samedi 3 mai 2014

Comment vivre sans télé


Il y a deux ans et demi, j'ai déménagé, dans une boîte à chaussure un appartement ridiculement trop petit minuscule d'une taille ridicule relative. Je n'ai plus de salon à proprement parler, et du coup, on s'est débarrassé de la télé. Là, normalement, Joey dirait : "mais vers quoi vos meubles sont tournés ?" (oui, il y a un épisode de Friends constant dans ma tête), mais comme on a pas de salon, le problème est réglé.

Sauf que j'étais une droguée de la télé. Je pensais que ça allait être dur de ne plus en avoir. Alors qu'en fait, pas du tout. La seule différence avec avant, c'est que quand j'ai envie de me vider le cerveau, je dois tout de même faire l'effort de choisir ce que je veux regarder, plutôt que de juste allumer la boîte et taper sur la télécommande. L'autre différence, c'est que comme je choisis ce que je veux regarder, je ne zappe plus... ce qui ne m'empêche pas d'avoir un deuxième écran à portée de main, on ne se refait pas.

La compétence de choisir ce que je veux voir est quelque chose de nouveau pour moi. Avant je me laissais guider par les programmes tv et les sorties ciné. Aujourd'hui, si pour le grand écran, que je continue à fréquenter assidûment, je me laisse encore guider par les sorties, parce que je n'ai pas trop le choix, ce que je regarde chez moi, sur mon ordinateur, n'est plus régenté par personne d'autre que moi.

Où est ce que je trouve ce que j'ai envie de regarder ? 

Pour les films, je vois de plus en plus d'intégrales de certains réalisateurs, comme Miyazaki dont je vous parlais dernièrement, dont l'envie est partie de son dernier film en salle. Mais l'envie peut aussi venir d'un acteur ou d'un scénariste. IMDB est ma bible, évidemment. Je traque également les films culinaires sous toutes leurs formes. Et je tente de voir les films "qu'il faut avoir vu", pas tous, certains vieux films sont vraiment difficiles à trouver, d'autres, tombés dans le domaine public remplissent ma filmothèque virtuelle petit à petit. 

Pour les séries, ce serait un job à plein temps de voir toutes les nouveautés qui sortent pour me faire un avis, je fais donc confiance à d'autres pour me pointer du doigt celles qui pourraient m'intéresser. Mes sources préférées pour repérer les nouveautés :
  • Le Monde des Séries par Pierre Sérisier (ça ne s'invente pas) : belle plume, connaissance encyclopédique des séries, analyses poussées, s'il ne fallait en lire qu'un, ce serait lui
  • Séries, le blog : parle très rapidement des nouveautés, je ne partage pas toujours son avis, mais il sait dégoter des perles inconnues
  • Betaséries : que j'utilise pour découvrir des nouveautés, m'informer sur les séries et surtout m'abonner à celles que je suis pour avoir une alerte à chaque nouvel épisode sans devoir y penser, très pratique (si vous voulez voir ce que je regarde, c'est ici)

Je regarde en général trois épisodes d'une série dont le pitch m'a plu avant de décider de l'abandonner ou de la garder. Je ne regarde pas que des nouveautés, j'ai aussi fait un rattrapage conséquent sur les "classiques" que je n'avais jamais vu en entier pour faute de télévision (oui, quand c'est à un horaire obligatoire, une fois par semaine, il était hors de question que ça guide ma vie, du coup je manquais des épisodes) ou parce qu'elles n'avaient pas été diffusées ici. 

J'ai ainsi vu les intégrales de The Sopranos, The West Wing et The Wire
J'ai rattrapé Psych, Scandal, Community, Downton Abbey et Dr Who
J'ai revu Big Love, Firefly, Freaks and Geeks, Veronica Mars, Daria et The Wonder Years.

Et je vous recommande chacune d'entre elles. 
Mais comment ai-je le temps de voir tout ça ? C'est cette question, que l'on me pose régulièrement, qui m'a poussé à écrire ce billet.
Je vous retourne la question : comment ai-je pu passer autant de temps devant la télévision avant ?



