dimanche 24 mai 2015

Voyager à l'Expo Milano 2015 depuis la Suisse Romande


Si vous êtes un peu curieux de goût et de gastronomie, vous avez certainement entendu parler de l'Exposition Universelle qui se tient depuis quelques semaines et jusqu'à la fin du mois d'octobre près de Milan, car elle a pour thème : "Feeding the Planet, Energy for life". Malheureusement, leur site web est catastrophiquement peu pratique, à part pour acheter des tickets. J'ai eu la chance d'y passer un jour à l'invitation du Sel des Alpes, un des sponsors principaux du Pavillon Suisse, et de prolonger ce séjour un deuxième jour pour bien appréhender les lieux. Je vais tenter dans cet article de vous donner quelques informations pratiques, et conseils de voyages et de visites de cette exposition exubérante à deux pas de la Suisse romande. Pour la visite en elle-même, ma critique complète sera dans un prochain article.



Voyager à l'Expo


Il est possible de se rendre à Milan en avion, en train et en voiture. (Certains de mes amis me diront qu'on peut aussi y aller en vélo, certes, mais concentrons-nous sur les non-barjots parmi nous voulez-vous ?) L'avion me paraît une solution absurde car elle prend plus de temps que le train au final à cause des transits et des attentes inhérentes aux voyages en avion. La voiture est une solution acceptable si vous êtes plusieurs, de très nombreux parkings sont à votre disposition autour de l'exposition et des navettes vous amèneront à l'entrée. Mais attention, toute la région de Milan et son agglomération sont un énorme bouchon entre 7h30 et 11h et à nouveau entre 16h et 19h30. C'est donc au péril de vous retrouver coincés trois heures dans les embouteillages, à l'aller et au retour, considérez-vous prévenus.

La solution qui me paraît la meilleure est celle du train. Avec un demi-tarif, il vous en coûtera CHF 51.- par trajet pour faire Lausanne-Rho Fiera en un peu plus de trois heures. Tous les trains de Suisse, depuis Genève, Lausanne, Berne, Zürich ou Lugano, passent dorénavant et pour toute la durée de l'Expo, par la gare de Rho Fiera, qui se situe à 200 mètres de l'entrée principale de l'Exposition. Ils ont même augmenté le nombre de trains jusqu'en octobre et proposent des billets dégriffés.


Passer un jour sur place


Vous pouvez prendre un train le matin (par exemple celui qui part de Lausanne à 6h17 et arrive à l'expo à 9h44, juste avant l'ouverture des portes) et rentrer avec un train le soir même (par exemple celui qui part de Rho Fiera à 19h35 et arrive à Lausanne à 22h42). Certes, vous aurez subi 6h de train dans la journée, mais cela vous évite de devoir trouver et payer un logement à Milan... et de transporter des bagages ! Coût de la journée par personne (avec demi-tarif) : 200 CHF (en comptant la nourriture sur place).


Passer deux jours (ou plus) sur place


Si vous avez le temps, et les moyens, je vous recommande néanmoins de passer au moins deux jours, voire trois, sur place, parce que l'Expo est gigantesque et qu'une seule journée risque de vous frustrer (à moins de revenir plusieurs fois). Il y a des centaines d'hôtel, des auberges de jeunesse, des airbnb, des chambres d'hôtes et même un camping près du centre-ville de Milan, tout dépend de votre style de voyage, je n'ai pas de recommandation particulière à part celle de réserver dès maintenant, cette exposition va drainer plusieurs millions de visiteurs, ne traînez pas ! D'ailleurs si vous pouvez y aller des jours de semaine, c'est mieux, et si vous pouvez éviter les dernières semaines de l'expo (mi-septembre - octobre) c'est mieux aussi, c'est la période prévue comme la plus dense.

Depuis le centre de Milan, deux gares (Milano Centrale et Garibaldi) et plusieurs lignes de métro vous permettront d'aller à l'Exposition sans soucis en une vingtaine de minutes pour environ 10€. Sinon, vous pouvez loger pour souvent moins cher (mais moins sexy) à Rho, la ville à côté de l'Exposition Universelle (liste d'hôtel et autres logements, uniquement en italien). J'ai pour ma part testé l'hôtel NH à Rho Fiera (2km de la gare) que je vous recommande, prix corrects, petit dèjeuner copieux compris dans le prix de la chambre. Un conseil : le matin, prenez un taxi et demandez-vous de vous emmener dans une des deux entrées de l'autre côté de l'Expo, beaucoup moins de monde à l'entrée, et vous serez directement de l'autre côté de l'Expo, presque vide le temps que les premiers visiteurs ne marchent jusque là. C'est idéal pour la visite de certains pavillons toujours très courrus (Japon, Emirats Arabes Unis, Autriche, ... cf visite critique) et pour quelques euros (7 pour ma part) vous aurez gagné une bonne heure de marche en plein cagnard, ça vaut largement le coup !

Le gros avantage de rester plusieurs jours, c'est aussi de pouvoir profiter de l'Expo by night. Ces architectures extravagante rivalisent d'imagination pour leurs illuminations nocturnes, et de très nombreux visiteurs s'en vont avant 18h. La nocturne (19h-23h) est surtout composée d'Italiens, l'entrée coûte 5€, permet de voir les pavillons illuminés de nuit, mais attention, la plupart d'entre eux sont fermés à la visite. Il y a aussi le spectacle de l'Arbre de vie, que pour ma part j'ai trouvé pitoyable. C'est l'occasion toutefois de tester certains restaurants tranquillement et avec un peu de fraicheur.



Acheter des tickets


Il existe plusieurs types de tickets sur le site de l'expo : les tickets à date flexible, qui vous permettent de choisir votre date de visite ultérieurement (€39), les tickets à date fixe (€39 aussi) qui vous permettent de réserver directement un jour de visite et les tickets nocturnes (5€). Attention, avec les tickets à date flexible, il vous sera nécessaire d'enregistrer votre souhait de visite avant d'y aller, et certains jours pourront être complets. N'oubliez pas de réserver vos trajets en train en même temps pour ne pas vous retrouver avec des trains complets justement le jour où vous avez un ticket pour l'Expo...


Les bagages : une consigne cachée


Il n'y a pas de consignes dans les gares italiennes. Et il n'y a pas de consigne à l'Expo. Horreur, malheur. Mais j'ai trouvé un guichet qui garde vos bagages dans la gare de Rho Fiera, attention, il est bien caché. Ce guichet a été créé pour le centre de congrès, Rho Pero, qui se situe de l'autre côté de la gare de Rho Fiera, par rapport à l'Expo Universelle. Il faut donc entièrement la traverser, d'abord en direction des lignes de métro (environ 5 minutes à pied), puis en direction de "Rho" tout court (le nom de la ville, encore 5 minutes). Avant de sortir de la gare, sur la gauche, se situe ce mini bureau de consigne, qui ferme à 19h et qui vous coûtera 4€ par bagage (ayez de la monnaie et préparez votre plus bel italien). Attention toutefois, ce guichet est ouvert uniquement quand il y a des expositions en cours à Rho Pero, il faut donc que vous consultiez au préalable le programme (uniquement en italien), entre mi-juillet et mi-août, vous risquez de trouver porte close.
Il existe également un guichet de dépôt de bagages à la gare de Milano Centrale.


L'entrée : cherchez Fiorenza !


La sortie la plus visible et accessible depuis les trains qui s'arrêtent à "Rho Fiera" est l'entrée principale : Triulza, à laquelle il y a parfois plusieurs heures d'attente à l'ouvrture de l'Expo ! Par contre, dans la sortie de la gare prévue pour les voyageurs en métro, quelque centains de mètres plus loin à l'intérieur de la gare, vous allez trouver une deuxième entrée pour l'exposition : l'entrée ouest Fiorenza. Si les jours de week-end, beaucoup de Milanais vont se déplacer à l'exposition, la semaine, cette entrée ne comporte pratiquement aucune file d'attente, contrairement à l'entrée principale (Triulza). (Le jour où j'y étais, un mardi matin, j'ai passé la porte de Fiorenza en 3 minutes, quelqu'un m'a confié avoir attendu 1h30 à Triulza exactement à la même heure... 200 mètres plus loin !)

Attention, si vous arrivez plus tard dans la journée (entre 12h et 18h), la file d'attente à l'entrée principale, la plus proche de votre train, devrait être tout à fait supportable, ne perdez pas du temps à chercher l'autre.

L'autre possibilité, si vous avez l'opportunité de prendre un taxi depuis votre hôtel de Rho Fiera par exemple, pour quelques euros demandez-lui qu'il vous dépose devant une autre entrée, Roserio ou Merlata vous permettent d'arriver dans l'Expo avec beaucoup moins de file d'attente et surtout dans un morceau d'expo où il n'y a personne à l'ouverture ! (Et, comme je le disais plus haut, pour quelques euros, vous gagnez facilement une heure de marche, ce qui n'est pas négligeable sur votre journée !)

