lundi 30 août 2010

The Resort Collection de Essie

Photobucket

Quand on a beaucoup de vernis, il est inutile d'avoir des grandes bouteilles, du coup je craque très facilement pour des mini... Mavala, O.P.I., et dernièrement pour ce coffret de Essie intitulé The Resort Collection. J'aime chacune de ces quatre couleurs, c'était irrésistible. Il reste quelques coffrets en vente au Nail Bar, si elles vous plaisent autant que moi.

vernis

vernis

Seul défaut, le prix, 33,90 CHF pour 4 vernis en version mini ça fait cher... Par contre, contrairement aux grands Essie (très chers aussi) dont je n'aime pas le pinceau, le pinceau des petits est très agréable à manier. Comme les grands par contre, je ne les trouve pas complètement opaques à 2 couches, j'en ai donc mis 3. Mais la tenue elle est fabuleuse, la meilleure que j'aie vu jusqu'ici ! Bravo Essie !!!

vernis

vendredi 27 août 2010

Ma peau est exigeante ou ma routine visage façon layering

Cosmétiques

Depuis plus d'un an, je perfectionne petit à petit le rituel bi-quotidien de ma peau, je suis donc prête, enfin, à vous livrer MA solution. Qui évidemment ne vaut que pour moi, mais dont peut-être des peaux similaires à la mienne pourront s'inspirer... Ma peau est trentenaire (oui, ça compte), mixte à grasse, très déshydratée ET sensible ET intolérante au soleil. Tout pour plaire. Il me faut donc beaucoup d'hydratation, MAIS pas de gras (ou très peu) et un nettoyage efficace MAIS doux.

Pour obtenir tous les résultats que je veux il n'y a pas mille solutions, il n'y en a qu'une, le layering (euh, peut-être faut-il relire cette phrase pour la comprendre). Une pintade glossée en a beaucoup parlé de cette fameuse technique qui vient de Japonie (pour citer cette folle). Je vais vous livrer ma routine, qui ne comporte pas milles couches, mais quand même quelques unes.


Cosmétiques

1) le démaquillage
Forcément indispensable. J'utilise soit l'eau micellaire d'Avène, soit le démaquillant au bleuet de Klorane (en particulier quand j'ai les yeux un peu chargés). Beaucoup conseillent les huiles démaquillantes, mais moi, la texture de l'huile sur ma peau je déteste ça. Donc démaquillage jusqu'à ce que le coton soit blanc, matin et soir.

2) le nettoyage
Absolument obligatoire, pour enlever les restes de démaquillant et vraiment nettoyer à fond. J'utilise soit le nettoyant de Clinique (la version tonique), soit du Savon d'Alep. Une fois par semaine, je fais un masque de Savon d'Alep (merci Nisnou pour cette idée géniale, je n'ai jamais senti une telle sensation de propreté !) et un autre jour, un gommage au marc de café. Pour ne pas qu'il soit trop agressif, je mélange le marc à mon nettoyant Clinique.

3) le tonique
Alors là, c'est le moment crucial, qui change tout. C'est l'étape qui permet d'enlever le calcaire, d'enlever le savon et de refermer les pores après le nettoyage. Après moultes péripéties avec des vendeuses Clinique pas très douées (malgré leurs outils de diagnostics :-( ). Au départ, vu que j'ai une intolérance au soleil, elles m'ont refilée la lotion no 1, la plus douce. Et bien ça n'était pas du tout adapté pour moi (normal, c'est fait pour des peaux sèches à très sèches, absurde !). Puis, j'ai notifié la chose et on m'a passé à la lotion no 2, un peu mieux, mais toujours pas ça. Jusqu'à ce que je réclame la lotion no 3 qui est parfaite ! Je suis tombée ensuite sur une meilleure vendeuse qui m'a expliqué que de toute manière, il vaut mieux commencer par une lotion plus douce puis "monter" pour ne pas faire de réaction trop forte. Trop décaper n'est jamais une bonne idée, on agresse sa peau et elle produira encore plus de sébum.


Cosmétiques

4) la brumisation
Petit moment plaisir, hop, un coup d'eau d'Avène. Non seulement c'est agréable, mais en plus c'est utile. Cette eau étant apaisante, j'ai vraiment l'impression d'avoir moins de rougeurs et l'étape suivante faite sur peau humide permet d'encore mieux faire pénétrer les actifs du sérum.

5) le sérum
C'est le premier produit qui m'a convaincue de me mettre au Programme 3 temps de Clinique ! J'avais commencé par testé l'Emulsion Hydratante Tellement Différente, mais le Gel Hydratant Tellement Différent me convient beaucoup mieux. Appliqué sur peau encore humide de brumisation, le Gel pénètre encore mieux. D'ailleurs, vu que je n'utilise pas d'huile démaquillante et que donc je zape l'étape "massage" du début, je fais le massage à ce moment-là. C'est super agréable ET efficace, la peau réagit tout de suite, c'est vraiment le geste qui fait la différence. J'en profite pour hydrater mon cou et mon décolleté, de bas en haut pour contrer la gravité.
Et NON : ce n'est PAS une crème hydratante, c'est un sérum, il faut une autre couche par-dessus ensuite !!!

