jeudi 24 novembre 2016

La Brouette - épicerie en vrac : comment ça marche ?


La Brouette est une épicerie en vrac, qui a ouvert à l'Avenue d'Echallens 79, le 19 novembre 2016. 

Qu'est ce qu'une épicerie en vrac ? C'est un magasin où on peut amener nos propres contenants (bocaux, boîtes, sacs, etc.) pour les remplir de produits alimentaires, ou autres.


Ce genre d'épicerie qui était la norme au temps béni de La Petite Maison dans la Prairie jadis fait un retour fracassant ces dernières années. Le 19 novembre, à Lausanne également, ouvrait Chez Mamie, une autre épicerie en vrac (avenue de Tivoli, Chez Mamie a déjà une succursale à Sion). Et d'autres devraient suivre le même chemin rapidement un peu partout en ville.

Pourquoi c'est utile ? Parce que ça permet de réduire les emballages (le marketing qui va avec) et les déchets à zéro, ou presque zéro. Ça c'est le coeur même de la démarche des magasins "en vrac".

Mais à La Brouette, ils vont encore plus loin que le vrac. Ouverte par un collectif de neuf amis, après une longue réflexion, une très réussie campagne de crowdfunding, des mois de travaux et de prospection de producteurs locaux, cette épicerie se veut exemplaire sur plusieurs plans. D'abord les emballages, comme toutes les épiceries en vrac. Mais aussi la qualité des produits, tout a été goûté, discuté, comparé. Leur choix est radical : tout est bio (ou presque, le label n'existant pas pour certains types de produits, et certains produits, comme le riz, étant introuvables en bio). Enfin, tout est hyper local. 


En tant que consommateur, vous vous retrouvez donc face à des gens qui ont choisi pour vous, directement chez les producteurs, qui les connaissent personnellement. En faisant vos courses ici, vous soutenez la Brouette et les producteurs qu'ils ont choisi.

Et l'autre avantage, c'est que pour des produits d'excellente qualité, vous payez la même chose ou quelques centimes de plus que des produits basiques bio ailleurs, mais en rémunérant mieux le producteur, et la Brouette. Ce qui leur permettra de continuer à aller prospecter auprès d'autres producteurs locaux. 

Enfin, quand on achète en vrac, on achète exactement ce dont on a besoin, pas plus. Au final c'est donc une excellente manière, sans trop réfléchir, de faire des choix particulièrement éthiques, car l'équipe de la Brouette a fait le boulot pour nous, il suffit de leur faire confiance. J'ai rencontré plusieurs d'entre eux cet été, ils cherchaient des vins et je leur ai proposé de venir déguster les vins naturels (c'est-à-dire sans sulfites ajoutées) des Vins de Lausanne. Ils les ont adoré, (c'est normal ils sont superbes) et moi je les ai adoré eux, avec leur enthousiasme, leur envie de bien faire, de prendre le temps de la réflexion pour chaque produit. Je leur fais une très grande confiance et je sais qu'ils sauront être transparents. (Ce qui ne m'empêchera pas de faire des critiques constructives si je les estime nécessaires, vous me connaissez...)




Comment ça marche une épicerie en vrac ?


La première fois, on vient avec ses propres contenants : bocaux, tupperware (si possible transparents et empilables, c'est pratique dans les placards), bouteilles, sacs en tissus pour les légumes (votre collection de tote bag va enfin servir à quelque chose), boîte à oeufs, etc.


On commence par les peser à l'entrée du magasin, et on colle une étiquette de poids sous chacun, ce sera la tare qui sera réduite à la caisse. Cette étiquette peut servir à chaque visite.
Si vous n'avez pas de bocaux ou autres boîtes disponibles, vous pouvez en acheter sur place, que vous réutiliserez à chaque visite. Tout ce que vous achèterez, à de rares exceptions, sera vendu au poids.

Ensuite, c'est le moment de découvrir le magasin. Et de réfléchir à quel contenant contiendra quoi. 


Qu'est ce qu'on trouve à la Brouette ? 



Commençons par les produits frais, que je n'ai pas pris en photo, il n'y a rien de plus moche qu'une armoire-frigo. Ils proposent :

  • des salades et autres légumes frais (herbes, céleri branche, etc.)
  • de la viande
  • des fromages


Au rayon maraîcher, tous les légumes sont locaux et bios et donc de saison, forcément, donc en ce moment c'est carottes, oignons, poireaux, courges, patates, rutabagas, pommes, poires, choux, panais, etc.


