mercredi 22 octobre 2014

Comment créer un onglet instagram sur une page facebook ?



A chaque fois que je dois le faire, je m'énerve. Ce n'est pas parce qu'instagram appartient maintenant à facebook que c'est devenu plus simple, la manip est totalement illogique et tordue, et ce que je vous explique ici n'est pas l'application officielle, mais c'est la seule méthode que j'ai trouvée. Si vous avez plus propre, je suis preneuse. Allons-y Alonzo.


Voici déjà à quoi ça ressemble, c'est très visible, pratique pour mettre votre compte en avant. L'onglet est non seulement présent sous votre bannière, mais en plus sur la colonne de gauche, dans le dossier "Applications". Si vous avez beaucoup de fans facebook et que vous souhaitez promouvoir votre compte instagram, c'est une bonne solution.


vendredi 17 octobre 2014

Questions fréquemment posées


Ce blog est en train de devenir ma carte de visite, la preuve que je sais rédiger, de manière régulière, à propos de sujets très divers, sur la durée. Mais pour moi ça reste surtout un plaisir, presque un besoin. Durant ce mois d'octobre je n'ai rien écrit (mes billet "télé" étaient rédigés depuis des mois), et ça me manque, mais il y a des moments où l'inspiration n'est pas là, j'ai probablement besoin de vacances. Dans tout ce vide de contenu, je me suis dit qu'il était l'occasion de créer, enfin, cette fameuse page "contact - FAQ - l'auteure - à propos". Je ne l'avais jamais fait auparavant parce que ça me paraissait présomptueux, mais je me rends compte que j'aime lire ça quand je découvre un site/un blog, alors je me suis pliée à l'exercice. Vous trouvez cette page dans les onglets au-dessous de la bannière de ce blog. J'ai reproduit son contenu ci-dessous.

Avez-vous des remarques ? D'autres questions à ajouter ? Est-ce que ça vous paraît correspondre à mon blog ? Manque-t-il des points importants à signaler ? Merci d'avance pour vos commentaires !


***********************

Qui es-tu ?

Je m'appelle Noémi, je vis à Lausanne, en Suisse Romande, mais ici je suis funambuline, mon identité en ligne depuis 2004. Je blogue depuis 2009 et je partage plein de choses sur plein de plateformes : twitterinstagramfacebookpinterest, etc.



De quoi parle ce blog ?

Ce blog parle de cuisine, de bonnes adresses romandes, de culture (en particulier de séries et de cinéma), de voyages, parfois de trucs de filles, et de plein d'autres domaines qui me tiennent à coeur. Tu trouveras aussi des listes de films et de livres culinaires.



Que fais-tu dans la vie ?

Dans ma vie non-connectée, je cumule diverses activités : formatrice pour réseaux sociauxcréatrice de contenu en ligneorganisatrice d'événements culinaires, etc. Si tu veux en savoir plus, voici mon profil linkedin et une revue de presse

Je cherche quelqu'un pour écrire des textes pour mon site.

Ne cherche plus, tu m'as trouvée, je suis formidable, en plus d'être originale, rapide, efficace et de ne pas m'embarrasser de détails qui font perdre du temps tels que la modestie : funambuline@gmail.com.


Je suis journaliste et j'aimerais t'interviewer à propos de ..., peut-on discuter par téléphone ?

Non.
Je suis blogueuse, mon mode d'expression est écrit. Je réponds volontiers à des interviews par mail, mais pas par téléphone. Si le sujet me tient à coeur, on peut peut-être se rencontrer. Ce n'est pas pour t'embêter, c'est parce que je déteste le téléphone et parce que je tiens à maîtriser mes propos (quelques uns de tes collègues m'ont échaudée, et blogueuse échaudée craint le téléphone, c'est bien connu).
Sache également que je te demanderai de citer le nom de mon blog ET de mettre un lien vers mon blog dans ton article (que je reproduirai dans ma revue de presse).


Peux-tu faire un article à propos de mon événement/mon produit/mon adresse ?

Si tu veux me parler d'un événement, d'un produit, d'une bonne adresse, d'un livre, d'un film, d'une expo, ou d'autre chose, je suis toujours intéressée, mais ce blog n'est PAS une plateforme publicitaire : je refuse les échanges de liens, les articles sponsorisés et les publicités.
Mais j'adore tester des trucs, goûter, découvrir, voyager, rencontrer des gens, aller voir des expositions, goûter des nouveaux plats, ... donc n'hésite pas à m'envoyer un mail : funambuline@gmail.com.
(Tu peux trouver les articles où j'ai reçu un produit ou un service sous l'intitulé produit offert.)



J'ai une question concernant les réseaux sociaux. 

Tu peux trouver des modes d'emploi à propos d'instagram et de pinterest si tu as envie de te lancer. Comme c'est en train de devenir mon métier, je ne peux pas me permettre de passer des heures à répondre aux questions de manière bénévole. 
Pour les entreprises/associations/institutions, j'organise des formations, en particulier pour instagram, twitter, facebook et pinterest. Ces formations ne sont pas des paquets tout prêts, je les crée sur mesure en fonction des besoins/envies/budget des personnes qui me contactent. Je suis ouverte à toutes les propositions : funambuline@gmail.com.


Est-ce que je peux citer ce texte / reprendre cette image pour mon blog / mon site ?

Oui, tout mon blog est sous la licence CC by-NC-SA 3.0.
Ce qui veut dire que tu peux reproduire textes et images sans les modifier, en me citant avec un lien vers mon blog, à condition de ne pas en faire un usage commercial.
Autre usage ? Merci de m'envoyer un mail  pour que nous en discutions.

J'adore ton blog et j'aimerais te soutenir, comment je fais ?

Je te remercie, ça me touche beaucoup ! Je me suis inscrite il y a quelques mois sur la plateforme flattr, qui te permet de choisir un montant unique ou mensuel grâce auquel tu peux soutenir du contenu en ligne. L'inscription est très simple, et même si ça ne me rendra jamais milliardaire, ça me fera intensément plaisir !
(Sache que je vais utiliser ces quelques sous pour redistribuer à mon tour des flatteries à des créateurs de contenu en ligne.)


Pour toute autre question / demande / proposition alléchante ou indécente / suggestion / correction, je te laisse deviner mon adresse mail... mais je suis également très réactive sur twitter et facebook et même sur instagram, tu as le choix des armes.

jeudi 16 octobre 2014

C'était mieux avant ?


Revenons un peu plus en détails sur l'émission d'hier C'était mieux avant ? consacrée à la nourriture, en particulier la séquence de dégustation. Nous ne savions pas à quoi nous attendre, on nous en avait dit le moins possible. On savait qu'on allait faire trois dégustations successives. Avant les dégustations et entre chacune nous refaisions le monde dans le jardin avec Jean-Luc Ingold, c'était très agréable !




mercredi 15 octobre 2014

C'était mieux avant ? Mes artisans.

Micro, productrice, caméra, caméraman, journaliste, assistante caméra, réflecteur, tout pour se sentir seule naturelle.

La RTS a lancé une nouvelle émission qui s'intitule C'était mieux avant ? Leur premier épisode parlait du logement et de l'expo64 (j'ai adoré la séquence du week-end dans les années '60 par trois enfants d'aujourd'hui). Pour le troisième épisode, qui sera diffusé ce soir, ils ont décidé de parler de nourriture et m'ont invitée à déguster un menu des années 60, un menu des années 80 et un menu d'aujourd'hui, avec un critique gastronomique, Jean-Luc Ingold. C'était tout à fait passionnant. A chaque fois, une entrée, un plat, un dessert et une déco de table. Entre deux menus, on a refait le monde avec Jean-Luc au soleil dans le jardin, on s'est échangé nos recettes fétiches, nos bonnes adresses d'artisans, nos coups de gueule, une très jolie rencontre... ce qui est souvent le cas entre deux vrais gourmands ! Je vous décortiquerai les trois menus après la diffusion, pour ne pas dévoiler la surprise de la dégustation.

EDIT : voilà l'émission en entier et la séquence à laquelle j'ai participé.



