mardi 19 février 2019

60 recettes de fanes de légumes


Quand on fait le marché, les légumes ne sont pas vendus sous plastique mais sur leur forme entière, avec leurs fanes (le feuillage des légumes-racines). Ces fanes permettent de garder ces légumes frais plus longtemps. Mais elles sont aussi comestibles, pleines de saveurs et de nutriments... et gratuites, vu que ce qu'on paie, c'est le légume attaché dessous.

Comment utiliser les fanes de légumes ?


Conservation

Elles restent plus en forme si elles sont attachées à leur légume plutôt que coupées. Dès qu'elles sont coupées, il faut les cuisiner dans les 24 heures. Mais elle se fanent (huhu) tout de même plus vite que les légumes auxquels elles sont attachées. Donc en général, je tente de prévoir ma stratégie en deux repas consécutifs : premier repas les fanes, deuxième repas le légume, ou l'inverse.
Pour certains recettes qui n'utilisent qu'une partie des fanes, ou si vous en avez beaucoup de plusieurs variétés, il m'arrive aussi de simplement en découper une partie dans les bouquets pour laisser le reste attaché afin que ça fane moins vite.

Si vous n'avez pas l'occasion de les manger rapidement, vous pouvez les hacher et les congeler.


dimanche 17 février 2019

The Umbrella Academy


Sur un fond de violon, une voix-off commence à nous raconter une histoire : un jour en 1989, 43 femmes dans le monde ont mis au monde des bébés, alors qu'elles n'étaient pas enceintes le matin-même. Un milliardaire excentrique a tenté de récupérer le plus de ces enfants possible. Il en a eu sept.

samedi 2 février 2019

Février sans supermarché



Mais qu'est ce que c'est "février sans supermarché" ?



C'est une initiative qui date de 2017, entamée à Neuchâtel par le groupe de consommation durable En Vert et contre tout. Des groupes facebook s'organisent un peu partout en Suisse Romande et 800 personnes participent.
Fort de ce succès, rebelote en 2018, où le mouvement s'accélère en Suisse Romande et voit arriver des demandes de France, Haute-Savoie, Bretagne, Paris, ce sont 20'000 personnes qui s'inscrivent pour participer.
En 2019, ça continue ! De plus en plus de médias en parlent, en Suisse, en France et en Belgique, il y aura probablement encore plus de participants.

Le principe : pendant un mois, ne pas fréquenter les supermarchés. Faire ses courses ailleurs. Ce n'est pas un boycott, mais une incitation à réfléchir à sa consommation et à promouvoir les produits, artisans et adresses locales.

J'en ai parlé cette semaine sur facebook, l'engouement est fort et unanime, j'en profite donc pour partager mes adresses lausannoises favorites, pour un mois sans supermarché et sans soucis. 

mardi 8 janvier 2019

Meilleures séries de 2018


Il fait gris, il fait froid, on a envie de cocooner sous une couette avec de la comfort food et des séries. C'est donc la saison parfaite pour un petit best of 2018, totalement subjectif.
Entre deux best of, je continue à regarder beaucoup trop de des séries, mais j'ai eu moins de temps pour bloguer. Du coup, je publie des micro-critiques sur un album facebook.

2018 était une année intéressante avec pas mal de nouveautés de formats ("dont vous êtes le héros", plateformes youtube et facebook, etc.), de grands noms de cinéma se sont frottés au genre (Julia Roberts, Penelope Cruz, Kevin Costner, Jim Carrey, Hugh Grant, Jean-Jacques Annaud, Wes Anderson, Michael Douglas, Ben Stiller, mais seuls ces deux derniers m'ont bluffée), c'était une année avec de diversité à l'écran, comme annoncé, mais ce n'était pas une très grande année de séries.
2019, risque d'être un peu plus pauvre à ce niveau-là, nous verrons bien, il m'est plus difficile cette fois de faire des pronostics, j'ai l'impression qu'il y a un moment important dans l'industrie, en particulier grâce aux mouvements #metoo et #TimesUp mais que ça va prendre du temps à être vu à l'écran et que 2019 risque d'être une année de transition qui se cherche un peu en attendant un renouveau.
Revenons à nos séries 2018, voici mon Best Of des séries 2018 : 

lundi 24 décembre 2018

Tu fais quoi dans la vie ?


Lausanne à Table c'est fini pour 2018.
C'est l'occasion de vous annoncer la fin de mon mandat de communication. 

En 5 ans, j'ai vu cette association passer de 5 à plus de 150 membres, devenir indépendante, évoluer d'une dizaine d'événements pendant l'été, à plus d'une centaine de dates pendant l'année. J'ai eu le privilège d'accompagner et de faire fructifier ces transitions, grâce à celles et ceux qui m'ont fait confiance au sein de l'association, et à nos fidèles abonnés en ligne (ce qui fait tout de même près de 25'000 abonnés en cumulant facebook, instagram, twitter, youtube et la newsletter).

C'était un honneur, un privilège, de très belles rencontres, découvertes et dégustations, mais après 5 ans, il est temps pour moi d'aller chercher de nouvelles inspirations.

Je ne quitte pas totalement l'association, je vais continuer de faire partie du Comité, bénévolement comme tous les membres du comité, et évidemment de soutenir cette association qui fait du bien au goût et aux actrices et acteurs du goût locaux.




Mais alors qu'est ce que je vais faire ? 

On me pose cette question plusieurs fois par semaine. Il est peut-être temps de détailler.
Je suis devenue indépendante début 2018. Je construis mon activité autour de mes compétences et passions. Vous avez un aperçu de mon parcours et de quelques-uns de mes clients sur mon profil linkedin.

Plus précisément, vous pouvez faire appel à moi pour :
  • Construire ou repenser votre image
    J'observe votre fonctionnement et vos présences en ligne, j'analyse vos services/produits et vos clientèles, et je vous aide à comprendre comment vous êtes perçus, ainsi que vos potentiels d'amélioration ou de nouvelles clientèles.
    Mes clients principaux : restaurateurs, producteurs, vignerons, brasseurs, créateurs de produits, créateurs d'événements, etc.

  • Créer du contenu
    C'est-à-dire écrire, pour vous, selon vos besoins et selon les codes et formats dictés par les plateformes où vous souhaitez publier (print, web, réseaux sociaux, blogging, etc.) Ou réfléchir avec vous à vos futurs besoins en contenus (textes, photographie, design) et vous présenter des talents locaux avec qui j'aime collaborer.

  • Créer de nouveaux comptes et vous former aux réseaux sociaux
    Selon vos besoins, instagram, facebook, twitter, pinterest, etc. Je crée vos comptes, ou j'optimise vos présences existantes. Puis je vous forme, vous ou un de vos employés, à une utilisation interne efficace et personnalisée, et, si vous le souhaitez, je continue à superviser ou à vous conseiller à ce sujet.

  • Créer ou vous conseiller pour la création d'événements
  • Produire la couverture d'événements (images + textes, live et suivi)
  • Traductions et/ou corrections de textes culinaires (de l'anglais et l'espagnol vers le français)
    Cette année j'ai eu le plaisir de travailler sur la version française de l'application MyFoodways, une application de recettes qui savent s'adapter à vous.

Des questions ?
Je vous réponds volontiers par mail, ou devant un café pour cibler vos besoins au mieux.


Je profite de ce petit bilan pour vous remercier de votre fidélité sur ce blog malgré mon manque de régularité. Merci, merci, merci. Je vous souhaite une très belle fin d'année et début de nouvelle et vous envoie toute mes belles énergies du moment. 

mercredi 28 novembre 2018

Idées de cadeaux gourmands et artisanaux



Période de consommation effrenée où on se demande toujours comment consommer mieux : par exemple en offrant des cadeaux gourmands qui font plaisir et qui soutiennent des artisans locaux. 