Rayon épicerie


C'est évidemment le rayon le plus fourni. Les boissons sont souvent en bouteilles, pour certain breuvages c'est presque obligatoire, comme pour le vin et la bière. Ils proposent aussi des sirops (bouteilles ou vrac), des jus de fruits (bouteille ou vrac), et du kombucha (bouteille). Avec un bel assortiment de producteurs, c'est vraiment la classe.



J'en profite pour vous montrer les deux vins naturels des Vins de Lausanne, on les reconnaît à leur étiquette papier kraft, qui se marie si bien à La Brouette et à leurs bouchons cirés pour mieux préserver le vin. Pour le Chasselas Tout Nu, on en a encore quelques cartons, mais pour le Rouge Sans Fard, il a eu tellement de succès que ces 6 bouteilles-là sont les dernières, ruez-vous dessus il est sublime.


Pour les produits secs, il y a les silos "à grains", où on trouve une très grande variété de céréales, légumineuses ou même de produits travaillés comme des pâtes ou des flocons d'avoine. Il y a aussi des bocaux de fruits secs, de tisanes, quelques épices, plusieurs huiles (dont de l'huile de chanvre), des vinaigres (dont du vinaigre de bière, idéal pour une salade d'endives avec des noix), de la moutarde, etc.


Des pois chiches vaudois, je suis tellement contente, c'est mon obsession.


Rayon non alimentaire


On y trouve des cosmétiques et des produits ménagers comme : du shampooing solide, liquide, du savon solide et liquide, des crèmes pour le corps, des sels de bains, du déodorant, de la pâte de dentifrice, de la lessive et autres produits de nettoyage, etc.



Cet assortiment est voué à évoluer, au fur et à mesure des nouvelles rencontres, des saisons, de la disponibilité de certains produits, etc.


J'y ai fait mes première courses aujourd'hui, voici mon butin :


Les contenants sont tous les miens sauf la bouteilles pour l'huile (CHF 2,50). Mon addition se montait à CHF 42.-. Il y a :
  • 6 oeufs
  • une boîte de blé'z'otto
  • une boîte de fusilli
  • une boîte de boulghour
  • un bocal de romarin
  • un bocal de cynorhodon 
  • une bouteille d'huile de tournesol
  • 500gr d'émincé de boeuf
  • 1 kombucha gingembre (pas sur la photo, j'avais soif, je l'ai bu en faisant mes courses)
  • 1 tote bag artichaut (mais c'était mon goodie de contributrice we make it!)

Ça vous paraît cher ? Et bien en fait pas tant que ça, déjà la viande c'est près de CHF 17.-  (et le tarif de 32.-/kilo pour du boeuf suisse est franchement raisonnable). Il reste donc CHF 25.- d'autres marchandises, si on enlève aussi le Kombucha (à CHF 4.50, trop cher, mais irrésistible), on est à CHF 20.- pour une bouteille d'excellente huile, 3 "boîtes" de céréales bio, 2 petits bocaux d'épices/infusion et 6 gros oeufs (tellement gros que ma boîte, qui vient pourtant du marché, avait du mal à fermer...). Je trouve ça plus que correct.


Au niveau déchet, le seul sera cette fine enveloppe de plastique qui emballe la viande. Et c'est tout. Et ça fait plaisir.

Bref : j'adore, j'adopte.

MAIS.

D'abord, je suis leur voisine directe, j'habite à moins de une minute à pied, c'est donc extrêmement pratique et facile pour moi de devenir une habituée. Sauront-ils convaincre certains clients de faire un plus long trajet que pour aller à la Miroop de leur quartier, je ne sais pas. Mais si vous habitez dans le quartier, c'est une aubaine (et d'ailleurs, la Migros et Denner sont à moins de 50m, si vous ne trouviez pas quelque chose d'urgent à La Brouette).

Ensuite, l'assortiment : il n'y a de loin pas tout ce dont on a besoin. Mais tout de même énormément de choses. Ma stratégie dorénavant sera : tous les deux/trois mois une commande en ligne avec livraison à la Migros ou à la Coop (avec les gros trucs, genre le PQ, des conserves de tomates, etc.), et le frais et le courant au marché ou à La Brouette. ET JE N'AI PLUS JAMAIS BESOIN DE SUPPORTER UN NEON DE SUPERMARCHE !!! Quel pied.

