dimanche 26 juillet 2009

Mo Hayder


Grande dévoreuse de polars, mes deux moments préférés sont : la découverte d'un nouvel auteur et la découverte d'un nouveau titre d'un auteur qui m'a déjà offert de nombreuses heures de suspense. Le pire moment étant le dernier mot de la dernière page du dernier roman d'un auteur qui n'en écrira plus.

Mo Hayder fait partie de mes auteurs de polars favoris. Ce genre d'auteur dont on sait, dès les premières pages, que l'on aura beaucoup de mal à poser le livre avant de l'avoir terminé. C'est toujours impeccablement écrit, les personnages sont complexes et passionnants, jamais de grands gentils et des très méchants passionnants.

Je l'avais découverte avec le sublime "Tokyo", récit entre deux époques (1937 et actuelle), entre histoire et roman de moeurs, suspense et épouvante. Premier paragraphe :
" Quelque fois, il faut prendre sur soi. Même quand on est épuisée, qu'on a faim et qu'on se retrouve dans un endroit totalement étranger : comme moi à Tokyo cet été-là, toute tremblante d'anxiété devant la porte du professeur Shi Chongming. Je m'étais aplati les cheveux de manière à ce qu'ils aient l'air aussi coiffés que possible et j'avais passé un certain temps à améliorer l'aspect de ma jupe démodée trouvée à la friperie Oxfam en l'époussetant et en repassant à la main les faux plis causés par le voyage. J'avais écarté d'un coup de pied le vieux sac de voyage qui m'avait accompagnée dans l'avion pour que ce ne soit pas la première chose qu'il voie en m'ouvrant, parce qu'il était très important que j'ai l'air normale. "

Trois autres de ses romans "Birdman", "L'homme du soir" et "Pig Island", ont pour protagoniste l'inspecteur Jack Caffery, hanté par la disparition de son frère quand il était enfant, torturé par la culpabilité, toujours prêt à se mettre en danger, extrêmement attachant, et même carrément sexy. J'adore l'idée que cette auteure se glisse aussi bien dans le peau d'un homme.

Je viens de terminer le flippant, abominable et génial "Rituel" où l'inspecteur Caffery est rejoint par Flea, cheffe-plongeuse de la police locale qui a en charge la récupération des cadavres en tous genres, héroïne qui l'accompagne apparemment également dans son roman suivant "Skin" - que je vais m'empresser d'acheter. Premier paragraphe :
" Un lundi de mai, juste après le déjeuner, par trois mètres de fond dans le port flottant de Bristol, le sergent de police "Flea" Marley referma ses doigts gantés sur une main humaine. Surprise de l'avoir aussi vite localisée, elle battit des jambes, ce qui eut pour effet de soulever un tourbillon de vase et d'huile de vidange et de déporter sur l'arrière le poids de son corps : elle se sentit remonter. Elle du repiquer vers l'avant, passer la main gauche sous l'un de ses flotteurs du ponton et évacuer un peu d'oxygène pour retrouver sa stabilité et prendre le temps de palper sa trouvaille."

Vivement les suivants !

5 commentaires:

  1. hey!!!! merci beaucoup pour l'idée. je me réjouis, et tu sais à quel point j'aime lire des polars de qualité. t'embrasse

    RépondreSupprimer
  2. Est-ce que tu me prêterais le Tokyo? j'ai fini l'autre, que tu m'as prêté, je pourrai te le rendre.

    RépondreSupprimer
  3. bon...ce qui m'arrangerait bien c'est que tu me le prêtes demain?

    RépondreSupprimer