lundi 27 mai 2013

L'Ecume des Jours


Contrairement à The Great Gatsby duquel on sort pas du tout dans le même état d'esprit que ce que pourrait faire penser les thématiques principales du film (la solitude et la crise morale due au capitalisme débridé des années 20), je suis passée par le même spectre émotionnel durant l'Ecume des jours, le film, que durant l'Ecume des jour, le livre.

Commençons par ce qui fâche : le casting. Je sais que nombreux sont les allergiques à Audrey Tatou, à Romain Duris, à Gad Elmaleh ou même à Omar Sy. Après la joie ressentie en sachant que l'extraordinaire Michel Gondry allait adapter ce livre, j'ai aussi fait partie de ceux qui ont déchanté à l'annonce du casting. Que Michel Gondry ait choisi ou accepté un casting imposé et "bankable" avait de quoi inquiéter pour l'adaptation de ce texte fantasque.

Mais Gondry a réussit à faire un film où l'on est fasciné par les décors, les inventions visuelles constantes permettent de savourer les absurdités du texte original et l'on oublie les acteurs derrière les personnages en s'attachant à cet univers fantastique, dans les deux sens du terme.


Quelques exemples pour tenter de vous expliquer : l'appartement de Colin est constitué d'un wagon de métro perché entre deux immeubles, le fameux Nicolas débarrasse la table à grands coups de balais et de broyeuse, Jean-Sol Partre apparaît en discours à l'intérieur d'une énorme pipe. Je n'en dis pas plus pour vous laisser apprécier ces trouvailles qui sortent tout droit de la poésie visuelle de Gondry qui colle si bien à la poésie de Vian.

Et comme le livre, ce style jubilatoire au début du roman sert une histoire sombre et dramatique. Et comme dans le livre, le côté dramatique n'enlève rien au génie des trouvailles narratives (ici, visuelles). Les esprits chagrins pourraient argumenter que si L'Ecume des jours, le livre, est un chef d'oeuvre qui restera dans l'histoire de la littérature et qu'il n'en sera pas de même pour ce film. Je leur rétorquerai volontiers que pour moi, la filmographie de Gondry restera dans l'histoire du cinéma. Peut-être pas pour ce film en particulier, mais sa fantaisie était celle qu'il fallait pour adapter un tel monument. Personne d'autre n'aurait pu le faire aussi bien. Et j'ai passé deux heures fabuleuses où, je le répète, je suis passée par tout le spectre émotionnel par lequel m'a aussi fait passer le livre.


Oubliez vos appréhensions et laissez-vous faire, sinon vous risquez de passer à côté de la meilleur adaptation de l'Ecume des Jours imaginable. (Et puis je me réjouis de discuter avec ceux qui en auront à redire... mais après avoir vu le film...)

Et si vous n'avez pas lu le livre ?
Lisez-le, bordel.


PS : pour ceux qui auraient raté l'info, ce blog a maintenant une page facebook.

3 commentaires:

  1. Ah, on va pouvoir discuter alors ;-) Mais pas de la qualité de l'adaptation, là je suis très d'accord.

    RépondreSupprimer
  2. Il sera intéressant de comparer cette nouvelle adaptation de L'ÉCUME DES JOURS avec celle de Charles Belmont en 68, avec les jeunes acteurs qui ont l'âge des personnages Marie-France Pisier, Jacques Perrin et Sami Frey.(Le DVD sort en octobre).
    Sélection officielle au Festival de Venise 1968.
    Prévert en disait : "Belmont a gardé le coeur du roman, ce film est merveilleusement fait. En plus, c'est drôle !"
    Renoir : "Ce film a la grâce"
    En décembre 2011 Télérama: "Une comédie solaire délicieusement surréaliste. Adapter Vian ? un tabou dont Charles Belmont est joliment venu à bout".
    En juin 2012 Michèle Vian dans Le Monde : « C'est très joli. Charles Belmont avait compris quelque chose. Il était fidèle à l'esprit. Et la distribution est éclatante ».
    Et le Passeur critique le 24 avril 2013 : "Cette fraîcheur de ton offre au roman original la traduction à l’écran d’une fuite existentielle débordante de vie magnifiée par une bande son jazzy d’une élégance rare et d’un montage à son unisson. Élégant le film l’est tout du long dans un dégradé de nuances."
    On peut voir photos, extraits et avis critiques sur le blog : L'oeuvre du cinéaste Charles Belmont charlesbelmont.blogspot.fr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas vu celle de Charles Belmont, vous m'avez donné envie, je vais tenter de la trouver.
      Merci beaucoup Marielle !

      Supprimer