Avant la séquence de dégustation, afin de me présenter aux téléspectateurs, ils m'ont demandé de les promener à Lausanne chez certains artisans du goût que j'aime. Je leur ai proposé plusieurs adresses, ils en ont choisi quatre que je tenais à vous présenter plus en détail car notre matinée de tournage va probablement se transformer en une petite minute d'antenne... (j'ai appris que deux d'entre eux ont sauté au montage d'ailleurs, snif).

Chez Laurène

On a commencé par Chez Laurène, épicière ambulante et connectée, comme elle se définit si bien. Je savais qu'en la proposant à l'équipe de C'était mieux avant ? ils allaient craquer pour elle. Elle se promène avec son charmant triporteur partout en Suisse Romande, à la rencontre des artisans qu'elle sélectionne et dont elle vend les produits, puis sur les marchés, à la rencontre des consommateurs. Elle crée un lien direct entre les uns et les autres. Pour ne rien gâcher, elle a aussi une boutique en ligne, attention, ses produits sont irrésistibles. En plus des produits d'artisans locaux, elle fabrique aussi une jolie gamme de confitures, de sirop et autres joyeusetés, toujours avec des produits locaux et de saison. Et puis elle déborde d'idées et de générosité. Si vous avez envie de suivre ses péripéties, elle est joliment active sur son blog et sur instagram.




Fricote

Prochain arrêt chez Fricote, une boutique gourmande à la Rue Marterey, on y trouve des ustensiles, de la déco, des magazines, des livres de cuisine et des produits gourmands, ceux de Chez Laurène côtoient les confitures et les épices d'Anne-Sophie Pic, oui, rien que ça. Marie, qui tient cette boutique, comme Laurène, font partie de ces entrepreneur(e)s qui ont lâché un job pépère pour réaliser leur rêve et créer le service de bouche qui leur manquait en tant que consommateurs/trices. J'ai toujours beaucoup d'admiration pour ces parcours de vie et comme la plupart du temps, l'envie de base est une envie de consommateur averti, le résultat est exceptionnel, cohérent, éthique, réfléchi et abouti.


Noz

Toujours à la Rue Marterey, en face, il y a Noz. Noz c'est MON chocolatier (je trouve ça hyper chic d'avoir un chocolatier, comme un boucher, un fromager et un glacier, beaucoup plus chic qu'un coiffeur, mais je dois être un peu folle je suppose). C'est @Invidiosa qui me l'a présenté et, la première fois que je l'ai rencontré en personne, il m'a fait goûter son Cigarinoz, un chocolat en forme de cigare, qu'il a aromatisé, pour reproduire la goût de fumée, avec un whisky single malt tourbé et du thé fumé (lapsang suchong). Un délice, mon chocolat favori, mais avec des saveurs si particulières qu'il ne plaît forcément pas à tout le monde. Et si c'était encore un gage de qualité ? Mais il ne fait pas que ça, ses truffes à l'anciennes (car roulées à la main) sont à se damner, ses griottes sont extraordinaires (et je n'aime pas ça normalement), sa ganache au cassis, sa pâte à tartiner tartinoz, ses orangettes, aaaaaaah.



Café des Artisans

On a terminé par un interview et par un burger au Café des Artisans. Le burger n'est pas à la carte régulière (qui change à chaque saison), mais ils en font régulièrement en proposition du jour. Et ce jour-là j'ai eu la très jolie surprise de la découvrir le Funambuline's Burger, la consécration. Ils y avaient glissé des légumes grillés, du caviar d'aubergine et de la viande d'agneau, délicieux. Il y a eu plus de 40 Funambuline's Burgers engloutis ce midi-là, j'étais fière comme un pou !
Au Café des Artisans, Amaya et Ignacio, qui sont frère et sœur, sont les maîtres des lieux. Même en plein coup de feu (et c'est toujours plein le midi et très très souvent le soir, pensez à réserver au 021 311 06 00) le service est souriant, aimable et patient. La carte est toujours peu fournie, mais les propositions du jour ne sont jamais les mêmes, et l'attention portée à tous les détails dénote d'une envie de faire plaisir à tous les niveaux sans jamais se prendre trop au sérieux. Des jolis vases chinés par Amaya toujours garnis de fleurs fraîches aux cocktails délirants toujours accompagnés de bonbons, des prospectus divers et variés concernant la vie culturelle lausannoise au café moulu minute (un des meilleur de la ville), de la jolie variété de bières et de limonades artisanales et locales à l'utilisation d'artistes locaux pour leurs cartes à chaque fois qu'ils en ont l'occasion, le Café des Artisans est généreux et pointu. Il est très vite devenu mon lieu préféré à Lausanne.


