vendredi 11 mars 2011

Ras la fraise



C'est ma gourmandise et ma curiosité qui m'ont amenée à être aussi active sur Internet. J'ai commencé en cherchant une recette avec les fonds de mon frigo, j'ai trouvé marmiton et très rapidement participé activement à son forum. Forum où de nombreux liens vers des blogs culinaires étaient partagés quotidiennement. C'est là que j'ai découvert la très sympathique cuisine des frangines et son auteur principale, San, à l'origine de l'excellente initiative Ras la fraise.

Ras la fraise milite pour que l'on revienne à un peu plus de bon sens dans nos assiettes. NON, il n'est pas normal de trouver des fraises et des asperges en hiver dans nos magasins. Et OUI il faut arrêter de les acheter. Les produits hors saison sont en général sans aucun goût ayant voyagé depuis l'autre bout de l'Europe, voire de la planète, et donc trop souvent cueillis verts et mûrissant pendant le trajet, sans lumière, sans terre... sans goût. Sans compter le bilan carbone absurde qui coûte si cher à notre planète. Manger de saison et local est une simple question de bon sens, pourtant les supermarchés ne nous aident pas. Il suffit de voir toutes les photos envoyées régulièrement sur twitter et facebook, la Coop et la Migros (pour ne citer que les plus grands, mais Denner et les autres ne font pas mieux hein !) proposent pendant le mois de février des actions sur les fraises... c'est le monde à l'envers. En septembre, saison du raisin, dans les rayons il est parfois impossible de trouver du raisin Suisse mais on en trouve du Péruvien ou du Kenyan, cherchez l'erreur...

Sur le site, vous trouverez un manifeste que je vous engage à signer, plus il y aura de signatures, plus les géants de l'alimentaire se rendront compte que leurs clients ont des cerveaux et une capacité de choix, vous y trouverez également une mine d'informations en tout genre mise à jour très régulièrement.


En plus de suivre Ras la fraise sur twitter (et de faire un #FF, oui, on est vendredi !) et facebook et de signer ce manifeste, ce que je vous recommande surtout c'est d'acheter des fruits et légumes de saison et locaux. C'est en parlant à leurs porte-monnaies que les géants alimentaires finiront par comprendre le message. Il est possible de télécharger facilement des calendriers indicatifs des saisons des fruits et légumes et le WWF a une application pour smartphones très utile qui permet d'avoir sous la main un calendrier des saisons, mais également un guide des labels et un autre concernant les poissons conseillés ou déconseillés.

On oublie trop souvent que consommer, c'est faire des choix qui ont des impacts déterminants sur le monde. Alors, vous aussi devenez locavores ! Et vive Ras la Fraise !

8 commentaires:

  1. Je suis tout à fait d'accord ! Pour ma part, en France, c'est pareil, on trouve les mêmes problèmes. J'essaye de faire attention aux produits de saison, et c'est sûr que personnellement, jamais je n'achéterai de fraises maintenant. C'est n'importe quoi. Il faut savoir apprécier chaque produit en son temps, et quand il est le meilleur ! (et donc souvent le moins cher. J'ai vu avant hier des barquettes de 250g de fraises vendues 5 euros !!!).

    RépondreSupprimer
  2. Exactement, de saison c'est meilleur ET moins cher, ET meilleur pour l'environnement ET meilleur socialement.

    (et tu peux signer même depuis la France ;-) )

    RépondreSupprimer
  3. Je me suis imprimée il y a fort longtemps un panneau indiquant la "bonne saison" des fruits et des légumes, parce que je m'y perds un peu je l'avoue, et que je ne veux pas manger des fraises en février si ça veut dire qu'elles viennent de trop loin pour être honnêtes (et bonjour le prix des transports, mais surtout la pollution engendrée), ou qu'elles ont été modifiées de façon honteuse pour leur permettre de pousser n'importe quand (mais à quel prix pour notre santé...).
    Je vais donc aller visiter ton lien, merci !

