mercredi 15 août 2018

Jolie tarte aux fruits moches



Acheté trop de fruits ? Pas remarqué les pêches tapées au fond du panier de fruits ? Fruits qui ont soufferts du transport ? Ça arrive beaucoup plus souvent en été que le reste de l'année, surtout qu'il y a des fruits fragiles, cerises, baies, abricots, pêches, nectarines, etc. Je me refuse de les jeter. Quand il n'y en a qu'un ou deux, ma solution c'est souvent le smoothie : mettre les morceaux de fruits dans un blender avec un fond de jus de pomme et bam, sauvés et délicieux. 

Mais quand il y en a un peu trop, et qu'il faut les sauver rapidement : il faut les cuire. Sauf que je n'aime pas la compote, donc voici ma recette de très jolie tarte pour fruits moches.

vendredi 10 août 2018

Emojis planqués



Depuis environ un mois, j'ai décrété le dimanche jour des emojis planqués.
Qu'est-ce ?


Je choisis des images que j'aime bien (en lien avec la nourriture), j'y planque un emoji, je vous laisse le chercher et je vous donne les réponses.

Ça se passe dans les stories de mon compte instagram, il va falloir vous abonner si vous voulez jouer.


Ici, de haut en bas il fallait trouver un soleil, un clé, une aubergine et un citron. 
Parfois c'est facile, parfois c'est plus difficile, en témoignent ces pourcentages. A la photo suivante par exemple, il fallait trouver le piment... (il est planqué dans la tomate).



Chaque dimanche après-midi, je publie les stories, et vous avez 24 heures pour jouer avant que les pourcentages (et donc en général les réponses) s'affichent.

Astuce : si vous laissez le doigt sur l'écran, la story se fige et ça permet de chercher l'emoji plus longtemps.

C'est très amusant de voir vos votes et de voir de plus en plus de joueurs chaque semaine ! 
Rejoignez-nous !


J'en profite pour vous rappeler que pour les nouveautés instagram, je ne blogue plus à moins d'un gros changement, mais que j'indique toutes les nouveautés sur cet album facebook. Si vous le likez, vous aurez une notification à chaque nouveauté, pratique non ?

mardi 7 août 2018

Comment maîtriser l'art de la salade de pâte ?



Pourquoi la plupart des salades de pâtes, quels que soient les ingrédients, sont terriblement nulles et le truc qu'on finit par jeter le lendemain d'une fête ou d'un barbecue ? Et pourquoi, soudain, il y a une salade de pâte qui sort complètement du lot ? Qu'est ce qui fait la différence entre une superbe salade de pâtes dont on se souvient et toutes les autres qu'on préférerait oublier ?

Je vais vous sortir à peu près le même couplet que pour la cuisson des pâtes : l'eau ! Ou plus précisément, le taux d'hydratation.

Les pâtes, pour que la salade soit de celles qui sortent du lot, doivent être proches d'al dente. Surtout pas un amas de machin trop cuits qui dès que tu les mets en bouche forment un genre de pâte géante informe. 

Le problème : même si tu arrêtes la cuisson des pâtes, elles continuent à s'imbiber de liquide. Serious Eats (encore eux) ont fait des tests intéressants de ré-hydratation de pâtes sèches sans cuisson, pour voir ce que ça donnait (spoiler alert : tu peux ré-hydrater des pâtes presque complètement pour raccourcir la cuisson, mais je vais encore me faire lyncher par une blogueuse italienne...).

La solution : 

jeudi 19 juillet 2018

Quesadillas hotsauce


C'est quoi une quesadilla ? C'est une tortilla (de blé ou de maïs), farcie de fromage et d'autres trucs, grillée jusqu'à ce que le fromage fonde. Facile non ? Je vous en parlais récemment en partageant ma recette de tortillas maison.

J'adore faire des quesadillas, c'est rapide, facile, varié, plein de saveurs et de textures, et surtout, une magnifique véhicule pour des sauces piquantes ! J'en ai donc profité pour en faire ma première recette officielle sur le site Hotsauce ! Les deux compères de hotsauce m'ont proposé de créer des recettes à base de leurs sauces préférées, je me réjouis de cette nouvelle collaboration qui me permet de faire des tests originaux en cuisine.

