mercredi 11 juillet 2012

Restaurant de l'Hôtel de Ville - La Chaux-de-Fonds


Le restaurant - brasserie de l'Hôtel de Ville à la Chaux-de-Fonds nous a été recommandé par nos hôtes quand ils ont vu qu'on savait picoler qu'on aimait le bon vin. "Vous verrez, ils ont une sélection de super bouteilles vraiment pas chères et en plus on mange pas trop mal" nous avaient-ils dit, nous n'avons pas cherché plus loin. La première page de la carte nous a conforté dans notre idée, quand le casserolier et l'aide de buffet sont cités, la maison aime son métier. Et quand effectivement, quelques pages plus tard, on découvre la sélection des vins à moins de CHF 30.-, on se réjouit d'être assis confortablement, parce qu'on va y passer du temps.


On clique sur les photos pour voir les détails et on m'excuse de la lumière 
très agréable pour dîner mais totalement pourrie pour prendre des photos avec un téléphone...

La carte des mets est aussi appétissante que celle des vins (même si bien moins longue, et heureusement, parce que 22 pages de mets je meurs d'inanition sans savoir quoi choisir à tous les coups). On a opté pour la formule "Menu Bistrot". Soit une entrée (CHF 59.-), soit 2 entrées (CHF 69.-), soit 3 entrées (CHF 79.-), un plat, du fromage et un dessert. 
Si je peux me permettre un conseil à ce stade : n'hésitez pas à prendre un verre de vin en apéritif. Non seulement le maître d'hôtel (Laurent, c'est marqué sur la carte :-) ) est adorable et vous proposera exactement ce qui vous fait envie, mais en plus ça vous premettra de prendre votre temps pour lire la carte des vins qui fait rêver. Ils ne sont pas pressés, vous avez le temps, profitez.

Carpaccio de saumon de Norvège et de flétan marinés au citron vert et aneth

Une merveille de fraîcheur, peut-être ce que j'ai préféré à la carte ce jour-là, on lècherait volontier son assiette, ne passez pas à côté.

Marbré de filet de pintade au et légumes, petite salade au vinaigre de cidre

Ce que Shalf a préféré, étonnant car en bon Gascon, il se méfie du foie gras dont il ne connaît pas le pédigré du grand père (j'exagère à peine), et le mélange foie gras et volaille il était dubitatif. D'autant plus qu'il y avait de la "gélatine" dans le plat. Le temps que je lui explique que la sublime gelée qui tient le marbré en place n'est pas de la vulgaire "gélatine", il avait tout englouti et j'ai à peine pu goûter un bout de haricot. Mais au vu de son air ravi (et du foie gras que j'ai réussi à voler, mais chuuuut, il ne s'est rendu compte de rien) et bien c'était délicieux.

Ravioli au safran, farcis à la ricotta, basilic et parmesan, beurre ciboulette

Moins fins que les entrées précédentes, mais néanmoins particulièrement goûtus et sans conteste faits maison.

Suprême de volaille au vin jaune d'Arbois et Morilles, 
julienne de légumes, nouilles fines au beurre


On est ensuite passés au plat, j'ai joué la carte du terroir avec cette volaille au vin jaune. La sauce était délicieuse, la volaille parfaitement cuite, mais peut-être un peu fade. La julienne de légumes de la même taille que les nouilles est une excellente idée, et les morilles un délice absolu. Mais je suis tout de même un peu mitigée. Mais c'est probablement par jalousie, pour une fois que je trouve que Shalf a vraiment fait des meilleurs choix que moi à la carte, c'est frustrant.


Escalopes d'agneau panées et son jus à la sariette, 
arlésienne de légumes et risotto crémeux aux olives

Pour le peu que j'en ai goûté, j'aurais dévoré cette assiette sans en laisser une miette. Désolée de ne pas avoir de photo plus "globale" du plat, mais il faudra me croire sur parole, c'est beau ET bon.


Avec tout ceci, on a décidé de faire les snobs et d'ignorer la longue liste de vins à moins de CHF 30.- pour s'offrir royalement un Bandol, domaine de l'Hermitage 2007 pour la somme absolument exhorbitante de CHF 36.- Goûleyant, soyeux, de caractère, une merveille qui nous a réjoui les papilles comme au temps où on buvait du souffre.

Il nous en restait encore un verre lors du plateau de formages. Longtemps que je n'en avais pas vu un de cette qualité. A volonté, bien affinés, une jolie variété et bien servis avec des morceaux de fruits frais ou sec à choix, très agréable.


Et après tout ça, même pas peur pour les boutons de nos pantalons, on a opté pour des cafés glacés, parfaits, donc rien à dire. L'addition finale (sans compter les retouches pour agrandir deux pantalons) a été de CHF 180.- ce qui n'est pas donné, mais ce n'est pas exagéré non plus vu la qualité de la soirée).


Comme nous étions les dernières personnes sur place, on a un peu emmerdé discuté avec Laurent (le maître d'hôtel, faut suivre) et là il nous dit : mais vous savez, j'ai appris que ce week-end, il y avait des blogueurs en ville. MOUAHAHAHAHA. Après un très modeste : "oui, c'est nous", il a été aux petits soins. La lolfluence (copyright Shalf), c'est fabuleux. A un moment on a même cru que le responsable de la communication de la Ville avait placé des figurants, entre le petit vieux avec un accent tellement énorme qu'on le croirait inventé et la table qui s'engueule, littéralement, à propos d'un vague mécanisme horloger, on a presque eu peur.


Peur surmontée quand le charmant Laurent m'a proposé la visite des trois salles, dont la déco classique est plus chaleureuse que tape à l'oeil, malgré l'impression de prime abord, puis la visite de la cave et celle des cuisines. J'ai toujours tellement aimé découvrir les coulisses que j'étais absolument ravie. Et l'histoire du patron, Pierre Wyss, négociants en vin à Fribourg (d'où la carte hallucinante) qui tient ce restaurant comme son petit trésor est tout à fait convainquante.

Bref, il est hors de question que je mette encore une fois les pieds à la Chaux-de-Fonds sans un arrêt à l'Hôtel de Ville, considérez-vous comme prévenus.

3 commentaires:

  1. Et bien vous avez été plus chanceuse que moi : la dernière fois que j'y suis allée, c'était moyen et on nous a apporté l'addition avec le 2ème café. À 22h.
    En nous expliquant qu'ils avaient besoin de la table. Même pas offert, le café.
    Et croyez-moi : Laurent savait pertinemment à qui il avait affaire...
    Pina

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien Pina, oui, il le savait vu qu'on lui a dit, dès l'apéro en fait. Mais il ne s'est pas occupé de nous avant les cafés, qui oui, nous ont été offerts en connaissance de cause, je te l'accorde.
      Je dois avouer par contre qu'une des serveuses était plutôt désagréable et peu à son affaire.

      Mais les autres tables, restées tardivement aussi (la dernière à partir avant nous, il devait être plus de 23h30) ont été très bien servies également.

      Tu n'as donc effectivement pas eu de chance.

      Supprimer
  2. Je zappe pour l'instant tes articles sur la Chaux-de-Fonds que je relirai et commenterai avec plaisir quand j'y serai allée, ce pour garder un oeil neuf sur la ville et son offre culturelle et gourmande, mais ce ne sera pas avant octobre pour ma part !

    RépondreSupprimer