Vous voyez sur ce plan les quatre accès principaux à l'expo. Merlata et Roserio sont les entrées depuis les différents parkings qui entourent l'expo, que je n'ai pas testés. Fiorenza et Triulza sont les accès depuis la gare de Rho Fiera. Remarquez que Fiorenza se situe de l'autre côté des voies, qu'elle traverse ensuite grâce à la passerelle que vous voyez sur la photo ci-dessus.




Les indispensables


Voilà, pfiou, ça y est, vous êtes dans l'Expo. Vous allez y passer des heures à marcher, sous le soleil milanais qui ne pardonne pas, tout est très bétonné, la réverbération n'arrange rien, il fait chaud et humide. Il est absolument indispensable de prévoir :
  • des chaussures très confortables : oubliez sandalettes et talons, pensez chaussures de sport, le sol est dur et vous allez y marcher plusieurs longues heures si vous voulez voir au moins une partie de l'Expo, vous allez aussi devoir attendre et vous allez piétiner sur place en visitant les pavillons.
  • de la crème solaire, un chapeau et une bouteille d'eau : le soleil tape dur, à moins que vous ne tombiez sur un jour de pluie. A part l'allée centrale qui est abritée, vous allez souvent devoir marcher et attendre en plein soleil. Hydratez-vous, des stations d'eau sont à disposition du public, mais encore faut-il les repérer et avoir un récipient adéquat, une gourde ou une bouteille d'eau, ou un simple gobelet en plastique (comme en offre le Pavillon suisse jusqu'à ce qu'il n'y en ait plus) vous seront très utiles.
  • des euros : oubliez l'idée de tout payer par carte, dans la plupart des cafés, snacks et restaurants de l'Expo, il vous faudra tout payer en cash et donc en euros, et ce n'est pas donné...
  • un appareil photo à la batterie chargée : vous ne trouverez que très peu de prises ou de stations de recharge dans l'expo, et l'achitecture de très nombreux pavillons va vous donner envie de les mitrailler, ne négligez pas cet aspect, par contre, du wifi est disponible gratuitement sur tout le site (ou du moins à proximité du boulevard central).

Une des stations d'eau qui se trouvent dans les allées latérales, vous y trouvez eau fraiche, plate et gazeuse, à volonté.

Où manger ?

Étonnamment, dans une exposition universelle sur la thématique "Feed the planet", la question se pose. Il y a de nombreux lieux qui servent de la restauration rapide mais saine, façon restaurants/cantines d'entreprises ou de supermarchés (vous voyez Manora ? Imaginez leur version avec menus italiens). C'est facile d'accès et beaucoup de gens ne se rendent pas compte qu'il y a une salle à l'étage. Si vous souhaitez vous isoler un moment de la foule des visiteurs et profiter de l'air conditionné, ces lieux vous le permettent, même si c'est juste le temps d'une boisson. Tous ces restaurants/snacks/cantines se trouvent dans les "aires de service", qui sont présentes des deux côtés du Decumano (le boulevard central) tous les six ou sept pavillons. Dans ces "aires de services" se trouvent également des cafés et les toilettes (énormes et impeccables, mais pas toujours fournies en papier toilette). Au niveau logistique ce n'est pas très sexy, mais c'est extrêmement bien pensé et pratique, bravo aux organisateurs. Mais autant vous dire que même si c'est certes très pratique, gustativement ça ne me réjouit pas, du tout. 


Je m'attendais aussi à de nombreuses dégustations dans les différents pavillons, ce n'est pas le cas, à moins de faire la queue pour les quelques dégustations annoncées dans le programme officiel (tout est très bien répertorié et expliqué dans l'application mobile que je vous recommande de télécharger avant votre voyage, sur Google Store, sur Apple Store), c'est fort déceptif. Ajoutez à ces déceptions le fait que la plupart des pavillons qui comportent un restaurant pratiquent des prix exorbitants pour un Italien et très chers même pour un Suisse, vous risquez de repartir de l'Expo avec l'estomac contrarié. Il y a néanmoins quelques pépites cachées que j'ai testé pour vous. Si vous en avez d'autres, n'hésitez pas à les communiquer en commentaires, ce sera très utile pour les futures visiteurs.


