jeudi 9 juin 2011

Le test Bechdel



Le test Bechdel permet de définir si un film a un côté féminin ou non. Le test est simple, il pose trois questions : y a-t-il au moins deux rôles (parlants) de femmes ? Est-ce que ces femmes parlent entre elles ? D'autre chose que des hommes ?

C'est vraiment basique mais le nombre de films qui ne passent pas ce test est effarant.

Je vous invite à découvrir et à vous abonner à la chaîne Youtube de Feminist Frequency, elle livre des analyses très intéressantes sans être extrémiste, quoi que parfois je trouve qu'elle exagère (par exemple dans sa théorie de la Manic Pixie Dream Girl où certains rôles féminins ne correspondent pas à son analyse selon moi), ses vidéos sont toujours pleines d'informations et sa manière de tout remettre en question est passionnante.

Je me suis rendue compte qu'une des choses qui m'a particulièrement dérangé dans The Tree of Life est l'absence de côté féminin, il a la pire note dans sa description Bechdel. La mère fait presque partie du décor, elle n'est là que pour ses hommes et ne sert à rien d'autre, elle est comme évanescente, on ne connaît même pas son nom à part "Mrs O'brien"...



Il y a de nombreuses autres vidéos à voir, mais entre le test Bechdel et le Principe de la Schtroumpfette vous aurez une bonne idée du travail de cette spécialiste des études de genre. Depuis que je la regarde, je suis beaucoup plus attentive à ces questions à chaque fois que je visionne un film et j'espère que certains d'entre-vous poursuivront l'expérience également.


17 commentaires:

  1. Ah, ça! J'avais pas tilté... Oui, j'avais déjà vu (et du coup presque tout regardé)

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour cette découverte c'est vraiment très intéressant! Effectivement je n'avais jamais pointé le doigt dessus mais je ferai plus attention la prochaine fois...sauf que ça va certainement m'énerver de voir que bien souvent la femme est cantonnée à un rôle de faire-valoir pour l'homme ou uniquement comme décor sexy! Après je ne pense pas que tous les films doivent inclure des femmes, ça dépend de l'histoire qui est racontée. Elle prend l'exemple du Seigneur des anneaux, mais justement quand on lit Tolkien c'est un monde assez masculin et ça ne me choque pas que Peter Jackson ait maintenu cette ambiance.

    RépondreSupprimer
  3. Merci beaucoup pour cette découverte !!

    RépondreSupprimer
  4. @ Mdame Jo : j'étais étonnée aussi que tu me dises ne pas connaître, il y en a des récentes...

    @ sagattine : son test peut s'appliquer à toute oeuvre de fiction, littéraire également, donc Lord of The Ring, quelle que soit sa version, ne passe pas le test. Ni Game of Thrones d'ailleurs, à ma grande surprise vu le nombre de personnages féminins importants...
    Je te recommande, si tu as le temps, de jeter un oeil sur ces autres vidéos, ça permet veritablement de se construire un schéma d'analyse concret particulièrement intéressant.

    @ Delphine : contente que ça t'ait intéressé, cette nana doit être diffusée massivement, c'est d'utilité publique !

    RépondreSupprimer
  5. Cube passe le test haut la main \o/ Severance aussi, les survival sont ils des films plus ouverts aux femmes (voir même souvent ce sont elles qui poutres le méchant)

    RépondreSupprimer
  6. Juste le nom, "test de Bechdel", je ne l'avais pas retenu, c'est pour ça que ça ne me disait rien.

    RépondreSupprimer
  7. @ Fraise : pas bête ton idée des survivals... c'est vrai que souvent il reste au moins une femme à la fin et qu'elle fait souvent des actions déterminantes durant le film. Par contre, il n'y en a souvent qu'une ou disons que les autres meurent souvent rapidement sans qu'elles n'aient pu marquer véritablement les esprits. Dans Cube par exemple, que j'ai vu il y a très (trop) longtemps, je ne me souviens que du personnage féminin de la surdouée des nombres...

    @ Mdame Jo : tu me copieras cent fois "test de Bechdel".

    RépondreSupprimer
  8. Excellent article! Je ne connaissais pas, même si je m'étais déjà fait la réflexion qu'il est assez difficile pour une femme de trouver un choix varié de 'modèles féminins' au cinéma. Et pas que dans les gros films hollywoodiens,... du coup, on se retrouve souvent à s'identifier aux hommes... et un moment, ça ne va plus :-D

    En tout cas, merci pour cet article!

