mercredi 11 mai 2011

Octubre


 

Octubre (Daniel & Diego Vega Vidal, Perou, 2010)

Ce film est un portrait. Celui d'un petit usurier, un homme solitaire et malheureux, mais qui s'en contente, il a des contacts sociaux uniquement avec ses clients ou des prostituées et s'en porte très bien. Un bébé, probablement fruit de ses amours tarifés, déposé chez lui va bouleverser les choses. C'est à travers lui également le portrait d'une société, la classe moyenne-basse de Lima. 

La narration visuelle est particulièrement riche et intelligente, le sens du cadrage indéniable et le rythme nous laisse le temps de savourer cette maestria des réalisateurs. Par contre, amateurs de scénarios tarabiscotés passez votre chemin. Ici tout réside dans les détails, les silences, les seconds plans. Tout est subtilité et poésie désabusée. Aucun artifice. Du langage cinématographique exploité brillamment. Malheureusement pour raconter une histoire qui n'a finalement que peu d'intérêt, si ce n'est la peinture sociale d'une société citadine qui éloigne les individus les uns des autres. Beau et déprimant à la fois. Un joli moment de cinéma que malheureusement on oublie vite.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire