jeudi 14 juillet 2011

Ozimi


Alléchée par la promesse de nature et de produits frais, de saison et faits maison, j'ai été tester Ozimi en début de semaine. (J'avoue que c'est également parce que je travaille dans le coin et que malgré la proximité de mon Holy Cow chéri, je ne peux me nourrir que de burger) (je m'autorise un quota de un par semaine) (bref).

Le lieu contredit ce dont j'avais envie, un espace ouvert sur le centre d'une galerie huppée comportant quelques magasins chics, très froid, pas du tout accueillant malgré les évidents efforts pour rendre "leur coin" plus cosy, je n'ai eu aucune envie de m'y attarder. Mais ce n'est pas si grave, vu que tout est en option take-away. J'y suis allée un jour à 13h15, dans le comptoir vitré à l'entrée il n'y avait plus qu'une sorte de salade. Le menu habituel (très alléchant) est collé sur le comptoir et indiqué sur des ardoises aux murs, mais ce n'est pas très clair. Après quelques instants on est venu me demander ce qui me plaisait, mais les deux choses que j'ai citées en premier étaient en rupture. J'ai donc inversé la question : qu'avez-vous ?

J'ai fini par choisir le menu du jour : des tomates farcies au riz, thon et petits légumes avec un assortiment de salades. Et c'est là qu'elle m'a annoncé le prix... 23 francs. Gloups. Alors certes, tout est fait maison, de saison et frais, souvent bio, mais je trouve ça hors de prix. Les menus du jours oscillent donc toujours entre 22 et 23 francs. Les quiches + salades sont à moins de 20 francs. Il y a également de très attractifs sandwichs végétariens et des galettes aux légumineuses qui exhalaient un tel parfum que j'ai regretté mon choix de plat du jour en m'approchant de la caisse. Je n'ai pas posé la question pour les boissons à l'emporter, les 23 francs m'avaient refroidie, mais j'ai cru comprendre qu'il y a des jus fraîchement pressés, dont je n'ose imaginer le prix, car malheureusement, les autres prix sont peu ou pas notés, c'est gênant...

Tout compris, j'ai été servie en moins de 5 minutes, de manière souriante et détendue, par deux personnes qui connaissent et aiment visiblement leurs produits et qui savent répondre sans hésitation à toutes les questions les concernant. Pour les allergiques, les sensibles au bio, les végétariens et les locavores, c'est particulièrement appréciable.

(photo tirée du site de Ozimi)

Mais passons au nerf de la guerre : OUI, c'est bon. L'assortiment de salades en comportait pas moins de sept différentes, toutes parfaitement assaisonnées. Les tomates farcies elles, par contre, n'étaient pas exceptionnelles. Peu de goût et la farce riz-thon-petit pois ne m'a pas parue très originale. Au vu du contenu de l'assiette, ça ne vaut pas 23 francs. D'autant plus que 2h plus tard j'avais faim et j'ai été me chercher un dessert...

J'aime l'effort porté sur les provenances des produits et le côté frais et fait main, le fait que ce soit varié et appétissant. Mais les prix exagérés m'énervent au plus haut point. Je sais bien que le quartier s'y prête (milieu de la Rue de Bourg), mais si tout ce qui est local et bio est toujours mis en avant avec des prix non justifiés, ça va à l'encontre du développement de consomacteur et je le déplore. Je toujours prête à mettre le prix pour d'excellents produits, je n'ai pas trouvé d'excellence ici. Encore une fois, je le répète, c'était vraiment bon, mais pas exceptionnel. Je dois vous avouer que sans l'envie de faire un billet test, j'aurais probablement renoncé, d'autant plus qu'un peu plus haut dans la rue il y a la boulangerie Chez Tony qui servent un grand choix de sandwichs, quiches, salades, tartes aux fruits, birchers, etc... et qui ont une terrasse au soleil.

On ne m'y reprendra plus. Et je le déplore parce que pour 10 francs de moins je serais devenue une fidèle de l'endroit tant sa philosophie et sa carte me plaisent.

14 commentaires:

  1. Ah ben voilà, merci de m'avoir économisé 23.- :-)

    RépondreSupprimer
  2. Pareil. Depuis environ un an je me suis rendu compte qu'on pouvait se faire livrer tout près de mon boulot (parc Montbenon). Mais entre les prix décadents (=le double de mon budget bouffe JOURNALIER) et les horaires inflexibles (moi, à midi, je suis encore trèèèès loin de ma pause lunch), j'ai renoncé aussitôt à tester.
    On peut par contre s'inspirer des menus, faire son petit marché et bricoler de sa cuisine le matin même, hein!

    RépondreSupprimer
  3. +1 !! En plus je travaille juste au dessous, j'ai souvent hésité, mais en effet c'était toujours un peu cher.. Bon ben je reste sans regret, merci Mlle Funambuline ;)

    RépondreSupprimer
  4. Quoi,23.- pour de la salade, une tomate avec du riz et des petits pois, ils sont malades, oui ! Je sais bien que l'emplacement est cher mais quand même. Je ne sais pas ce qui se passe actuellement en Suisse, si tu veux privilégier une vie saine et respectueuse de l'environnement, tu paies les yeux de la tête (à moins d'aller directement chercher tes produits à la ferme), idem pour le transport où le prix des billets de train qui sont déjà chers vont augmenter de 20 %. Bref, c'est abusé !

    RépondreSupprimer
  5. Ah oui 20 euros !!!! Même à Paris on ne paierait pas ce prix là

    RépondreSupprimer
  6. Vos réactions me rassurent. J'espère que les gérantes d'Ozimi vont tomber sur ce billet...