La Belgique et la Hollande

Ces deux pays que j'adore sont fidèles à eux-même et ont mis en avant la facilité de la street food, avec d'excellents produits. Frites, bières et gaufres pour le pavillon belge, avec plein de places assises, malheureusement, la plupart d'entre elles sont en plein soleil. Le fait que les Belges aient oublié de penser au cagnard milanais m'a beaucoup amusée, mais empêchée d'aller profiter de leur offre de bières artisanales. Il y a néanmoins quelques parasols, et c'est une option parfaite le soir, ce pavillon étant près de la sortie.

La Hollande a été encore plus loin que sa voisine, son "pavillon" entier n'en est pas un mais une suite de food trucks. Des hotdogs artisanaux, des burgers aux algues, un food truck entièrement dédié au fromage (génie), des smoothies, et des pannenkoeken (mini pancakes recouverts de sucre glace), un bonheur. Là aussi ce sont les coins d'ombre qui pourraient manquer aux moments de grande affluence, mais j'ai pris beaucoup de plaisir à visiter ce petit coin de décontraction totale au milieu de ces autres pavillons qui se prennent parfois beaucoup trop au sérieux.



L'Équateur

Le chamarré Équateur (Raph, cette phrase est pour toi) se situe juste à côté du très sérieux Pavillon Suisse, il est très visité et il y a une longue file d'attente devant ses portes pratiquement toute la journée. Mais sur le côté, peu visible, il y a un petit stand, qui sert des petites portions de merveilles équatoriennes. Attention, c'est loin d'être gratuit, mais c'est absolument délicieux, rapide, exotique, frais et réjouissant. A deux, nous avons dégusté un ceviche de crevettes, des brochettes de crevettes et des boulettes de quinoa et de fromage. L'addition de ces petites merveilles se montent à 30€ avec une bouteille d'eau. Oui, c'est cher et pas très copieux, mais c'est rapide, délicieux et le lieu est relativement calme.

Si vous aimez, ou souhaitez découvrir, la cuisine latino-américaine, le restaurant chilien est d'une classe folle et très calme (mais les prix pratiqués ne sont pas tout doux), l'Argentine propose ses merveilleux vins et sa viande cuite sur une vraie parilla au charbon en petites portions, une option tout à fait agréable au palais, même si le lieu est plus pratique que joli. Les pavillons du Brésil, du Mexique et de la Colombie étaient malheureusement bondés durant mes deux jours de visites et je ne les ai donc pas visités.





L'Iran, la Turquie et le Bahraïn


Le Pavillon Iranien est un de mes coups de coeur, je vous en reparlerai avec plus de détails dans un prochain article, mais sachez que sa courte visite se termine par l'arrivée à son restaurant. C'est calme, frais, confortable et pratique. Il y a une boutique et une partie restaurant, à l'entrée de la boutique, vous pourrez observer les plats traditionnels qui sont servis au restaurant, si vous ne connaissez pas la gastronomie iranienne, c'est l'occasion rêvée de tester. J'ai vu les assiettes passer, c'est copieux, frais et ça embaume comme doit embaumer la cuisine iranienne et les prix sont raisonnables (enfin, pour l'Expo). Vous pouvez également vous y arrêter pour un thé ou une eau aromatisée (sirop de safran ou de rose, eau de concombre et citron, de graines de mastic, etc.) et reposer vos jambes au bruit du bassin central. Ce pavillon fait honneur à l'extraordinaire sens de l'acceuil et à la générosité iranienne, c'est un havre de paix au milieu de cette bourdonnante exposition... sauf à l'heure des représentations du Cirque du Soleil juste à côté où ça devient assourdiassant !

Repas au Pavillon Iranien et eau aromatisée au safran

Le très agréable Pavillon Turc

Dans l'esprit calme et accueillant, je vous recommande également le café installé au fond du Pavillon Turc, où vous pourrez déguster de vrais thés et cafés turcs, ou même de l'ayran ou du jus de grenade, accompagnés de sucreries typiques (loukoums, baklavas, etc.), autre bel endroit de paix au milieu de cet expo bourdonnante.

