dimanche 13 août 2017

Au pain sec et à l'eau !


Je vis avec un être délicieux qui a une tare majeure : il a vécu une grande partie de sa vie dans un pays où s'il n'y a pas du pain sur la table, ce n'est pas un vrai repas. Depuis 5 ans, j'ai donc très régulièrement du pain sec à la maison. Quand ma collecte pour une hypothétique balade-au-bordul-pour-nourrir-les-canards m'a fait me rendre compte à quel point la quantité de pain était gigantesque (vu que je ne vais jamais au-bordul-nourrir-les-canards), je me suis dit qu'il fallait trouver des solutions.

La première est simple, je suis devenue un pro des "home made chicken nuggets" en transformant tous ces restes de pains en chapelure -> astuces pour une panure goûteuse, du poulet moelleux et croustillant et ne pas se paner les doigts.

Mais malheureusement, on ne peut pas manger des trucs panés à tous les repas, la vie est dure. Il fallait donc continuer à trouver des solutions pour ces tonnes containers monceaux restes de pain sec.

Et c'est là qu'est entré dans ma vie la merveilleuse panzanella ! La panzanella c'est la réponse des Italiens, ces génies, au pain sec. La panzanella c'est la manière de vouloir plus de pain sec afin de pouvoir en manger encore. La panzanella c'est du bonheur. Mais la panzanella est fourbe, elle a besoin d'un ingrédient indispensable qui n'est mangeable qu'au coeur de l'été : la tomate.


Il est donc grand temps de faire des panzanella car dans deux mois ce ne sera plus possible. Vite. C'est urgent. Faites sécher du pain.

Car la panzanella est une salade de pain. Si, si, je vous assure. Et c'est une recette dans le genre vachement-bon-qui-devient-un-classique-de-votre-cuisine-immédiatement.



Panzanella


Commençons par l'ingrédient principal : les tomates. Il faut couper les tomates en gros cubes inégaux en faisant très attention de conserver tout le liquide qui s'en échappe. Mettre ces cubes dans un grand saladier, avec du sel, pas mal de sel. Bien mélanger et laisser mariner à température ambiante. Le sel va extraire le jus des tomate, c'est lui l'ingrédient principal.

Dans l'eau des tomates, on y ajoute ce qu'on veut pour donner du goût. 
Pour moi c'est : de l'huile d'olive (1cs par personne environ), qui va permettre de fixer les saveurs, du basilic frais ou un peu de pesto (pourquoi pas du pesto à l'ail des ours), de l'ail en purée (vive la microplane que tout le monde devrait avoir dans sa cuisine), du poivre blanc (le noir va aussi), de l'origan séché.
Pour le reste de l'assaisonnement, ça dépend de la qualité de vos tomates, si elles sont bien sucrées, j'ajoute une touche de citron et de vinaigre de vin blanc. Si elles sont encore un peu acides, et peu sucrées, je mise sur le vinaigre balsamique qui enrobera tout ça à merveille.

Ensuite, si vous êtes fancy fancy, vous pouvez utiliser du pain, frais, et le faire sécher au four, coupé en cubes (taille cubes pour fondue) (c'est ce que conseille Kenji d'ailleurs, mais parfois il faut savoir résister à Kenji). Ou si vous êtes comme moi, il vous faut à présent réduire votre pain sec en morceaux tant bien que mal. En retirant les miettes, on ne veut que des morceaux. Pis c'est pas plus mal si ça vous prend un peu de temps, c'est tout ça de jus que les tomates auront expulsé exprimé. (Oui, les tomates s'expriment quand on leur laisse de la place pour le faire.)

Ensuite c'est simple : mettre les cubes de pain dans le saladier, bien mélanger, laisser reposer une demi-heure au frais. Les quantités sont donc à la louche, mais attention à ne pas dépasser en volume moitié pain et moitié tomates, je préfère un peu plus de tomates et un peu moins de pain pour ma part.

Pour servir, plusieurs possibilités, tout dépend de si c'est une entrée ou un plat complet, et de votre appétit.
J'ai servi cette salade avec des morceaux de mozzarella. (Dans ces cas-là, il faut sortir la mozzarella du frigo au début de la recette, la déchirer en morceaux, et y ajouter fleur de sel et huile d'olive, puis laisser mariner jusqu'au service.)
Je l'ai aussi simplement surplombée d'un oeuf poché (technique infaillible).
Ça marche aussi avec des copeaux de parmesan.
Ou simplement en accompagnement d'une viande grillée.
Certains la préparent plutôt "à la grecque" avec des olives noires et du concombre (l'avantage du concombre c'est qu'il dégorge aussi pas mal de liquide pour bien imbiber le pain et qu'il ajoute du croquant).
Bref, laissez votre imagination et votre gourmandise dicter le reste, l'important à retenir c'est tomate + sel = jus de tomate + pain sec + repos = panzanella. Vous avez la version du NYTfood, celle de Kenji Alt Lopez, celle de Jamie Oliver, celle de Nigella Lawson et même celle de Gwyneth... non, je déconne.

C'est frais, c'est goûteux, c'est l'été dans un saladier*, c'est agréable en texture et nourrissant, une de mes salades préférées.

Mais bon, il vous faut du pain sec... ou tout ce qui s'en rapproche. C'est par exemple la salade parfaite pour... vous allez avoir du mal à me croire : les restes de croûtes de pizza ! Oui, je sais, certains trouvent que c'est une aberration qu'il puisse y avoir des restes de pizza, mais elles sont souvent trop grandes pour mon appétit. Depuis que je connais l'astuce de la panzanella aux croûtes de pizzas, je n'ai plus aucun scrupule à laisser la croûte, au contraire, je les laisse scrupuleusement de côté pour avoir le plaisir de me faire une panzanella.
Je soupçonne mon cerveau malade d'avoir parfois envie de pizza juste parce qu'il a envie d'une panzanella.


Quoi de mieux qu'un photo de restes de croûtes de pizza pour mettre des lecteurs en appétit ?




Cette recette fait évidemment partie de ma série deuxième service.

Deuxième Service, tous les épisodes :



Si vous avez développé des recettes intéressantes pour cuisinier les restes ou récupérer des ingrédients, et que vous souhaitez les partager dans cette rubrique, n'hésitez pas à me contacter. Je publierai volontiers vos recettes dans des articles ! Le but est que ce soit utile pour tous, et que l'on re-découvre des manières faciles, ludiques et gourmandes d'utiliser toute la nourriture de nos cuisines, et de ne plus rien jeter de consommable.


*Celle/celui qui me trouve la référence méritera toute mon admiration.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire