jeudi 27 septembre 2018

Panier de légumes VitaVerDura



VitaVerDura m'a contactée en septembre pour me proposer de tester leurs paniers de légumes. Voici le résultat de ce test. Je vais tenter de tester d'autres formules de paniers locaux ces prochains temps, entre deux visites de marché...


Commande et livraison



Cette fois-ci, on ne m'a demandé que mon adresse, afin que la livraison soit la plus simple et neutre possible. J'ai reçu le panier "solo" modulable (que je n'ai donc pas modulé), qui coûte 39 CHF. Il est "conçu pour la consommation hebdomadaire moyenne d'une à deux personnes qui mangent à la maison le soir seulement". Il y a aussi un panier solo bio (49.-), des paniers "duo" et "multi" et des paniers de fruits pour particuliers ou entreprises (mon mari s'est abonné à un panier de fruits bio à son coworking, ils sont super contents). Les paniers sont livrés chaque semaine dans une zone entre Genève et Lausanne (tant que c'est à moins de 50km de Rolle). 


Attention : la commande minimale est de 60 CHF. Mais comme le panier est modulable (donc on ne se retrouve pas coincé avec des trucs qu'on n'aime pas) et que sur leur site il y a aussi d'autres produits locaux (boissons, produits laitiers, oeufs, viande, poisson, boulangerie, etc.), c'est assez facile d'atteindre les 60 CHF (et ça aide à éviter les supermarchés).

Vous recevez la proposition du panier de la semaine le jeudi de la semaine précédente, et vous pouvez moduler selon vos goûts ou besoins pour la semaine suivante jusqu'au dimanche soir, ensuite ça vous est livré dans les horaires que vous avez indiqués. Ma livraison a été hyper ponctuelle, le panier est arrivé dans une caisse (pliable), livré chaque semaine avec le journal Terre&Nature

Très bon point aussi : il n'y a que deux sacs en plastique, un pour protéger la totalité de la caisse et un pour les épinards.



Composition du panier


Dès réception du panier, j'ai pesé tous ces ingrédients. Ils annoncent entre 6 et 10 variétés dans chaque panier, selon les saisons. J'ai reçu mon panier le 20 septembre, il contenait :

  • des épinards (436g)
  • 5 tomates (883g)
  • 2 petits fenouils (270g)
  • 1 chou-fleur (604g)
  • des carottes (829g)
  • des côtes de bette (536g)
  • des poivrons (1'112g)
  • 2 betteraves rouges (730g)
  • 3 aubergines (1'506g)
  • 4 poireaux (2'192g)
  • 2 oignons blancs et 4 oignons jaunes (344g)
  • des patates (803g)
Ce qui fait plus de 10kg pour 12 variétés de légumes

Il faut avouer que c'est une saison particulièrement belle, il y a encore des tomates et des aubergines, mais déjà quelques légumes de "garde" (patates, oignon, carottes, poireaux) qui pèsent vite lourd dans un panier, mais qui sont moins chers à l'achat. La qualité de tous les légumes est impeccable. Les variétés ne sont pas folles, ni bizarre, ce sont des légumes faciles à cuisiner avec des recettes que l'on connait tous par coeur sans problème.

Par contre, 10 kg de légumes, ça prend de la place dans une cuisine. Il faut donc prévoir de la place dans votre frigo et sur vos étagères pour recevoir tout ça. Je vous recommande de tout trier dès réception, afin d'avoir une bonne visibilité des produits disponibles, de ceux à utiliser rapidement, etc.





Utilisation du panier

mardi 11 septembre 2018

Visites du marché automne-hiver


Je vous ai annoncé ce printemps que j'organisais des visites de marché. J'ai commencé l'année dernière avec quelques lecteurs de ce blog et continué cette année dans le cadre du programme de Lausanne à Table. Gros succès pour les premières dates, toutes complètes. J'ai donc allongé le programme : il reste des places pour les visites du 13 octobre et 3 novembre. (Inscriptions ici.)