10 idées de cadeaux artisanaux et locaux, testés et approuvés, pour faire plaisir aux gourmands autour de vous (qui sont forcément vos préférés).



Les Petits Pots de Claude


QUOI ?
Plein de petits pots préparés par Claude Jabès : sauces crémeuses, tapenades, tartinades, de toutes sortes, mais surtout : de l'ail noir. En tête d'ail, en gousses d'ail, en pâte, en jus... et, unique au monde : de l'échalote noire, tellement parfumée et douce qu'on en mangerait à la cuillère. L'ail noir est addictif, on finit par en mettre partout tellement c'est bon. Son goût est indescriptible, puissant, umami, et Claude vous fait volontiers goûter. Offrir de l'ail noir c'est faire découvrir une nouvelle saveur à un ami, y a-t-il plus joli cadeau ?
OÙ ?
Au marché de Lausanne, tous les samedis, en haut de la Rue de la Madeleine.
COMBIEN ?
Entre 5.- et 15.- selon les produits.




Niels Rodin


QUOI ?
Des agrumes dont la plupart sont en plein saison en décembre (plus de 150 variétés dans ses serres entre Lausanne et Genève), et des produits à base d'agrumes : confitures, huile, vinaigres, condiments, sels, liqueur de mandarine, jus de yuzu, et même des bougies.
OÙ ?
Pour les agrumes frais, il faut suivre la page facebook de Niels et le retrouver sur ses marchés. Pour ses produits préparés, la liste de ses points de vente est de plus en plus longue, à Lausanne, vous les trouvez à l'Épicerie de Chailly et chez Saveur Pimen'Thé, et à Vevey chez Bravo.
Si vous habitez en France vous êtes chanceux, les produits de Niels se trouvent en ligne chez Culinaries (entre 9 et 20€).
COMBIEN ?
Les prix varient selon les produits et les points de vente.




Chez Denis


QUOI ?
Des terrines, du foie gras, de la moutarde de bénichon, et plein d'autres spécialités préparées par Denis Grossrieder, artisan fribourgeois plein de talent. Mes préférées : tout ce que je goûte chez lui est délicieux. Faites un assortiment, par exemple un trio : terrine de sanglier au cidre du Vulcain, terrine truite fraiche et truite fumée, terrine végane ou Plus-Que-Parfait.
OÙ ?
De nombreux points de vente proposent les produits de Denis, par exemple à Lausanne Chez Ernest, Helvetimart, Chez Laurène, Particules Fines, la Couleur du Vin ou encore en ligne chez tartine.ch
COMBIEN ?
Entre 7.- et 15.- pour les terrines, un peu plus pour le (meilleur) foie gras (de Suisse Romande).




La Cidrerie du Vulcain


QUOI ?
Du poiré, de la liqueur de botzi et un des meilleur cidre du monde. Servie dans certaines grandes tables françaises et américaines, la Cidrerie du Vulcain est parfois méconnue ici. Son Trois Pépins (cidre de pomme, poire et coing) m'a bouleversée. La grande nouvelle, c'est qu'avec un acolyte féru de vins natures, ils ont ouverts un lieu à Treyvaux (entre Fribourg et Bulle) : La Cidrerie. Et puis ça va drôlement bien avec les terrines de l'ami Denis.
OÙ ?
A la Cidrerie, ou de manière irrégulière (on ne peut pas être bon partout) vous trouverez les topettes de Perittaz à la Mise en Bière, au Passeur de Vin, à Helvetimart.
COMBIEN ?
Entre 12.- et 25.- la bouteille.