    RépondreSupprimer
  9. Ha oui, et aussi, ça m'a fait bien rire le principe de la schtroumfette... parce que en ingénieur, tu le vis ce principe.
    Ca a clairement ses avantages, mais tellement d'inconvénients aussi... Et puis, quand tu sors des études ou de leur contexte, tu te rends compte que tu dois changer tes habitudes, ton comportements, qu'il y a plein de choses que tu ne comprends pas... juste parce qu'il n'y avait pas assez de filles autour de toi!

    RépondreSupprimer
  10. @ Laura : le principe de la schtroumpfette appliqué à l'EPFL ahahahahaha

    RépondreSupprimer
  11. Oh noooon, pas écrire 100 fois....

    *boude*

    Laura > tu es dans une filière relativement féminine (pour ce que je sais de toi) et tu n'as pas connu l'endroit avant qu'il y ait les architectes et les sciences de la vie... il y avait vraiment peu de filles à l'époque, ça a déjà bien changé.

    RépondreSupprimer
  12. @M'dame Jo : Oui, c'est vrai que mnt, j'ai basculé du côté plus féminin de l'EPFL, tu as tout à fait raison (excellente mémoire ;-))... Bon, dans mon labo, c'est quand même 3 filles pour 10 gars, donc, pas énorme la proportion et quand j'ai commencé mes études en Belgique, c'était à peine 10% de filles dans ma promotion... Mais les choses changent petit à petit, et il y a de plus en plus de filles, globalement, dans les études scientifiques :-)

    RépondreSupprimer
  13. Laura > je suis un peu mitigée quand même quant aux chiffres. Le bureau de l'égalité clame haut et fort que youpi ça change, que le nombre d'étudiantes à l'EPFL a augmenté, etc. Mais c'est depuis que les architectes et surtout maintenant les sciences de la vie sont sur le campus. Dans les sections ingénieries "pures" il y a toujours aussi peu de filles. je ne crois pas qu'il y ait de quoi pavoiser. Quand il y aura ne serait-ce que 20% de filles en informatique ou en mécanique, je peux bien parler d'évolution ;-)

    C'est vrai par contre que quand on se balade sur le campus, c'est nettement moins "choquant" qu'il y a 10-15 ans où les filles étaient tellement rares, qu'elles se faisaient observer en permanence. J'ai l'impression que "visuellement" il y a comme un masse critique qui a été atteinte, ça fait moins "étrange" comme ambiance.

    RépondreSupprimer
  14. Oui, clairement, les filières archi et SV font beaucoup pour l'augmentation des filles à l'EPFL. Je n'ai pas regardé les chiffres de l'EPFL, mais j'avais lu un article sur les facultés d'ingénieur en Belgique qui disaient que la progression était très lente, pas du tout la même pour toutes les branches et surtout très irrégulière (la promotion avant moi à Liège par exemple, il y avait en 1ere année, un truc du genre 10-15 filles pour 200-300 étudiants, mais la promotion encore au dessus, elles étaient bienplus nombreuses)...
    Donc, oui, c'est lent... Mais j'espère que les prochaines années vont confirmer la tendance. Allez, soyons optimistes :-)

    RépondreSupprimer
  15. SV et archi à part, si je me souviens bien, c'était dans les 12% début des années 90 et 17% 10 ans plus tard. Dans les sections ingénieurs, ça a peut-être bien un peu augmenté depuis, genre 19%. Donc, oui, ça évolue.

    J'espère aussi que le fait que la proportion de femmes augmente sur le campus, indépendamment des sections, ça rendra l'école moins "effrayante" et que ça débordera dans les autres filières...

    RépondreSupprimer
  16. Si Hollywood continue à piocher ses scénarios dans les comics et la BD, ça ne risque pas de s'arranger. Car Tintin, Lucky Luke, Blake & Mortimer... on nous élève avec ces classiques là, dont les Schtroumfs font partie. Je sens que je vais faire passer le test à ma bibliothèque aussi.
    Super article, merci !

    RépondreSupprimer
  17. Ah ça, c'est pas près de changer... du coup, chaque "objet culturel" que je vais analyser ici, je parlerai de ce test, passé ou non.

    RépondreSupprimer