Je la regarde encore, la télévision, mais uniquement des morceaux choisis, à des horaires choisis, sur mon ordinateur. Et les élus sont rares, Un Oeil sur la Planète* et Tracks, par exemple, le haut du panier, la crème de la crème. Ou la série de documentaire 26 fois la Suisse (qu'on ne trouve plus si facilement sur le site de la RTS mais encore sur mon blog héhé). Et ça suffit largement à mon bonheur.

Deux ans sans téléréalité au détour de la zapette, sans émission politique où il n'y a que des cravates et parfois une femme pour la bonne mesure, sans navet imposé (quoique ça m'amusait bien). J'ai l'impression -malgré le fait que j'ai probablement passé autant de temps à "consommer un écran"- d'avoir une plus grande liberté, d'être beaucoup plus critique face aux sources d'informations, même celles que j'ai choisies et que je lis/regarde/écoute depuis longtemps.

* pour un Oeil sur la Planète, tous les derniers épisodes sont sur youtube, merci à celui qui les y a mis !


Il me semble entendre de plus en plus régulièrement "je n'ai pas la télé", est-ce le début d'un phénomène de fond ? Ou les gens qui abandonnent la télé sont-ils encore très largement minoritaires ?

J'ai appris dernièrement que même si je n'ai pas la télé ni la radio, depuis plusieurs années, il va falloir payer Billag. Et beaucoup plus cher. Par individu et plus par foyer. Mais, n'en déplaise à certaines personnes avec qui je communique régulièrement sur twitter et dont les salaires sont payés par la redevance, pourquoi moi, qui ne regarde pas la télé et n'écoute pas la radio, je devrais payer ? Je serais prête à payer pour les émissions que j'ai envie de regarder/écouter. Je veux bien payer un abonnement à Tracks, Sonar et Un Oeil sur la Planète. Comme pour mes séries, s'il était possible de les télécharger à moindre coût, je n'y verrai pas d'inconvénient (en attendant je profite de la grisaille juridique suisse). Mais pourquoi serais-je obligée de soutenir financièrement un système médiatique qui me paraît moribond s'il n'évolue pas très vite ? D'autant que je n'en suis plus consommatrice... Mais les règles fixées sont les suivantes : toute personne qui possède un appareil permettant d'écouter la radio ou de regarder la télévision est tenue de s'acquitter de la redevance. Donc tout détenteur de smartphone ou d'ordinateur doit payer pour la tv et la radio, même s'il ne les regarde et écoute jamais.

Captures d'écran du site de Billag

Avec cet argent, je préfèrerais soutenir des nouveaux médias, crowfunder des séries ou des films que je choisis, m'abonner à des magazines extraordinaires. Qui a dit c'est pas gagné ?

En attendant, je vais continuer à vous conseiller des séries, introuvables ici et donc, tacitement, vous encourager à regarder autre chose que les programmes pré-mâchés que l'on vous propose, si vous êtes d'accord.


Edit : en réaction à cet article sur twitter, on m'envoie celui-ci.

7 commentaires:

  1. Je ne peux qu'être d'accord avec ce que tu as écris. J'utilise les mêmes sources que toi, et je fonctionne aussi de la même manière, mais depuis 11 ans :D. C'est suite à un documentaire, "le tube", vu au cinéma et réalisé par un journaliste suisse que nous avons prit cette décision. Et j'ai découvert à ce moment là ô combien la télé me bouffait de mon énergie et de mon temps !

    Si, il y a 11 ans, nous passions un peu pour des hurluberlus, et que nous entendions de drôles de remarques : "vous allez vous couper du monde", "mais enfin, il y a tout de même de bonnes émissions", "moi je regarde ARTE et Planète" (tout le monde dit ça, mais les taux d'audiences d'ARTE sont ridicules face à TF1 & Co pourquoi ? (les seuls que je connais et qui regardent pour de vrai ARTE, n'ont plus de télé et la regarde sur internet :p)), "mais vos enfants vont être des marginaux et être mis à l'écart" etc...
    Depuis environ 3 ans, j'entends plutôt des "ah ça c'est bien !" ou "nous aussi".

    Tout ça pour dire, que j'ai la sensation d'avoir fait le bon choix et je suis contente d'avoir autre chose à dire que "tu as vu à la télé hier soir..."

