dimanche 25 octobre 2015

Mon sosie liquide



La truculante Sandrine, caviste, blogueuse et belge de son état, vient de créer une nouvelle série sur son blog La Pinardotek. Si tu ne connais pas encore ce blog, va lire, c'est bon. Elle y parle de beaux flacons, de saveurs, d'accords mets-vins, de vignerons et vigneronnes talentueux, du monde du vin. Elle y raconte des choses précises et passionnantes et aussi beaucoup de conneries à base de chansons nulles qui te restent dans la tête et de gifs animés tout pourris qui te font perdre le fil de son coup de gueule régulier et néanmoins très sérieux. Autant vous dire que j'adore ce style d'écriture foutraque mais totalement maîtrisé et assumé.

Je disais donc, elle vient de créer une nouvelle série d'interview, ça s'appelle les "Morpho-psycho wine test". En gros elle pose 5 questions, toujours les mêmes, à des gens qu'elle choisi parce qu'elle les aime bien, les gens répondent, et selon ces réponses, elle leur attribue un vin.

Je suis passée à la casserole. Non, pas littéralement, ça doit brûler.

Elle a choisi, pour me correspondre, un cépage que je ne connais pas : le Trusseau, cultivé dans le Jura et qui donne "des vins rouges fluides, légèrement épicés, avec une faconde et une bonhommie réjouissante. Un vin virevoltant, dansant dans les verres, exhibant ses transparences, jouant à surprendre. Complexe plus que compliqué, abordable plus que facile". C'est tellement beau quand elle parle de vin, j'ai très envie de goûter ! 

Merci Sandrine, je suis flatée, d'abord parce que tu m'aimes bien, c'est plus que réciproque, ensuite parce que je suis si bien entourée, pour l'instant l'Ornithorynque Chafouin, la délicieuse Sofille, le mythique Padre Pio et Mister Buko, oui, rien que ça. Ce qui m'a permis de remarquer que l'adiction à la casomorphine* est un mal très répendu parmi les lolfluents de la twittosphères. 

Je rêve de séances à base de plateaux de fromages, d'un peu de barbaque pour le Padre, des flacons de Sandrine, pour lolgouverner le e-monde entre nous.





* oui, l'addiction au fromage est un mal réel, j'en souffre, merci de respecter ma maladie en m'invitant régulièrement à manger des fondues et des raclettes. Bisous.

(PS : j'accepte aussi les poutine, les brissolées, les camemberts rôtis, les cheese-cake, etc. Je suis une fille très ouverte d'esprit, pour le fromage, surtout s'il est au lait cru.)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire