jeudi 24 avril 2014

Qui y a-t-il dans #MyTopTenBooks ?

9 piles extraites du storify #MyTopTenBooks


Je vous ai déjà parlé de #MyTopTenBooks, initiative lancée le 5 avril par Marie Musy, libraire à Oron, reprise le 7 avril sur twitter avec le tag consacré. J'ai compilé toutes les piles de livres taguées avec #MyTopTenBooks dans un storify. Mais ces infos paraissaient bien inutiles uniquement compilées ainsi. C'est alors qu'entrent en piste Martin Grandjean et Yannick Rochat, compères habituels de Pegasus Data, que j'ai harcelés jusqu'à ce qu'ils craquent qui étaient aussi motivés et curieux que moi d'exploiter ces données.

Comment avons-nous procédé ? En prenant comme bases le storify et la page facebook de la Librairie du Midi, du 5 au 15 avril (y compris), nous avons enregistré les auteurs un par un dans un fichier, avec le nom/pseudo du lecteur. Quand ce travail passionnant a été terminé, Martin a nettoyé les données, et Yannick les as triturées (il est mathématicien, ne m'en demandez pas plus et allez lire son billet).
Martin vous parle dans son billet des liens entre les auteurs, Yannick s'intéresse de plus près aux liens entres les lecteurs et leurs auteurs favoris. Tout ceci étant couvert par les pros qu'ils sont, je me suis dit qu'il fallait sortir du cadre, et j'ai ajouté des composantes genrées, géographiques, historiques et ... de genre. 

Mais d'abord, quelques résultats obtenus, en vrac, parce que ces chiffres me paraissent intéressants :
  • Entre le 5 et le 15 avril, en comptabilisant toutes les piles sur Instagram, twitter et la page facebook de la librairie du midi, nous arrivons à 896 auteurs différents pour 156 piles.
  • Avec beaucoup de lecteurs qui n'ont pas su se décider pour 10 ouvrages, la moyenne est de 9,68 livres par pile.
  • 54 auteurs sont cités 3 fois
  • 26 auteurs sont cités 4 fois
  • 17 auteurs sont cités 5 fois
  • 12 auteurs sont cités 6 fois
  • 7 auteurs sont cités 7 fois
  • 10 auteurs sont cités 8 fois
  • Les 6 auteurs les plus cités sont : Saint-Exupéry (15 mentions), Orwell (13 mentions), Camus (12 mentions), Céline (12 fois), Tolstoi (9 fois) et Boris Vian (9 fois).
  • Ce qui nous fait un total de 125 auteurs qui sont cités au moins 3 fois
  • L'ouvrage "sans auteur" cité le plus souvent est La Bible (4 mentions).
  • Sur tous les lecteurs référencés, aucun ne partage plus de 3 auteurs en commun.

Je vais m'intéresser pour ma part aux 125 auteurs cités au moins 3 fois. Pour chaque auteur, j'ai déterminé son genre, sa nationalité, son siècle et son genre littéraire. C'est ce dont j'ai envie de vous parler, mais ce ne sont que des pistes de lectures que je vous propose. Si quelqu'un voulait interroger le corpus plus globalement ou de manière plus précise, je continue à mettre le storify à jour régulièrement, et nous vous donnons volontiers accès aux données que nous avons compilées.



Rousseau par Maurice Quentin de La Tour [Public domain], via Wikimedia Commons
Nicolas Bouvier par ©ErlingMandelmann.ch [CC-BY-SA-3.0], via Wikimedia Commons

Précisons que sur les 156 piles, très peu nombreuses sont celles qui ne sont pas issues d'un lecteur francophone (sauf erreur 2 piles) et Suisse Romand (moins de 20 piles). Nous avons donc un "bassin littéraire" restreint et relativement uniforme. Sur ce bassin romand, combien d'auteurs suisses ?

Ils sont 7 auteurs suisses à être cités au moins 3 fois. Donc environ 5,6% d'auteurs suisses. Ce sont Nicolas Bouvier (6 fois), Charles-Ferdinand Ramuz et Jean-Jacques Rousseau (5 fois), Albert Cohen et Max Frisch (4 fois), Jacques Chessex et Michel Suter (3 fois). Il est intéressant de noter que sur ces sept auteurs, cinq sont francophones et seuls deux d'entre eux sont alémaniques. (Et oui, Albert Cohen est bien considéré comme un auteur romand quant à Rousseau, il est "genevois francophone", j'ai traduit suisse, n'en déplaise aux Genevois.) Je ne sais pas si ce score de 5,6% est "bon" ou "mauvais". Pour un petit pays entourés de géants littéraires que sont la France, l'Allemagne et l'Italie, avec l'énorme engouement pour la littérature anglo-saxonne, à première vue, ce score ne me paraît pas si mal. Nous y reviendrons.

Puisque nous sommes dans les minorités, passons au nombre d'auteures. De femme écrivain si vous préférez, moi, j'aime le mot auteure

Jane Austen, gravure de Evert Duykinck [domaine public], via Wikimedia Commons
JK Rowling, photo by Daniel Ogren [CC-BY-2.0], via Wikimedia Commons

Sur nos 125 auteurs, il y a un total (misérable) de 10 femmes. Soit moins de 8% (7,9%). Résultat qui paraît à peu près similaire, voire légèrement supérieur, au nombre total de femmes citées dans la liste des 896 auteurs. Les noms les plus cités sont : Jane Austen (7 fois), Simone de Beauvoir et Marguerite Yourcenar (5 fois), Marguerite Duras, Siri Hustvedt, Amélie Nothomb, Clarissa Pinkola Estes et JK Rowling (4 fois), Anna Gavalda et Harper Lee (3 fois).

Un petit détail juste pour le plaisir : si on s'était arrêtés un jour plus tard pour notre corpus, aux auteurs suisses et aux auteures citées au moins trois fois on aurait pu ajouter Ella Maillard.

Ce faible pourcentage ne me plaît pas, mais je le soupçonne néanmoins d'être supérieur à la moyenne de livres de littérature écrits par des femmes vendus chaque année. Je ne dispose pas de chiffres et je me base sur une simple observation des rayons des librairies. Si certaines tirent clairement leur épingle du jeu, le jeu littéraire reste éminemment masculin. Pour s'en convaincre, il suffit d'observer les noms cités lors des rentrées littéraires ou pressentis pour des prix littéraire. Si des femmes ont été (enfin) acceptées à l'Académie Française, leur pourcentage (6 Immortelles sur les 39 Immortels en ce moment) est un peu meilleur mais pas si lointain de nos 8% trouvés ici. Cette Académie refuse d'ailleurs le mot "auteure". (Qui a dit CQFD ?)

Je ne pense pas que les femmes écrivent différemment des hommes. Je pense simplement que notre Histoire, nos arts, notre politique, nos sports, sont tous à très grande majorité masculine et que tant que les petites filles auront sous les yeux des modèles de sociétés où les femmes sont moins présentes que les hommes, elles auront tendance à ne pas rêver aussi haut et loin que leurs camarades de classe qui trouveront bien plus de modèles qui leur ressemblent. Je ne me suis pas amusée à compter les héroïnes aux milieux des héros (en particulier parce que nous nous sommes arrêtés aux auteurs, sans prendre en compte les titres et parce que c'est un travail de titan), mais je suis persuadée que leur pourcentage est similaire voire légèrement plus bas que le pourcentage de femmes de plume.

Si ce fait vous dérange et que vous avez des enfants, je vous recommande le label Lab-Elle qui promeut des livres où la diversité des personnages est riche et permet de ne pas s'enfermer dans des stéréotypes de genres. Et je vous recommande aussi d'éplucher certaines piles qui donnent de très jolies envies de lectures écrites par des femmes et qui dépassent largement nos 8%.


Isaac Asimov par Rowena Morrill, via Wikimedia Commons

L'exercice devient plus périlleux pour tenter de catégoriser les genres littéraires. Premièrement parce que l'on s'intéresse aux auteurs, dont certains ont pu écrire du théâtre, des romans et de la philosophie (Sartre par exemple, cité 6 fois), et non aux titres. Difficile aussi car si certaines dénominations ne posent pas de problème (poésie, théâtre), d'autres sont à prendre avec des pincettes car leurs spécialistes ne laissent rien passer... c'est ainsi que je mets dans le même bain la science-fiction, la fantasy et le fantastique sous le terme SFFF*. J'agrège également tout ce qui de près ou de loin est de la philosophie, qu'elle soit antique, politique, féministe, dans la case "philo".

C'est le roman qui l'emporte à une énorme majorité dans ce "top 125" (plus de 90%). Ce n'est guère surprenant. Pour les auteurs cités 1 fois, on a plus d'essais, de livre techniques. Mais (comme Yannick l'explique très bien dans son article) ce que les gens retiennent et/ou ont envie de mettre en avant et de partager dans ces classement littéraires, ce sont leurs coups de coeurs, les livres qui les définissent, la fiction est forcément la reine du bal. 
Parmi ces romans, nous avons 16 auteurs de SFFF : George Orwell (13), Tolkien (5), GRR Martin (4), Pratchett (4), JK Rowling (4), Isaac Asimov (3), Ray Bradbury (3), Philip K Dick (3), Neil Gaiman (3), Aldous Huxley (3), Lovecraft (3) et Dan Simmons (3). Je ne sais pas si c'est parce que dans les premières piles figurent ces styles (dont la mienne, et j'ai forcément des amis qui ont participé et qui ont les mêmes goûts que moi) ou si c'est un véritable signe de l'engouement pour ces littératures-là, il faudrait décortiquer le reste du classement pour en avoir le coeur net. Pour ma part, je considère ce résultat comme un signe encourageant.
Anecdote bonus : dans les auteurs cités 2 fois, il y a un auteur SFFF(F)* et Suisse, Vincent Gessler.

Les autres "styles" sont moins parlants, 6 auteurs de "philo", 4 "polar", 4 poésie, 3 BD, 2 théâtre. Les genres "classiques" comme la philo, la poésie et le théâtre sont représentés. Les genres plus "populaires" tels que les polars et la BD le sont également. Le roman reste néanmoins la grande vedette.
Comme je suis particulièrement fan de BD, je ne peux résister, ce sont : Boulet, Gotlib et Larcenet, qui sont cités trois fois chacun, et donc aussi souvent que Platon, Hemingway, Ionesco ou encore Asimov, ça fait plaisir !

Edit : une spécialiste de ces genres-là m'a confirmé l'utilisation de "SFFF", et ajoute même parfois un 4e F, SFFFF = science-fiction-fantasy-fantastique francophone


William Shakespeare, gravure de l'Encyclopaedia Britanica [domaine public], via Wikimedia Commons
Stephen King By "Pinguino" [CC-BY-2.0], via Wikimedia Commons

Pour les époques, j'ai choisi de catégoriser les auteurs par siècle. En déterminant un siècle pour ceux qui ont publiés entre deux siècles, peut-être de manière un peu arbitraire. Pour ceux qui publient encore aujourd'hui, j'ai choisi d'office le XXIe siècle.
L'écrasante majorité des auteurs représente le XXe siècle (74 d'entre eux). Il y a 28 auteurs contemporains qui font du XXIe siècle, logiquement, un succès montant (il reste encore 86 années de chef d'oeuvres littéraires à lire !), 15 auteurs du XIXe siècle et 8 auteurs répartis entre le VIII siècle av JC et le XVIIIe siècle. Il s'agit de Homère (cité 6 fois), Rousseau (5), Montaigne (4), Rabelais (4), Shakespeare (4), Diderot (3), Platon (3) et du Marquis de Sade (3). Cette classification, encore une fois, ne nous surprend (na-)guère (pardon). 
Quant aux auteurs contemporains, les plus cités sont Bret Easton Ellis, Stephen King et Haruki Murakami, chacun cité 8 fois.

Le XXe siècle est celui où la plupart des lecteurs représentés ici ont étudiés, le roman est le genre que l'on étudie le plus fréquemment. C'est aussi durant nos études que l'on lit certains classiques "obligatoires" qui ressortent fréquemment et qui ne sont donc pas des classiques pour rien, car ils marquent apparemment les lecteurs de manière durable. Que le roman du XXe siècle soit la star de ce classement n'est donc pas surprenant, mais c'est néanmoins un symptôme, surtout quand on le compare aux très maigres résultats (dans ce corpus) des stars des prix littéraires de ces dernières années et à ceux tout aussi légers des stars des ventes littéraires (pour rester dans les exemples d'auteurs Suisses, sachez que Joël Dicker n'a été cité qu'une seule fois).