Ce sont à mon avis les deux dates les plus intéressantes, car c'est en automne et en hiver que le manque de diversité des fruits et légumes locaux se fait le plus sentir dans les supermarché. On ne sait plus quoi acheter à part des patates et des poireaux, et encore, parfois même eux viennent de loin. Ce sera l'occasion de redécouvrir l'incroyable variété existante grâce à nos maraichers locaux. On papote devant un café, on se promène, on déguste à certains stands, je partage mes idées recettes, on finit par l'apéro, bref on passe un bon moment dont le but est de vous donner le goût d'aller au marché le plus souvent possible. J'attends vos inscriptions avec impatience !

J'ai eu le plaisir d'être accompagnée par un photographe lors d'une des visites, vous pouvez voir l'album complet sur la page facebook de Lausanne à Table. Voici quelques images que j'aime beaucoup.

vendredi 7 septembre 2018

Poupoupidou

En pleine prohibition, deux musiciens tentant de gagner leur vie dans des orchestres de jazz qui jouent dans des tripots clandestins deviennent les témoins d'un règlement de compte de la mafia. Ils doivent donc fuir Chicago. Le seul job qu'on leur a proposé les semaines précédentes est dans un orchestre entièrement féminin qui part pour Miami. Ils décident donc de se travestir et d'embarquer avec l'orchestre sous leur nouvelles identités.

Si vous n'avez pas reconnu le début du film Some Like it Hot, il est urgent que vous le voyiez. Si vous avez reconnu, il est urgent de le revoir. Encore et encore. Je l'ai revu hier soir, pour la je-ne-me-souviens-plus-combien-t-ième fois, avec toujours le même plaisir, voir encore plus de plaisir à chaque fois.

C'est un chef-d'oeuvre qui n'a pas pris une ride.


Les acteurs d'abord, évidemment. Jack Lemon est hilarant en Daphne, contrebassiste prête à entraîner tout l'orchestre dans ses folies et bien décidé à profiter de la vie, que ce soit en tant que Jerry ou en tant que Daphne. Tony Curtis est parfait en Josephine, saxophoniste, et il tombe, évidemment, amoureux de la chanteuse, Sugar Kane, Marilyn Monroe, somptueuse, lumineuse, touchante, drôle, charismatique, hypnotisante. (Cette robe, mes aïeux, cette robe.)


Les quiproquos s'enchainent à un rythme endiablé pendant 2h. C'est hilarant, touchant, romantique, plein d'action. Le montage est trépidant et toujours juste. Les dialogues sont des pépites dont une bonne vingtaine sont carrément devenus des aphorismes encore utilisés aujourd'hui, bien que peu se souviennent qu'ils viennent de ce film de 1949. "Nobody's Perfect!", dernière phrase du film est l'exemple le plus connu. 

Et évidemment, le fameux "Boob boob e doo" dans une des chansons. La bande-son qui contient (entre autres merveilles) quatre chansons interprétées par Marilyn est merveilleuse.



Mais surtout, chaque plan est superbe. Le réalisateur Billy Wilder est au sommet de son art. Les lumières sont extraordinaires. Et le noir et blanc permet au travestissement de passer sans problème et sans que nous ne pensions supercherie à chaque instant. Contrairement aux beaucoup plus tardif Tootstie ou Mrs Doubtfire par exemple, également incarnées par des acteurs masculins fabuleux, mais qui ne fonctionnent pas du tout de la même manière qu'ici. Dans Some Like It Hot, à partir du moment où Curis et Lemmon sont Josephine et Daphne, on n'a aucun doute sur le fait que les autres personnages du film n'y voient que du feu. Et si le noir et blanc vous fait peur, je vous garantis que vous l'aurez oublié en moins de cinq minutes et que vous ne subirez pas une seconde d'ennui devant ce film.


