jeudi 26 mai 2016

L'algorithme Instagram, qu'est ce que ça change ?


Dans mon précédent article sur le nouveau design d'instagram, je vous disais qu'ils avaient changé de look mais rien d'autre. Mais ça y est, instagram a aussi changé sa timeline. On est passé d'une timeline chronologique, à une timeline "algorithmique". Qu'est ce que ça veut dire ?
  • L'ordre des images que vous voyiez sur votre timeline n'est plus chronologique.
  • Un algorithme étudie vos interactions avec différents comptes et types de contenu afin de vous montrer en priorité ce qui vous intéresse le plus... selon ses calculs.


Conséquences pour les utilisateurs


  • Il va falloir "enseigner" vos préférences à l'algorithme, et donc interagir face au contenu que vous appréciez, afin qu'il décide de vous le montrer. 
    Il ne faut donc pas hésiter à liker les images des personnes que vous appréciez suivre, même celles qui parfois vous plaisent un peu moins. Il va falloir vous restreindre de liker tout ce que vous trouvez "joli" mais moyennement intéressant, sinon vous ne distinguerez plus ce qui vous intéresse du reste.

    C'est le plus gros problème de ce système, comme pour facebook, le "like" ne veut plus dire "j'apprécie" mais "ça m'intéresse, tu as compris petit robot ? Ce contenu m'intéresse et j'aimerais que tu continues à me montrer des contenus similaires." Chaque interaction devient donc un moment où l'on interagit avec une ligne de code (enfin, de très nombreuses lignes) mais plus vraiment avec le créateur du contenu proposé.
    C'est problématique et effrayant pour énormément de gens qui n'y ont jamais réfléchi, mais en fait on est déjà tous habitués à le subir sur facebook, avec plus ou moins de plaisir. Nos interactions (et nos non-interactions) sont là pour renseigner constamment sur nos centres d'intérêt. Je ne vous fais pas le couplet du "si c'est gratuit, c'est que c'est toi le produit", vous avez tous compris. Et en fait, si on n'y pense pas... ça marche aussi !


    mardi 24 mai 2016

    Horace and Pete


    Il sort tellement de séries, qu'il est devenu impossible de voir le pilote de tout ce qui sort, même si on se contente des séries US ou anglaises. Il faut donc trier, sélectionner, s'informer, lire des avis éclairés et tester. En ce début d'année 2016, j'ai vu beaucoup de pilotes, mais gardé très peu de séries plus de 2 ou 3 épisodes. Et dans celles que j'ai gardées, il y en a une bonne partie que j'ai éliminé avant la fin de la première saison. La récolte est maigre. Mon coup de coeur absolu dans les nouveautés, c'est Horace and Pete, sortie sans aucune publicité d'aucune sorte, à part un lien sur une newsletter, sur le site de son créateur, Louis C.K.

    C'est ce qui a été fait de plus original, de plus vrai, de plus poignant, de mieux écrit, de moins formaté, de plus étonnant, drôle, dramatique, de mieux joué, de moins conformiste, depuis de très nombreuses années. Mais c'est aussi lent, théâtral, exigeant, intello, politisé. Et pour toutes ces raisons, j'ai adoré Horace and Pete, mais cette série n'est pas destinée à un grand public.

    mercredi 11 mai 2016

    Instagram change de look, mais rien d'autre



    Voici la nouvelle icône d'Instagram, l'application devenue incontournable et qui continue de monter. Je n'ai pas de commentaire critique pertinent à faire, mais ce gif est irrésistible.



    Au secours, on ne s'y retrouve plus ? Non, pas de panique, cette version 8.0 n'est qu'un changement de branding (= logo, design interne de l'application, etc.), mais rien d'autre, nous promet-on. (La timeline "algorithmique" est repoussée à une date non déterminée face au front de mécontentement populaire que son annonce a provoqué.)

    Les autres applications soeurs d'Instagram : Hyperlapse, Layout et Boomerang, suivent la même évolution.


    En ce qui concerne l'utilisation, la place des boutons habituels, etc. effectivement presque tout est identique. 



    A part les nouveaux logos de traitement d'image (que l'on trouve sous "modifier"), que je trouve très réussis dans leur simplicité et presque plus faciles à comprendre qu'avant (en particulier "ajuster" et "tilt shift").


    mercredi 27 avril 2016

    La crème de la crème double.



    Salut très chers,

    J'ai légèrement baissé mon rythme de publication ces derniers mois. Ce n'est pas par manque de trucs à raconter, c'est surtout parce que j'en fais tellement que le temps manque un chouïa.

    Alors je me suis dit qu'on allait faire un petit pacte entre nous. Parfois je n'ai pas le temps de faire un article mirobolant sur une petite nouveauté instagram, alors j'en parle juste vite fait sur mon compte instagram (comme ici par exemple avec l'amusant outil hypetap) ou sur ma page facebook.

    Du coup, sur ma page facebook, ce que je vais faire aussi, juste pour vous, c'est y mettre les événements que je trouve les plus chouettes dans le coin. Vu l'offre tellement dense dans la région et comme j'ai accès à énormément d'informations, je vous offre un peu de curation de la crème de la crème double non pasteurisée des événements locaux. C'est souvent des événements culinaires, parfois culturels, parfois les deux. Si vous vous abonnez, vous aurez donc ma sélection directement dans vos notifications, elle est pas belle la vie ?



    En ce moment par exemple il y a une balade dans le Lavaux organisée par Pierre Corajoud, Chez Laurène et Serendipité, un festival de bières artisanales organisé par le Pi Bar et un concours de cuisine pour amateurs.

    J'avoue aussi que j'attends le vrai printemps, les terrasses et les légumes frais avec impatience pour me relancer dans des milliers de pickles et vous faire un article à ce sujet. Si entre temps certains veulent me confier leurs recettes fétiches pour magnifier des restes... il y a toujours la section deuxième service !

    Sinon, vous, ça va ?



    PS : j'allais oublier... si vous ne faites rien dimanche, je serai dans la section cuisine des livres du Salon du Livre, sur scène à 10h45, pour parler blogs de cuisine (enfin je crois).

    jeudi 21 avril 2016

    Panure maison et poulet pané


    Depuis que je vis avec un Français, j'ai le droit de faire du Français bashing j'ai plus souvent du pain à la maison, et donc plus de pain sec. N'ayant pas d'enfants à occuper le dimanche matin à grands coups de "viens, on va donner du pain aux canards" car si tu continues à courir autour de mon lit je vais te tuer, j'ai longtemps regretté de jeter, très régulièrement du pain. Parce que le pain perdu, c'est bien mignon, mais pas 3 fois par semaine.

    Solution ? La panure maison !

    Alors c'est simple, tu prends du pain sec, tu le mets dans ton mixer et bam, tu as de la panure. Mais je vous rassure, la suite de mon article est beaucoup trop longue plus détaillée avec plein d'astuces pour le meilleur poulet pané du monde, le but étant de vous faire passer de "ok, je ne jette plus de pain, mais j'ai plein de panure dans mes placards dont je ne sais pas quoi faire" à "je pane TOUT ce qui me passe sous la main tellement c'est bon".


    mardi 19 avril 2016

    Deuxième Service à quatre mains



    Deuxième Service : un menu complet avec des aliments destinés à la poubelle, ça vous tente ? 
    Dit comme ça c'est moyennement appétissant, et pourtant, nous sommes plus de 150 personnes à nous être régalées dimanche soir. Le but de la soirée : sensibiliser au problème du gaspillage alimentaire dont nous, Suisses, sommes le deuxième pire élève au monde. Cette peu reluisante médaille d'argent n'est pas vraiment un sujet de discussion dans ce pays où l'on se considère comme les champions du recyclage. Mais recycler ne veut pas dire ne pas jeter. 30% des aliments produits et vendus en Suisse finissent à la poubelle, c'est énorme, beaucoup trop. Des associations comme Table Suisse permettent qu'une petite partie de ces 30% soient récupérés dans la grande distribution, chez les producteurs et détaillants, et redistribués gratuitement à des institutions sociales qui s'occupent de personnes touchées par la pauvreté.


    Il est intéressant de noter que tous les produits distribués par Table Suisse sont de qualité irréprochable et ont une date limite de vente qui n'est pas dépassée. Le comble est ici, selon la grande distribution, les consommateurs refusent d'acheter des produits qui s'approchent de la date limite de vente (DLV). Donc les supermarchés anticipent et se débarrassent de produits parfois plusieurs mois AVANT que la date ne soit atteinte, des produits aussi dangereux que du sel, de la Vache-qui-Rit ou du Rivella. Notre première prise de conscience en tant que consommateur est donc de ne pas aller chercher le produit au fond de l'étagère, celui qui a la plus longue date (ne faites pas comme si vous ne saviez pas de quoi je parle, on l'a tous fait, moi la première). Plus on sera nombreux à arrêter, plus le signal sera fort et des palettes entières de riz, pâtes, cacahuètes au wasabi, et autres produits secs ne seront pas jetés des mois avant leur date limite de vente.

    dimanche 17 avril 2016

    Blackbird Downtown Diner





    Le Blackbird Social Club de la place de la Riponne faisait un carton, mais il a fermé. Snif.
    Mais c'est simplement parce que l'équipe a dégoté un nouveau lieu, l'ancien Bubble Café, et qu'ils ne peuvent pas être partout. Ils se rencentrent donc sur ce qu'ils aiment le plus faire : de la healthy and comfort food au tout nouveau tout beau Blackbird Downtown Diner.


    Pour ceux qui ne connaissaient pas le Bubble Café, c'est situé dans la rue qui descend de Bel-Air vers le Flon.

    Pour ceux qui connaissaient le Bubble Café, ça va vous changer un peu. Mais pas trop. Le côté baba cool zen, tranquille, comme une bulle de lenteur en centre-ville n'est pas vraiment dans le tempérament de Jess, Rich et Max. Mais leur énergie a fait place à un peu plus de dynamisme, un plus grand choix où tout peut être mangé sur place ou emporté.


    L'ambiance reste néanmoins paisible, la déco est parfaitement adaptée aux goûts contemporains qui veulent du design et du vintage, du bois apparent et des couleurs vives. Et si vraiment vous étiez un aficionado du Bubble et que vous avez peur de ne pas vous y retrouver : il y a toujours un bon wifi... et du red velvet cake, ouf, on est sauvés ! D'ailleurs ils ont gardé une grande partie de l'équipe de cuisine du Bubble, c'est donc exactement le même ;-)



    Plusieurs types de sandwichs froids ou chauds, des boissons moins originales qu'au temps du Bubble, je vais regretter la limonade au gingembre. Mais je suis super impatiente de goûter à tout leur menu ! Des salades avec de la grenade et de l'avocat, du poulet piri piri ou chimichurri, aaaaah, j'ai faim !


    Et leur sandwich, enfin un meatball sub à Lausanne, mais aussi des sausage egg roll, des breakfast burito, des vrais BLT, oh ouiiiii, merciiiii le Blackbird !


    Voici le menu complet, plats et boissons, pour consulter les détails, il suffit de cliquer sur les images.


    Le lendemain de l'ouverture, vers midi, le lieu était déjà pratiquement plein. Des anciens habitués, des fans de l'équipe du Blackbird qui voulaient tout de suite découvrir ce nouveau lieu et quelques passants. L'ambiance ressemblait déjà à un lieu d'habitués, comme si le Blackbird Downtown Diner avait toujours été là, à sa place.


    J'étais malheureusement un peu trop pressée pour manger sur place, j'ai donc emporté un Meatball Sub en vitesse, verdict : délicieux. Les boulettes sont juste cuites et donc encore très juteuses, la sauce tomate est épicée juste comme il faut, du fromage fondu. Ce n'est pas le meilleur pain que j'ai mangé, mais il tenait la sauce et le jus, ce qui est une gageure avec ce genre de sandwichs très garnis. Est-ce que je remangerai ce sandwich ? Oui, sans doute aucun, mais pas avant d'avoir testé plein de leurs autres sandwichs, salades et hot boxes !

    Longue vie au Blackbird Downtown Diner !




    Horaires du Blackbird Downtown Diner
    lundi - vendredi : 7h-18h
    samedi et dimanche : 9h-17h (ouiiiiiiii, même le dimanche !!!)
    Adresse : Route de Bel-Air 1
    Réservations : non

    Plus d'infos sur leur page facebook : https://www.facebook.com/lausannediner/



    lundi 11 avril 2016

    Bonheurs Gourmands au Chalet-des-Enfants


    Fin 2015 est sorti un ouvrage intitulé "Bonheurs Gourmands au Chalet-des-Enfants". C'est un peu un livre de cuisine, car il y a des recettes (une vingtaine), mais c'est aussi et surtout le portrait d'un lieu, l'Auberge du Chalet-des-Enfants, dans les hauts de Lausanne, au milieu des bois du Jorat, qui a 6 siècles d'histoire, c'est enfin le portrait d'une région et des femmes et hommes qui produisent les ingrédients locaux qui composent la carte. 

    Et c'est l'histoire d'une équipe, dont Romano Hausenauer est le chef d'orchestre, du Chalet-des-Enfants, depuis plus de 10 ans (et de l'Auberge de l'Abbaye de Montheron depuis 5 ans). C'était l'occasion pour lui d'affirmer son amour de ce lieu, de ses producteurs avec qui il collabore tout au long de l'année et de la cuisine de terroir qui suit les saisons. Pour cet ouvrage il s'est entouré d'une photographe, Magali Koenig, et de deux plumes connues des gastronomes vaudois, David Moginier et Patrick Morier-Genoud.

    Ce n'est PAS un "livre de cuisine" traditionnel, dont on lit éventuellement l'édito, et qu'on feuillette en y mettant des post-it plein d'ambition qui veulent dire "je vais définitivement faire cette recette", livre qui finit en général rangé dans une bibliothèque et dont une, voire deux recettes à peine ont été testées, avant qu'on ne l'oublie à tout jamais. Ici, c'est un livre, qu'on lit. Enfin qu'en tout cas pour ma part j'ai lu, de la première à la dernière page, avec grand bonheur. D'abord, l'objet est beau, la mise en page épurée, les images nous plongent dans les saisons, dans les plats, nous présentent des personnes. Ensuite, c'est très agréable à lire, de l'histoire du lieu au déroulé des recettes.

    Extraits choisis :