La Rusée


QUOI ?
De l'absinthe. Blanche et verte. Et aussi du pastis, et cette année du Falernum, qui est traditionnellement une liqueur douce aux épices faite avec du rhum et ici réalisée avec de l'absinthe. J'ai goûté, c'est fameux.
OÙ ?
En ligne ou à la distillerie (où ils organisent aussi des visites et dégustations), et à Lausanne Chez Ernest.
COMBIEN ?
39.- le Falernum, 59.- le Pastis, entre 79.- et 89.- pour les Absinthes.




Rocket Coffee


QUOI ?
La meilleure liqueur de café que j'ai goûté de ma vie. C'était déjà eu derrière les fameux Monkey Sticks il y a quelques étés à Lausanne (les premiers sur le marché des paletas locales saisonnières). Fana de café depuis toujours, maintenant ils s'attaquent à la liqueur et c'est un coup de maître. Je me réjouis de goûter leur liqueur "Cascara" et à leur gin Cascara (à la pulpe d'écorce de graines de café fraiches, si j'ai tout compris).
OÙ?
À Lausanne au kiosque d'Enzo (rue Marterey) ou en ligne.
COMBIEN ?
Entre 29.- et 35.-



Bouchello


QUOI?
Du limoncello artisanal, fait par deux amis Lausannois qui adorent ça. Vous connaissez le charmant triporteur RushCoffee&co ? Et bien c'est fait avec le même amour et la même passion des jolies (et bonnes) choses.
OÙ ?
Soit en commande direct sur leur page facebook, soit au marché de noël de Lutry le 9 décembre (qui s'annonce particulièrement sympathique cette année).
COMBIEN ?
20.- pour la petite bouteille et 38.- pour la grande.





Le Major


QUOI ?
Oui, encore de l'alcool, après le Major j'arrête, mais que voulez-vous, c'est la grosse tendance de l'année à Lausanne : les alcools locaux et artisanaux. Le Major est le seul qui en fait une telle diversité, dont un excellent Gin, une Vaudka et un Pernoquet très sympathiques.
OÙ ?
Encore au kiosque d'Enzo, ou chez eux directement. (Vous pouvez aussi les goûter au XIIIe, à la Brasserie de Montbenon et au Café Saint Pierre.)
COMBIEN ?
Entre 49.- et 95.-.




Cigarinoz


QUOI ?
Le Cigarinoz est une invention du chocolatier Nicolas Noz. Il a mêlé tout ce qu'il aimait en fumant un cigare sans devoir le fumer. La tourbe d'un grand single malt, la fumée d'un grand Lapsang Souchong, dans une ganache puissante de chocolat noir, entourée d'une couverture brillante façonnée comme un cigare. Tout y est, même la bague et la boîte à cigare. C'est le meilleur antidote anti-stress que je connaisse. À réserver à ceux qui savent savourer les bonnes choses... comme les whisky, le thé, les cigares, et le chocolat de Noz.
OÙ ?
Dans leur boutique rue Marterey (où chaque année Anne-Lise Noz fait des merveilles en décoration).
COMBIEN ?
4.- pièce et 20.90 la jolie boîte



Mais parfois il est difficile de connaître les goûts de quelqu'un.
Si vous avez quand même envie de mettre en avant des artisans : offrez des bons d'achat dans des boutiques indépendantes, qui font la part belle aux artisans soigneusement sélectionnés. Je n'ai cité ici que des adresses indépendantes, voici mes coup de coeur qui ont toute ma confiance et chez qui vous retrouvez certains des produits cités ici :

Et pour un cadeau postal mensuel, il y a toujours Helvetibox.


HelvetiBox


QUOI ?
Les terroirs suisses dans une boîte livrée mensuellement dans votre boîte aux lettres. Les abonnements vont de 1 mois à 1 an, chaque mois entre 5 et 8 produits qui viennent d'un Canton, avec des recettes, des portraits de producteurs et des histoires de terroir. J'aime encore et toujours. N'hésitez plus.
OÙ ? 
COMBIEN ?
Entre 1 box = 55 CHF et 12 box = 605 CHF



D'autres idées, coups de coeur artisanaux locaux ou bonnes adresses à partager ?


