on mange est un effort quotidien. Plus on est informé, plus on sait où trouver l'information, et plus on comprend... que c'est complexe.
      Les questions de bilan-carbone, d'énergie grise, de labels (bio, équitable, local, etc.) et de qui les fait et de ce qu'ils représentent, etc. demandent de nombreuses connaissances.

      Je trouve ça tout à fait passionnant, et comme j'y suis sensible depuis de nombreuses années, au fur et à mesure, à force de lire, de poser des questions aux producteurs eux-même (vive le marché !), de côtoyer des personnes qui oeuvrent à l'éducation du public, des politiciens sensibles au sujet, de travailler avec des vignerons, des restaurateurs, etc. j'ai l'impression d'être peut-être un peu mieux informée que certains. Mais je me rends compte chaque jour à quel point il me manque encore tellement de données...

      La question du "bobo-citadin-gauchisssse-à vélo-au marché-qui achète quand des ananas Max Havelaar" VS "l'agriculteur-aux bottes crottées-qui bosse 15h par jour tous les jours-et qui vote UDC" est intéressante, car il existe effectivement des gens qui incarnent exactement ces clichés. Mais il y a aussi des gens capables de faire des liens. J'ai aussi rencontré des agriculteurs hyper connectés et totalement punk, et des citadins de droite qui ont aussi un vélo et font aussi le marché car ils adorent les bons produits et veulent soutenir les agriculteurs locaux. Je pense que tant qu'on cherche à opposer deux clichés, on trouvera toujours le moyen de le faire et d'agrandir le fossé dont tu parles. Mais j'avoue que ces personnes-là m'intéressent moins que celles qui font des ponts au-dessus de ce fossé que j'aime traverser :-)

      Il me semble que le plus important, pour tous, c'est d'être curieux, de se rencontrer, de ne jamais hésiter à poser des questions, de faire des liens entre les gens (ce qu'on essaie de faire avec l'association Lausanne à Table), et parfois de mettre nos proches face à leurs contradiction.

      Enfin : félicitation pour ta nouvelle formation et nouvelle vie ! Je ne sais pas vers quelle type d'agriculture tu te diriges, mais n'hésite pas à venir me donner des nouvelles, ça m'intéresse beaucoup ce genre de parcours. Tu fais exactement ça : un pont au-dessus de ce fossé, et c'est tellement précieux :-)

      Supprimer
    2. Merci pour ta réponse! Je la lis avec un peu de retard. Je suis entièrement d'accord avec ce que tu dis. Ca fait du bien de lire des pensées positives. Je me dirige très certainement vers une conversion à l'agriculture biologique, avec l'envie de faire des choses un peu différentes mais aussi beaucoup de questionnement sur comment faire pour ne pas se planter… En attendant, je me réjouis de continuer à te lire!

      Supprimer