dimanche 18 novembre 2012

Coupling



Commençons cette semaine sérivore avec Coupling, sitcom diffusée sur la BBC 2 entre 2000 et 2004. Au début du premier épisode, je me suis dit que je n'allais jamais tenir 4 saisons, même courtes (des saisons de 6 épisodes). Les personnages me paraissaient absurdes et caricaturaux et visuellement les décors sont moches et les lumières particulièrement affreuses. Visuellement, on croirait une série cheap des années 80. 

Sauf que les dialogues sont absolument hilarants. Alors j'ai regardé un deuxième épisode et là j'étais foutue, j'ai enchaîné les 4 saisons sans m'arrêter en éclatant de rire plusieurs fois à chaque épisode (d'une vingtaine de minutes). C'est une sitcom tout ce qu'il y a de plus normal : 3 filles, 3 garçons, des rires pré-enregistrés, un café où ils se retrouvent souvent, ce n'est pas là que vous allez trouver de l'originalité.


La seule chose qui mérite le détour ce sont les défauts des personnages poussés à leurs paroxysmes qui rendent ces six paumés particulièrement attachants. Leur principal sujet de conversation : les rapports entre hommes et femmes. Les techniques de drague, les comportements genrés, les approches sexuelles sont décortiquées jusqu'à l'absurde avec cet humour totalement décalé que seuls les anglais maîtrisent.

La 4e (et dernière) saison commence à s'essouffler, forcément, ils sont tous plus ou moins en couple, c'est toujours le cas dans ce genre de sitcom, mais contrairement aux scénaristes de How I met your mother (il faut arrêter maintenant) ils savent s'arrêter. 

A dévorer comme une gourmandise... si possible avec sous-titres en anglais même pour ceux qui ont l'habitude de la VO (on apprend pleins de nouveaux mots et ça évite de rater certaines blagues car les dialoguistes sont très portés sur les mots-valises improbables).

Pour vous donner un avant-goût, voici le premier épisode. (C'est terrible, j'ai vraiment des méthodes de dealer pour vous entraîner avec moi dans mon addiction coupable.)



Ceci est donc l'épisode bof au niveau des blagues, ça monte en puissance au fur et à mesure.

PS : vous trouvez une grande partie des épisodes sur youtube, mais sans sous-titres.

1 commentaire:

  1. Aaah, l'épisode Inferno est une merveille. La scène où Steve défend le porno est assez phénoménale :p.

    RépondreSupprimer