Je reviens un instant sur nos 10 femmes. Une d'elle est du XIXe, quatre d'entre elles du XXe, et cinq sont des auteures contemporaines. C'est encourageant. C'est le signe que leur place au sein de la littérature grandit. Dans la même proportion en France que dans les pays anglo-saxons.

Si j'étais libraire, j'en tirerais des leçons et je garnirais mes bibliothèques de classiques du XXe siècle, de SFFF et de plumes féminines... mais je ne suis pas libraire.


Franz Kafka, by anonymous, [Public domain], via Wikimedia Commons
Gabriel Garcia Marqez par Jose Lara [CC-BY-SA-2.0], via Wikimedia Commons

Le dernier résultat concerne l'origine et la langue des auteurs. Les non-francophones (69) l'emportent sur les francophones (56). Mais si l'on s'intéresse aux nationalités, ce sont néanmoins les auteurs Français qui sont les plus nombreux (47), suivis par les Américains (26), les Britanniques (12), il y a également 5 Russes, 4 Allemands et 4 Latino-Américains (Argentine, Colombie, Mexique et Pérou), un auteur Turc (Orhan Pamuk), un auteur Libanais (ou plus exactement Franco-Libanais, Amin Maalouf) et un auteur Japonais (Haruki Murakami), seul représentant du continent asiatique. Il n'y a aucun représentant des continents africain et océanien. L'Italie, la Grèce, la République Tchèque, l'Autriche, l'Irlande, la Finlande et la Roumanie sont également représentées parmi nos auteurs et permettent à l'Europe d'être le territoire le plus lu de notre panel (90 sur 125). Rappelons également qu'il y a 7 auteurs Suisses. Avec cette perspective, c'est un score finalement honorable, et la boucle est bouclée.



Les données extraites sont à votre disposition, si vous avez à votre tour envie de triturer ces piles #MyTopTenBooks, il suffit de nous les demander à @GrandJeanMartin, à @yrochat ou à moi sur twitter (ou ci-dessous dans les commentaires). Vous pouvez d'ailleurs encore partager vos top ten, mais sachez que l'auteur le plus courant de notre listing est "illisible", pour vos futures piles, merci de les mettre dans le sens de la lecture, de photographier les tranches en entier et avec une lumière suffisante pour pouvoir les lire, sinon partager votre pile n'est pas très utile...


Un dernier message personnel, s'il me lit, Martin Winckler fait partie des auteurs cité 3 fois et j'en suis ravie. Vous le retrouvez d'ailleurs dans ma liste #MyTopTenBooks, qui serait totalement différente si je devais la faire aujourd'hui, mais elle comporterait toujours Martin Winkler, Ella Maillard et Vincent Gessler...


Si vous avez envie d'en lire, voir, écouter plus à ce sujet :

14 commentaires:

  1. Pour la proportion de femmes dans ces listes, rien à dire, vu que c'est ce que j'avais remarqué moi-même, personnellement ;) juste en les parcourant. Et ça me désole un peu. Vu que:
    1) les auteures ou écrivaines sont nombreuses à être talentueuses,
    2) ne pas les lire, c'est mépriser leur talent, la preuve étant que ceux qui lisent des femmes sont... en majorité... des femmes!
    Pour le reste, je fais partie des lecteurs qui préfèrent les traductions aux livres écrits en français ... Pour moi, la littérature est un voyage. En ce sens, la francophone ne me dépayse pas souvent. Mais il y a, of course, des exceptions: Stupeurs et tremblements d'Amélie Nothomb (dont je n'aime, et de loin, pas tout), Boris Vian, Jacques Prévert, Marie Darieussecq ou Virgine Despentes. Encore des femmes - francophones de surcroît, lues - pas citées (je crois). Et comme la littérature est un voyage, je ne suis pas étonnée qu'il y ait plus de romans que d'essais dans les listes (bien que des essais, j'en ai lus un paquet), le roman, c'est une histoire qu'on nous raconte. C'est un moment hors du temps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce commentaire !

      Darieussecq n'est citée qu'une fois et Despentes 2 fois (sauf erreur, je te dis ça de mémoire, je n'ai pas été vérifié).

      Il y a beaucoup d'essais, mais ils sont moins "populaires", ou peut-être plus personnels et intimes, c'est-à-dire pas cités plusieurs fois, or je n'ai analysé ici que les auteurs cités 3 fois ou plus dans les listes des lecteurs.

      Supprimer
    2. Tu as raison: les essais, en fait, c'est plus intime. "Avouer" lire tel ou tel titre (genre sur la sexualité, le genre ou sur l'anxiété, par exemple), c'est se dévoiler beaucoup plus. Ce serait intéressant de faire un topten des essais ;) non?

      Supprimer
    3. Essaipat : les données sont disponibles pour ceux qui voudraient les analyser dans ce sens fiction/non-fiction... et pour le reste, suffit de lancer un nouveau # :-)

      Supprimer
  2. J'applaudis des mains et des pieds pour cet article ! J'ai aussi un petit faible pour la comptabilisation des bouquins que je lis. J'ai fait un fichier excel avec toutes mes lectures depuis 2007 (sans les lectures liées à mes études) et cela permet de vraiment voir ce qu'on lit. Au niveau homme-femme, j'approche de l'équilibre, car je lis 40% d'auteure et 60% d'auteur. Par contre, j'ai remarqué que je ne lisais quasiment jamais rien provenant du continent africain et très peu du continent sud-américain (ce qui est d'autant plus con que j'ai étudié l'espagnol...). Alors, j'essaye un peu de remédier à cela !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour l'Amérique Latine, les auteurs cités ici sont : Gabriel Garcia Marquez (en particulier 100 ans de solitude), Clarissa Pinkola Estes (qui écrit plutôt des essais), Borges et Vargas Llosa. Je me permet d'ajouter mon favori : Julio Cortazar est son roman "Rayuela" (marelle) et tu as de bonnes idées de lectures.

      Pour le continent africain, il pratiquement pas cité parmi les 896 auteurs, et c'est dommage, il y a de nombreux auteur(e)s qui valent le détour, mais je connais moi aussi trop mal ces littératures pour être de bon conseils.

      Supprimer
  3. Super ! Je regrette juste de ne pas avoir publié mon top ten à temps (ça aurait fait augmenter le nombre d'auteures et de belges :p). Je plussoie le terme d'auteure. Et comme toi je ne pense pas que les femmes écrivent différemment que les hommes. Je pense par contre que les dominé-e-s (ou minorités majoritaires. ça ne concerne pas que les femmes, ceci dit) écrivent différemment que les dominants et proposent parfois d'autres images, une autre expérience de la société qui est sinon occultée, perpétuant une invisibilisation de la domination masculine et la diffusion d'images formatées. Enfin, écrivent différemment... pour la part de dominé-e-s qui n'ont pas repris les codes dominants en tout cas (ce qui facilite l'édition et lisse le propos diffusé). La version du "male gaze", mais en littérature et appliqué à la vision de la société, en somme.

    RépondreSupprimer
  4. Vous avez eu une bonne idée de faire un résumé analytique de la chose, ça la rend moins anecdotique, et c'est très très intéressant, merci.
    Sinon, c'était drôle de se rendre compte des volumes qu'on a laissé derrière soi, de ceux qu'on a choisi d'emmener dans sa vie d'adulte... et un peu moins de réaliser qu'une bonne partie des chouchous est en vadrouille chez des potes :-D

    RépondreSupprimer
  5. Ce billet est un petit bijoux!!!
    Juste une petite question: est-ce que vous avez des chiffres plus précis sur la présence des auteures (évidemment pour la féminisation, et merci de le défendre de ta jolie plume!)? Je pense par exemple: le nombre totale d'auteures, la moyenne d'auteures par Top ten et le nombre de Top ten sans femme du tout?

    RépondreSupprimer
  6. Merci pour le compliment !

    Quant aux questions, je n'ai pas ces chiffres, mais je communique les données si vous souhaitez les analyser !

    Les piles sont toutes disponibles dans le storify d'ailleurs.

    RépondreSupprimer
  7. Tu as déjà recensé 10% de tous les auteurEs. Avec les 90% restants, on pourra répondre à cette question (et ce sera plus facile qu'à celles de @munsterma).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas recensé de manière précise, il faudrait revoir nos données une par une + prendre en compte les auteures par top ten... et pas que dans notre document "nettoyé"...

      Supprimer
  8. mais moi j'ai mis anaïs nin... c'est une femme! (catia)

    RépondreSupprimer