6) le soin anti-tâche
Pour ne pas que mon mélasma ne se développe... et ça marche. Cet été, on est fin août, et je n'ai presque pas de tache, miraculeux. Par contre, au vu du prix je vais pas en mettre toute l'année. J'ai zigouillé mon mini-tube (qui coûte 80 CHF !!!) en moins de 3 mois ! C'est hors de prix.

7) le soin contour des yeux (ou CDY pour les intimes)
L'avantage du sérum précédent c'est qu'il peut aussi se mettre sur les CDY... et par dessus, un hydratant est indispensable. Alors là par contre, cette zone est tellement particulière chez chacune que je ne pourrais pas vraiment vous donner de conseils de produits. Ça change d'un âge à l'autre, selon les besoins saisonniers, selon vos habitudes de vie, selon la couleur de vos cernes, selon votre circulation, ... Et mon benchmark de CDY a été supprimé d'un blog que je ne veux pas citer.


Cosmétiques

8) le soin hydratant
Là encore, ça dépend beaucoup des besoins de votre peau. J'ai trouvé mon Grail pour la nuit : la Moisture Surge de Clinique, qui est sensé être un masque, et non une crème, mais pour ma peau grasse/déshydratée, c'est parfait ! Pour la journée par contre, je navigue entre plusieurs crème, suivant mon envie, mes besoins. En ce moment je vis une très belle histoire avec Hydraphase légère de La Roche-Posay.

9) la protection solaire
Toujours contre mon melasma, du SPF 50, minimum, mais seulement si je sors de chez moi en pleine journée et quand il fait très beau dehors. Uniquement le jour, cela va sans dire.

9 bis) hydratation des lèvres
A la Cold Cream d'Avène, en masque épais et hop, le lendemain j'ai des lèvres de nymphette de 17 ans. Uniquement le soir, bien sûr.


Lu comme ça, on dirait que c'est l'enfer, que ça prend des heures, mais en fait non. On le fait de plus en plus vite, 2-3 minutes le matin et pareil le soir, et ça change TOUT. J'ai le teint beaucoup plus clair et unifié, beaucoup moins d'imperfections, des pores plus fins, beaucoup moins de points noirs. Je ne pourrais plus m'en passer !!!

jeudi 19 août 2010

Futurama



film


Futurama saison 6
Une pirouette scénaristique au premier épisode et hop, on retrouve nos héros là où on les avait laissés à la fin de la saison 5 qui était sensée être la dernière, mais au vu des déboires seriesques de la chaîne ces dernières années, ils ont décidé de relancer le deuxième bébé culte de Matt Groening. Vous aimez les Simpsons, Futurama c'est encore mieux ! L’'épisode 3 par exemple, avec la sortie de l' « eye-phone » et la conquête du monde par twitter est une petite merveille ! (Il est tout à fait possible de voir cette saison sans avoir vu les précédentes.)

Mammuth


Photobucket

Mammuth (Gustave de Kervern & Benoît Delépine, France, 2010)
Après Louise-Michel au chômage, Mammuth (excellent Depardieu) à la retraite. Les réalisateurs continuent à tourner autour de leur thème fétiche des petites gens en tentant l’'option poétique. Certaines scènes sont vraiment réussies, d’'autres drôles. Mais le rythme contemplatif m’a ennuyé. Le film m’a paru durer des heures. Et le côté décalé de certains moments n'’a pas réussi à sauver mon impression. Dommage, j’'étais vraiment déçue de ne pas plus adhérer aux personnages loufoques de ce brillantissime casting.

American Splendor



film
film
film


American Splendor (Shari Springer Berman & Robert Pulcini, 2003, usa)
Harvey Pekar est mort le 16 juillet 2010, la BD mondiale est en deuil. Il écrivait depuis de nombreuses années des BD sur sa « petite vie sans intérêt ». Le film est tiré de ses BDs. Une claque, qu’on connaisse ou non son travail « sur papier ». L'’histoire du film est sans grand intérêt, mais son mode de narration est passionnant ! La manière de filmer/monter est relativement conventionnelle, mais l'on sort de la diégèse constamment pour venir au « vrai » Pekar qui commente sa vie jouée par un acteur. Dispositif original et vraiment intéressant.

Si vous ne connaissez pas Pekar, ne laissez pas passer ce film comme je l’ai fait pendant trop longtemps !