Voilà pour "mes" artisans du jour, j'espère que ça vous a donné envie d'aller leur rendre visite !
Je vous retrouve demain, après la diffusion de l'émission, pour vous détailler la séquence dégustation.

lundi 29 septembre 2014

Lausanne Jardins


Lausanne Jardins est un événement qui a lieu tous les 4 ou 5 ans en ville de Lausanne. La dernière fois, je n'en avais pas assez profité, cette fois-ci, pour l'édition 2014 intitulée Landing, j'ai été voir tous les jardins, tous. Et ce n'est pas rien, il m'a fallu plusieurs demi-journées dédiées uniquement à ça cet été. Je me suis éclatée à découvrir des lieux insolites, des jardins qui m'ont interpelées, d'autres qui m'ont ennuyée, d'autres que j'ai mis du temps à apprécier. Cette édition était particulièrement axée sur l'art contemporain, certains m'ont confié n'être pas fan du tout de ce qu'ils voyaient, mais la plupart de ceux qui m'ont dit ça n'ont pas vraiment visité les jardins, mais juste regardé de loin ceux qu'ils croisaient sur leur route. Ceux qui ont fait l'effort de s'approcher et de prendre le temps de la contemplation ou de l'interaction sont souvent aussi enthousiastes que moi. 


Landing donc, car l'emplacement de chaque jardin a été décidé en jetant une poignée de graines sur la carte de Lausanne, à l'endroit où on atterrit les graines ont "poussé" des jardins. Les concepts de jardins sont sélectionné par concours, le Service des Parcs et Jardins de la ville de Lausanne participe à leur installation et à leur entretien.

Certains jardins sont en place jusqu'au 11 octobre, c'est donc le dernier moment d'aller les observer. J'ai fait des centaines de photos, je ne vous en montre qu'une sélection ici, uniquement des jardins qui m'ont inspirée et que je vous recommande. D'autres jardins m'ont paru sans intérêt, d'autres ont été trop vite endommagés et pour deux d'entre eux... je ne les ai simplement pas trouvés. Sélection subjective et assumée.

Vestiges de la précédente édition de Lausanne Jardins, toujours sous le tunnel.

Pour toutes les informations pratiques, intentions d'auteurs, historique de la manifestation, etc, je vous renvoie au site de Lausanne Jardins. Sachez tout de même qu'il y a des jardins officiels... et puis quelques jardins et expositions "off", le plus fascinant des off est mon préféré de toute la manifestation, dans l'Eglise Saint François, si vous ne deviez en voir qu'un, ce serait celui-ci, pour faire durer le suspense, c'est le dernier que je vous présente ici. Afin de vous faciliter la balade, j'ai classé les jardins dans l'ordre du site. Pour vous balader avec moi, c'est maintenant. 

vendredi 26 septembre 2014

A faire ce week-end


Ce mois de septembre est affolant tant il y a d'événements passionnants auxquels assister à Lausanne ou dans ses environs, et ce week-end c'est encore pire. Je rêve du don d'ubiquité. En bref et en vrac : ce sont les Design Days jusqu'à dimanche, le Festival Images continue en ville de Vevey, la Nuit des Musées a lieu samedi dès 14h, la famille Demont fête ses 100 ans à la Ferme des Saugealles et invite la population à une matinée portes ouvertes exceptionnelle samedi de 9h à 15h, le Château de Prangins propose dimanche déjeuner sur l'herbe, marché à l'ancienne et défilé de mode, dimanche c'est aussi c'est la Fête des Vendanges à Lutry, Neuchâtel et dans le Vully, la Désalpe à Château d'Oex et Charmey, sans oublier que c'est encore la Semaine du Goût partout en Suisse Romande. Rien que d'écrire ce paragraphe je suis épuisée. J'ai prévu mon programme, déjà vu ce que je pouvais voir, remis à plus tard ce qui pouvait être repoussé sans être raté et, comme depuis juin dernier, je vais vivre un week-end fabuleux mais épuisant.

Alors, de une ça m'intéresse pas mal de savoir ce que vous vous allez faire. 
De deux, j'ai déjà jeté un oeil à certains trucs pour vous aiguiller. Allons-y :

Les 100 ans de la famille Demont à la Ferme des Saugealles

Ce sera le dernier événement de Lausanne à Table (snif), l'occasion de se rendre compte du patrimoine agricole de notre ville, souvent inconnu. La ferme fait également usine de biogaz que l'on pourra visiter, il y aura un marché, des animations autour de la ferme, une soupe et un apéro offerts par la Ville, etc. J'y serai, évidemment, de 9h à 15h. (Pour y aller : m2 jusqu'au terminus, puis bus jusqu'à Chalet-à-Gobet où vous attendent des navettes gratuites pour vous emmener jusqu'à la ferme, jusqu'à 15h.)

Les langoustines de Bruno Marchal


Je vous racontais hier ma visite à Côté Square. Durant cette soirée, le nouveau chef de l'Hôtel Bristol, le charmant Bruno Marchal, nous a présenté une recette inédite (qui sera peut-être à la carte l'été prochain), je vous la présente ici, avec le plus de détails possibles, et je vous promets que c'est reproduisible en suivant la recette à la lettre.


D'abord, les ingrédients. Le plus dur à trouver, ce seront les langoustines, ici des langoustines qui viennent directement d'Afrique du Sud. Le Chef nous explique qu'il a choisi ce produit car ces langoustines sont surgelées directement sur les chalutiers de pêche, en les décongelant 24h au frigo, on obtient donc un produit qui, parce qu'il garde toute son eau, a une texture et un goût de produit frais (bien meilleur que ce qui aurait voyagé 3 jours depuis son port dans l'Atlantique jusqu'aux cuisines genevoises...) et ne sèche pas à la cuisson, elles sont magnifiques ! Mais on peut faire la même recette avec des gambas, des noix de St-Jacques, de la cigale de mer, du crabe ou encore du homard.


Les Ingrédients (pour 2 personnes) :

  • 4 langoustines
  • 2 endives
  • 4 minis courgettes rondinis (ou 1 courgette normale)
  • 4 tomates séchées
  • 20cl de jus d'orange
  • 20g de beurre
  • 4cl de vinaigre de Xérès
  • 1/2 bouquet de persil plat émincé
  • safran
  • sel
  • sucre

jeudi 25 septembre 2014

Côté Square


Côté Square est le nouveau restaurant de l'Hôtel Bristol à Genève, leur charmante directrice de communication m'a fait le plaisir de m'inviter, aux côtés de plusieurs autres blogueuses, pour nous présenter ce nouveau cadre, ce nouveau chef, Bruno Marchal, cette nouvelle carte et ce nouveau concept.


Je n'avais jamais eu l'occasion de visiter l'Hôtel Bristol auparavant, malgré leurs fameux apéros branchés ("branché" dans le sens "connecté" et non "supergreen") dont plusieurs twittos de la région m'avaient parlé de manière élogieuse, il faut dire que la directrice de la communication est une accro aux réseaux sociaux, elle est à l'affût des commentaires et besoins de ses clients sur twitter, facebook et même instagram, où elle raconte également la vie de l'établissement, un plaisir (et un exemple) à suivre. Bref, je me réjouissais et je suis donc arrivée en avance pour tester un cocktail avant la partie "boulot-boulot-bloguons-bloguons". J'ai choisi un Edelflower Spritz (à la liqueur Saint-Germain au sureau), à tomber, j'y retournerai rien que pour ça, mais la carte du bar regorge de propositions intéressantes. Je ne connaissais pas leur tea time, ni leur wifi qui dépote, ni l'ambiance délicieuse et calme qui y règne, c'est pourtant à moins de 5 minutes à pied de la gare, un lieu hors du temps.


mercredi 24 septembre 2014

Le PiBar, le Tramway et De Molen


Le 13 septembre 2014, pour fêter ses cinq ans d'existance, le PiBar a organisé une magnifique journée houblonnée. Elle a commencé à midi, au Tramway (à ne pas confondre avec Le Café deS TramwayS...) avec le deuxième repas accords mets-bières. (Souvenirs : le premier au Café des Artisans.) Elle s'est poursuivie dès 16h au Pibar avec 16 bières de la brasserie De Molen (Néerlandaise) en pression et bien plus encore à la bouteille. Un représentant De Molen était là, j'ai eu la chance de le côtoyer pendant tous le repas et une partie de la soirée, j'ai passé une journée plus que magnifique ! Quelques images d'ambiance de la soirée à la fin de l'article, mais d'abord, j'aimerais vous parler en détails de ces accords mets et bières si réussis.


Le Tramway est un très joli petit restaurant tout en haut de la rue du Valentin, dans le quartier de la Pontaise. Les menus changent très régulièrement selon les saisons, l'humeur et l'inspiration du chef. J'ai eu l'occasion d'aller y manger trois fois, toujours avec un énorme plaisir grâce au sens de la précision du chef et à son plaisir à mettre, avant tout, ses ingrédients (de grande qualité) en valeur. Une cuisine sincère, précise, gourmande et joyeuse. 

Pour les 5 ans du PiBar, un menu unique, avec amuse bouche, entrée, plat, dessert et boissons (bières, eau et café), pour CHF 73.-/personne, une aubaine. Chaque plat était accompagné par une bière De Molen -je précise que les bières étaient servies dans des verres de dégustation de 1,5 dl, nous n'avons pas bu 1,5 litre de bières chacun, pour les inquiets parmi vous-, et cuisiné avec une bière de Molen. Passionnant.

mardi 23 septembre 2014

Marché ProSpecieRara


En septembre 2013 a eu lieu le premier Marché ProSpecieRara, autour du Lac de Sauvabelin. Il y avait une vingtaine de stands alimentaires ou non, des démonstrations autour des espèces animales et végétales rares, des dégustations. C'était très sympathique, une foule conséquente s'était déplacée, bien plus que ce que les organisateurs avaient prévu, dès le début d'après-midi tout avait été dévalisé. Une preuve indéniable que ce genre d'initiative plaît à la population et est définitivement dans l'air du temps.

Marché ProSpecieRara 2013
Marché ProSpecieRara 2014
Le 14 septembre 2014 a eu lieu le deuxième Marché ProSpecieRara, avec un soutien renforcé de la Ville de Lausanne pour les infrastructures et de l'Association Lausanne à Table pour la communication. 

Les stands étaient beaucoup plus nombreux, les démonstrations et ateliers également, il y avait des barbecues entretenus par le joyeux personnel du Service des Parcs et Domaines, un apéritif offert par les Vins de la Ville, une soupe de légumes rares offerte par ProSpecieRara. On pouvait assister à la tonte des moutons de la ville (qui servent à maintenir les espaces herbeux en pente dans toute la commune), découvrir avec Tomates Urbaines comment récupérer et conserver vos graines de tomates pour les replanter l'année prochaine (un autre atelier aura lieu le 27 septembre à Yverdon), des conseils de jardinage, des informations sur la biodiversité, des ateliers de dégustation, des courses au trésor pour les enfants, des animations musicales, etc.

Petit tour d'horizon en images.

lundi 22 septembre 2014

World Famous Funambuline's Tuna Melt


Mes spécialités en cuisine ? Reproduire une recette à peu près après l'avoir goûtée une fois et faire des merveilles avec le fond de mes placards. Mon World Famous Tuna Melt reproduit ces deux aspects. J'ai découvert cette recette à 16 ans, au Vénézuéla, au food truck du coin, seul instant de liberté pour l'ado que j'étais. L'Européenne que j'étais a découvert le mélange poisson-fromage, ce qu'on ne fait pratiquement jamais en Europe... et c'est un tort. (Petit conseil en passant : dans une vraie tattoria italienne, ne demandez PAS de parmesan si vous avez choisi des pâtes avec un produit de la mer, on risque de vous jeter des cailloux). Depuis, j'ai reproduit ce sandwich au Yémen, à Madagascar, en Argentine et j'en passe, il a conquis chaque estomac qui l'a testé. Voilà pour la justification du titre. Passons à la recette.

mardi 16 septembre 2014

L'Atelier


Depuis le 4 septembre 2014, y a une nouvelle adresse gourmande en ville de Lausanne : L'Atelier.

Cet ancien magasin de restauration de meubles a été repris et transformé en café. C'est un édifice à l'architecture unique, coupé en deux par un escalier qui permet de descendre au parc en-dessous, il est donc composé de deux pièces, reliées à l'arrière par un couloir. L'Atelier a profité de cette incongruité pour créer un lieu original, moderne. Tout est noir, blanc, bois clair ou jaune vif, chaque détail a été conçu pour qu'il convienne à cette ligne graphique qui habille le lieu. Les meubles sont vintage et à vendre, le lieu sert également de galerie d'art (en ce moment l'artiste Anaëlle Clot). J'adore.

samedi 13 septembre 2014

BD Fil 2014


Le festival de BD lausannois, BD Fil, a commencé jeudi. J'en ai parcouru certaines expositions hier, visite guidée et conseils pour ne pas rater le mieux du must. D'abord : y aller le vendredi après-midi, je sais, c'est trop tard pour vous, mais notez-le pour l'année prochaine. Le samedi et le dimanche les expos sont bondées de monde (à moins de venir super tôt), le jeudi et le vendredi matin c'est bondé de classes. Le vendredi après-midi on peut voir les expos en toute tranquilité.

Cette année, l'invité star-vedette internationale-créateur de l'affiche-chouchou de tous, c'est Lewis Trondheim. Cet auteur, dessinateur et scénariste prolifique, bénéficie donc d'une grande expo consacrée à son univers. Ou plus précisément à ses univers. Sous forme de labyrinthe, on passe de salles en salles et de collection en collection avec beaucoup de plaisir. D'autant que la muséographie est poilante et bourrée de détails crétins. (J'adore la crétinerie.) Quelques photos pour vous donner envie (comptez plus d'une heure pour faire le tour de Trondheimland, ne ratez pas la salle de projection... et les toilettes).

 
 

vendredi 12 septembre 2014

La Guerre des Romands


La grande nouvelle de la semaine, c'est que La Guerre des Romands, sorti en 2011 en dvd et vod est disponible sur youtube. Youhouhou.

Si tu l'as déjà vu, c'est chouette de le revoir et de se rendre compte que tu ris toujours aux blagues et que c'est vachement joliment fait.

Si tu ne l'as pas vu, tu vas passer une demi-heure absolument poilante. A moins que tu ne sois pas suisse, dans quel cas tu vas passer une demi-heure absolument poilante, mais en comprenant pas tout. J'ai montré ce film à mon mari avant qu'il n'emménage en Suisse, il a eu des réflexes bizarres longtemps concernant les Valaisans et les Genevois.

Bon, très de bla-bla. Hiiiiiiiiiiii.




PS : si tu regardes bien, je suis deux fois au générique ET OUAIS. Je suis TROP FIÈRE. Et je vous assure que certaines blagues, même vues plus de 64 fois d'affilée en salle de montage, continuent à me faire rire, il est trop fort Hatman.

jeudi 11 septembre 2014

La burgermania lausannoise

©Fat & Furious burger

Si vous me lisez depuis longtemps, vous connaissez ma passion pour les bons burgers, ceux avec du vrai pain, de la vraie viande, des accomagnements frais, des pickles et des sauces maison. J'en ai même fait une des pages principales de mon blog. Quand j'ai commencé à la rédiger, début 2010, les bons burgers de la ville se comptait sur les doigts d'une main, puis rapidement des deux mains, aujourd'hui je n'ai plus assez de doigts et d'orteils pour les dénombrer. D'un côté j'en suis ravie, d'un autre, j'en ai un peu marre que tout le monde s'essaie au burger, d'autant que si certains s'en sortent haut la main, d'autre font preuve de manque d'imagination et de savoir-faire, et ça me déprime. Tout ça pour vous dire que je ne vais plus chroniquer les burgers de manière systématique et arrêter d'alimenter la page en question (si je fais d'autres articles à ce sujet, vous pourrez toujours le trouver grâce à la rubrique Best Burger in Town). 

Mais je ne peux pas vous laisser comme ça, l'envie de burger palpitante, sans vous donner quelques nouvelles du front.

Il y a des nouveaux qui s'en sortent très bien, il y a des nouveaux dont on attendait beaucoup qui déçoivent, il y a des anciens qui s'améliorent sans cesse... et il y a même des futurs concurrents au titre de Best Burger in Town qui prouvent déjà leur savoir-faire. Si vous lisez la suite de cet article, vous aurez envie de burger, considérez-vous comme prévenus (un lecteur prévenu vaut deux estomacs, adage connu).

mercredi 10 septembre 2014

La balade potagère de Pierre Corajoud


Après la balade sucrée et la balade salée, j'attendais la balade potagère avec impatience. Autant j'ai aimé découvrir des adresses gourmandes dans les deux premières, autant cette troisième balade m'intriguait car elle ne me proposait rien de connu. Et j'avais raison, c'est celle où j'ai le plus appris sur ma ville. Pierre Corajoud nous a donné rendez-vous devant la Cinémathèque depuis laquelle nous sommes partis en direction de Vigie. C'est là que j'ai découvert un terrain de boules. Je n'avais jamais vu le boulodrome de La Boule d'Or Lausannoise, et pourtant je suis passée des centaines de fois à proximité. C'est autour de ce terrain que Lausanne Jardins a installé Green Island, un jardin qui joue avec le vert, toutes sortes de verts. Des verts peints autour du boulodrome, qui correspondent aux verts des herbes plantées pour l'occasion, du vert verveine et de la verveine, du vert ans et de l'anis, etc. Les plantes aromatiques sont devenues des buissons, la cueillette est possible (et même recommandée). On a l'impression de découvrir un secret bien gardé, c'est délicieux.

mardi 2 septembre 2014

La balade salée de Pierre Corajoud


Après la balade sucrée, Pierre Corajoud, Lausanne Estivale et Lausanne à Table ont concocté une balade salée. A la place de l'Ours, Pierre commence à nous raconter l'importance et l'histoire du sel, qui va nous accompagner pendant près de 3h, dans une balade pour le moins exotique, de l'Italie aux Balkans, avec escales en Inde et au Japon, sans compter les origines alpines et marines de notre sel national.


Premier arrêt quelques dizaines de mètres à peine plus bas, chez Mauro, qu'on ne présente plus. La boutique est une épicerie italienne, qui devient un service traiteur à emporter le midi, avec une longue, très longue file devant, pour déguster différentes spécialités de pastas chaque jour ou des foccacias croustillantes et fondantes, farcies de ce qui vous fera envie dans le sublime étalage de charcuterie, de fromages et de légumes confits de la boutique. (Ma recette doudou à moi pour les jours qui nécessitent du réconfort : mortadelle -la meilleure de Lausanne- et pecorino piccante, avec un canolo, à manger si possible allongée dans l'herbe du Parc de MonRepos.)


mercredi 13 août 2014

Chronicle, le fabuleux outil du New York Times


Il y a quelques jours, le 23 juillet 2014 pour être précise, le New York Times a mis en ligne l'outil Chronicle. Il permet de chercher des mots, ou des phrases, et construit un graphique qui nous montre leurs usages à travers les articles du New York Times depuis sa création. Un graphique pour un mot, ou une série de mots, mais aussi des graphiques qui comparent les mots et permettent de se rendre compte de leur évolution ou de leurs liens.

La fabuleuse Alexis Lloyd explique sa passion pour les mots et pourquoi elle a décidé de partager cet outil avec le public alors qu'ils l'utilisent en interne depuis deux ans maintenant. (J'avais eu l'occasion de rencontrer Alexis Lloyd à Lift 2014, je vous recommande son talk.)

Le facetieux Yannick Rochat a tweeté un lien vers une de ses recherches ce matin, depuis j'en ai fait des dizaines, cet outil est vraiment passionnant, il nous parle de culture, de changements dans les mentalités, il nous parle des changements de goûts aussi... mais attention, ça nous parle surtout des New-Yorkais, pas du monde. Ça reste totalement fascinant. Quelques exemples de mes recherches de ces dernières heures :

de quel contient parle-t-on le plus ?
l'avènement du politiquement correct

Relation de cause à effet ? Attention toutefois à ne pas déduire trop vite...