lundi 30 janvier 2012

Mon boeuf bourguignon



Une de mes recettes préférée à cuisiner est le boeuf bourguignon, parce que j'adore ça et parce que je le réussis plutôt bien et que j'adore arriver sur la table avec "une bête cocotte" façon "mais non c'est rien" en sachant que oui, c'est juste délicieux. Ça fait toujours son petit effet.



Pour 4 personnes 


  • 900 g de bœuf (joues, épaule, … demander à un bon boucher) en gros cubes (ça peut paraître beaucoup, mais ça réduit ET vous serez ravi d’avoir des restes le lendemain !)
  • 70-80 g de lardons
  • 1 bouteille de très bon vin rouge corsé
  • 2 gros oignons
  • 3 grosses carottes
  • 1 orange
  • du chocolat noir
  • clous de girofle
  • feuilles de laurier
  • 1cc poivre
  • 1cc épices à speculoos
  • 1 cube de bouillon



Faire mariner au moins une nuit la viande dans le vin, avec les carottes coupées en grosses rondelles (1/2 cm), les clous de girofle, des grains de poivre, les épices à speculoos, les feuilles de laurier. Couvrir mais laisser à température ambiante. Ne pas utiliser toute la bouteille, couvrez bien la viande, mais garder au moins l’équivalent d’un verre pour le lendemain.


Le lendemain, égoutter la viande (garder la marinade) et couper en plus petits cubes. Emincer les oignons. Faire chauffer un peu d’huile dans une cocotte, ajouter les lardons, quand ils ont fondu, ajouter le bœuf en cubes et faire revenir, quand il est saisi sur tous les côtés, ajouter les oignons, laisser revenir encore une minute puis déglacer avec le jus de la marinade, ajouter le bouillon en cube. Baisser le feu et bien racler le fond de la cocotte pour récupérer tous les sucs. 

Laisser cuire 2h à tout petit feu et à couvert. Au bout de 2h, ajouter les carottes et découvrir, laisser mijoter à tout petit feu. 


Au bout d’1h, ajouter 3 longs zestes entiers d’une orange. Quand la sauce est presque à la bonne consistance, calculer à vue d’œil combien de dl de sauce ça représente (moi j’en avais 3) et ajouter le même nombre de carrés de chocolat noir. Puis le verre de vin qui reste, goûter et rectifier l’assaisonnement. Laisser encore mijoter une petite demi-heure. Couvrez, éteignez le feu. C’est parfait.


C’est une recette inratable, mes « trucs » qui font toute la différence sont le zeste d’orange (qu’on enlève avant de servir), le chocolat noir (que j’utilise pour toutes les sauces au vin) et le fait de rajouter un peu de vin à la fin. J’ai remarqué également qu’en faisant cuire 2h, puis en laissant refroidir et en remettant à cuire le lendemain (par exemple), la viande gagne en tendresse.

Certains servent avec des tagliatelles, je préfère les options qui « attrapent » plus de sauce, purée, polenta, … mais c’est parce que je suis une incorrigible gourmande. Comme ce plat au final n’est pas des plus diététique (sans être trop gras non plus, par personne il y a l’équivalent de 15 g de lardon et d’1/2 cuillère à café d’huile, après ça dépend de votre accompagnement), demain je vous proposerai des suggestions d’entrée et de dessert pour accompagner ce plat qui vous feront un menu complet au succès garanti.

21 commentaires:

  1. Intéressante l'idée du chocolat! Je vais essayer, merci pour la recette.

    RépondreSupprimer
  2. Mon parrain qui était Mexicain utilisait souvent le chocolat dans son restaurant pour cuisiner la viande. Comment as-tu eu l'idée d'associer viande et chocolat ?

    En lisant ta recette, mon nez et mes papilles pouvaient presque ressentir ton plat. Je me réjoui d'aller faire mes courses demain !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des années et des années de regardage compulsif d'émission de cuisine de toutes sortes, j'y ai appris plein plein plein de savoir-faire, d'infos sur les produits etc etc etc.