El secreto de sus ojos


film
film
film
film


El secreto de sus ojos (Juan-José Campanella, Argentine, 2010)
Il ne faut rien raconter de l'histoire de ce film pour laisser à ceux qui ne l'ont pas vu l'énorme plaisir de se laisser emporter dans ce scénario tellement abouti. Les amateurs de polars, de films politiques ou d'histoires d'amour y trouveront chacun leurs plaisirs. TOUT dans ce film est excellent, des acteurs -mais étant amoureuse de Ricardo Darìn depuis tellement longtemps que je crains d'être peu objective, par contre, Soledad Villamil est MERVEILLEUSE et là, je vous le garantis !- aux décors -vraiment impressionnants de justesse-, des lumières aux cadrages, etc... Le montage est particulièrement excellent, là où la navigation entre deux périodes distantes d'une trentaine d'années aurait pu justifier quelques facilités artificielles, ici, rien, un montage sobre et d'une grande intelligence. On passe de plans séquences très mobiles à des gros plans fixes sans heurts aucun. Le rythme est maîtrisé à chaque instant. En tant que spectateur on est emmené exactement là où le réalisateur a décidé d'aller.

Je suis retournée voir ce film une deuxième fois et, n'étant plus autant accaparée par l'histoire que la première, mon impression de chef d'oeuvre s'est renforcée. C'est le plus beau film que j'ai vu cette année. Quel bonheur, le cinéma argentin a décidément de beaux jours devant lui ! 

Et ce film est TRES argentin, amours contrariées (la thématique principale du tango), dictature, football, passion, ... tous les ingrédients y sont, pour mon plus grand plaisir, sans oublier cet accent qui me fait toujours autant frémir (surtout quand il sort des lèvres de Darìn, mais bon, peut-être aviez-vous déjà compris qu'il ne me laisse pas indifférente ?) et cette manière de jurer à tout bout de temps.
On rit, on pleure, on aime, on en sort bouleversés de multiples manières, mais surtout, surtout, on se prend une leçon de cinéma en pleine gueule, et ça fait du bien.

EDIT : Mon ex, réalisateur argentin de son état, que je soupçonne de jalousie envers Campanella, me dit que NON, ce film n'est pas argentin, parce que le réal travaille depuis trop longtemps à Hollywood pour être sincère, parce que le financement est entièrement US et qu'il a été "calibré" pour un public "étranger". Donc, à part la thématique, les décors, l'histoire, les acteurs... ce film n'est pas argentin.
PS : Je vous ai déjà dit qu'on appelait les Argentins les "Français d'Amérique Latine" ? Entre autres raisons pour leur énorme capacité à la mauvaise foi ;-) 

Sex & the City 2


film

Sex & the city 2 (Michael Patrick King, 2010, usa)
Une daube. Mais bon, ça vous le saviez déjà. Je m’'attendais quand même à un minimum de subversion comme dans les débuts de la série où ça parlait cul et coeur de manière originale et actuelle. Mais non. Rien, pas un soupçon d’originalité, pas un soupçon de politiquement Incorrect. Et la « morale »: même sous le niquab les femmes du Moyen-Orient sont aussi fashion que les autres : VOMIR. Seul et unique point positif : la journée était caniculaire et la salle climatisée. J’aurais mieux fait d’'y dormir plutôt que de regarder le film.

dimanche 15 août 2010

Dupe de Diva of Geneva

J'avais déjà parlé de la collection Swiss d'O.P.I. ici et expliqué ma difficulté à choisir seulement une ou deux teintes parmi celles proposées... je crois avoir résolu mon problème ! Le Nail Bar vend le mini-coffret qui contient Yodel Me On My Cell (sublime bleu avec reflets métallisés), Lucerne-tainely Look Marvelous (un gris foncé métallisé), Color So Hot It Berns (rouge vif, très vif) et le fameux Rapidry Topcoat... j'ai déjà réservé mon coffret ! (Prix de vente : CHF 28,90)

vernis

Après être passée tester cette fameuse collection (un long bout de scotch sur le bras, une goutte par vernis, un autre bout de scotch par-dessus le premier, je colle tout ça sur mon porte-monnaie et j'ai du temps pour réfléchir), je me suis décidée pour le Diva of Geneva (en plus du coffret, donc, mais j'aurais eu du mal autrement à laisser tomber Lucerne-tainely Look Marvelous !).

vernis
vernis
vernis

Mais peut-être n'aurais-je pas dû... parce que quelques jours plus tard, en rangeant mes "nouveaux vernis" (c'est-à-dire ceux que je n'ai pas encore portés et photographiés), je me suis rendue compte que le très joli Lovely Plum de Peggy Sage (offert par la délicieuse Marinux, comme quoi finalement les so-called troll sont plutôt gentils en fait...) est très très ressemblant à Diva of Geneva, je vous laisse juger par vous-même.

vernis
vernis
vernis

Le Peggy Sage est légèrement plus foncé, le OPI un peu plus rose mais ils sont pratiquement identiques...



PS : NON, ce blog ne va pas reprendre un rythme de publication aussi rapide qu'avant l'été tout de suite, mais je ne vais probablement pas résister à faire quelques articles de temps en temps... Et là, je voulais donner cette info avant que la collec' Swiss ne soit plus en rayons, ça aurait été ballot :-)