Espace de la Palestine dans le Cluster "Zones arides"
Dans les clusters, la plupart des pays n'ont créé qu'une boutique de souvenirs, sauf les plus accueillants d'entre eux, sans surprise, ça se passe en Méditerrannée (l'Egypte et la Grèce en particulier) et dans le Cluster zones arides. De très nombreuses petites échopes vous proposent des sandwichs frais avec viande et garnitures de salades et légumes et boissons pour des prix imbattables. Vous y trouverez d'ailleurs plein de gens assis sur des mini tabourets et buvant le thé ou le café dans des verres, comme si vous étiez vraiment dans ces pays-là, c'est un vrai plaisir de les traverser. Au Sénégal par exemple c'est jus de bissap et musique à fond, tout le charme du Sénégal en deux clichés !

L'espace de la République du Sénégal dans le Cluster zones arides.

Le "café" du Bahraïn et sa carte sur les photos suivantes (cliquez pour voir en grand)


Et mon petit préféré est juste à l'entrée (ou à la sortie, si vous préférez), c'est le Pavillon du Bahraïn. Son architecture est d'une très belle simplicité, à chaque détour de ses murs blancs tous arondis vous trouvez des arbres fruitiers exotiques, palmiers, grenadiers, bananiers, jujubier, figuiers de barbarie, figuiers, oliviers, vignes, c'est magnifique. Au fond du pavillon se trouve un café qui sert également d'excellents sandwichs et salades, que vous pouvez même emporter dans votre train de retour, bon plan absolu.

La vue depuis le café du Pavillon du Bahraïn
Oui, je sais, Iran, Egypte, Turquie, Sénégal, Palestine, Bahraïn... il n'est pas difficile de deviner que j'ai un gros faible pour une certaine famille gastronomique, on ne se refait pas. Mais ça tombe bien, avec la chaleur milanaise, ces cuisines sont idéales ! Passons à une autre partie du globe.

rhinocéros de Java

L'Indonésie

L'Indonésie a plusieurs avantages : elle montre le seul rhino de l'expo (comment ça on s'en fiche ?), elle est situe à l'extrémité de l'expo, ce qui est le bon moment pour une pause ravitaillement, elle est juste à côté du Pavillon Slowfood où vous pourrez aller prendre "le dessert" sous forme de dégustations de slow cheese et de slow wines (oui, tout est slow à slowfood, est tout est bon aussi, et c'est à l'ombre, et c'est calme, et c'est joli), et il y a deux formules très intéressantes. C'est un des seul pavillons où j'ai eu instantanément l'impression que je pourrais comprendre un peu de leur culture culinaire en entrant et où ce n'est pas qu'un grand message de l'Office du tourisme. A l'intérieur du pavillon, un restaurant avec nappes mais sans chichis qui vous propose un assortiment de spécialités sur assiettes pour 20€, imbattable dans l'Expo. Mais il y a encore mieux, à la sortie du Pavillon, il y a quelques tables en plastiques avec des parasols, qui proposent un autre assortiment moins complet et un peu moins copieux pour 10€ (boisson comprise !). J'ai testé : c'est absolument inphotographiable tellement ce n'est pas beau, mais c'est tout à fait délicieux et tellement copieux qu'il m'en restait un tiers.



Et là je sens des gens s'impatienter, où manger c'est bien... mais où boire ? C'est une autre histoire. D'abord par cette chaleur, je n'ai pas eu envie de tester les différents vins proposés dans de très nombreux pavillons, alors que j'aurais bien fait un tour dans ce but en Amérique Latine (les pavillons chiliens et argentins proposent de nombreux crus au verre). Par contre, une bonne bière bien fraîche... et si possible artisanale, est-ce qu'on peut trouver ça à l'Expo ? Et bien oui, après moulte recherche, il y a un lieu idéal pour cette charmante débauche, l'espace des produits du terroir italien "Real Italian Food". Dans cette paire de couilles de seins de pommes d'espaces ronds en bois vous trouverez des fromages, des vins et des bières à déguster sur place (et plein d'autres produits intéressants).

Un petite partie de la sélection de "birras agricolas"
Ce lieu se trouve juste devant l'Arbre de vie, impossible de le rater. A l'arrière, il y a une petite terrasse ombragée. Si vous êtes sympas, ils vous fourniront même un bac à glace pour poser votre bière. Et là, c'est une vraie pause qui commence dans une folle journée. Vous allez avoir droit, toute les demi-heures, à un mini-spectacle de l'arbre de vie, c'est amusant car un peu ridicule mais tout à fait joyeux.

Et si vous êtes vraiment sympas, ils vous offriront même des verres, faites gaffe, ne soyez pas trop sympas.

Marinera de la brasserie La Cotta, légère, joliement amère avec une touche iodée, j'ai adoré.



