jeudi 24 mai 2012

Je persiste et je ligne


D'abord, une envie de turquoise, ensuite, la curiosité d'éprouver la qualité de la base et du top coat de Butter London (nouvelle marque du Nail Bar dont  il est impossible de sortir sans craquer sur un ou deux flacons, considérez-vous comme prévenues) et quelques jours plus tard, la connerie qui me démange l'envie de complexifier tout ça. Ou comment une bonne idée de manucure est un fiasco total, rattrapée in extremis.



Ce mini SinfulColors, Love Nails, est une de mes couleurs favorites, turquoise froid, métallique, riche, vibrant. Seul problème : sa tenue est médiocre. C'était donc le vernis parfait pour tester la base et le top coat de Butter London.

La base est étonnante, contrairement aux bases habituellement transparentes, elle est beige. Elle sèche très vite, mais reste matte. Je ne porterais pas ce résultat seul, mais force est de constater que le vernis posé dessus accroche à merveille. Et surtout, le plus important de tout, elle est d'une composition assez irréprochable. C'est important, vu la toxicité des vernis, de choisir une base "propre" pour isoler votre ongle. On en reparle bientôt.


Le top coat Butter London se pose très facilement, j'aime beaucoup les pinceaux de cette marque, il est très brillant et il a fait résister mon vernis 4 jours sans accroc, ce qui est un exploit pour ce vernis. Mais j'ai trouvé qu'il séchait très lentement. Une couche de base (très vite sèche), trois couches de vernis (avec pause entre chacune), puis une couche de top coat... j'ai attendu une bonne heure et je sentais que ce n'était toujours pas sec. Et même le lendemain matin, ma manucure n'était pas encore totalement sèche, hallucinant. Mais malgré tout, ça a très bien tenu, donc plutôt concluant !

Une astuce pour tester si un vernis est bien sec : tapoter délicatement ongle contre ongle, si ça ne glisse pas, ce n'est pas sec.


Bon, évidemment, c'était joli (cette couleur a pour particularité de toujours m'attirer beaucoup de réactions), mais ce n'était pas "assez", vous commencez à me connaître, il fallait que je foute un peu le bordel dans tout ça. Après ma première tentative ratée timide de lignes, j'étais restée sur ma faim. J'ai donc sorti mon liner Flexibrush et fais des lignes sur mes ongles.


Le résultat était affreux : des traits irréguliers, grossiers, en plus le vernis est mat, ce qui donne un aspect sale. Complètement raté. La différence entre ce que j'avais en tête et ce que j'avais sur les ongles était particulièrement déprimante. Dans ces cas-là, sachant qu'il suffit d'un coup de dissolvant pour tout enlever, je fais des tests pour voir ce que ça donne. Après le pinceau fin du Flexibrush, j'ai testé les lignes au dotting tool. Il faut dire que c'est plus facile en largueur qu'en longueur, à cause de la position des doigts et du simple fait que les lignes sont forcément plus courtes.


Et après avoir testé sur trois ongles, je me suis prise au jeu et j'ai fait les deux mains, et plus j'avançais, plus je trouvais le rendu intéressant. Au final, mes lignes se sont transformées en grillage.


Le résultat brut vous montre ici des lignes noires mattes, des endroits qui dépassent, des lignes plus fines que d'autres, on voit tous les défauts. Pour lisser tout ça, deux astuces : d'abord un petit pinceau trempé dans du dissolvant pour nettoyer le bord des ongles et rendre tout ça plus "propre" et un top coat  bien brillant.


C'est d'ailleurs une astuce à retenir : si votre manucure est parfaite, n'hésitez pas à la matifier, on verra mieux les détails et on appréciera particulièrement la profondeur de la couleur. Si votre manucure est imparfaite : abuser du top coat brillant, vous pouvez aller jusqu'à ajouter des paillettes, ça détourne l'attention des défauts. (Mais ne le dites à personne, j'ai une réputation de vernisseuse d'ongle à maintenir !)

 
 

Je ne m'attendais pas du tout à ça en commençant et au final je crois que j'aime plutôt. Le mâle courageux qui supporte l'odeur de mes manucures en cours partage ma vie a détesté la première étape ("mais pourquoi tu t'obstines à faire ces lignes moches") et beaucoup aimé le résultat final. Et vous ?

_________________________________

Pour finir, une petite annonce : dans quelques jours, le mardi 5 juin, A Bon Entendeur parlera vernis à ongles, en particulier de leur toxicité, et je serai dans une petite séquence avec une manucure totalement improbable que j'ai faite à la journaliste. Un avant-goût ici (regarder depuis 37'15''). Je vous en reparle bientôt.

3 commentaires:

  1. Myriam, qui n'est plus une elfe fée25 mai 2012 à 07:02

    Comme ton chéri, j'aime pas du tout les premières lignes, par contre le résultat final est fabuleux ! J'adore !

    RépondreSupprimer
  2. Gaffe de pas te faire aligner par la police du bon goût ;-)

    Je déconne, je trouve ça très classe. Dommage que j'aie pas encore les ongles assez longs pour ce genre de délire.

    RépondreSupprimer