mercredi 13 juin 2012

Salmon Fishing in the Yemen


Salmon Fishing in the Yemen (Lasse Hallstöm, uk, 2012)

Tiré d'un hilarant roman de Paul Torday (Partie de pêche au Yémen), j'étais particulièrement craintive avant d'aller voir ce film. Tout en me réjouissant que ce soit Lasse Hallström (Chocolat, What's Eating Gilbert Grape ?) qui ait adapté cette petite merveille que je vous recommande de lire si vous aimez l'humour britannique, il est construit avec le journal intime, les mails et autres mémos envoyés par le docteur Jones, biologiste britanique spécialiste du saumon, austère de prime abord mais évidemment très attachant. Mais j'ai pris peur en voyant la bande annonce... mais c'est devenur une histoire d'amour ? Les "nécessités" d'Hollywood auraient-elle transformé un chef d'oeuvre de sous-entendus et d'absurdité en bluette sur dunes ? Je n'ai pas résisté à y aller, mais sur la défensive, prête à assassiner l'adaptation de Hallström et à vous pondre une énième diatribe sur la manière dont "Hollywood" lisse les récits et les âmes... (au fait, quand je dis "Hollywood", je ne pense pas qu'au cinéma américain, je pense au système des majors de manière globale, un film de Europacorp -au hasard- peut-être un film "hollywoodien" selon les normes de production)




Mais Lasse Hallström a réussi à me faire oublier ma vindicte, ainsi que Ewan McGregor incarnant un rigide-mais-pas-trop Dr Jones, Amr Waked qui m'a remémoré tous les charmes du Yémen et Emily Blunt m'a fait oublier le romantisme exagéré pour l'écran.


J'ai regretté que le réalisateur n'ose pas plus entrer dans les détails scientifiques de l'absurdité du projet qui sont ce qu'il y a de plus drôle, à mon avis, dans le roman, mais j'ai compris ses choix. Et les cadres, mouvements et lumières, toujours si harmonieuses et élégantes de Hallström ont terminé de me convaincre que Salmon Fishing in the Yemen est un très joli film. Et qui touche particulièrement juste aujourd'hui avec son discours sur la communication des gouvernements pour "couvrir" la guerre en Afghanistan.


Mais faites-moi plaisir, si vous l'aimez, lisez le roman ensuite, c'est une merveille !

EDIT : en cherchant un lien vers le roman, j'ai trouvé le deuxième roman de l'auteur, qui parle de vin... vous aussi vous avez vu en un clin d'oeil ma PAL virtuelle s'augmenter d'un titre ? Si il y a encore de la place sur la vôtre, déposez-y Descente aux grands crus.
(Qui est en poche 10/18, pour Isa : le papier, le format ET la police parfaits pour un plaisir de lecteur à camisole.)

7 commentaires:

  1. ah, j´ésite à le voir, j´ai peur de m´ennuyer, il n´y a guère que Ewan Mc Gregor qui m´attirais mais apparement, je peux le voir sans crainte...bien que je préfère lire les livres avant de voir les films...du coup, je suis un peu perdue...
    Le livre, en anglais ou français? Tu recommande quoi? Merci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne s'y ennuie pas. Mais le livre est vraiment beaucoup plus drôle. Je l'ai lu en français et j'ai beaucoup rit, je ne connais pas la "difficulté" de l'anglais. Mais l'auteur est Professeur à Oxford, ce devrait être élégant ;-)

      Supprimer
  2. Regardes "On the road"! J'ai d'abord hésité à aller le voir à cause d'une certaine actrice mais à la fin j'ai du avouer qu,il était super ce film!

    RépondreSupprimer
  3. J'hésitais justement à aller le voir! Je vais aller du coup, merci pour cet article! ;-)
    Bisous

    RépondreSupprimer