    Pour la petite anecdote, nous avons déjà été contrôlé 2 fois par Billag pour être sûre que nous n'avions pas de télé et que notre prise était bien plombée. Et comme nous sommes des gens honnêtes, il y a quatre ans, pour le Mondial, Mr Pops leur a téléphoné pour les avertir que pendant 2 mois, nous allions utiliser les services télé et leur demander comment procéder. En gros, on lui a répondu que ça demandait trop de paperasse pour si peu et qu'ils allaient faire comme si ils n'avaient rien entendu ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sauf qu'en fait, selon les nouvelles règles en vigueur, vu que vous avez Internet, vous devriez payer. Ne dites rien, ils ne vous poseront pas la question, vous faites partie des chanceux qui sont dans la bonne case.

      Moi aussi d'ailleurs. Sauf que plus maintenant, vu que mon mari sera assujetti, car ce n'est plus par foyer mais par personne depuis maintenant-là-bientôt. Et mon dossier va donc probablement ressurgir.

      Supprimer
    2. Par personne ? Toute la documentation que j'ai lue parle de ménage ^^ rhaaaaaaaa les vilains !

      Supprimer
  2. Tu n'as pas de voiture et tu paies pour des routes, tu n'as pas d'enfants et tu paies pour des écoles.

    Tu n'as pas de télé et tu paies pour que la RTS fasse 26 fois la Suisse plutôt que des navets imposés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 26 fois la Suisse a été fait il y a 50 ans. Ils l'ont passé 1 fois. Les navets imposés c'est plusieurs fois par semaine depuis des années. Mais la question n'est pas là.

      Oui, je paie les routes et les écoles, parce que je paie mes impôts. Je paie les hôpitaux et les transports publics aussi. Mais pour ces derniers, en plus de les financer avec mes impôts, proportionnels à mes maigres revenus, quand je les utilise, et uniquement quand je les utilise, je paie pour leur utilisation.

      Pourquoi dois-je payer un abonnement très honéreux pour un service que je n'utilise pas. Pourquoi n'est-ce pas partie de nos impôts, et donc proportionnel aux revenus de chacun. Vu que demain, Billag va juste devenir obligatoire, pour tous, individuellement. Sauf à ceux qui n'ont pas Internet et une prise plombée ?

      Je ne peux pas plomber ma prise... je joue le jeu de la ville et profite des services de Citycable... qui passent par la prise télé, pour la petite histoire qui répond aussi à Lady Pops ci-dessus.

      Supprimer
  3. Je n'ai jamais eu la télé (j'ai grandi sans, j'ai élevé mes enfants sans), et les rares fois où je me suis retrouvée à la regarder (chez des gens, en vacances, etc.), je me suis toujours dit que je ne ratais rien.
    On a maintenant un projecteur et un grand écran, je me délecte de films et de séries (le tout acheté en DVD), quel luxe ! J'ai toujours adoré le cinéma.
    Et oui, pour la redevance, on va devoir y passer.... Moi aussi ça m'énerve.

    RépondreSupprimer
  4. On avait une télé, ça m'énervait un peu, c'était l'apport de mon mari; pour ma part, j'avais choisi depuis longtemps de vivre sans. Et puis on a déménagé d'un appar dans une maison avec des travaux pas tout à fait terminés -> va et vient d'ouvriers pendant un bon mois. Il m'a fallu ensuite 3 bonnes semaines pour déballer les livres, la vaisselle, etc... (je sortais d'un poignet cassé). Et puis un soir, tout était prêt, j'ai demandé à mon mari dans quel carton se trouvait la télé. On a cherché partout, dans toute la maison, on ne l'a jamais trouvée. Probablement chipée par un déménageur ou un ouvrier.
    Du coup, on s'est dit que si on s'en était pasé pendant deux mois, on pouvait s'en passer définitivement. C'était en 1997, on n'en a toujours pas. Par contre, on s'est offert un projo pour le "home cinéma", et de temps à autre une émission de TV sur Internet (Temps présent), mais toujours en différé.
    On paie Billag pour la radio parce que on l'écoute beaucoup. Pour le reste, on n'est pas encore déterminé.
    Belle journée

    RépondreSupprimer