*****

EDIT : "divulgation complète" comme on dit en bon français : c'est ma sélection personnelle et subjective, personne ne m'a rien payé du tout pour dire du bien. J'ai juste reçu une bouteille de Falernum de La Rusée (c'est trop bon) et une de Bouchello (bis repetita), c'est ce qui m'a donné envie d'écrire cet article.
Quand un article est sponsorisé (ce que j'accepte très très très rarement, je l'explique dès le premier paragraphe et je le rappelle à la fin de l'article. Quand je reçois un produit dont je parle (ou pas) librement, vous trouvez le tag #produitoffert sous l'article.

mercredi 14 novembre 2018

Salt Fact Acid Heat la série



Cette série est issue d'un livre de recettes de Samin Nosrat, Irano-Californienne, ancienne cheffe devenue autrice. Comme son titre l'indique, la série comporte quatre épisodes : 

  • SALT nous emmène au Japon, où on découvre les nombreuses manières de saler différentes (sauce soja, miso, sel, algues), 
  • FAT (le 1er épisode) nous emmène en Italie, où on plonge avec volupté dans l'huile d'olive, le gras du cochon, le beurre et le parmesan, 
  • ACID parle du Mexique et de sa cuisine où les agrumes ont une place prépondérante, 
  • et pour HEAT, elle rentre chez elle, en Californie, et nous parle de cuisson au feu de bois, et finit par lier tout les éléments précédents.

dimanche 4 novembre 2018

S'améliorer en cuisine grâce à youtube



Lors d'une de mes visites de marché, quelqu'un m'a demandé si je recommandais des cours de cuisine dans la région. Je ne suis pas assez calée sur le sujet pour pouvoir répondre, à part les cours du délicieux Jérôme de Parfum d'Épices que j'ai testés. Pour les cours de grands chefs étoilés, je ne les recommande qu'aux personnes qui ont déjà des bases vraiment solides, ce qui leur permettra de les améliorer encore grâce aux techniques apprises. Les débutants ne vont retenir que les recettes, souvent trop compliquées à refaire, et oublier les techniques s'ils ne les pratiquent pas régulièrement.

Mais en fait, personnellement, je m'améliore en cuisine... sur youtube. Voici donc une liste non-exhaustive de chaînes auxquelles je suis abonnée, que j'apprécie et qui m'ont appris des techniques, des recettes et donné des informations sur des ingrédients ou des type de cuisine.

Toutes ces chaînes sont animées à l'intention d'amateurs de cuisine. Cuisiner de manière professionnelle ou amateur c'est totalement différent, par l'équipement, mais également par toute la logique et la réflexion derrière, en terme de stock, de reproductibilité, de stabilité, etc. C'est avec des canaux spécialement dédiés aux amateurs qu'on va s'améliorer, de manière plus efficace qu'avec des vidéos de professionnels destinées aux professionnels.

Vous remarquerez dans cette liste le manque de chef·fe·s charismatiques ou de personnalités culinaires très connues en dehors d'Internet. Ce n'est pas parce que je ne suis pas une fan girl (j'ai déjà proclamé mon amour pour Nigella par exemple), mais c'est parce que j'apprends beaucoup plus de canaux qui font ça de manière constante que de ceux qui font ça avec un format télévisé ou en simple auto-promo d'un bouquin. Vous remarquerez aussi que la plupart des canaux sont en anglais. Non qu'il n'existe aucune bonne chaîne en français, mais pour se développer sur cette plateforme si compétitive, il faut le faire dans la "langue d'Internet".

Cette liste n'est évidemment pas exhaustive et tout à fait subjective, elle représente ceux que je regarde le plus souvent en ce moment et dont j'ai testé des recettes. Si vous avez d'autre canaux que vous aimez beaucoup et qui vous ont appris des techniques, recettes ou informations culinaires, n'hésitez pas à les partager dans les commentaires !

vendredi 26 octobre 2018

Que faire avec un chou-rave ?