Enfin, certains vont immanquablement gueuler pour le prix, genre le prix des légumes, CHF 4.- le kilo de carottes, bio et locales, c'est tout de même plus cher que les carottes espagnoles ou marocaines de la Migros. Mais c'est environ le même prix qu'au marché. 
Est-ce que du coup, acheter en vrac serait uniquement un luxe de riches bobo citadins ? J'espère que non et je compte sur l'équipe de la Brouette pour faire des marges les plus basses possibles dès qu'ils auront un débit assuré grâce à une clientèle fidèle, afin que cette même clientèle puisse être mixte à tous les niveaux, y compris dans le pouvoir d'achat. Pour moi une épicerie en vrac devrait justement permettre d'acheter certains produits moins chers, car on ne paie pas "la marque", ni le marketing, ni les transports, ni trop de quantité dont on n'aurait pas besoin. C'est un challenge, et je vais les observer de près, mais, encore une fois, je choisis de leur faire confiance.


Pour finir, un petit message direct à l'équipe de la Brouette : votre lieu est magnifique, bravo. Mais il me manque des trucs qui me paraissent assez faciles à mettre en place. J'adorerais avoir dans votre lieu :

  • Du pain : la seule boulangerie du quartier est vraiment pas top, je suis sûre que vous trouverez mieux ! (Et je vis avec un Français, il me faut du pain, c'est pour la paix des ménage, un geste social et humanitaire en soit. Help. Vous êtes mon dernier espoir.) (Si avec ça je les ai pas convaincus, je démissionne.) EDIT : en fait ils en ont le vendredi et le samedi, et dès décembre ce sera : mercredi, vendredi et samedi
  • Des farines : ce serait chouette de pouvoir trouver des farines originales en vrac, parfois on a besoin de 5% d'une farine spéciale dans une préparation, et on a pas envie d'avoir 95% du paquet de farine spéciale qui traine dans nos placards à tout jamais. Je me rends bien compte de la difficulté de trouver de la farine bio, mais je vous recommande néanmoins le formidable Fabien Chappuis de Cuarnens pour ses céréales et ses farines qu'il moud lui-même, d'ailleurs il fait aussi des pâtes fraîches sublimes. (Et sa farine avec un mélange de drêches devrait vous plaire.) EDIT : je n'avais pas vu les farines, mais en fait ils en ont. Suite à cet article, ils ont mis un panneau pour les rendre plus visibles :-)
  • Du sel et plus d'épices/herbes aromatiques : je suis sûre que le Jardin des monts et la Saline de Bex peuvent vous fournir des produits en vrac. EDIT : le sel c'est pour bientôt, youpie !
  • Des bocaux de pickles : je sais, c'est compliqué et pas encore trop couru par ici, mais les pickles c'est la lourde tendance culinaire de ces prochaines années, et les bocaux géants de pickles de toutes les couleurs c'est tellement magnifiques que, on ne sait jamais, peut-être ça vous donnera envie. (Je suis même prête à collaborer sur le sujet, j'adore faire des pickles.) EDIT : ils sont en train d'en chercher, si vous connaissez des producteurs qui sont prêts à leur faire des bocaux géants pour pouvoir vendre en vrac, mettez-les en contact !

EDIT : donc sur mes 4 envies... ils gèrent les 4, quand je vous disais qu'ils sont formidables !


Longue vie à la Brouette !


6 commentaires:

  1. Peut-être même que l'an prochain tu feras toi-même tes bocaux de tomate et n'auras même plus besoin de les commander à la Migroop!
    Sinon, je soutiens la motion sur les pâtes/farines de Cuarnens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh mais j'en ai fait plein moi-même... mais comme je n'ai pas un HANGAR pour les garder, ben en novembre, il y en a plus.

      Supprimer
  2. Joli article, ça fait un peu envie, vu de Genève ;-) Ici, on a Nature en vrac, il me semble que les prix ne sont pas tout à fait comparables. Pas de viande ceci dit, mais de la farine bio, à CHF 10.00 Kg! Genève, un monde en soie ;) Je ferais bien un test comparatif des prix avec les leurs, vais aller le leur proposer!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est aussi très locavore Nature en vrac ?

      Supprimer
    2. Loca quoi? ;-) J'irai vérifier, pas certaine.

      Supprimer
  3. Hello pour les farines spéciales bio en vrac il y a chez Mamie Tivoli 56... question produits sec très grand choix mais pas toujours local.... j'adorerai un post critique constructive sur eux... tu nous fais l'honneur?

    RépondreSupprimer