Des milliers d'articles ont été écrits sur ce film, des thèses universitaires rédigées, des dizaines d'interviews publiés. Les anecdotes de Marilyn ne sachant pas son texte et devant faire de très nombreuses prises parfois, mais qui par contre réussissait une scène complexe en une seule prise continuent à circuler. Billy Wilder a déclaré 10 ans plus tard à un journaliste qui lui demandait s'il aurait voulu travailler à nouveau avec Marilyn "j'en ai discuté avec mon docteur et mon psy et ils me disent que je suis trop vieux et trop riche pour supporter ça à nouveau". D'autres préfèrent la citation "ma tante Minnie serait toujours ponctuelle et ne retarderait jamais aucune production, mais qui paierait pour voir un film avec ma tante Minnie ?".

Bref, ce film est mythique. Sans exagérer.

Mais si je vous en parle aujourd'hui c'est parce qu'en le revoyant hier, je me suis rendu compte que non seulement, il n'a toujours pas pris une ride, mais surtout, ses propos sur les rapports entre les sexes est incroyablement non sexiste pour l'époque, et même pour aujourd'hui ! Le film est presque féministe, et tout ce discours-là est porté par deux hommes, qui découvrent à quel point être dans le corps et la position de femmes et profondément inconfortable.

- Ce vieux cochon !
- Qu'est ce qui s'est passé ?
- Il m'a pincé les fesses dans l'ascenseur !
- Maintenant tu sais ce que vit l'autre moitié.
- Mais regarde-moi, je ne suis même pas jolie !
- Ils s'en fichent ! Tant que tu portes une jupe. C'est comme agiter un drapeau rouge devant un taureau.
- Vraiment? Ben j'en ai marre d'être le drapeau. Je veux redevenir le taureau !

Et non, il ne ferait pas scandale auprès de la communauté trans non plus (je vous vois venir amateurs de Jennifer Lawrence), car à aucun moment il ne s'agit de personnages trans, mais de deux hommes qui tentent de se faire passer pour des femmes pour échapper à la mafia...

Dans ces temps où les moeurs évoluent, ENFIN, de très nombreux films deviennent impossibles à regarder, les films des années 40 évidemment, mais même des films des années 80 ou 90 ont pris des coups de vieux impossible à oublier par des passages racistes, sexistes ou encore homophobes. La série Mad Men en a fait son fond de commerce, en mettant en valeur ces moments "normaux" des années 50-60 qui sont devenus totalement choquants aujourd'hui. Souvenez-vous de la scène de la saison 1 où Betty Draper, très enceinte, enchainant les cigarettes et les verres de vin, hurle sur sa fille qui court avec une housse en plastique de teinturier sur le visage... parce qu'elle pense que la chemise de son mari est peut-être froissée. En 10 secondes, la différence historique était mise en place.

Pour Some Like It Hot c'est l'inverse, le discours reste parfaitement juste aujourd'hui. Impressionnant.

Bref, voyez-le, revoyez-le, encore, et encore.

lundi 3 septembre 2018

20% de différence salariale homme-femme

Il y a quelques jours, j'ai publié les liens vers des annonces pour un job de RH, où le salaire de l'annonce masculine était 20% plus haut que la même annonce pour une candidature féminine. 

Je me suis outrée publiquement sur twitter :

cliquez sur l'image pour voir les réactions


... -avec malheureusement une superbe faute d'orthographe, mais il y avait déjà des RT quand je l'ai vue 2 minutes plus tard, trop tard pour rectifier- et sur facebook : 

cliquez sur l'image pour voir la publication originale et les commentaires

Les réactions choquées ont été immédiates et nombreuses. 
Le Matin a même fait un article citant mon tweet (supprimé quelques heures plus tard).