    (P.S : Parfois je me demande si la poste virtuelle ne fait pas aussi des siennes entre nous, je ne suis pas sûre que tu reçoives tous mes mails ^^)

    RépondreSupprimer
  4. @ Lolaa : j'espère que Ras la Fraise donnera encore plus de poids aux arguments que tu soulèves déjà !

    (HS : effectivement, je n'ai rien reçu de toi depuis une dizaine de jour... tu as reçu ma liste toi ??? J'ai peur que nos mails respectifs nous considèrent comme des spams bloguesques :-( )

    RépondreSupprimer
  5. Ce mardi à la Migros du Closelet à Lausanne:
    - asperges vertes et blanches à 7.80 le kilo venant du... Pérou
    - le client me précédant à la caisse avec 4 barquettes de framboises de 250g (d'Espagne??), en action à 2.95 la barquette

    VDM

    RépondreSupprimer
  6. Cette initiative est très bien et je ne peux qu'applaudir l'initiative, mais pour pousser la réflexion un peu plus loin, je ne comprends pas vraiment pourquoi on considère les bananes, les ananas et les oranges comme des produits "acquis" et "normaux" sur les étals de nos magasins alors qu'ils viennent aussi de très loin, sans parler des autres fruits exotiques. Pour moi, c'est un peu la même chose que les asperges du Pérou et les fraises d'Espagne hors saison. Par ailleurs, la production suisse d'asperges n'est pas suffisante pour couvrir les besoins ou plutôt les envies du consommateur suisse...

    Bien sûr, j'évite d'acheter des produits hors saison dans la mesure du possible, mais je ne me prive pas non plus de manger des fruits qui viennent d'ailleurs comme les mangues, papayes, etc. pour varier des pommes et des poires de l'hiver.

    Puis, si on faisait vraiment attention à la provenance de chaque produit, on serait surpris. Même la farine de nos pains provient la plupart du temps de Belgique. Donc, à part cultiver soi-même ses produits, je ne vois pas comment on peut éviter la mondialisation.

    RépondreSupprimer
  7. @Koyangi
    Plusieurs réponses à votre message.

    Le problème n'est pas seulement la distance, mais également les conditions de production (Espagne, Maroc,...) et de transport (avions, camions,...), la situation alimentaire sur place (pays en insuffisance alimentaire - Pérou, Egypte,...), les risques sanitaires (pour les ouvriers et le consommateur).

    Comme indiqué dans la FAQ de Ras la fraise, cela ne concerne pas les fruits exotiques, qui devraient néanmoins être consommés avec modération, comme des aliments plaisir et non être la base de notre alimentation. Cependant, les oranges ne viennent pas forcément de loin, les bananes et ananas sont transportées par bateau, etc...
    Je conseille bien sûr de privilégier les labels équitables pour s'assurer d'un minimum d'éthique de production et de rémunération sur place.

    L'idée n'est pas de ne consommer uniquement local, mais d'éliminer le plus possible les aberrations du type : fruits et légumes qui poussent "ici" ou à proximité, mais que l'on fait venir de l'autre bout du monde, ou de serres dans des conditions épouvantables.
    La production indigène n'est pas toujours suffisante, mais a-t-on besoin de faire venir des aliments du Mexique-Pérou-Afrique du Sud alors qu'il y en a en saison en suffisance à proximité (Y. c. les pays limitrophes) ? Je suis convaincue que non.

    L'idée serait bien de faire attention à la provenance de tout ce que nous consommons, y compris habits, mobilier, etc... Ras la fraise se concentre sur un problème, je pense que c'est déjà mieux que rien ;) Le principe étant surtout d'informer et de sensibiliser les consommateurs, trop souvent totalement désinformés et trompés par les gros distributeurs.

    RépondreSupprimer
  8. Merci Sandrine pour cette réponse complète, j'aurais été beaucoup moins précise !

    RépondreSupprimer