      Pour le chocolat et le zeste d'orange dans le bourguignon, j'ai appris par la suite qu'il s'agit de conseils de Ducasse himself ;-)

      Supprimer
  3. Faut que je te retrouve la recette de canard au chocolat de ma maman, ça dépotte grave

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je mets du chocolat dans toutes mes sauces au vin, mais je ne suis pas fan des sauces au chocolat, ni à la française, ni à la mexicaine...

      Supprimer
  4. Tiens, je vais tester le truc du chocolat.

    RépondreSupprimer
  5. merci pour l'astuce du chocolat... à tester pour la prochaine fois :-)

    RépondreSupprimer
  6. J'ai déjà fait se plat mais pas avec la même recette. Je ne connaissais absolument pas l'astuce du chocolat noir ! Je vais tester la recette !
    Merci et douce semaine

    RépondreSupprimer
  7. Le coup du chocolat avec la marinade au vin rouge est classique si je ne m'abuse, mais je n'ai jamais tenté moi-même. Un truc à faire ce week-end, miam. Sinon pour l'accompagnement, avec ça et les daubes je privilégie les papardelles. Faites maison si j'ai vraiment le temps :)

    RépondreSupprimer
  8. Je vois que le chocolat fait parler, tant mieux :-D

    @ Jérôme : j'aime les accompagnements qui permettent de faire "des petits volcans" avec la sauce, mais c'est parce que j'ai 8 ans dans ma tête :-)

    RépondreSupprimer
  9. Faut qu'on fasse un combat avec la recette de ma mamie :-) (j'adore le bourguignon, c'est terrible !)

    RépondreSupprimer
  10. J'ai la même "bête cocotte". Faut que j'essaie. Et avec de la polenta, quelle chic idée. Et avec une salade de carottes au cumin (c'est ça sur la table ?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sont des petits légumes d'hiver (carotte, navet, poireaux) revenus dans un peu de beurre, pour la touche de couleur dans l'assiette et sur la table, à côté de la purée.

      Supprimer
    2. Merci. C'est joli et ça devait être bon.

      Supprimer
  11. Oh mon Dieu, mais ça a l'air tellement bon! Je salive là!!! !J'ai faim j'ai faim j'ai faim... Boooouh j'ai faim (et mon frigo est vide).
    Pareil que toi, j'opte pour l'option purée!!!

    RépondreSupprimer
  12. Elle a l'air super ta recette Funambuline, surtout avec tes petits trucs en plus, ça me donne très envie de tester !

    RépondreSupprimer
  13. Je viens de terminer la cuisson de ta recette et discrètement, toute seule dans ma cuisine j'ai plongé un fourchette toute fraîche dans la cocotte pour être la première à goûter et ...... j'espère que les autres n'aimeront pas, je n'ai pas du tout envie de partager ce plat avec qui que ce soit !

    Elle est fabuleuse ta recette, elle a embaumé la maison, elle a chassé le froid de la neige et là, j'ai juste un large sourire parce que je me réjoui très fort d'être à table...

    Merci beaucoup pour ce partage...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, merci, merci pour ton commentaire qui me fait super plaisir ! J'adore partager des recettes et me dire que des gens vont se régaler un tout petit peu grâce à moi !
      Tu m'offres un joli sourire dans une journée de merde, merci :-)

      Supprimer
  14. Bon, là, je t'ai dit par Twitter ce que je pensais de ton magnifique boeuf bourguignon. A présent, j'ai une question plus triviale : est-ce que cela a été facile de nettoyer la cocotte après ? Parce qu'avec moi, le fond brûle souvent et après, c'est galère pour la récupérer. Je chauffe de l'eau dedans avec de la lessive en poudre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je fais chauffer à feu très très doux pendant les dernières heures, et je rajoute du liquide si nécessaire, au moment de l'épaississement (la dernière demi-heure), je surveille constamment.

      Mais je dis avouer que cette fois-ci, ce n'est pas moi qui ai fait la vaisselle ;-)

      Par contre, pour les "vieilles cocottes à grand-maman", il faut faire attention à quel type de produit tu utilises, pour ne pas attaquer le revêtement et la couche qui se fait petit à petit à chaque plat et qui sera responsable du fait que les plats seront toujours meilleurs dans cette cocotte que dans n'importe quelle autre casserole !

      Supprimer