mardi 6 août 2019

Always Be My Maybe


Ça fait beaucoup trop longtemps que je ne vous ai pas parlé de films culinaires ! La petite pépite sortie fin mai, Always Be My Maybe est l'occasion de rétablir cette grave erreur. (Rappelez-moi de vous parler de séries culinaires aussi, il s'en est passé des choses depuis 2016 !).

Ce film est une comédie romantique, écrite et interprétée par les merveilleux Ali Wong et Randall Park. J'ai découvert Ali Wong il y a quelques mois dans son génial stand up Hard Knock Wife (sur Netflix) et n'avait aucun doute sur le fait que ce film allait être hilarant. C'est le cas, les situations et dialogues s'enchainent et sont parfois tellement subtiles qu'on rit autant la deuxième fois qu'on voit ce film. Par contre, le côté romantique si juste et touchant m'a surprise ( = déçue en bien pour les Vaudois parmi vous). Un bonus qui le rend ce film très attachant et plus durable qu'une simple comédie.



Mais si je vous en parle aujourd'hui, c'est parce que c'est l'histoire d'une Cheffe. Très médiatisée, elle revient dans la ville de son enfance pour ouvrir un restaurant, et retrouve son meilleur ami d'enfance perdu de vue depuis de longues années. Les discussions autour de la nourriture pourraient paraitre prétexte à la comédie romantique, mais elles sont beaucoup plus intéressantes et profondes qu'une simple excuse pour faire avancer l'histoire.

Que nous reste-t-il de nos plats d'enfance ? Nos souvenirs de plats sont-ils modifiés par nos souvenirs émotionnels ? Évidemment. Mais nos souvenirs émotionnels sont-ils aussi modifiés par nos souvenirs de saveurs et odeurs ? Qu'est ce qui est authentique et qu'est ce qui est "fusion" ? Qu'est ce qui est de la création culinaire ? Qu'est ce qui est de la haute cuisine ou de la cuisine "ethnique" ? Toutes ces questions sont abordées l'air de rien, au détour de scènes qui permettent de définir les personnages principaux. Et leur histoire entière est teintée et expliquée par ces scènes culinaires.

Une des scènes mythiques commence avec l'arrivée de Keanu Reeves, le nouveau mec de Sasha Tran, la Cheffe, dans un de ses restaurant préféré où il a invité Marcus Kim, l'ami d'enfance de Sasha, et sa copine.



Mythique. Tellement mythique que "Keanu Reeves walking on music" est devenu un meme. (Mes préférés : Oh YeahWhatta ManTake My Breath Away, meme qui a grandit depuis l'arrivée de Keanu dans le jeu vidéo... bref).

Mais c'est la suite de la scène qui m'a le plus fait rire. Elle est très rapide, un enchainement de plats, tous se moquant des trends culinaires les plus absurdes/extrêmes, mais parfaitement réels de ces dernières années. Les spectateurs non foodies n'auront peut-être pas compris à quel point chacun de ces plats est une critique appuyée et dirigée contre les chefs qui ont inventés chacune de ces trends et contre les shows du genre "Chef's Table" qui magnifie tout (et n'importe quoi) avec une musique d'opéra et des images au ralenti. Quelques exemples qui parlent d'eux-mêmes.

Bonjour le Noma, c'est pour une critique, bisou.
Magnus, si tu nous regardes...

Aaaaaaah, la mode du charbon actif dont on se moque déjà Outre-Mer et qui n'est pas encore arrivée en Suisse... brace yourselves. 

Bongiorno Massimo.

Bruits de la forêt où le cerf est tué pendant qu'on déguste sa viande. Keanu qui joue un Keanu au-delà du Keanu est parfait.

Sucre volant à attraper au vol pour le dessert. Superbe apothéose du nawak.

J'ai trouvé cette critique des exagérations et de la starification de la gastronomie subtile et très bien documentée, mais surtout hilarante. La conclusion du film, qui parle d'authenticité culinaire, est très touchante également.

Sous des airs de simple comédie romantique, très agréable et bien écrite, ce film a aussi un très joli discours sur le rapport à la nourriture et à nos cultures gastronomiques. Le genre de film feel good que j'aurai envie de revoir plusieurs fois. Je vous le recommande, ou "glop" comme dirait l'autre.

2 commentaires:

  1. On ne le trouve que sur Netflix, c'est bien juste? Je n'ai pas l'abonnement (je refuse, car sinon je passerai ma vie devant mon écran d'ordi ;-) ...

    RépondreSupprimer