Sur leur site vient donc d'être publiée ma recette de quesadilla au poulet laqué au piment vert.


Et comme ici, vous aimez les détails, voici quelques compléments :

  • Les quesadillas sont les reines des restes : un peu de salade de chou, de tomate, de concombre, des restes de viandes grillées, des restes de fromages, tout y passe.
    LE truc dont il faut se souvenir, c'est qu'il faut toujours ces trois éléments : du moelleux (fromage qui fond bien, tilsit, mozzarella, vacherin fribourgeois, etc.), de la mâche (viande, poisson, légumineuses, etc.), du croustillant (oignons pickelés, coleslaw, jalapeños, etc.). Et pour les saveurs : de l'acide (un coup de jus de citron), de l'umami (viande, fish sauce), du piquant, du salé.
  • Les meilleures quesadillas sont croustillantes, il faut donc les faire revenir suffisamment, et les saler dès la sortie de la poêle pour conserver du croustillant, il faut aussi éviter les ingrédients trop mouillés, et mettre la sauce à part.
  • Si vous voulez faire vos tortillas maison, bravo, la recette est ici.
    Mais vous pouvez aussi les acheter sans honte. Il y a les habituelles pseudo tex-mex genre Old El Paso qui sont relativement chères, l'alternative, ce sont les galettes de dürüm, en tout point identiques à des tortillas de blé du commerce, qui souvent beaucoup moins chères, par exemple à la Coop, 6.90 CHF pour 18 tortillas.
    Du coup, on peut aussi en acheter à la pièce dans tous les kebabs de la ville, pour des quesadillas improvisées ! (Il vous faut une grande poêle pour le format dürüm.)


    mercredi 18 juillet 2018

    Guide des meilleurs stands du Paléo Festival 2018


    J'ai reçu une chouette proposition : aller tester pleiiiiin de stands (de nourriture) au Paléo Festival et faire un guide. Impossible de refuser ! J'étais donc hier soir au Paléo festival grâce à Alpx et j'ai testé tous les stands que mon appétit a supporté, en ayant fait d'abord une drastique présélection en ligne. Je vais vous livrer mes coups de coeur, puis une petite liste par "quartier", car c'est souvent ainsi qu'on décide ce qu'on mange : le quartier le plus proche de la prochaine scène, et enfin une liste de stands végétariens/végétaliens. C'est parti !


    Mon top 3 :


    Si vous êtes à deux, c'est largement faisable sur la soirée, vous aurez même encore un peu de place pour un dessert (ou quelques bières...). Détaillons.

    mercredi 4 juillet 2018

    Le secret des spaghetti roses



    Ce n'est pas parce que c'est l'été qu'on ne veut se nourrir que de tranches de pastèques glacées et de BLT. Depuis le printemps, on trouve des magnifiques bettes de toutes les couleurs au marché. (A Lausanne, mes préférées sont au stand du marché Cuendet, mais on en trouve même à la Coop.) 

    C'est la couleur de leur côtes qui m'a donné envie de cette recette dont le secret, comme toutes les recettes de pâtes qui se respectent, tient dans l'eau de cuisson qui va créer ce magnifique rose. 
    (Si vous ne savez pas de quoi je parle, il faut apprendre à cuire des pâtes avant de lire la suite de cette recette. J'en profite pour remercier ceux qui me disent très régulièrement qu'ils ont essayé et que ça a tout changé pour eux, ça me fait moulte moulte plaisir à chaque fois même si je cache ma gêne par une boutade.)

    Ingrédients

    pour 2 personnes
    • 300g pâtes longues : spaghettis, linguine, bavette, à votre guise
    • 1 bottes de bettes roses (environ 500gr, tiges et feuilles)
    • 1 citron bio (on utilisera le zeste)
    • 50g parmesan
    • 50g panko
    • 2 gousses d'ail
    • huile d'olive + beurre + sel

    Ustensiles : un casserole, une poêle à larges bords, une planche à découper, un bon couteau, une microplane pour le parmesan et le zeste de citron, une pince pour les pâtes, une spatule en bois.