Dans un prochain article, je vais vous proposer des tactiques et des thématiques de visites, vous montrer beaucoup trop de photos et vous donner mon avis plus global sur cette exposition dont la thématique me fascine mais dont je ne suis pas sûre qu'elle l'exploite véritablement.

Si vous avez déjà visité l'expo et que vous avez d'autres astuces pour améliorer les futures visites à me confier, je serais ravie, je compte bien y retourner !

6 commentaires:

  1. A la gare de Milano Centrale, il y a une consigne, je le sais pour l'avoir utilisée : http://www.milanocentrale.it/it/servizi/dettaglio/deposito-bagagli.
    Et sinon, elle vaut vraiment vraiment le coup cette expo ? J'hésite à "dépenser" un jour de vacances pour y aller...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, merci, plusieurs personnes m'ont assuré qu'aucun dépôt de bagage n'existait à Milan, je vais rectifier !
      (Les consignes sous forme de boîtes automatiques sont interdites en Italie...)

      Supprimer
  2. Après ma visite de l'expo, j'ai quelques compléments d'information à apporter, que je vous présente en vrac. La plupart des pavillons ferment vers 20h-21h, mais le site demeure animé jusqu'à la fermeture (22h45 en semaine, 23h45 le samedi). La billetterie fermant à 21h (et encore!), mieux vaut prévoir le coup et acheter son billet pour la soirée d'avance (5 euros après 19h). En passant par l'entrée Fiorenza, nous n'avons pas attendu plus de 5 minutes à l'ouverture du site, malgré la sécurité. Le verre est interdit sur le site. Les familles avec bébés, les personnes ayant des limitations physiques et les femmes enceintes s'épargnent plusieurs files d'attente. On trouve vraiment partout sur le site des stations d'eau, des poubelles de tri et des wc propres.

    Plusieurs pavillons ont prévu des zones d'attente ombragées. Mieux vaut visiter certains pavillons très populaires comme le Japon et le Kazakhstan tôt et s'armer de patience (prévoir au moins une heure d'attente). En allant chercher notre billet d'entrée pour le pavillon de la Suisse vers 13h, nous n'avons pu rentrer qu'à 17h, mais nous n'avons pas eu à attendre. Tous les pavillons ne collent pas au thème de l'exposition: certains sont des vitrines publicitaires/touristiques sur le pays, d'autres se consacrent à la vente de produits. Dans tous les cas, les pays se présentent sous un jour positif et on assiste à une certaine forme de propagande: les bienfaits de l'huile de palme, du pétrole, la bienveillance de leurs dirigeants, etc.

    La consigne de bagage à l'entrée du métro de Rho Fiera est minuscule et FERMÉE le dimanche. Les visiteurs ayant un budget serré pourront acheter ce qu'il faut pour un pique-nique dans le supermarché du futur (http://www.expo2015.org/fr/explore/aires-thematiques/future-food-district), l'un de mes coups de cœur de l'expo! Autrement, il faut prévoir un budget de 10 à 20 euros par repas et par personne. Les portions sont en général assez petites, en particulier dans la section des cantines des différentes régions italiennes. Tout visiter prend au moins 3 jours, voire 4 pour ceux que le sujet passionne. En deux jours, nous avons visité un nombre impressionnant de pavillons, mais nous regrettons de ne pas avoir pu en visiter certains.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Arielle !

      Contente que mes astuces t'ait servi ! Etait-ce une bonne option de prendre un hôtel à Rhô ?

      Supprimer
    2. En effet, ton article m'a été très utile! Prendre un hôtel à Rhô est idéal pour ceux qui ne font le voyage que pour l'expo. Si plusieurs hôtels offrent un service de navette vers l'expo, mieux vaut prendre un hôtel à distance de marche du site. Les places dans la navette de notre hôtel étaient limitées et nous aurions dû les réserver pratiquement 24h à l'avance pour espérer y monter aux heures de pointe. Heureusement, nous étions à une quinzaine de minutes de marche de l'entrée Fiorenza. Résider sur place implique de prendre tous ses repas sur le site (ou à l'hôtel), où le pire et le pas mal se côtoient. Malgré la bonne surprise du weed burger et le rapport qualité-prix intéressant des bars belge et tchèque, manger sur place implique pas mal de friture et peu de légumes.

      Supprimer
    3. Bonjour,
      Qu'y a t'il à voir la nuit ? Est-ce qu'il y a un spectacle près de l'arbre de vie ?

      Supprimer