Déjà il faut commencer par se mettre d'accord, car la bestiole change de nom trop facilement : chou-rave (plutôt en France), colrave (plutôt en Suisse), chou-pomme (dans les Terres du Milieu), chourave (pour les flemmes du -), on s'y perd. Moi je lui trouve des petits airs d'extra-terrestre et je l'avais rebaptisé "spoutnik" quand j'étais gamine et qu'une amie de ma mère a voulu nous en faire manger. Je me suis forcée, polie, et là j'ai découvert avec un gigantesque bonheur le carpaccio de colrave que je n'ai jamais oublié (recette ci-dessous).

Mais à part en carpaccio, maintenant que c'est la saison et qu'il est partout sur les étals du marché et dans les paniers de légumes hebdomadaire, qu'est-ce qu'on en fait du colrave-chou-rave-chou-pomme-spoutnik ?

C'est parti pour des idées de recettes.


(Pour celles et ceux qui se posent la même question pour la betterave, j'avais fait un article avec plein de recettes.)

lundi 22 octobre 2018

Bol de riz façon Oyakodon


Oyakodon est une recette japonaise, elle veut dire littéralement "bol de riz parents-enfants", c'est-à-dire du poulet et de l'oeuf. Ça fait longtemps que je voulais tester parce que poulet + oeuf + sauce soja c'est forcément bon, mais aussi parce que j'ai eu longtemps un badge "Restez jeune, mangez des bébés" et que c'est exactement ça ici. Je suis retombée sur ce plat dans un épisode du Gourmet Solitaire, et je me suis lancée.

Ce plat est très facile à faire, avec des ingrédients qu'on trouve partout et qu'on a souvent dans nos placards, c'est rapide, délicieux, réconfortant, et pratique à cuisiner pour une seule personne. Le genre de recettes que l'on fait une fois, dont on a plus jamais besoin de regarder la recette ensuite, et qui devient instantanément un classique de notre cuisine.

J'ai testé pour vous la méthode Kenji Alt Lopez. Puis j'ai refait la recette plusieurs fois en me l'appropriant.

D'abord, la méthode Serious Eats qui permet de bien voir les gestes, tailles et textures :




Et maintenant ma (mes) versions. Qu'est ce que j'ai changé ?
Je n'ai rien contre le saké en cuisine, mais ici je trouvais que son petit goût d'alcool n'amenait rien et je trouvais que la recette manquait d'acidité pour être bien équilibrée. Probablement parce que un repas japonais se compose de plusieurs éléments comme des pickles ou des petites salades ou légumes en accompagnement. Mais ici c'est un plat complet. J'ai donc essayé une version où j'ai ajouté des légumes, et j'ai ajouté une touche d'acidité dans la sauce.

INGRÉDIENTS (pour 1 personne)


- riz blanc
- 150g de poulet émincé (cuisson ou poitrine, mais pas des restes de poulet déjà cuits)
- 2 oeufs
- 2 oignons verts (ou un oignon et de la ciboulette)
- du bouillon dashi en poudre (quantité pour 1,5 dl d'eau) (ou 1/2 sachet de bouillon de ramen instantanées ou du bouillon de poulet)
- 2 cs sauce soja
- 2 cs vinaigre de riz (ou saké, ou mirin)
- 1 cs de jus de citron
- 1 cs sucre
- 1 cc poudre de piment

Facultatif :
- 1 grosse carotte finement émincée
- 1 feuille de chou chinois finement émincée
- 1 gousse d'ail râpée
- 1cm de gingembre frais râpé

Ustensiles : une casserole pour le riz, une poêle avec couvercle pour le reste, un verre doseur, une spatule, une planche à découper, un bon couteau, des baguettes, trois bols.