    Durée : 5 minutes de préparation, la suite pendant la cuisson qui dure 20 minutes environ.

    lundi 18 juin 2018

    The Rain


    Série post-apocalyptique, The Rain est la première série danoise a être diffusée (depuis mai 2018) mondialement par Netflix. La plateforme continue de se différencier en proposant des contenus produits ailleurs qu'aux USA à ses clients mondiaux, après la série allemande Dark, la série brésilienne 3%, la série anglaise The Crown, la série espagnole Casa de Papel, The Rain est la nouvelle excellente surprise de ces productions non américaines. (On ne parle pas de Marseille, on va se fâcher.)

    La série commence par un père paniqué qui emmène ses deux adolescents dans un bunker pour éviter la pluie, qui va tuer tout le monde. Pourquoi la pluie tue on ne sait pas, comment elle tue non plus, on est tout autant démunis que les deux personnages principaux. Tenter de raconter quoique ce soit d'autre amène forcément à des spoilers, comme la plupart des images et bande-annonce trouvées en ligne, alors je vais m'arrêter là pour la description.


    lundi 11 juin 2018

    Le Gourmet Solitaire - la série


    Le Gourmet Solitaire est une série de mangas assez connue car dessinée par le fameux Jiro Taniguchi qui a un grand succès en France. Ce sont de courtes histoires d'un homme, vendeur dans l'import export qui parcourt le Japon à la rencontre de ses clients et profite de ses repas pour découvrir des restaurants. Chaque histoire est l'occasion de découvrir un lieu, mais aussi un ou plusieurs plats.

    Ce qui est moins connu en Europe c'est que ce héros, Goro Inugashira, a en fait été créé par Masayuki Kusumi (ou Qusumi), scénariste de bd, mais aussi de télévision et cinéma. C'est donc naturellement que Le Gourmet Solitaire (Kodoku no Gurume) est devenu une série télé diffusée depuis 2012 par Tv Tokyo (la plupart des histoires se passent dans les villes autour de Tokyo). La septième saison va être diffusée prochainement.

    Je n'avais vu que de courts extraits très mal sous-titrés en ligne et j'étais plus que dubitative. Comment rendre la poésie de Taniguchi en film ? Comment rendre la finesse de ses lignes en noir et blanc dans la vie réelle avec tous ses défauts ? C'était forcément bancal. J'avais tort.

    Cette série peut paraître plein d'aspérités : lumière crue, décors bruts, homme d'affaire toujours dans le même costume un peu fatigué. Mais elles disparaissent dès qu'il a faim.

    Les épisodes se déroulent selon un canevas identique : il sort de la gare dans une ville, il déambule en allant voir son·a client·e (parfois il en profite pour manger des pâtisseries), après le rendez-vous, en pleine réflexion sur la manière dont il s'est déroulé, il arrive à la terrible conclusion : il a faim.


    Cette séquence de quatre images a lieu dans chaque épisode, comme s'il se retrouvait tout à coup particulièrement seul et perdu dans un lieu inconnu. Comme si le faim lui provoquait une angoisse existentielle, et c'est le cas : il va devoir faire un choix, choisir le restaurant de son repas de midi. (Et donc renoncer aux autres restaurants à découvrir dans cette ville, l'angoisse.)

    Et c'est là que commence véritablement l'épisode : le choix du lieu, la découverte de l'intérieur du restaurant, la lecture du menu et le difficile choix, l'attente du plat, la découverte du plat, le moment où il goûte, le moment où il mange, voire dévore, le bonheur d'être rassasié par un plat, l'addition et les réflexions pré-digestion.

    mercredi 2 mai 2018

    Arrêtez d'identifier des comptes sur instagram !


    Sur les réseaux sociaux, des tendances naissent, on ne sait pas trop comment. Parfois, certaines deviennent des usages, grâce à des détournements d'outils et changent notre manière à tous de communiquer sur certains plateformes.

