vendredi 2 décembre 2016

Poulet caramélisé aux noix de cajou avec ingrédient secret



Une horde de lecteurs* réclame à cors et à cris ma recette publiée sur instagram de "poulet caramélisé aux noix de cajou avec ingrédient secret", ou poulet CCC : caramel-cajou-coca. Oui, COCA, comme dans coca-cola, parfaitement. Ne pars pas tout de suite, je t'assure, c'est délicieux et super facile à faire, et inratable (oui, je sais, je dis toujours ça, mais ça marche, ou alors vous n'osez jamais vous plaindre quand ça n'a pas marché).

* fact-checking : un lecteur. Mais il a réclamé.


Ingrédients + ustensiles

Pour 2 personnes



  • 2 blancs de poulet
  • une poignée de noix de cajou (facultatif, remplaçables par des graines de sésame, 1/2 poignée)
  • 1 bout de gingembre (bio)
  • 3 gousses d'ail
  • 1 gros oignon (ou 2 petits)
  • 2 piments frais (ou 2 cuillères à soupe de pâte de piment type Sambal Oelek)
  • 1 citron ou citron vert (bio)
  • 1/4 l de lait de coco
  • sel, poivre, huile végétale
  • fish sauce, sauce soja, sauce worcestershire (que je sais écrire sans faute du premier coup mais que je ne saurai jamais prononcer, à la maison je dis "sauce de la Comté", parce que Shire, voilà, voilà)
  • et ... 1/2 l de coca (du vrai, pas du zéro, il faut qu'il y ait du vrai sucre dedans)

Vous aurez besoin : d'une grande poêle à large bords, d'une râpe fine et efficace ou d'un petit robot hachoir... et c'est tout.

En accompagnement : c'est évidemment délicieux avec du riz, très bon avec des nouilles asiatiques (ou même des linguine) et superbe avec une purée de patates douces (mais là il faudra ajouter un citron de plus dans la recette sinon ce sera un peu trop sucré).





  1. Découper le poulet en fines lanières ou en cubes. Saler et poivrer sur la planche à découper.
  2. Eplucher oignon, ail et gingembre, couper la queue du piment, ajouter des zestes du citron, mixer dans un robot-hachoir avec une goutte d'huile et du sel.
  3. Faire torréfier les noix de cajou dans la poêle sèche à feu moyen. Réservez les noix.
  4. Monter le feu, ajouter de l'huile, dorer à feu vif le poulet.
  5. Baisser à feu moyen et ajouter la pâte de condiments et les noix de cajou.
  6. Quand tout est doré (environ 3-5 minutes), déglacer au coca. Si, si, je vous assure, faites moi confiance. Baisser à feu doux. Ajouter le jus du citron, quelques giclées de fish sauce, de la sauce soja (j'en utilise de la peu salée, faites attention) et de la sauce de la Comté Worcestershire. Laisser réduire, ce qui prend environ 15 minutes, mais ça dépend de votre poêle, de la chaleur de votre plaque, de la taille de votre poulet et de la météo (true story), bref, surveillez de près, parce que le sucre du coca, quand c'est brûlé, tu meurs asphyxié dans d'atroces souffrances. (Enfin, ta poêle est brûlée et ton poulet est amer quoi, c'est horrible.)
  7. Quand il n'y a plus du tout de jus, tout est caramélisé, ajouter le lait de coco.
  8. Laisser épaissir quelques minutes. Goûter, rectifier l'assaisonnement. En particulier en sel et en acidité, si besoin, rajouter un demi-jus de citron.

Franchement, hyper facile non ?
Et c'est super bon.

Je n'ai aucune idée d'où j'ai piqué cette idée d'utiliser le sucre et les arômes du coca pour caraméliser du poulet, mais si vous tapez "coca cola chicken" sur un moteur de recherche, vous avez des milliers de versions. Celle-ci est super simple, avec des ingrédients faciles à trouver tout en donnant un résultat "fake asiat" correct, grâce aux boosters d'umami que sont la fish sauce, la sauce soja et la sauce de la Comté, au piment et à l'équilibre sucre-acidité du coca et du citron. Ici, les ingrédients super chimiques de cette boisson participent à la texture, le poulet devient très tendre très vite, le caramel colle et pénètre les chairs. Je n'ai trouvé aucune alternative pour faire un poulet aussi caramélisé aussi facilement et rapidement.

Vous allez oser le poulet au coca ?


Bon, comme la recette est hyper simple, je vous embête encore un peu. Donc oui, une recette publiée sur instagram. Je teste les fonctionnalités d'instagram direct, j'y ai déjà posté plusieurs recettes, dont celle ci-dessus en utilisant l'application Boomerang pour chacune des séquences). Parfois j'en suis moyennement satisfaite et je n'en fais rien, parfois je suis satisfaite du résultat et je poste le montage final sur "le vrai instagram" (comme ce kimchi rice). Parce que tout ce qui est posté sur instagram direct disparaît au bout de 24h (en théorie en tout cas, mais c'est pas le sujet ici). Ce qui est pratique pour les complexés de la caméra comme moi, on peut faire des tests, presque en direct, sans trop risquer, au pire ça disparaît en quelques heures, au mieux on peut conserver et monter le résultat en 3 clics sur instagram, c'est hyper pratique, et ça donne ça.




C'est donc IMMONDE sur un écran de taille normale, mais tout à fait passable sur un téléphone.  Les vidéos instagram sont par contre UNE PLAIE à intégrer sur certains sites (j'ai dû mettre celles-là sur youtube pour vous montrer, c'était trop moche en embed, c'est dire). Bref, si je vous raconte tout ça, c'est parce que j'ai envie de me tester aux "vraies" vidéo de cuisine, pour de vrai sur ma chaîne youtube et tout. Avec en inspiration principale le côté décontracté et brut des first person cooking de Kenji (en mille fois moins bien, certainement). Ça vous dit ?


PS : Pour ceux qui ne sont pas encore accros à Kenji, ça ressemble à ça. (Oui, il fredonne bien Indiana Jones, oui, il cuisine souvent tard la nuit en ne faisant pas trop de bruit pour ne pas réveiller sa femme qui dort, oui, c'est des recettes hyper simples du genre que tu as envie de manger tard quand tu as bu quelques bières de trop.) (Ça se sent que j'aime ce mec ?) (Mais faites le poulet au coca avant les nouilles au sésame, d'accord ?)


5 commentaires:

  1. J'ai eu l'occasion de goûter des ailes de poulet au coca faites par une étudiante chinoise de mon uni. On avait fait un petit "meet and greet" et chacun amenait un plat de sa confection et apparemment le poulet au coca est très à la mode en Chine! Mais j'avais trouvé ça super bon!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi qui croyais que c'était du "fake chinois" à cause du coca. En fait c'est du vrai chinois populaire... à cause du coca :-D

      Supprimer
  2. Kenji, c'est le Kenji de Serious Eats ? Je suis devenue accro à ce site, c'est un paradis pour les amoureux de la cuisine !

    RépondreSupprimer
  3. Testé hier, excellent et tout simple. D'une manière plus générale, merci pour tes recettes super détaillées et la clarté des explications!

    RépondreSupprimer