    RépondreSupprimer
  7. je partage ton avis, c'est cher et souvent ça manque un peu de saveur, mais c'est bon pour notre karma ces produits frais et bio! ca m'a rappelé que quand j'ai découvert les états-unis, j'ai compris pourquoi tout le monde était gros: un burger bacon cheese frites et salade = 8$, une salade Ceasar = 21$... y'a pas photo! Plus bas sur la rue de Bourg, y'a le Pois Chic, même concept locavore maison etc... plus de choix et moins cher! Tu m'en rediras des nouvelles!
    Et vive Holy Cow!

    RépondreSupprimer
  8. @ Polly : oui, il faut que j'aille tester aussi (tant que je travaille dans le coin), mais c'est fermé chaque fois que j'y pense...

    RépondreSupprimer
  9. Haaaa, non, c'est le Pois Chic qu'on avait dit qu'on allait tester (à la suite de leur passage à la TSR), pas ça!

    RépondreSupprimer
  10. Viens donc cueillir les tomates chez soeur chérie, ainsi que les haricots, les mûres, les courges et les potimarrons, gratis pour toi! (ok, c'est toi qui en a planté quelques uns).
    Non, sérieux, 23.- c'est vraiment trop cher...

    RépondreSupprimer
  11. J'ai testé le Pois Chic, c'est pas mal, mais super cher aussi pour ce que c'est..! (c'est la mention 'diététique' qui fait grimper les prix!) Enfin je vous laisse vous faire votre avis ;)

    RépondreSupprimer
  12. Super article ! Je pensais justement aller le tester ces prochains jours, mais vraiment c'est cher ! Et si tu viens du dehors et que tu dois encore y ajouter le prix du parking, alors là, tu exploses ton budget.

    RépondreSupprimer
  13. Bonjour tout le monde,
    Je suis la responsable de l'enseigne que vous avez testé.

    Votre idée de payer 13.- pour un menu du jour est tout à fait raisonnable si vous achetez vos produits bios au marché et que vous consacrez du temps à leur préparation.
    Si vous ne pouvez le faire, sincèrement, en toute connaissance de cause, je vous le dit: "pour 13.- vous aurez un menu cuisiné avec une nourriture gonflée à la pompe à vélo."

    Lorsque j'ai débuté dans ce domaine, j'avais mes rêves sur la politique des prix et l'accessibilité d'une nourriture digne de ce nom.
    La réalité est que les produits bios sont de 3 à 10x plus cher que les produits le culture intensive. Pour vous donner un exemple parmis tant d'autres le riz que j'ai choisi est bio et Demeter il est 5x le prix d'un riz "normal", je peux en choisir un autre tout aussi bio, moins cher, mais celui-là je le trouve extraordinaire. Il n'a même pas besoin de sel pour que sa saveur explose en bouche! Je suis également très touchée par la qualité des légumes cultivés par des gens respectables. Je ne discute jamais les prix pratiqués par les producteurs locaux parce que je veux participer à l'effort qui permettra une continuité du métier. L'équation est simple, ils doivent être capables d'en vivre. C'est ce que l'on peut appeler l'éthique commerciale.
    Si vous considérez les choses sous un angle principalement pécunier, vous vous devez de comparer des enseignes qui proposent les mêmes produits (le "pois chic", "Holy cow" ou Tony ne cuisinent pas de produits biologiques.

    Mais au final, que souhaitez-vous véhiculer comme information?
    Savez-vous que derrière chaque projet il y a des humains qui prennent des riques pour accomplir quelque chose?

    Les prix pratiqués par tous les commerces du centre ville sont ce qu'ils sont par-ce que les charges sont ce qu'elles sont, si c'est pas cher c'est qu'une économie est réalisée quelque part...

    Dans notre cas, il faut être informé pour comprendre ce que nous proposons. Le goût clairement n'est pas optionnel, le plaisir au moment de la dégustation demeure notre priorité.

    Personnellement, je vibre chaque jour de ma passion, quand je travaille mes légumes, je sens, je sais que le travail accompli n'est pas vain.

    Certains de nos clients nous suivent depuis le début, ils participent à notre perfectionnement par leurs remarques constructives et ça, ça nourrit la passion du travail bien fait et l'amour que nous portons jusque dans les assiettes.
    Je n'aurai pas de bonne raison de me lever le matin si ce n'est pour partager mes valeurs au travers de notre cuisine.

    Ceci dit, libre à chacun de choisir le rapport qualité-prix de ce qu'il mange.

    Lucie

    RépondreSupprimer
  14. Merci pour votre commentaire.

    Je me permet de vous répondre que 23.- c'est exhhorbitant pour une barquette végétarienne qui ne m'a pas rassasiée. Je suis tout à fait sensible à vos arguments bios, mais j'apporte autant d'importance au côté local et, par exemple, Holy Cow ne travaille également qu'avec des producteurs locaux.

    J'ai lu votre site Internet et je m'estime donc suffisamment informée (ou alors c'est qu'il manque des informations) sur ce que vous proposez. Vos salades étaient bonnes, vos tomates manquaient de goût (ce qui est un comble si on lit vos arguments précédents sur l'importance du goût et de la provenance).

    Je suis ravie que votre enseigne fonctionne et qu'elle ait trouvé son public, d'autant que votre démarche est éthique, morale et clairement passionnée. Mais je ne peux pas me permettre d'être cliente chez vous. Ce n'est pas un "choix" c'est un constat financier.

    RépondreSupprimer