    Et parfois, il y a des usages qui se répandent mais qui vont à l'encontre du bon sens et de l'efficacité de visibilité. Leurs utilisateurs n'y ont jamais vraiment réfléchi, ils ne font que reproduire. 

    Aujourd'hui je vais vous décortiquer un usage de ces usages qui m'énerve, non seulement parce qu'il s'apparente à du spamming, mais en plus parce qu'il est d'une totale inefficacité en terme de visibilité : les identifications multiples sur instagram.




    Pourquoi ça ne sert à rien ?


    Parce que les comptes importants, qui sont donc souvent les plus souvent identifiés (= tagués), ont leur settings bien réglés.

    jeudi 19 avril 2018

    Visites du marché de Lausanne avec Lausanne à Table



    Hier est sorti le programme de Lausanne à Table 2018 :


    Ce programme est mirobolant, et je suis très fière de faire partie de cette association... et de ce programme 2018 dans lequel je propose des visites du marché !

    Suite à de nombreuses demandes, j'ai testé plusieurs fois mon format de visites en 2017. Je suis donc prête aujourd'hui à faire découvrir le marché aux curieuses et curieux, néophytes ou habitué·e·s, qui découvriront mes stands favoris, et mon parcours stratégique, optimisé par 10 ans de visites régulières.

    Si vous souhaitez vous inscrire, toutes les informations sont sur ma page Visites du marché.

    Ne tardez pas trop, les visites sont limitées en place pour le confort de chacun, et la visite d'été n'a déjà plus que 4 places de libres...


    mardi 27 février 2018

    Tortillas maison



    Je suis fan de quesadillas. Enfin c'est-à-dire la version maison : une tortilla à moitié remplie de trucs bons + du fromage, pliée en deux, dans une poêle bien chaude, coupée en quatre et bam, des triangles croustillants farcis de trucs bons au fromage fondu en moins de 10 minutes. C'est une de mes manière préférée de récupérer certains restes. Ça fonctionne avec des bouts de poulet, des légumes confits... ou même juste du coleslaw. Le truc c'est d'équilibrer le goût, le fondant (= fromage mais pas de trucs trop liquides), le croquant (coleslaw c'est parfait, les pickles aussi). En gros c'est ma junk food maison. (Conseils complets chez Serious Eats. Faites tout comme ils disent et ce sera kick ass comme promis.)



    Sauf que les tortillas du commerce avec date de consommation hyper longue, c'est un peu cracra. Alors pourquoi pas faire nos propres tortillas ? C'est plus long que d'ouvrir un paquet, mais pas très difficile. Et comme j'ai la recette parfaite de Esme chérie, et qu'elle m'a autorisée à vous la transmettre, bam, tortillas. (En plus ça tombe bien, il fait froid, vous n'avez plus de pain et pas envie de mettre le nez dehors, c'est idéal non ?).

    Ingrédients


    (pour 10 tortillas)
    • 320g de farine : farine blanche, ou bise, ou farine de maïs, à votre guise
    • 160g d'eau
    • 80g de beurre (ou 60g de beurre doux et 20g d'huile d'olive)
    • pincée de sel

    Ustensiles

    • un grand bol
    • une balance
    • un rouleau à pâtisserie
    • un découpe pizza (ou corne de pâtisserie ou grande lame de couteau)
    • une poêle

    Tortillas


    1. Travailler le beurre pour qu'il soit pommade, c'est ce qui fera que votre pâte sera élastique. Puis mélanger avec la farine et le sel. Il faut ensuite ajouter l'eau petit filet par petit filet, jusqu'à ce que votre pâte soit homogène. On peut le faire à la main, ça ne prend que quelques minutes, ou au robot ça va très bien aussi.
      (Vous remarquez sur les images que ma pâte est un peu brune, c'est parce que j'utilise une farine bise. Pour les non-suisses = semi-complète.)


    2. Découper la pâte en 10 portions égales.
      Pour ce faire, j'aplatis un peu la boule, je la coupe en deux, puis chaque morceau allongé en 5.


