lundi 27 juin 2011

Game of Thrones - le pouvoir au féminin


Depuis quelques semaines, j'ai l'impression que toute ma TL twitter ne parle plus que de Game of Thrones, ou #GoT pour les intimes. J'ai été aspirée dans l'enthousiasme général, j'ai d'ailleurs commandé les trois premiers tomes parce que ce sera beaucoup trop dur de ne pas connaître la suite pendant les neuf prochains mois... Ne lisez la suite du billet que si vous avez déjà vu cette saison 1 entièrement ou si vous connaissez l'intrigue grâce aux livres ou encore si vous ne souhaitez pas du tout la voir, parce que je vais spoiler, constamment. Vous êtes prévenus. Mais avant ça, sachez que Même pas mal a déjà fait d'excellents compte-rendus concernant la série : un brillant résumé bourré de mauvaise foi et une analyse du générique. Je m'estime donc libérée d'entrer dans ces détails, merci Gaël. D'ailleurs tout le monde en parle partout, à quel point c'est bien raconté, illuminé, monté, joué, etc... Je suis d'accord sur tous ces points, j'ai ADORE cette première saison, à tous les niveaux également, en particulier en ce qui concerne les lumières et les cadrages, j'espère que Montjo aura accroché également, son analyse sera forcément passionnante (et je vous recommande son blog de chef opérateur, si les billets sur l'équipement ne m'intéressent pas du tout, ses analyses de lumière sont par contre fascinantes !).



J'avais envie de vous parler de ce qui m'a particulièrement séduite dans cette diégèse cet univers dont je risque de vous parler encore régulièrement, pauvres de vous. Habituellement, dans les sagas médiévalo-fantastiques, les univers sont extrêmement masculins, normal, on hérite de pères en fils et on est soldat car les guerres sont nombreuses, les femmes ne sont souvent que filles/épouses/mères des personnages principaux, toujours masculin. Avec souvent une exception, du genre Smurfette Principle.


Dans Game of Thrones c'est l'inverse. Malgré les héritages de trônes de pères en bâtard en fils, une guerre qui s'annonce violente dans la deuxième saison et le fait que ce soit uniquement des hommes, qui font voeux de célibat, qui sont sensé protéger le royaume de ce fameux hiver which is coming, les personnages féminins sont extrêmement importants, souvent des pivots narratifs qui influent réellement sur le cours de l'histoire, malgré leur pouvoir moins étendu que les hommes a priori. La charmante et espiègle Arya Stark en est un exemple intéressant. Son père, dont elle est la préférée, lui cède en lui offrant des cours de maniement d'épée au lieu des cours de danses qu'elle aurait détestés. Elle ne veut pas devenir épouse et mère de famille nombreuse : "That's not me" répond-elle à son père quand il lui dessine cet avenir typique d'une fille noble. Elle tient de sa mère, la sublime Catelyn Stark qui passe la saison à prendre ses propres décisions, à sillonner le pays à cheval pour venger son fils et qui finalement est à l'origine de la guerre ouverte entre les Stark et les Lanister. Beaucoup plus impulsive que son mari, elle mène la famille en vrai seigneur et même si c'est son fils qui devient le chef de l'armée et la tête de la famille, elle est définitivement la stratège.


Sansa Stark ne suit malheureusement pas le chemin de sa sœur et sa mère et est la cruche que l'on adore détester, d'autant plus qu'elle s'amourache de cet immonde Joffrey Lanister Baratheon. Ou du moins le croit-on durant toute la saison, jusqu'à l'esquisse de rébellion finale. Elle est bien une Stark et sa position privilégiée au sein des Lanister à Kings Landing sera probablement centrale pour la suite. Mais encore une fois c'est une excellent exemple : elle veut devenir reine comme sa future belle-mère, en imaginant uniquement pouvoir assouvir ainsi ses moindre caprices et être traitée en souveraine en produisant des petits princes et princesses à la chaîne. Ce rêve niais est brisé dans l’œuf, ou plutôt décapité... Elle est condamnée à avoir un destin tragique, mais passionnant.


Sa belle mère, Cersei Lanister, a également une place centrale. Malgré la souffrance que l'on sent quand elle évoque son triste mariage forcé sans désir ni amour, elle réussi à devenir la reine qu'elle a toujours voulu être en usurpant et offrant à son fils incestueux le trône de fer. Ses manigances, sa redoutable cruauté et son intelligence stratégique en font la personne la plus forte du royaume, même si elle a finalement accouché d'un monstre qu'elle n'arrive pas à tenir comme elle projetait probablement de le faire. C'est également un personnage qui utilise le sexe comme un outil de pouvoir, constante dans cette série étonnante où les scènes de levrettes sexe sont légion, mais finalement rarement inutile car elles développent souvent l'aspect puissant ou manipulateur d'un personnage féminin.


La dernière, mais pas la moindre, femme de pouvoir est la sculpturale Daenerys Targaryen. Son évolution est emblématique de l'importance et de la liberté donnée aux femmes dans cette histoire. Au départ, elle sert simplement de monnaie d'échange à son frère qui veut reconquérir le trône de son père déchu. Mais par sa force de caractère (et son sens de la stratégie également, elles sont moins puissantes physiquement, mais toutes redoutablement intelligentes), elle va réussir à transformer sa servilité maritale en pouvoir profond et légitime et convaincre son mari de lui offrir le trône de fer. (Quand je serai grande, je veux être Khaleesi... Bon, d'accord, le ténébreux Drogo n'y est pas étranger, j'avoue.) Certes, un petit contretemps va poser un léger problème à son plan limpide, mais malgré la mort de son mari, elle arrive à terminer la saison, nue (comme dans le premier épisode où son frère la considère comme une marchandise), entourée de ses dragons, ayant prouvé ses pouvoirs surnaturels et son statut de reine. Elle n'a plus besoin de figure masculine à ses côtés pour asseoir son pouvoir, il lui appartient légitimement.

Et je ne vous ai parlé là que des personnages principaux, les personnages secondaires féminins sont souvent tout aussi brillants, puissants ou malfaisant. Pas de gentille femme admirable qui attend son mari. Pas de mère béate et aveugle d'admiration pour sa progéniture, à part la soeur folle de Catelyn Stark dont la maternité est vicieuse. Pas de faible créature résignée. Et j'ai trouvé ça sublime, même les prostituées mènent leurs barques (et manipulent les  hommes selon leurs ambitions personnelles) et les servantes sont fières et fines d'esprit. Merci infiniment Monsieur Georges R.R. Martin de nous offrir une série où les petites filles pourront s'identifier à des héroïnes fortes, indépendantes, fières et ambitieuses. Et merci également d'avoir glissé des hommes aussi sensibles que ce flamboyant nain dont la sentimentalité expliquée dans les derniers épisodes nous explicite encore une fois à quel point les femmes ont un rôle primordial dans le développement de cette saga.

Est-il nécessaire de vous dire que cette série passe le test Bechdel haut la main, à chaque épisode ? Et de vous dire que même si vous pensez ne pas forcément être intéressés par le genre médiévalo-fantastique, je vous encourage tout de même à voir cette série si aboutie visuellement et narrativement. Et entre nous soit dit, Winter is coming.



EDIT : je ne me base donc QUE sur la première saison de la série télévisée, je n'ai pas lu les livres et n'ai aucun autre élément... je  me réjouis, éventuellement, de changer d'avis... 


19 commentaires:

  1. Merci pour ce billet qui me fait voir cette série sous un angle auquel je n'avais pas pensé, et merci également pour toute cette promotion. :-)

    RépondreSupprimer
  2. Bon j'avoue, j'ai lu en biais, mais uniquement parce que je n'ai pas fini la série.
    En tout cas on peut dire que je me suis pris une claque dès le premier épisode, on n'est plus habitué à tant d'images crues, et brutes, dans notre monde qui se mondialise vers une espèce d'aseptisation dommage...
    C'est une série vraiment particulière, et vu les sommes engagées, je ne suis pas surprise d'une telle qualité de décors et d'image, chaque épisode a été traité comme un petit film en soi, c'est du bonheur pur :)

    RépondreSupprimer
  3. J'aime beaucoup la série et j'ai tout les tomes qui m'attendent à la maison.
    J'ai commencé GOT du fait d'un jeu de rôle grandeur nature basé sur cette histoire et franchement aucun regret sauf que la saison un est finie heureusement aussi je vais pouvoir me spoiler en lisant les bouquins :)

    RépondreSupprimer
  4. Je suis vite passée à travers ton article car j'ai vu un épisode et demi de GoT sur le net (et demi parce que le temps de visionnage était terminé, rhâââ) et que je préfère attendre qu'il le passe sur Canal+ peut-être l'année prochaine (je suis sûre que c'est une série que Canal+ va acheter) pour en profiter. Mais en attendant, je vais lire les livres pour me faire patienter... Est-ce qu'ils sont aussi bien que la série ? J'ai lu sur certains blogs qu'ils étaient mal traduits en français.

    RépondreSupprimer
  5. Tout à fait d'accord avec toi, à tel point que je projetais d'écrire un article sur le sujet avec le même angle ! Il va falloir que j'en trouve un autre maintenant ;) Le personnage de Daenerys Targaryen est vraiment le plus fascinant à mon sens. Elle apporte en plus la touche de surnaturelle sur la fin. GoT, assurément la meilleure nouveauté de l'année, je l'ai dévoré goulument ! Et comme toi, j'ai envie d'acheter les livres maintenant...

    RépondreSupprimer
  6. @ Lolaa : si les images violentes te dérangent, sache que chaque épisode est en surenchère par rapport au précédent...

    @ Jaelle : han, je savais même pas qu'il y avait un GN sur ce thème, ça devait être dément !!!

    @ Koyangi : selon les spécialistes, c'est plutôt pas mal traduit. Sauf que c'est "saucissoné" en 12 volumes (pour l'instant) à la place de 3. Il faut donc trouver (à Payot) les volumes qui sont fractionnés en 3...
    Je ferai un billet dès que j'ai fini le premier...

    @ Marion : huhu je t'ai devancée :-)

    RépondreSupprimer
  7. Ah ravie de lire ce billet ( enfin survolée car je ne veux pas etre spoilée)!

    Je vais m'y mettre très rapidement, ca m'a l'air excellent :)

    RépondreSupprimer
  8. Je dois voir le dernier épisode alors j'ose pas lire ton article entièrement... mais j'ai comme toi l'idée de lire les bouquins car je crois que je vais avoir beaucoup de mal à patienter jusque l'année prochaine !!!
    L.L

    RépondreSupprimer
  9. Je reviendrai lire avec plaisir quand j'aurai terminé :-)

    RépondreSupprimer
  10. vu que j'ai déjà vu la suite, je vais éviter dans causer je risque trop de spoiler, mais cette analyse est chouette, d'autant plus agréable qu'elle vient de quelqun vierge de cette lecture redoutable

    RépondreSupprimer
  11. à propos d'Arya, tu dis : "Elle tient de sa mère, la sublime Catelyn Stark."

    ==> petite remarque sur les apparences physiques :
    D'après les bouquins, Sansa est censée ressembler énormément à Catelyn plus jeune (important dans la suite de l'intrigue), et Rob aussi a les traits des Tully (la famille de Catelyn, pour ceux qui suivent).
    À l'inverse, Arya est une Stark pure souche, et Jon surtout, ressemble beaucoup à Ned, ce qui ne plait pas à Catelyn (rappel permanent de la trahison supposée de son mari, toussa toussa).

    Comme quelqu'un l'a dit sous un des billets de gael, j'ai aussi été déçu par (l'absence de) les yeux violets/cheveux argentés des Targaryens, même si Dænerys est... hmm "sculpturale", c'est le mot :p


    Et puis, à propos de Sansa : elle "est la cruche que l'on adore détester" ==> oh ouais, carrément, +1, +10 !

    "sa position privilégiée au sein des Lanister à Kings Landing sera probablement centrale pour la suite." ==> ah ouais ? Tu places beaucoup d'espoirs dans une cruche :p Tant elle va à l'eau, qu'elle se casse.
    Bon okay, j'suis méchant, mais vous aurez compris que je n'aimais pas Sansa ^^'

    RépondreSupprimer
  12. Pour les livres, il faut acheter les intégrales "j'ai lu" qui respectent le découpage original :

    http://www.noosfere.org/icarus/livres/niourf.asp?numlivre=2146576154

    ca évite de payer trop cher les bouquins saucissonnés.

    la trad est controversée, mais comme le traducteur s'est faché avec l'éditeur, il y aura un nouveau traducteur pour le tome 5.

    RépondreSupprimer
  13. Je trouve la trad honnête, perso... Et en VO y'a 4 tomes, pas 3 ^^
    Tout lu en français jusqu'à maintenant, même si j'achèterai probablement le 5ième en anglais (impatience).

    J'en profite pour rajouter que si j'ai dit du mal de Sansa, je rejoins totalement funambuline sur les autres personnages. La plupart des femmes dans #GoT ont la classe et du caractère, et ça continue comme ça tout du long. J'pense notamment à Brienne.

    RépondreSupprimer
  14. @ Death Burst : merci pour tes précisions ! Quand je pensais à la proximité entre Arya et sa mère, je pensais plus au caractère en fait, par contradiction à Sensa...

    @ rmd : j'ai commandé la version J'ai Lu effectivement et merci pour ton commentaires sur la trad. Je lis régulièrement en anglais, mais j'ai eu peur de me perdre dans le jargon médiéval alors que j'ai envie de les dévorer...

    RépondreSupprimer
  15. Question femmes de pouvoir, je suis impatiente de voir ce qu'ils vont faire de Mélisandre dans la saison 2. Et aussi de Margaery, d'ailleurs (ils ont casté une actrice sublime).

    RépondreSupprimer
  16. Un angle intéressant que j'avais déjà pu remarquer mais que je n'ai jamais vraiment développé par écrit. Bravo pour ton article, agréable et intéressant à lire, on sent bien que la série t'a passionnée jusqu'au bout ! Je ne peux que te conseiller de ton plonger dans les romans, la série en est une adaptation fidèle jusqu'au bout des doigts. Le choix d'acteurs/trices apparaît comme une évidence et l'ambiance est identique à celles des romans. Un délice télévisuel et littéraire qui n'est pas prêt de tomber dans l'oubli.

    RépondreSupprimer
  17. Je vois que tu parcours mon blog, bienvenu !

    Je viens d'entamer le tome 2 avec gourmandise, j'en parle bientôt.

    RépondreSupprimer
  18. Ce qui me dérange un peu dans la série c'est que tous les enfants ont deux ans de plus que dans le livre (ils ont allongé la trame narrative). Et ça change quand même pas mal de choses, on n'est pas pareil à 14 ans et à 12.

    A part cela, le livre est "moderne" dans le sens où on n'a pas trop des personnages - stéréotypes (moins qu'il n'y parait au premier abord) et surtout on peut avoir un rôle intéressant qu'on soit un homme ou une femme. Bien entendu c'est souvent l'homme qui dirige sur le papier mais la femme peut tirer les ficelles, voire prendre ouvertement l'ascendant dans le cas de Dany (que j'aime beaucoup)

    Parmi celles que j'adore détester il y a Cersei (car Sansa je suis plutôt à la plaindre) car dans le livre (un peu moins dans la série) c'est une vraie frappadingue. Je mets pas loin aussi Lysa Arryn car elle est super malsaine/folle également (mais obèse dans le livre alors que dans la série....).
    Le côté "mère courage" de Catelyn (avec honneur aussi fort que son mari) me gonfle un peu.
    J'aime beaucoup Arya mais elle fait très... garçon manqué faut bien le reconnaitre :)
    J'attends aussi beaucoup de Melisandre ou du clan Tyrell (Margaery, la dame des épines) voire d'Asha.

    RépondreSupprimer