vendredi 16 novembre 2012

Mon Istanbul


Il y a des étapes incontournables à Istanbul, mais il y a aussi une ville un peu plus secrète qu'on ne peut découvrir qu'en sortant des balisages touristiques. Je vais vous parler de plusieurs lieux qui sont au final ce que je préfère dans cette ville. Je vous ai dit ici que la Mosquée Bleue est belle, mais que ce n'est pas ma mosquée favorite à visiter. Celle que je préfère, la plus monumentale, en haut de sa colline, avec son  grand parc et ses rues et quartiers typiques alentours, c'est Suleymanyie Camii.

Sulemaniye Camii
 

Pour y accéder, c'est assez facile depuis le Grand Bazaar, mais vous pouvez aussi traverser le parc de l'Université, je préfère passer par les rues qui n'ont rien de particulier, mais qui permettent de voir une ville plus authentique. Autour de la mosquée il y a plusieurs lokantsi où manger à très bon prix des plats délicieux, comme il n'y a pas de cartes, pointez du doigt ce qui vous intéresse dans les tables d'à côté ou accompagnez le serveur à la sortie de la cuisine où vous verrez toutes les assiettes passer. C'est un coin très calme et verdoyant, loin de la furie du centre ville. Vous serez ensuite prêts à découvrir cette mosquée sublime.


Sachez que les visites de toutes les mosquées sont gratuites, qu'il faut porter des pantalons ou jupes longues, qu'il faut avoir les épaules couvertes et, pour les femmes, la tête couverte. Il faut toujours se déchausser à l'entrée, prenez de jolies chaussettes et un joli foulard avec vous dans votre valise ! Les dons à la sortie de la mosquée sont appréciés et servent en général à la conservation du bâtiment.

Maison en boisMaisons en bois

Derrière Suleymanyie Camii, il y a un quartier étonnant avec énormément de vieilles maisons en bois, les façades sont régulièrement réhabilitées, d'autres sont tout à fait décrépies, je leur trouve un charme fou... et vous ne verrez pas un touriste se balader par ici. Après ce quartier, en redescendant vers la ville, il y a un secret de moins en moins bien gardé : Valide Han. Les "Hans" sont les anciens caravansérails, c'est là où débarquaient les chameaux et où arrivent maintenant les camionnettes chargées de marchandises qui sont transformées dans les ateliers autour de la cour principale. Quand vous aurez trouvé Valide Han, entrez et prenez le premier escalier en montant à gauche. Vous arriverez sur une galerie, il y a pleins d'ateliers d'artisanat, c'est sympa de voir comment sont faits les objets que l'on trouve au Grand Bazaar


C'est là que vient la partie secrète : il faut demander à quelqu'un si vous pouvez monter sur le toit. Si vous avez de la chance, le petit vieux responsable de la clé est là et va vous ouvrir la porte, préparez-lui quelques lires à la sortie. Vous allez monter par un petit escalier défoncé et vous retrouver sur un toit tout aussi défoncé qui offre parmi les plus belles vues de la ville. Faites attention où vous mettez les pieds et n'ébruitez pas ce secret à trop de monde (oui, je sais, c'est ce que je suis en train de faire, vrai dilemme). Dès que les autorités touristiques se rendront compte de la dangerosité du lieu, je parie qu'il sera immédiatement condamné.


En repartant de Valide Han, descendez vers le marché au épices par les petites rues commerçantes, c'est grouillant de vie et vous y replonger après cette vue paisible est un contraste intéressant.


Après l'Egyptian Bazaar, je recommande une autre visite, ma seconde mosquée favorite : Yeni Camii (New Mosq). Elle surplombe le mythique Pont Galata et est beaucoup plus vivante que Suleymanyie (un peu excentrée et entourée d'un parc) et Sultanahmet (Blue Mosq, lieu touristique).

 
New Mosq

Et pour revenir au Pont Galata, c'est un de mes lieux favoris, pas seulement pour les pêcheurs, ni pour la vue, ni pour son côté central et symbolique entre l'antique et la moderne Istanbul, simplement parce que dessous, il y a pleins de restos/bars où se poser tranquillement pour boire quelques bières en jouant au backgammon, ce qui a toujours été mon occupation favorite à Istanbul après m'en être mis plein les yeux (et les pieds).

Je vous présente ma covoyageuse de choc qui a été aussi conquise que moi par cette ville 
et qui est là trèèèèès concentrée sur le coup à venir.

Je vous ai livré là ma journée préférée : un café à côté du Grand Bazaar, flâner dans le bazaar, me promener jusqu'à Suleymanyie Camii, visiter le quartier adjacent, m'arrêter pour manger, visiter la mosquée, redescendre vers Valide Han, puis le marché aux épices, puis Yeni Camii, puis le Pont Galata, journée que je termine volontiers par un festin au marché aux poissons.


Pour un autre jour, un autre lieu où peu de touristes se rendent, et c'est dommage, c'est Kennedy Cad. Sous le quartier touristique de Sultanahmet, on se retrouve directement au bord de la mer. En marchant le long des rochers, on peut observer la côte asiatique, les pêcheurs, les plongeurs (en apnée), les chats qui se prélassent, les nageurs, les couples. On prend conscience du côté fondamentalement marin de cette ville-centre-du-monde. 


Il devrait y avoir un parc au bout, je ne l'ai vu qu'en travaux, mais tant mieux, j'ai ainsi pu voir des graffitis fabuleux (Istanbul en regorge de tout à fait passionnants). Et ça fait un peu oublier qu'on est au bord de la route (en même temps c'est peut-être la seule fois de votre séjour où vous allez devoir supporter les voitures.


Après la statue d'Atatürk, sur la gauche, vous pouvez remonter par Gühlane Park, autre lieu verdoyant au centre-ville totalement ignoré des touristes, pourtant juste en-dessous de Topkapi et du musée d'archéologie.


J'en profite pour vous dire que si je n'ai pas parlé de musées c'est que ceux que j'ai visité, à l'exception d'Istanbul Modern, ne m'ont pas plu. Mais je suis très difficile en muséographie, une mauvaise lumière m'énerve très vite et je préfère souvent les monuments eux-même aux détails sous vitrine. Je n'ai pas visité le musée d'archéologie qui a excellente réputation par contre.

crédit : Istanbul Modern

Istanbul Modern est différent, c'est un musée d'art moderne et contemporain. La muséographie est intelligente, l'architecture du lieu tout à fait intéressante, j'y ai vu une très belle exposition de photo et il est facile d'accès en tramway. Le musée est entouré de cafés où fumer la pipe à eau ou de bâtiments dont les toits sont des restaurants et qui offrent une vue imprenable sur le Bosphore et le palais Topkapi en face.

3 commentaires:

  1. Réponses
    1. J'y retourne volontiers avec toi un jour !!!

      Supprimer
  2. Encore un lieu où je voudrais repasser autrement qu'avec le bureau et en courant...

    RépondreSupprimer