    3. Former chaque morceau en petite boule.


    4. Sur une surface bien farinée, aplatir une boule de pâte avec la main, puis avec le rouleau à pâte, jusqu'à ce que la pâte soit très fine, presque transparente, environ 15cm de diamètre.


    5. Dans une poêle sèche sur chaleur moyenne, mettre une tortilla. Quand sa surface commence à se recouvrir de bulles, retourner puis cuire 1 minute du 2e côté.

    Et voilà, vous avez 10 tortillas maison et vous êtes fiers comme un bar-tabac.
    Merci qui ? Merci Esme <3

    taco maison : tortilla, poulet glacé au citron, avocat,
    jalapeños, radis-oignons rouges-graines de moutarde pickelés, laitue hachée assaisonnée au citron et surtout, une excellente sauce piquante.


    Et vous en faites quoi après ? Ben des quesadillas, des tacos, des enchiladas, des chilaquiles, des chips pour guacamole, ou en garniture sur une soupe, ou simplement en accompagnement d'un chili con carne ou tout autre plat mexicain ou tex-mex.

    20 recettes chez epicurious, 8 idées originales chez Food52, et bien sûr les quesadillas et la pizza rapide de serious eats.

    dimanche 25 février 2018

    Gnocchi ricotta rapides et inratables



    A force de me lire, vous devez en avoir marre que je cite Serious Eats, mais que voulez-vous, ils sont formidables. Leur grand atout : ils osent tester, tout tester, même les recettes les plus traditionnelles et intouchables, ils osent (pensez #CarbonaraGate). Et parfois, ils arrivent à la conclusion que la recette traditionnelle de la mamma est parfaite, et ils nous expliquent pourquoi. Et parfois, ils arrivent à améliorer des détails ou changent complètement toute la recette, et ils nous expliquent pourquoi. Tout est dans le pourquoi. Quand on a compris comment ça fonctionne, c'est libérateur pour deux raisons : d'abord parce qu'ils expliquent tout tellement en détails (ce que j'essaie de faire ici) qu'il est facile de tester des recettes qu'on a jamais cuisinées ni même goûtées auparavant ; ensuite parce que lorsqu'on a compris les principes de base qui font que certaines recettes ou certains ingrédients fonctionnent, on peut innover, inventer, se lâcher. 

    Aujourd'hui, c'est l'inverse, c'est une recette où il ne faut rien lâcher. Il faut tout peser, précisément, et c'est là le secret de la réussite pour des gnocchi à la ricotta maison, rapides (environ 20 minutes pour les façonner) et inratables... si l'on suit la recette. Recette de Kenji Lopez Alt, que je ne fais que traduire ici, en particulier les mesures, et à laquelle j'ajoute 2-3 explications pour ceux qui, comme moi, n'auraient jamais fait de gnocchis à la ricotta auparavant.

    Ingrédients

    (ici pour deux personnes en plat principal unique ou quatre personnes en entrée, mais je vous recommande d'en faire plus, ce qui ne prend pas beaucoup plus de temps ça se congèle très bien)

    jeudi 15 février 2018

    Savez-vous cuire du riz ?


    ... à la mode, à la mode, savez-vous cuire du riz, à la mode très fluffy ?


    Franchement, le riz, c'est chiant. Je parle pas du risotto, mais du riz blanc, parfumé ou basmati, qu'on veut bien fluffy pour accompagner plein de trucs. A moins d'avoir un cuiseur à riz (et si j'avais une plus grande cuisine j'en aurais un), c'est chiant. J'ai découvert récemment, dans un excellent article sur Serious Eats (comme d'hab) que la terreur de ne pas savoir cuire du riz correctement est apparemment très répandue dans le genre humain. Pourtant il existe une méthode infaillible, à suivre à la lettre, sans rinçage ou temps d'attente et votre riz sera garanti fluffy.

    C'est quoi fluffy ?
    Pour vous aider à comprendre, voici la photo en gros plan d'un grain de riz fluffy.