Très rapidement, les plus aguerris en fake news ont été cherché des infos plus complètes : registre du commerce, propriété du site web, vérification auprès de banques de photos, plein d'indices leur ont fait penser que c'était un canular, ou une opération de communication. Grégoire Barbey, journaliste, annonce rapidement que Le Matin s'est fait berner, dans un statut facebook où il déduit que ces offres d'emploi sont fausses, mais il s'interroge sur leurs objectifs : 



Le lendemain, d'autres s'emparent du dossier en s'emportant haut et fort "les fake news débarquent en Suisse Romande", l'article continue à citer mon tweet comme origine de l'histoire, son auteur a commenté sur ma publication facebook que je ne devrais pas relayer des fake news*, il exige des explications du Matin et évidemment de la politicienne citée qui n'est pas de son bord politique (tout s'explique), et se moque de moi en annonçant que d'habitude je suis plutôt du genre à dénoncer les fakes news... et oui, Monsieur, mais il fallait aller un poil plus loin dans votre analyse, ...

Vendredi, le Matin publie à nouveau un article : "Les offres d'emploi scandaleuses étaient des fakes".
Depuis, plusieurs journalistes m'ont contactée en me demandant où j'avais trouvé ces annonces, et pourquoi je ne démentais pas leur contenu. 



Effectivement, ces annonces sont fausses.

C'est UNIA qui a créé cette action pour leur campagne pour l'égalité salariale et demandé à quelques "influenceurs" (je cite) de partager ces annonces afin de sensibiliser l'opinion publique en créant un "buzz". Le moins que l'on puisse dire c'est que c'est réussi : le bruit a couru, en Suisse Romande du moins.

La société Meyer info, crée de toute pièce pour cette action (ce qui a été repéré par les débusqueurs de fausses infos, mais pas par le grand public), représente l'exemple type de l'inégalité salariale. C'est gigantesque et très visible ici.

Mais les inégalités salariale sont bien réelles, quoi que beaucoup plus sournoises, avec la même disparité de 20% !

Une manifestation nationale aura lieu le 22 septembre pour lutter contre les discriminations salariales. Un train sera gratuit depuis la plupart des villes romandes. Plus d'infos, horaires, etc.

(Edit : explications d'Unia du 5 septembre.)

J'espère que celles et ceux qui sont tombé·e·s le panneau ne m'en voudront pas trop, et que leur indignation pour ces inégalités salariales restera intacte malgré le procédé utilisé. Ces fausses annonces ont simplement permis de rendre plus visibles et transparentes ces inégalités d'habitude dissimulées. (C'est si facile en Suisse où on aime pas parler d'argent entre collègues...)

Je comprends ceux qui critiquent la méthode, passer par des fausses informations peut aussi donner de l'eau au moulin de ceux qui ne voient pas le problème, j'imagine déjà les : "d'ailleurs ils ont dû inventer des annonces, c'est dire qu'il n'y en avait pas". #fatigue

Pour ma part, j'ai accepté de participer car ce problème est encore trop invisible. Les personnes de mes "cercles" habituels, renforcés par les algorithmes facebook and co, sont sensibilisés à cette question d'inégalité majeure, mais il suffisait de lire les commentaires sous le premier article du Matin pour se rendre compte que non, la question n'est pas prise au sérieux par une très grande frange de la population, ainsi que par les partis politiques de droite qui ne voient pas le problème (on comprend mieux quand on calcule le pourcentage de femmes parmi leurs élus).

Alors pourquoi ne pas passer par le choc et l'indignation ! J'espère que ces énergies mises dans cette stratégie de buzz vont continuer à travailler sur le problème de fond avec le même succès.

Et j'espère surtout que nous serons moins longs à régler ce problème que le droit de vote des femmes**... mais dans ce si joli mais arriéré pays qu'est la Suisse, c'est pas gagné.


Si vous êtes journaliste et souhaitez en savoir plus, merci de contacter UNIA directement.



* J'ai supprimé ce commentaire en attendant des nouvelles des instigateurs de cette campagne.
** 1971 pour les non-suisses qui me liraient... la "suisse primitive" n'est pas un mythe.


Edit :