samedi 10 août 2013

Now you see me



En un mot ? Dispensable.

Now you see me (mal traduit par Insaisissable, Abracadabra aurait tout aussi bien fait l'affaire ^^) fait partie de ces films où on a tout compris et tout vu dans la bande-annonce. Qu'est-ce qu'il y a de plus dans le film ? Deux heures. L'intro est sypatoche, façon Ocean's Eleven où l'on découvre chacun des protagoniste à son tour (10 minutes), puis vient le moment de la bande-annonce (trois shows à Las-Vegas/New Orleans/Brooklyn), puis une conclusion minable et un happy end pathétique. Voilà, voilà.


Alors attention, ce n'est pas mal fait. Les images ne sont pas moches, les lumières too much mais pas mauvaises, les acteurs sont plutôt bons, le seul problème c'est vraiment le scénario qui prend les spectateurs pour des débiles légers à qui il faut TOUT expliquer en détail, plusieurs fois. Or je déteste qu'on me prenne pour une conne, au cinéma en particulier.


Alors là vous voyez il y a un miroir, on vous explique bien parce que c'est comme ça qu'on va faire pour le coffre-fort,
mais ne vous inquiétez pas, on vous remontrera en détail.

Ce film mérite vaguement d'être téléchargé un soir de novembre pluvieux où on s'ennuie vraiment. et encore.

Test Bechdel : raté.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire